petites danseuses - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
le pass sanitaire est obligatoire à partir de 12 ans pour l’accès au musée, à la bibliothèque et au cinéma
accueil > à l'affiche au cinéma > petites danseuses

petites danseuses

ciné môme
France - 2020 - 1h31
sorti en France le 25 août 2021
à partir de 6 ans
documentaire - film francophone
de

Anne-Claire Dolivet

séances : semaine du mercredi 1er septembre 2021
mercredi 1er jeudi 2 vendredi 3 samedi 4 dimanche 5 lundi 6 mardi 7
16:30
19:00
11:00
16:45
11:00
14:30
séances : semaine du mercredi 8 septembre 2021
mercredi 8 jeudi 9 vendredi 10 samedi 11 dimanche 12 lundi 13 mardi 14
14:45
15:30
15:00*
séance spéciale :
* dernière séance le dimanche 12 Septembre à 15h

synopsis

À quoi ressemble la vie de petites filles qui rêvent de devenir des danseuses étoiles ? Elles ont entre 6 et 10 ans. À la maison, à l’école ou dans la rue, elles vivent la danse avec passion. Mais comment grandir dans un monde de travail intensif, d’exigence et de compétitions quand on est si petite ?
- voir la bande annonce

extrait(s) de presse

Le parisien - Mais l’intérêt de ce film subtil, c’est qu’il met aussi en évidence le plaisir de ces gamines passionnées, qui n’en oublient pas pour autant de s’éclater sur leur téléphone portable. Surtout, il brosse le portrait touchant et inspirant d’une prof de danse qui prône avec humour et bienveillance la compétition et le dépassement de soi, mais pas la concurrence ni les résultats à tout prix.
aVoir-aLire.com - Un documentaire délicat et sensible sur ces petits êtres en tutu qui se rêvent étoiles de ballet et grandes filles autonomes : un hymne à la danse et à l’enseignement.
Télérama - Cette chronique documentaire à hauteur d’enfant bénéficie de la personnalité très attachante des quatre danseuses, dont les témoignages en voix off rythment le récit sans tomber dans la mièvrerie… À l’exception d’une dernière scène embarrassante, où Jeanne et ses copines dansent au ralenti dans la forêt : on se croirait alors dans un spot publicitaire pour un village vacances.