manhattan stories - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > manhattan stories

manhattan stories

Person to person
Usa - 2017 - 1h25
sorti en France le 16 mai 2018
film - version originale sous-titrée en français
de

Dustin Guy Defa

scénario : Dustin Guy Defa
direction de la photographie : Ashley Connor
musique ou chansons : Brian McOmber
avec : Abbi Jacobson (Claire), Michael Cera (Phil), Tavi Gevinson (Wendy), Bene Coopersmith (Benny), George Sample III (Ray), Philip Baker Hall (Jimmy), Isiah Whitlock Jr. (Buster), Michaela Watkins (la veuve), Olivia Luccardi (Melanie), Eleonore Hendricks (Francis), Ben Safdie (Eugene), Craig Butta (Darryl Ritz), Hunter Zimny (Scott)
séances : semaine du mercredi 16 mai 2018
mercredi 16 jeudi 17 vendredi 18 samedi 19 dimanche 20 lundi 21 mardi 22
14:00
18:30
20:30
21:00
18:30
21:00
11:00*
14:30
21:00
11:00
17:00
20:30
16:30
18:30
séance spéciale :
* samedi 11h00 matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 23 mai 2018
mercredi 23 jeudi 24 vendredi 25 samedi 26 dimanche 27 lundi 28 mardi 29
18:45
16:30
18:45
17:00
17:00
16:30
18:45*
séance spéciale :
* mardi 18h45 dernière séance

synopsis

Lors d'une journée à Manhattan, plusieurs personnes qui ne se connaissent pas se croisent (ou non) mais sont toutes reliées d'une façon ou d'une autre. Benny est un féru de vinyles collectors et il s'apprête à s'offrir un disque rare de Charlie Parker. Mais il doit s'occuper de son colocataire Ray, dépressif depuis qu'il a posté des photos de nu de sa petite copine sur le Net pour se venger d'elle. Claire est une chroniqueuse judiciaire en herbe qui doit faire équipe avec Phil, un journaliste d'investigation pour un tabloïd aux méthodes douteuses et prêt à tout pour dénicher un scoop. Leur enquête sur un suicide les mène à Jimmy, un horloger qui en sait beaucoup sur ce fait divers qui s'avère être un meurtre... Wendy, une étudiante, tente de persuader sa meilleure amie Melanie que ses idéaux féministes ne sont pas compatibles aux désirs sexuels. Pendant ce temps, un adolescent précoce découvre sa sexualité...

notes de production

En 2014, Dustin Guy Defa a réalisé un court métrage portant également le titre Manhattan stories. Le metteur en scène n’a cependant jamais eu l’intention que le long métrage soit une extension du court : ce sont au contraire deux films bien distincts. Il explique : la vérité, c’est que le long métrage devait porter un autre titre, Human right, dont j’ai fini par me lasser. L’équipe et moi-même en avons listé d’autres, mais le titre du court métrage apparaissait comme le meilleur pour ce film. Je savais que les gens qui me connaissaient pourraient penser qu’il s’agissait d’une extension du court métrage, ce qui fait sens dès lors que les deux films partagent une même écriture, un ton, un humour, le personnage de Benny, l’histoire autour des disques…

La structure de Manhattan stories est singulière, avec un tissu narratif qui repose sur cinq histoires individuelles distinctes et qui se chevauchent plus ou moins. C’est ce qui a plu à Dustin Guy Defa, qui avait ces histoires au départ en tête, et qui s’est demandé comment il pourrait les connecter entre elles. Il confie : j’ai donc rassemblé plusieurs histoires qui auraient pu être autant de films différents, et tirer ces fils disparates devenu un exercice assez passionnant. Robert Altman (1) a déjà fait des choses comme ça, comme dans Short cuts (2), je pense aussi à Magnolia (3), et il y en existe d’autres. C’est peut-être de Et tout le monde riait (4) de Peter Bogdanovich que je me sens le plus proche, ce dont je ne me suis d’ailleurs rendu compte qu’après l’écriture.
(1) http://www.citebd.org/spip.php?film1994
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Short_Cuts
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Magnolia_(film)
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Et_tout_le_monde_riait

Le point commun entre les personnages de Manhattan stories, c’est qu’ils cherchent tous quelque chose. Dustin Guy Defa précise : en effet, oui. Claire, par exemple, qui se lance dans ce nouveau travail de journaliste d’investigation, cherche d’abord sa place dans la société, car elle ne sait pas exactement où elle se situe. Mais c’est pour se retrouver dans la position la moins confortable qui soit : son chef Phil qui l’accueille abandonne une affaire simple pour une enquête sur un meurtre, une entrée en matière très dure pour Claire. Au fur et à mesure que l’enquête avance, elle prend conscience que là n’est pas forcément sa place.

Bene Coopersmith tient encore un rôle important dans ce film. Il s’agit d’un vieil ami de Dustin Guy Defa. Tous les deux ont vécu ensemble à Red hook (5). Le comédien y tient d’ailleurs toujours un magasin de disques. J’ai passé pas mal de temps à imaginer des rôles pour Bene, et c’est le court métrage qui a été le déclencheur. Je tenais le scénario qui allait fonctionner avec lui, sur lequel il donnerait le meilleur de lui-même, une histoire de frustration vis-à-vis de quelqu’un qui profite de sa générosité. Le personnage du long métrage est encore plus proche de ce que Bene est dans la vie : ouvert, aimant, passionné de musique et généreux envers autrui, se rappelle le metteur en scène.
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Red_Hook

Dustin Guy Defa a écrit Manhattan stories en pensant régulièrement à Tavi Gevinson, qu’il ne connaissait pourtant pas personnellement. Il raconte : elle m’a toujours fasciné, elle est assez incroyable, je savais qu’elle était brillante, mais je ne savais pas à quel point. Notre première rencontre a été assez dingue, elle était à fond, très excitée par le personnage. J’ai ressenti la même énergie qu’avec Bene.

Un certain nombre d’indices dans le film - les petits commerces fragiles, des bureaux vétustes, les disques de collection - indiquent un goût prononcé pour le versant le plus vintage (6) de New York… Dustin Guy Defa explique que ce n’est pas délibéré mais qu’il s’agit tout de même du genre de choses qui l’attirent : le côté passé, « analogique » des choses, même si ce truc rétro des années 70 et 80 peut me sembler parfois un peu déprimant ! Mais je savais par exemple que chez l’horloger on ne trouverait pas de montres ni d’horloges à affichage digital. C’est aussi pour ça que j’ai tourné en pellicule 16mm (7), pas tant pour situer le film dans une époque, comme ils ont choisi de le faire pour Jackie (8) par exemple, que pour conserver une cohérence avec ce goût qu’ont mes personnages pour les vieilles choses.
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Vintage
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Format_16_mm
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jackie_(film,_2016)

L’horlogerie a été construite pour les besoins du film. Il s’agissait à l’origine du local d’un opticien à Chinatown qui a fait faillite un mois plus tôt. Dustin Guy Defa se souvient : nous avions trouvé un vieil homme qui exerçait dans une toute petite pièce au bas d’un gratte-ciel - impossible de savoir comment il faisait tourner son business - un endroit parfait mais hélas trop étroit pour un tournage. Nous y avons emmené Philip Baker Hall afin qu’il rencontre le vieil homme et échange avec lui, pendant que de notre côté nous étions en train d’étudier sa boutique, ses outils. Nous avons fini par lui louer le gros du matériel qu’on voit dans le film.

Dustin Guy Defa
https://www.imdb.com/name/nm1037451/

Ashley Connor
https://www.imdb.com/name/nm3258927/

Brian McOmber
https://www.imdb.com/name/nm4590024/
voir aussi fiche du film Ugly
http://www.citebd.org/spip.php?film1141

Abbi Jacobson
https://fr.wikipedia.org/wiki/Abbi_Jacobson

Michael Cera
voir fiche du film Juno
http://www.citebd.org/spip.php?film1540

Tavi Gevinson
https://fr.wikipedia.org/wiki/Tavi_Gevinson

Bene Coopersmith
https://www.imdb.com/name/nm6112290/

George Sample III
https://www.imdb.com/name/nm6956225/

Philip Baker Hall
Né le 10 septembre 1931 à Toledo.
Sa prestation d’un Richard Nixon défait dans l’excellent Secret honor de Robert Altman reste dans les annales...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Philip_Baker_Hall

Isiah Whitlock Jr.
https://www.imdb.com/name/nm0926086/

Michaela Watkins
https://www.imdb.com/name/nm1143861/

Olivia Luccardi
https://www.imdb.com/name/nm3459140/

Eleonore Hendricks
https://www.imdb.com/name/nm0376720/
voir aussi fiche du film Les Chansons que mes frères m’ont apprises
http://www.citebd.org/spip.php?film1563

Ben Safdie
https://www.imdb.com/name/nm1509478/

Craig Butta
https://www.imdb.com/name/nm1278740/

Hunter Zimny
https://www.imdb.com/name/nm4774132/

extrait(s) de presse

Le Quotidien du cinéma - "Manhattan Stories" ne ressemble pas vraiment à tous ses contemporains, loin de là...