familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN

accueil > à l'affiche au cinéma > félicité

félicité

France - 2017 - 2h04
sorti en France le 29 mars 2017
Grand prix du jury ((Ours d'argent) Berlin 2017
film - film francophone
de

Alain Gomis

scénario : Alain Gomis, Delphine Zingg, Olivier Loustau
direction de la photographie : Céline Bozon
musique ou chansons : Le Kasai allstars
avec : Véronique Beya Mputu (Félicité), Papi Mpaka (Tabu), Gaetan Claudia (Samo), Nadine Ndebo (Hortense), Elbas Manuana (Luisant), Modero Totokani (père Samo), Leon Makola (patron du bar), Sylvie Kandala (la femme dans la cour), Muambuyi, Bavon Diana (le boss)
séances : semaine du mercredi 23 mai 2018
mercredi 23 jeudi 24 vendredi 25 samedi 26 dimanche 27 lundi 28 mardi 29
20:30*
séance spéciale :
* en partenariat avec Musiques métisses, en prélude à la 43ème édition du festival

synopsis

Félicité, libre et fière, est chanteuse le soir dans un bar de Kinshasa. Sa vie bascule quand son fils de 14 ans est victime d'un accident de moto. Pour le sauver, elle se lance dans une course effrénée à travers les rues d'une Kinshasa électrique, un monde de musique et de rêves. Ses chemins croisent ceux de Tabu...

notes de production

Alain Gomis a voulu faire ce film pour parler de femmes courageuses dont il est proche, qui n’acceptent pas la compromission et ne plient pas sous les coups. A cela est venu se greffer l’accident de l’un de ses jeunes cousins qui a perdu sa jambe (parce que mal soignée). Le réalisateur confie : l’histoire de ce gosse était aussi liée à celle de sa mère que l’on soupçonnait de pratiques obscures. Cette réalité simple qui confronte l’invisible au quotidien est à la base du film. J’avais envisagé alors une sorte de Faust (1)... et puis j’ai rencontré la musique du Kasai Allstars qui contenait tout cela.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Faust

Félicité est le premier film d’Alain Gomis centré sur un personnage féminin. Le metteur en scène justifie ce choix par le fait qu’il voulait se sentir moins proche de son personnage principal pour moins maîtriser les choses et changer de territoire.

C’est en visionnant une vidéo du groupe congolais Kasai Allstars qu’Alain Gomis a découvert Muambuyi, une chanteuse. Sa voix et sa personnalité ont permis au réalisateur d’imaginer une histoire autour de la lutte quotidienne d’un personnage féminin. Mais Muambuyi étant trop âgée, il a préféré choisir quelqu’un d’autre. Au départ, Gomis voyait Véronique Beya Mputu dans un petit rôle parce qu’il la trouvait trop jeune et trop belle pour incarner le personnage principal, puis la comédienne (qui avait fait du théâtre) s’est petit à petit imposée dans la peau de Félicité.

L’action de Félicité se déroule à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo comportant plus de 12 millions d’habitants. Alain Gomis ne connaissait pas cette ville qui lui procurait un sentiment de peur et de fascination. C’est le côté contradictoire de cette mégalopole qui a poussé le cinéaste à y poser sa caméra (Kinshasa est à la fois très riche au niveau des ressources naturelles mais très pauvre économiquement) et également ce faux article de la constitution disant : débrouillez-vous.

Il me semblait que ces personnages, sans structures pour les soutenir, avaient la puissance de personnages presque mythologiques. Face à eux-mêmes et rien autour pour les amortir. J’avais des personnages nus et du coup, d’une force rare, note Gomis.

Dieudo Hamadi (2), un jeune documentariste congolais, a pu mettre en contact Alain Gomis avec le régisseur producteur Roger Kangudia (3) qui a pu aider le metteur en scène à trouver les lieux qu’il voulait filmer à Kinshasa. Le cœur de la possibilité d’un film dans ce genre de cas, c’est la régie et la production exécutive, en l’occurrence Oumar Sall (4), le coproducteur sénégalais. S’ils sont bien connectés, savent se mouvoir dans les différents endroits où on espère tourner, s’ils savent discuter, intégrer la population au film, on peut filmer partout.
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Dieudonn%C3%A9_Hamadi
(3) https://www.imdb.com/name/nm4766879/
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Oumar_Sall

Le groupe Kasai Allstars, qui a créé une musique traditionnelle qui s’est urbanisée, alliant tradition et modernité, a aussi joué quant au choix de Kinshasa comme cadre spatial de Félicité. Pour Alain Gomis, cette musique incarne parfaitement la ville africaine.

Le roman La Route de la faim (5) du romancier et poète nigérian Ben Okri (6) relatant le parcours initiatique d’un jeune garçon enfant esprit (refusant de vivre sur terre et faisant le pacte de mourir le plus rapidement possible pour retourner dans un monde merveilleux) a servi de référence à Alain Gomis pour son film. C’est l’acteur et musicien Saul Williams (il avait le rôle principal dans Aujourd’hui (7)) qui avait fait découvrir le livre au cinéaste.
(5) http://littexpress.over-blog.net/article-14513999.html
(6) https://www.lexpress.fr/informations/ben-okri-l-incendiaire_623498.html
(7) http://www.citebd.org/spip.php?film905

Alain Gomis
voir fiche du film Aujourd’hui
http://www.citebd.org/spip.php?film1032

Delphine Zingg
https://www.imdb.com/name/nm0956969/
voir aussi fiche du film Tiens-toi droite
http://www.citebd.org/spip.php?film1343

Olivier Loustau
voir fiche du film Orpheline
http://www.citebd.org/spip.php?film1861

Céline Bozon
voir fiche du film Marguerite et Julien
http://www.citebd.org/spip.php?film1510

Le Kasai allstars
https://fr.wikipedia.org/wiki/Kasai_Allstars

Véronique Beya Mputu
https://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%A9ro_Tshanda_Beya_Mputu

Elbas Manuana
https://www.imdb.com/name/nm5251169/

Muambuyi
https://www.franceinter.fr/emissions/pop-co/pop-co-29-mars-2017

Bavon Diana
https://www.imdb.com/name/nm5135974/
voir aussi fiche du film Viva Riva !
http://www.citebd.org/spip.php?film666

extrait(s) de presse

Culturopoing - A l’âpreté de la mise en scène répond un souffle dans la façon de filmer les situations, une humanité dans celle de dépeindre les personnages qui n’entrent jamais en conflit, créent une œuvre forte parsemée d’images et de séquences époustouflantes.
Fiches du cinéma - En déplaçant le mythe d’Orphée à Kinshasa, Alain Gomis signe un film musical et dramatique absolument superbe.
Critikat - Loin de l'énergie joyeusement désespérée qui caractérisait ses précédents longs métrages, Alain Gomis semble s'être jeté à corps perdu dans l'effervescence de la Rdc.
Ecran large - Intense, organique et gracieux, le tour de force d'Alain Gomis fascine.
La Croix - Quatre ans après "Aujourd’hui", Alain Gomis livre un magnifique portrait de femme dans l’adversité, tourné à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, dans l’âpreté du réel.
Le Figaro - Le réalisateur franco-guinéen-sénégalais Alain Gomis signe un beau portrait de femme forte et généreuse.
Les Inrocks - C’est tout de même assez dément de parvenir à décrire concomitamment le jour et la nuit, le paradis et l’enfer. C’est ce que réussit Alain Gomis.
L'Humanité - Œuvre réaliste tournée in situ, ponctuée par les interférences du quotidien, qui est en même temps une geste lyrique, entrecoupée par les prestations d’un orchestre symphonique local ou par diverses trouées poétiques dues au talent de filmeur et d’improvisateur inspiré d’Alain Gomis, cinéaste jazz.