mutafukaz - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > mutafukaz

mutafukaz

France, Japon - 2017 - 1h33
sorti en France le 23 mai 2018
compétition Annecy 2017 - Prix de la meilleure musique originale, Prix du jury jeune Gérardmer 2018
film d'animation - film francophone
de

Shōjirō Nishimi, Guillaume Renard

scénario : Guillaume Renard
d'après l'oeuvre de : Guillaume Renard
musique ou chansons : The Toxic avenger, Guillaume Houzé
voix : Orelsan (Angelino), Redouanne Harjane, Féodor Atkine
séances : semaine du mercredi 16 mai 2018
mercredi 16 jeudi 17 vendredi 18 samedi 19 dimanche 20 lundi 21 mardi 22
20:30*
séance spéciale :
* 19h00 : séance de dédicace de Guillaume « Run » Renard (renseignements au 05 45 38 65 60) - 20h30 : projection du film en avant-première - 22h15 : DJ set de The Toxic avenger - soirée en partenariat avec Tamasa distribution, les éditions Ankama et l’association Hidden circle.
séances : semaine du mercredi 23 mai 2018
mercredi 23 jeudi 24 vendredi 25 samedi 26 dimanche 27 lundi 28 mardi 29
14:00
16:30
20:45
18:30
21:00
11:00*
19:00
21:00
11:00*
16:45
16:30
18:30
20:45
séance spéciale :
* samedi 11h00 matinale 3,50 €
* dimanche 11h00 matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 30 mai 2018
mercredi 30 jeudi 31 vendredi 1er samedi 2 dimanche 3 lundi 4 mardi 5
15:15
18:45
18:45
17:40
16:50
19:15
14:30
18:45
18:45*
séance spéciale :
* mardi 18h45 dernière séance

synopsis

Angelino est livreur de pizza dans la sombre et dangereuse mégapole de Dark meat city, où il squatte une chambre d’hôtel miteuse du quartier de Rios Rosas. Suite à un violent accident de scooter, il est victime d’inquiétantes hallucinations. Mais peut-être sont-elles plus proches de la réalité qu’il ne le croit… Qui sont ces hommes en noir à ses trousses ? Et cette jolie brune au regard hypnotique qu’il ne cesse de croiser, partout où il va ? Angelino et son pote Vinz ne vont pas tarder à le découvrir…

notes de production

Mutafukaz est une série de bande dessinée française aux influences comics et west coast...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mutafukaz
Après une tournée internationale en festivals et de difficiles démarches pour trouver un distributeur, Mutafukaz (le film) sort en mai 2018 en France, deux mois après l’Allemagne.

Après la sortie du film à Annecy, Guillemette Odicino de Télérama donne un avis positif sur ce film de genre ultra contemporain, qui est une jonction parfaite du comics et du manga, de la culture hip-hop et de la SF vintage : en dehors d’Invasion Los Angeles (1) de John Carpenter, la référence majeure du film, le scénario regorge de clins d’œil plus discrets qui régaleront les cinéphiles, les geeks, ou les deux. Et Shōjirō Nishimi a parfaitement adapté sa réalisation au style de Run, avec juste un peu plus de couleur, et sans trahir le moindre palmier déplumé sur le boulevard. Elle rajoute que l’œuvre, difficile à mettre dans une case, semble décontenancer...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mutafukaz_(film)
(1) http://www.citebd.org/spip.php?film1600

Entretien avec Guillaume Renard
Comment adapte-t-on sa propre bande dessinée en un scénario de long-métrage ?
"Mutafukaz" est constitué de six tomes et d’un volume supplémentaire sous forme de spin-off intitulé « Méta muta ». Cela fait au total 700 pages de bande dessinée. Adapter tout ce contenu en quatre-vingt-dix minutes n’était pas chose facile. Le processus était compliqué et j’ai même failli abandonner à un moment donné. Je pensais qu’il serait judicieux de partir vers une autre idée, un autre univers. Au final, je me suis dit que le défi consistait à rester concentré sur les protagonistes et leurs aventures. Dans la bande dessinée, je pouvais me disperser et traiter d’autres groupes de personnages. En restant focalisé sur mes héros principaux, je pouvais arriver à extraire la substantifique moelle de ma création. En respectant cet angle d’attaque, le travail d’adaptation a été plus serein à aborder. Même moi, je trouvais que la bande dessinée comportait des éléments cryptiques et cela m’a permis de les clarifier. Dans la BD, on a tendance à faire les choses à l’instinct, à l’intuition. Ici, j’ai pu me donner le temps de la réflexion et j’ai abouti à une histoire solide qui fonctionne. Les connaisseurs de la BD constateront de grandes différences. Mais je suis très satisfait d’avoir fait cet exercice sur mon propre univers...
http://eastasia.fr/2017/09/23/letrange-festival-2017-entretien-avec-guillaume-renard-mutafukaz-les-rues-de-feu/

Shōjirō Nishimi
https://www.imdb.com/name/nm0632722/

Guillaume Renard
https://fr.wikipedia.org/wiki/Run_(artiste)

The Toxic avenger
https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Toxic_Avenger_(musicien)

Guillaume Houzé
https://www.imdb.com/name/nm7589794/

Orelsan
https://fr.wikipedia.org/wiki/Orelsan

Redouanne Harjane
https://fr.wikipedia.org/wiki/Redouanne_Harjane

Féodor Atkine
voir fiche du film Money
http://www.citebd.org/spip.php?film1939

extrait(s) de presse

Télérama - Difficile à mettre dans une case, "Mutafukaz". S’il faut vraiment lui en trouver une pour rassurer les exploitants, disons « film de genre ultra contemporain ». Ou « bon film », tout simplement.
9ème art - "Mutafukaz" est indéniablement rempli de qualités, et d'ailleurs sa seule existence fait plaisir, tant les oeuvres d'animation clairement destinées à un public "adulte" (qu'on ne s'y trompe pas : le film est violent et mérite son interdiction au moins de douze ans) se font rares...
Human after hal - (...) je vous conseille de voir Mutafukaz dès que vous en avez l’occasion, vous devriez passer un bon moment.
Golem 13 - En tout cas l’ambiance nous rappelle un peu le très bon "Amer béton".