comme des rois - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > comme des rois

comme des rois

France - 2018 - 1h24
sorti en France le 2 mai 2018
film - film francophone
de

Xabi Molia

scénario : Xabi Molia, Frédéric Chansel
direction de la photographie : Martin de Chabaneix
musique ou chansons : Lullatone
avec : Kad Merad (Joseph), Kacey Mottet Klein (Micka), Sylvie Testud (Val), Tiphaine Daviot (Stella), Clément Clavel, Amir El Kacem (Mehdi)
séances : semaine du mercredi 2 mai 2018
mercredi 2 jeudi 3 vendredi 4 samedi 5 dimanche 6 lundi 7 mardi 8
14:00
16:30
18:30
20:30
17:30
20:45
16:30
18:45
21:00
11:00*
14:30
16:30
21:00
11:00*
14:30
16:30
16:30
18:30
20:30
18:30
20:30
séance spéciale :
* samedi 11h00 matinale 3,50 €
* dimanche 11h00 matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 9 mai 2018
mercredi 9 jeudi 10 vendredi 11 samedi 12 dimanche 13 lundi 14 mardi 15
18:30
20:30
18:30
16:15
18:30
14:30
17:00
21:00
11:00*
18:30
20:45
16:15
18:30
séance spéciale :
* dimanche 11h00 matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 16 mai 2018
mercredi 16 jeudi 17 vendredi 18 samedi 19 dimanche 20 lundi 21 mardi 22
16:30
18:45
16:30
16:50
18:45
18:30*
séance spéciale :
* lundi 18h30 dernière séance

synopsis

Joseph ne parvient pas à joindre les deux bouts. Sa petite entreprise d’escroquerie au porte-à-porte, dans laquelle il a embarqué son fils Micka, est sous pression depuis que le propriétaire de l’appartement où vit toute sa famille a choisi la manière forte pour récupérer les loyers en retard. Joseph a plus que jamais besoin de son fils, mais Micka rêve en secret d’une autre vie. Loin des arnaques, loin de son père...

notes de production

Xabi Molia a eu l’idée du pitch du film à la suite d’une petite péripétie qui lui est arrivée lorsqu’il se trouvait un jour à la gare Montparnasse. Un inconnu lui avait raconté une histoire invraisemblable pour le pousser à lui donner de l’argent. Le metteur en scène accepta de lui remettre un billet de 20 euros et repensa ensuite aux ressources que cet homme avait dû déployer pour arriver à ses fins...
Il se rappelle : et puis j’ai imaginé son retour chez lui, le soir, sa discussion avec sa femme sur leurs journées de travail respectives… C’est comme ça qu’a surgi la figure d’un artisan de l’arnaque, qui aime le travail bien fait, qui a le goût du métier, une petite routine. De fil en aiguille, je me suis dit que l’artisan devait penser à la transmission de son savoir-faire. Dans un monde qui change, en plus, un monde où les gens n’ouvrent plus trop leur porte, un monde où les pigeons se trouvent plus facilement sur Internet…

Après des études à l’École Normale Supérieure, Xabi Molia entame une carrière de romancier chez Gallimard puis au Seuil. En parallèle, il réalise ses premiers courts métrages, déjà produits par sa sœur, Christie Molia (1). En 2010 sort en salles son premier long-métrage, Huit fois debout (2), avec Julie Gayet et Denis Podalydès. Suivront en 2013 Les Conquérants (3), avec Mathieu Demy et de nouveau Denis Podalydès, puis en 2014 Le Terrain (4), un documentaire sur le football en banlieue réalisé pour Arte. Xabi vit aujourd’hui à Paris, où il partage son temps entre la réalisation et l’écriture.
(1) http://tsvp-prod.com/qui-sommes-nous/
(2) http://www.citebd.org/spip.php?film502
(3) http://www.citebd.org/spip.php?film1143
(4) http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/40147_1

Comme des rois est le troisième film de fiction réalisé par Xabi Molia. Ce dernier s’est efforcé avec ce nouveau long métrage de maintenir en permanence une forme de légèreté, d’humour, sans perdre de vue la dureté des conditions sociales. En France, on a tendance à s’enfermer dans un registre grave dès qu’on traite d’une question sociale. C’est très différent du cinéma britannique par exemple, où parler des classes populaires, de la précarité ne préjuge pas d’un traitement particulier. Et puis il y a des choses dont j’ai pris conscience en tournant mon dernier film, Le Terrain, un documentaire sur un club de jeunes footballeurs à Aubervilliers, explique le réalisateur.

C’est la prestation de Kad Merad dans la série politique Baron noir (5) qui a poussé Xabi Molia a choisir l’acteur pour être en tête d’affiche de Comme des rois. Il a lu le scénario et accepté le rôle en 24 heures. Il y avait aussi cette circonstance heureuse : Kad a lui-même, dans sa jeunesse, fait de la vente au porte-à-porte, et il sait que ça flirte très souvent avec l’arnaque. Il a grandi en banlieue mais pas dans des quartiers difficiles, plutôt dans ces zones pavillonnaires que j’ai voulu explorer dans le film, cette France périphérique où on s’ennuie un peu, raconte le metteur en scène.
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Baron_noir

Pour le personnage de Micka, le fils de Joseph que joue Kad Merad, Xabi Molia recherchait un acteur de 18 ans. Ce qui m’intéresse, c’est l’âge mutant entre l’enfance et le monde adulte, l’entredeux où l’on commence à rêver d’une autre vie mais sans oser l’affirmer haut et fort. Il y a, en même temps qu’une sensibilité à fleur de peau, quelque chose de très brut chez Kacey, et parfois d’impossible à contenir, mais c’est cette dualité qui m’intéressait pour le rôle. Je voulais un jeune acteur qui déborde, qui résiste, comme le personnage qu’il joue, précise le cinéaste. A noter que, quelques semaines avant la sortie de Comme des rois, Kacey Mottet Klein était le fils de Philippe Rebbot et Corinne Masiero dans Vent du nord (6).
(6) http://www.citebd.org/spip.php?film2066

Comme des rois traverse des paysages très différents constituant tout un panorama de la France d’aujourd’hui comme la cité, les quartiers pavillonnaires, les zones industrielles ou encore les jardins ouvriers. Xabi Molia explique : dès l’écriture, c’était évident que ce duo d’arnaqueurs avait vocation à être partout et nulle part, toujours en mouvement, comme dans une fuite en avant alors que menace le couperet de l’expulsion. Il leur faut trouver de l’argent dans un pays en crise, ça impose cette mobilité au récit lui-même et ça a déterminé très vite une écriture visuelle, très directe, toujours caméra à l’épaule, dans le sillage des personnages. Mais j’ai eu aussi envie de composer discrètement une « traversée de la France » qui correspond à 9 l’âge des possibles qu’incarne Micka. Sa force et sa beauté, c’est d’être malléable et mobile, inachevé mais pas figé.

Le film s’est tourné à Paris et en région parisienne pendant un mois, puis en Charente (7) autour d’Angoulême.
(7) http://www.sudouest.fr/2017/01/05/kad-merad-vient-tourner-comme-des-rois-3079087-813.php
(7) http://www.sudouest.fr/2017/01/31/kad-merad-tournage-express-3154246-813.php

Xabi Molia
voir fiche du film Les Conquérants
http://www.citebd.org/spip.php?film1143

Frédéric Chansel
http://www.winckelmuller.com/Chansel.html

Martin de Chabaneix
voir fiche du film Les Conquérants
http://www.citebd.org/spip.php?film1143

Lullatone
https://en.wikipedia.org/wiki/Lullatone

Kad Merad
Né Kaddour Merad le 27 mars 1964 à Sidi Bel Abbès.
Il se fait d’abord connaitre avec le duo Kad et Olivier, puis s’affirme en solo. C’est à cette occasion que le public charentais pourra le découvrir sur l’écran de la Cité dans le très beau Je vais bien, ne t’en fais pas de Philippe Lioret...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Kad_Merad

Kacey Mottet Klein
voir fiche du film Vent du nord
http://www.citebd.org/spip.php?film2066

Sylvie Testud
voir fiche du film Au plus près du soleil
http://www.citebd.org/spip.php?film1527

Tiphaine Daviot
https://fr.wikipedia.org/wiki/Tiphaine_Daviot

Clément Clavel
http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/597870-clement-clavel.html

Amir El Kacem
https://fr.wikipedia.org/wiki/Amir_El_Kacem
voir aussi fiche du film Une Histoire de fou
http://www.citebd.org/spip.php?film1564

extrait(s) de presse

Sens critique - Malgré son peu de moyens, le film vise à être au niveau d'un Ken Loach...