la place d’une autre - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Facebook Twitter YouTube instagram familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > la place d’une autre

la place d’une autre

France - 2021 - 1h52
sorti en France le 19 janvier 2022
film - film francophone
de

Aurélia Georges

avec : Sabine Azéma, Laurent Poitrenaux, Olivier Broche, Alain Grellier, Gautier Del Pia, Didier Brice, Amélie Belohradsky, Maud Wyler, Ilario Gallo, Bruno Dreyfürst, Judith Leder, Laure Werckmann, Vadim Sher, Dominique Kling, Naton Goetz, Sarah Gendrot-Krauss , Éric Gigout, Françoise Félicité, Agnès Bourgeois , Jacques Bachelier, Marie Hattermann, Lyna Khoudri, Jacques Bruckmann, Marie Seux, Catherine Javaloyes, Lise Lametrie
séances : semaine du mercredi 26 janvier 2022
mercredi 26 jeudi 27 vendredi 28 samedi 29 dimanche 30 lundi 31 mardi 1er
16:30
20:45
18:30
16:30
14:30
14:15
14:00
séances : semaine du mercredi 2 février 2022
mercredi 2 jeudi 3 vendredi 4 samedi 5 dimanche 6 lundi 7 mardi 8
18:30
16:00
17:00
18:45*
séance spéciale :
* dernière séance le dimanche 06 Février à 18h45

synopsis

Nélie a échappé à une existence misérable en devenant infirmière auxiliaire sur le front en 1914. Un jour, elle prend l’identité de Rose, une jeune femme qu’elle a vue mourir sous ses yeux, et promise à un meilleur avenir. Nélie se présente à sa place chez une riche veuve, Eléonore, dont elle devient la lectrice. Le mensonge fonctionne au-delà de ses espérances.
- voir la bande annonce

notes de production

Un roman à l’origine
La Place d’une autre est librement adapté de "The New Magdalen" de Wilkie Collins, célèbre pour avoir écrit des "romans à sensation", précurseurs du roman policier et à suspense. Le réalisatrice Aurélia Georges explique : "Wilkie Collins est très brillant dans l’art du récit et la première chose qui m’a marquée en commençant à lire, c’était le plaisir de lecture qu’il me procurait. Le livre fonctionne vraiment comme un feuilleton littéraire, avec des tas de rebondissements et de cliffhangers. Ce n’est pas du tout ma littérature de chevet mais je tournais les pages, happée par son sens du suspense. Avec ma co-scénariste Maud Ameline, nous avons voulu conserver ce suspense et cette tension. Je voulais du romanesque."

Une opposition moins marquée
Dans le roman, le personnage de Rose est antipathique. Nélie, en revanche, est la figure victorienne de la pauvre orpheline au grand cœur. Pour le film, Aurélia Georges et Maud Ameline ont fait en sorte que leur opposition soit plus complexe : "Que l’on puisse ressentir de l’empathie pour Rose malgré sa violence grandissante, comme pour Nélie malgré son acte d’usurpation d’identité", précise la cinéaste.
Croisement des genres
La Place d’une autre est aux confins de plusieurs genres : le film d’époque, le drame social, le thriller, le drame sentimental et même le fantastique. Aurélia Georges note : "Ce croisement des genres est vivifiant pour un film qui nous plonge dans l’intériorité d’un personnage. J’avais envie d’enrichir ce côté intérieur, le rehausser par des gestes ou figures relevant du film social ou du suspense. Je trouvais séduisante l’idée de faire un film qui traite de questions morales sous l’angle du suspense : qu’est-ce que la place qui nous est assignée ? la question du mérite est-elle importante ? que signifie de mentir à ceux qui nous aiment et qu’on aime ? est-ce qu’on peut écraser l’autre pour se sauver soi-même ? qu’est-ce que la dignité ?"

Un film de costumes actuel
La place d’une autre se passe en 1914 mais sa dimension sociale reste très contemporaine (c’est même l’une des raisons qui a poussé Aurélia Georges à adapter ce roman). La réalisatrice avait même pensé à en faire une adaptation contemporaine : "Mais placer l’histoire à l’heure d’internet et des réseaux sociaux aurait trop technicisé la question de l’usurpation d’identité, qui n’était pas l’enjeu de mon film. Surtout, je n’avais pas envie que La Place d’une autre soit un miroir de la société actuelle. Il parle de notre monde, mais par le détour d’un récit en costumes."