FR | EN

accueil > à l'affiche au cinéma > burning

burning

Buh-Ning
corée du sud - 2018 - 2h28
sorti en France le 29 août 2018
compétition officielle Cannes 2018 : prix Fipresci
film - version originale sous-titrée en français
de

Lee Chang-Dong

scénario : Lee Chang-dong, Oh Jung-mi
d'après l'oeuvre de : Haruki Murakami (Les granges brûlées), William Faulkner (L'incendiaire)
direction de la photographie : Hong Kyeong-pyo
musique ou chansons : Mowg
avec : Yoo Ah-in (Jong-soo), Steven Yeun (Ben), Jeon Jong-seo (Hae-mi), Lee Joong-ok, Ok Ja-Yeon
séances : semaine du mercredi 29 août 2018
mercredi 29 jeudi 30 vendredi 31 samedi 1er dimanche 2 lundi 3 mardi 4
18:00
15:30
20:45
15:30
18:00
20:30
14:00
18:15
21:00
14:30
20:45
11:00*
18:00
20:30
18:00
20:30
séance spéciale :
* séance matinale : tarif 3,50€
séances : semaine du mercredi 5 septembre 2018
mercredi 5 jeudi 6 vendredi 7 samedi 8 dimanche 9 lundi 10 mardi 11
16:00
20:45
18:00
18:15
20:45
11:00*
18:00
18:00
20:30
séance spéciale :
* séance matinale : tarif 3,50€

synopsis

Lors d’une livraison, Jongsu, un jeune coursier, retrouve par hasard son ancienne voisine, Haemi, qui le séduit immédiatement. De retour d’un voyage à l’étranger, celle-ci revient cependant avec Ben, un garçon fortuné et mystérieux. Alors que s’instaure entre eux un troublant triangle amoureux, Ben révèle à Jongsu son étrange secret. Peu de temps après, Haemi disparaît…

extrait(s) de presse

Les Fiches du Cinéma - Cette œuvre majeure de Lee Chang-dong, injustement écartée du dernier palmarès cannois, reste un film absolument fascinant.
Libération - Vibrant et intense, le film de Lee Chang-dong, l’un des plus beaux du dernier Festival de Cannes, oscille entre thriller romantique et traque métaphysique tandis que les certitudes de son trio amoureux se consument à petit feu.
aVoir-aLire.com - Une telle densité thématique emballée dans l’écrin d’une mise en scène flamboyante, voilà le beau cadeau que Lee Chang-dong a offert à ce Festival de Cannes. Sa plus grande réussite est d’avoir su mettre sa délicatesse habituelle au profit d’une intrigue criminelle retors.
Le Monde - Lee Chang-dong signe son film le plus abstrait, le plus beau, le plus surprenant, entre thriller et brûlot social.
Télérama - Notre Palme d'or.