black is beltza - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > black is beltza

black is beltza

Espagne - 2018 - 1h10
sorti en France le 8 mai 2019
film d'animation - version originale sous-titrée en français
de

Fermin Muguruza

séances : semaine du mercredi 10 avril 2019
mercredi 10 jeudi 11 vendredi 12 samedi 13 dimanche 14 lundi 15 mardi 16
21:00*
séance spéciale :
* ciné-débat :
séance suivie d'une rencontre avec le réalisateur, ainsi qu'une dédicace de l'album Black is beltza

synopsis

Octobre 1965, New York. Les traditionnels géants des Fêtes de Pampelune sont invités à défiler sur la 5ème avenue. Mais les autorités américaines interdisent la participation des deux géants noirs dans le contexte de la ségrégation raciale. C’en est trop pour Manex qui, fidèle à ses convictions et son tempérament rebelle, fausse compagnie à ses collègues. Il part à la découverte du New York de la lutte pour les droits civiques et de la contre-culture. Il est alors loin de s’imaginer que c’est le début pour lui d’un périple loin de son Pays Basque natal, entre Cuba et Mexico, en passant par Alger et Montréal. Il y croisera des militants de tous bords, des agents de la CIA, des femmes passionnées et révolutionnaires… Entre voyage initiatique et odyssée libertaire, Manex traverse le monde en ébullition de cette fin des années 60, celui de la Guerre Froide et des mouvements de libération des peuples.
- voir la bande annonce

notes de production

BLACK IS BELTZA” DE FERMIN MUGURUZA, BIEN PLUS QU’UN FILM D’ANIMATION

[zkrax] “Paint it black”, octobre sera noir ! Comme vous le savez sûrement, le 5 octobre sort sur grand écran, l’adaptation en dessin animé de la BD “Black is beltza” de Fermin Muguruza et Harkaitz Cano. La B.O du film sera quant à elle disponible dès le 19 septembre, et pour ceux qui ne l’auraient pas encore vu, l’exposition organisée autour de la BD est visible jusqu’au 30 septembre au musée San Telmo. Sans oublier que le film sera présenté dans le cadre du Festival Zinemaldia de Donostia. Mais attention, comme Muguruza l’a annoncé sur son compte twitter, toutes les places pour la séance du 28 septembre sont déjà prises. Oui, octobre sera noir, sans aucun doute.

Sans parler de la BD du même nom, il faut bien avouer que le trailer de “Black is beltza” diffusé sur la toile en août dernier était de bonne augure. Personnellement cela me faisait penser aux films d’animations tirés des BD de “Corto Maltese”, mais non comme une pâle copie. Plutôt comme une création propre, qui par le jeu des couleurs et lumières arrive à créer un environnement du même style, plus personnel mais de qualité identique. Il faut bien l’avouer, le film qui nous plonge “dans la société américaine du début du mouvement hippie et de la folie psychédélique” semble avoir les atouts d’une production de grande qualité.

Et une fois le dossier de presse lu, on comprend pourquoi. Pour son projet, Fermin Muguruza a réuni des artistes reconnus du monde audiovisuel comme le dessinateur Josep Homs, passé par les éditions Dargaud et créateur entre autres de l’univers graphique de la BD “Millénium” (ma trilogie livres/films préferée, désolé je ne pouvais ne pas le dire, Lisbeth for ever ), Pepe Boada coloriste et “storyboarder” du film “La mujer del anarquista“, Mikel Antero auteur de la BD “Lami“, et Iñaki Holgado qui collabore à la série BD reconnue “Verdun“. A ajouter à cela que les studio de Barcelone “Nueveojos” ont aussi participé au projet.

Mais comme pour tout film d’animation, les dessins ne peuvent rester statique, et là aussi Fermin Muguruza, entouré du directeur artistique Beñat Beitia et du responsable de l’animation Iñigo Berasategi, a fait appel à des studios de renom comme Dibulitoon Studio d’Irun, Draftoon Animation Studio d’Argentine, Hampa Studio de Valence, ainsi que le studio UserT38 de Madrid.

Le résultat ? Un film qui marquera sûrement la production audiovisuelle du Pays Basque, comme l’ont fait ces derniers temps des films comme “Loreak“, “Handia“, ou bien “Errementari“, qui ont prouvé que le cinéma basque était de niveau international. Du Pays Basque au monde, sans complexe !

Et si l’on ajoute au travail audiovisuel la qualité prévue de la Bande Originale du film, qui sort le 19 septembre, il va sans dire que “Black is beltza” ne contentera pas seulement nos yeux, les oreilles seront de la partie . Fermin Muguruza et Raül Refree ont su s’entourer de musiciens de renom. Jugez-en par vous même : Maika Makovski, Anari, Iseo, Yacine, Amel Zen, The Sey Sisters, Ceci Bastida (Tijuana No !), Ana Tijoux ou Manu Chao.

Et même si tout au long de son parcours, Fermin Muguruza a su démontrer qu’il maîtrisait avec professionnalisme la musique, le visuel et la communication, il me semble que “Black is beltza” est l’un de ses projets les plus abouti, sans pour autant dénigrer les autres. Mais l’un de ces projets, où une fois les amis réunis, ont peut sans limites ni contraintes laisser place au rêve. Oui, “Black is beautiful”, le noir est beau !