Facebook Twitter YouTube instagram familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN

le pass sanitaire est obligatoire à partir de 12 ans pour l’accès au musée, à la bibliothèque et au cinéma. port du masque obligatoire à partir de 6 ans.
accueil > à l'affiche au cinéma > notturno

notturno

Italie, France, Allemagne - 2020 - 1h40
sorti en France le 22 septembre 2021
documentaire - version originale sous-titrée en français
de

Gianfranco Rosi

séances : semaine du mercredi 27 octobre 2021
mercredi 27 jeudi 28 vendredi 29 samedi 30 dimanche 31 lundi 1er mardi 2
21:00
14:00
11:00
14:30
14:30
21:00
18:45*
séance spéciale :
* dernière séance le mardi 02 Novembre à 18h45

synopsis

De combien de douleurs, de combien de vies se compose l’existence au Moyen-Orient ? Notturno a été tourné au cours des trois dernières années le long des frontières de l’Irak, du Kurdistan, de la Syrie et du Liban ; tout autour, des signes de violence et de destruction, et au premier plan l’humanité qui se réveille chaque jour d’une nuit qui paraît infinie.
- voir la bande annonce

extrait(s) de presse

Libération - Aux confins de la Syrie, de l’Irak et du Liban, Gianfranco Rosi capte et sublime, dans un documentaire tout en clairs-obscurs, des lambeaux d’existences intranquilles dans le sillage de la guerre contre Daesh.
Transfuge - En serpentant le long des frontières irakiennes, kurde, syrienne et libanaise, la caméra de Rosi ramène des visions inouïes de territoires meurtris par des décennies de tragédies et de malheurs. Notturno est une recherche obstinée, envers et contre tous les nationalismes, toutes les oppositions religieuses, de l’humanité qui subsiste.
Télérama - La beauté lumineuse de ce film déchirant opposant, elle aussi, son poids d’humanité à une pulsion de mort qui ne vise rien d’autre que l’anéantissement.
Les cahiers du cinéma - En filmant un quotidien qu'il faut bien que chacun vive avec un minimum d'énergie, Rosi dévie de l'allégorie d'une "nuit" politique d'où devrait s'extirper le Moyen-Orient pour affirmer qu'un film ne peut toucher au plus juste de l'humain dans toutes ses dimensions (de l'intime à la politique internationale) qu'en renonçant à la solidité de son propre point de vue.