trois visages - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
le restaurant la table à dessin est exceptionnellement fermé mercredi 15 août. réouverture à partir du 16 août
accueil > à l'affiche au cinéma > trois visages

trois visages

Se rokh
Iran - 2016 - 1h40
sorti en France le 6 juin 2018
prix du scénario Cannes 2018
film - version originale sous-titrée en français
de

Jafar Panahi

scénario : Jafar Panahi
direction de la photographie : Amin Ja'fari
avec : Behnaz Jafari (Behnaz Jafar), Jafar Panahi (Jafar Panahi), Marziyeh Rezaei (Marziyeh Rezaei), Maedeh Erteghaei (le père), Narges Delaram (la mère), Fatemeh Ismaeilnejad (vieille dame dans la tombe), Yadollah Dadashnejad (Yadollah), Ahmad Naderi Mehr (Karbalaei), Hassan Mihammadi (vieil homme sur la route), Mehdi Panahi (frère de Marziyeh), Asghar Aslani (propriétaire bovin), Yusef Moharamian (joueur de duduk)
séances : semaine du mercredi 6 juin 2018
mercredi 6 jeudi 7 vendredi 8 samedi 9 dimanche 10 lundi 11 mardi 12
18:30
20:45
21:00
21:00
11:00*
19:00
21:00
17:30
19:30
16:30
21:00
21:00
séance spéciale :
* samedi 11h00 matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 13 juin 2018
mercredi 13 jeudi 14 vendredi 15 samedi 16 dimanche 17 lundi 18 mardi 19
18:30
16:40
20:45
14:00
18:30
11:00*
18:45
21:00
16:30
20:45
18:30
séance spéciale :
* samedi 11h00 matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 20 juin 2018
mercredi 20 jeudi 21 vendredi 22 samedi 23 dimanche 24 lundi 25 mardi 26
17:15
16:15
21:00
14:30
16:30
14:30
18:45
16:15
16:15*
séance spéciale :
* mardi 16h15 dernière séance

synopsis

Une célèbre actrice iranienne reçoit la troublante vidéo d’une jeune fille implorant son aide pour échapper à sa famille conservatrice... Elle demande alors à son ami, le réalisateur Jafar Panahi, de l’aider à comprendre s’il s’agit d’une manipulation. Ensemble, ils prennent la route en direction du village de la jeune fille, dans les montagnes reculées du Nord-Ouest où les traditions ancestrales continuent de dicter la vie locale...

notes de production

Le cinéaste iranien Jafar Panahi est interdit de pratiquer son métier et de sortir de son pays depuis huit ans maintenant - en partie pour le contenu de ses films et en partie pour ses démonstrations en public de son opposition au régime. Cela ne l’empêche pas pour autant de continuer à tourner, dans la clandestinité : alors qu’il en avait réalisé cinq avant sa condamnation, Trois visages est son quatrième long-métrage réalisé depuis cette date. Et chacun de ces quatre films le voit gagner en audace, en créativité, en acuité, créant à partir de presque rien un cinéma riche en tours de magie narratifs et formels...
https://www.accreds.fr/2018/05/18/trois-visages-jafar-panahi-le-prestidigitateur.html

Trois visages est né d’une situation qui, sans être nouvelle, a littéralement explosé avec l’avènement des réseaux sociaux - extrêmement utilisés en Iran : la quête éperdue de contact, en particulier avec des personnalités du cinéma. Jafar Panahi, malgré sa situation officielle de réalisateur proscrit dans son propre pays est l’un des destinataires les plus sollicités par ces propositions - notamment de jeunes gens qui veulent faire des films. Et comme la plupart de ceux qui reçoivent de nombreux messages de la part de leurs fans sur les réseaux sociaux, il n’y répond que rarement, mais cela lui est déjà arrivé de ressentir une sincérité, une intensité qui l’ont poussé à se questionner sur la vie de celles et ceux qui envoient ces messages. Un jour, il a reçu sur Instagram (1) un message qui lui paraissait plus sérieux, et au même moment les journaux ont parlé d’une jeune fille qui s’était suicidée parce qu’on lui avait interdit de faire du cinéma. Il a imaginé alors recevoir sur Instagram une vidéo de ce suicide, et s’est demandé comment il réagirait face à cela.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Instagram

Cette idée a croisé l’envie de revenir sur l’histoire du cinéma iranien (2), et ce qui avait entravé ses artistes, par différentes manières, à différentes périodes. D’où l’idée d’évoquer trois générations, celles du passé, du présent et du futur, par l’intermédiaire de trois personnages d’actrices. En composant ces trois récits est née l’image de cette route étroite et sinueuse, qui est une représentation concrète de toutes ces limitations qui empêchent les gens de vivre et d’évoluer.
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Cinéma_iranien

Le tournage de Trois visages a eu lieu dans trois villages, respectivement les villages natals de la mère, du père et des grands-parents de Jafar Panahi. En utilisant une caméra très sensible, envoyée par sa fille qui habite en France, il a pu travailler y compris de nuit en extérieur sans avoir besoin d’un matériel lourd. Ces villages se trouvent au nord-ouest du pays, dans la partie azérie (3) de l’Iran, où les gens à la campagne sont particulièrement attachés aux traditions, avec des aspects encore très archaïques. Les comportements des habitants dans le film sont conformes à ce qui se passe dans cette région. La route sinueuse que l’on voit à l’écran existe toujours, bien qu’aujourd’hui les voitures empruntent désormais une autre route, plus large et asphaltée.
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Azéris

Au début, Jafar Panahi avait prévu que le couple qui arrive au village serait interprété par une autre actrice et son mari, qui est producteur. Finalement, cette actrice n’a pas pu faire le film, il a alors proposé le rôle principal à Behnaz Jafari, qui est une comédienne célèbre en Iran. Avec elle, Panahi a décidé de prendre le volant, pour tirer partie de sa connaissance de la langue turque azérie qu’il connaît bien, et qui facilite les relations avec les villageois, et avec la jeune fille qui a envoyé le message, relations qui sont un des enjeux du film.

Une fois le film tourné, Jafar Panahi est allé à Ispahan où vit Shahrzad. Il lui a demandé l’autorisation d’utiliser son nom. Elle a non seulement accepté mais elle a enregistré son poème, c’est sa voix qu’on entend dans le film. De même l’acteur qu’on voit sur l’affiche, Behruz Vossoughi dans le rôle-titre de Tangsir d’Amir Naderi, était immensément populaire, et l’est resté même s’il s’est exilé aux Usa après la révolution. Et Tangsir, dans un style de western contemporain, est un récit de révolte contre les corrompus, y compris religieux, dont le héros continue d’incarner un esprit auquel les Iraniens se réfèrent volontiers.

Contrairement à ce qui s’était produit pour Taxi Téhéran (4), où le nom des collaborateurs ne figuraient pas au générique, cette fois tous s’y trouvent, preuve d’un changement d’état d’esprit en Iran : lors du précédent film, certains techniciens avaient peur des conséquences si leur nom apparaissait, cette fois, tout le monde a insisté pour être présent au générique. Comme on l’a vu aussi lors des manifestations fin 2017, il y a désormais en Iran des gestes de protestations beaucoup plus virulents que par le passé. Cela s’est aussi traduit par la mobilisation de l’ensemble des professionnels du cinéma en faveur de Jafar Panahi : toutes les associations professionnelles du cinéma (réalisateurs, producteurs, distributeurs, techniciens, etc.) ont écrit au Président de la République pour lui demander de l’autoriser à aller à Cannes. Mais lui, tout en saluant ce geste de ses confrères, insiste surtout sur le fait qu’on l’autorise désormais à filmer comme il l’entend dans son pays, et à montrer ses films. Panahi a également fait savoir qu’il demande que les autres réalisateurs maltraités soient laissés en paix, avec la possibilité de voyager et de tourner - à commencer par Mohammad Rassoulof (5), qui avait été arrêté en même temps que lui en 2009, et qui fait à nouveau l’objet de pressions administratives, les autorités lui ayant retiré son passeport après qu’il ait présenté son dernier film à l’étranger.
(4) http://www.citebd.org/spip.php?film1466
(5) http://www.citebd.org/spip.php?film2049

Ne pouvant quitter l’Iran jusqu’en 2030, et par conséquent ne pouvant aller à Cannes, Panahi dû se faire représenter par sa famille. Le cinéaste russe Kirill Serebrennikov (6) est aussi dans le même genre de cas cette année.
(6) http://www.citebd.org/spip.php?film1849
Les différentes critiques et analyses y voient des références multiples et des hommages à Abbas Kiarostami (7), décédé en 2016 et dont Panahi fut l’assistant, même si le générique n’évoque pas cela.
(7)http://www.citebd.org/spip.php?film743

Jafar Panahi
voir fiche du film Taxi Téhéran
http://www.citebd.org/spip.php?film1466

Behnaz Jafari
https://www.imdb.com/name/nm0415415/

extrait(s) de presse

Accréds - Panahi soutient de la plus belle des manières les luttes pour les droits des femmes – sans tirer la couverture à lui mais en opérant une mise en retrait du masculin, que le dernier plan du film illustre parfaitement.