les frissons de l’angoisse - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > les frissons de l’angoisse

les frissons de l’angoisse

Profondo rosso
Italie - 1975 - 2h06
sorti en France le 17 août 1977
interdit aux moins de 16 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Dario Argento

scénario : Dario Argento, Bernardino Zapponi
direction de la photographie : Luigi Kuveiller
musique ou chansons : Goblin
avec : David Hemmings (Marcus Daly), Daria Nicolodi (Gianna Brezzi), Gabriele Lavia (Carlo), Macha Méril (Helga Ulmann), Eros Pagni (Supt. Calcabrini), Nicoletta Elmi (Olga, la petite fille), Giuliana Calandra (Amanda Righetti), Piero Mazzinghi (Bardi), Glauco Mauri (le professeur Giordani), Clara Calamai (Martha, la mère de Carlo), Aldo Bonamano (le père de Carlo), Liana Del Balzo (Elvira, la servante d'Amanda), Vittorio Fanfoni (le policier qui prend des notes), Dante Fioretti (le policier photographe), Geraldine Hooper (Massimo Ricci, l'amante de Carlo), Jacopo Mariani (Carlo enfant)
séances : semaine du mercredi 28 mars 2018
mercredi 28 jeudi 29 vendredi 30 samedi 31 dimanche 1er lundi 2 mardi 3
18:30*
séance spéciale :
* ciné fantastique : "Argento fortissimo" - séance présentée par Etienne Oburie (dessinateur de bande dessinée) - soirée en partenariat avec "Hidden circle" - tarif préférentiel 2 films = 7 € (couplé avec "Suspiria")

synopsis

Marcus Daly, un pianiste témoin du meurtre d'une médium, décide de mener son enquête, d'abord par curiosité, puis par nécessité lorsque l'assassin s'en prend à lui. Présent sur les lieux des crimes, il est rapidement suspecté par la police. Il comprend qu'il a vu une chose qui devrait le mettre sur le chemin de la vérité mais ne parvient pas à saisir quoi...

notes de production

Avec ce film, j’ai rejeté tout le côté rationnel de mes premiers films, ou du moins, tout ce qui était précis et défini. Dans Profondo rosso, j’ai commencé à mélanger le récit réel et réaliste avec le rêve et la fantaisie.
Dario Argento

Dario Argento a déjà quelques films à son actif (L’Oiseau au plumage de cristal (1), Le Chat à neuf queues) (2) quand lui vient l’idée des Frissons de l’angoisse. Tous ses films précédents respectent les règles du polar italien dit giallo (3) et il devient un spécialiste du genre pour beaucoup de cinéphiles.
(1) http://www.citebd.org/spip.php?film2064
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Chat_%C3%A0_neuf_queues
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Giallo

Dario Argento s’entoure ici de plusieurs acteurs renommés, comme David Hemmings, l’interprète principal du Blow up (4) d’Antonioni ou encore Clara Calamai , héroïne d’Ossessione (5) de Visconti. Mais d’un autre côté, il fait quelques nouvelles connaissances qui s’avèreront bénéfiques comme Gabriele Lavia, acteur fétiche du réalisateur et Franco Fraticelli (6), son monteur de Suspiria (7). L’équipe du film accueille également un grand nom en la personne de Bernardino Zapponi, le scénariste de Fellini (8) qui co-écrit le film.
(4) http://www.citebd.org/spip.php?film1866
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Amants_diaboliques
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Franco_Fraticelli
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Suspiria
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Federico_Fellini

Lors du tournage de ce film, Dario Argento va rencontrer sa future compagne et égérie, l’actrice Daria Nicolodi, qui interprète ici le rôle de la journaliste qui seconde Marcus dans son enquête. Elle jouera dans tous les films du réalisateur jusqu’à Opera (9). De cette union naîtra deux filles, dont l’actrice et réalisatrice Asia Argento (10).
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ra_(film,_1987)
(10) http://www.citebd.org/spip.php?film1384

Après trois collaborations fructueuses avec Ennio Morricone (11), Argento souhaite changer de registre musical. Il contacte d’abord Pink Floyd (12) qui lui fournit une maquette jugée insatisfaisante. Puis, Giorgio Gaslini (13) devient le compositeur attitré avant d’être remplacé par un groupe de rock encore inconnu du grand public : Goblin. Déçu par la musique de Gaslini, le réalisateur trouve une cassette audio sur son bureau et décide de l’écouter, cela deviendra la musique du film, à quelques arrangements près. Goblin, et leur leader Claudio Simonetti, deviendront les compositeurs d’Argento sur la plupart de ses films mais aussi de George A. Romero sur Zombie (14).
(11) http://www.citebd.org/spip.php?film518
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Pink_Floyd
(13) http://www.imdb.com/name/nm0309160/
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/Zombie_(film)

Fan du film d’Antonioni (4), Argento s’en est beaucoup inspiré dans son œuvre et particulièrement dans ce film. Tout repose sur des détails que les personnages n’analysent pas, ou du moins pas correctement : la peinture enfantine sur le mur d’une maison abandonnée que Marcus ne verra pas entièrement mais qui indique plus ou moins clairement qui est l’assassin et qui est le témoin ainsi que la photo de la même maison, qui montre une fenêtre à présent murée derrière laquelle se trouve encore la victime du meurtre dessiné. La quête du héros repose d’ailleurs sur une mauvaise interprétation : espérant pouvoir sauver la première victime, Marc aperçoit subrepticement ce qu’il croit alors être un tableau. S’en souvenant confusément, il signale alors la disparition de cette peinture, sans être vraiment sûr de lui, au policier qui l’interroge. Ce n’est qu’à la fin du film, de retour dans l’appartement de la médium, qu’il s’aperçoit de son erreur : le tableau était en réalité un miroir reflétant le visage de l’assassin.
La mise en scène nous amène à soupçonner successivement plusieurs personnages. La partie centrale du film se déroule sur un rythme très lent (lenteur voulue par Dario Argento).

- le tournage s’est déroulé du 9 septembre au 19 décembre 1974 à Rome, Perouse et Turin (villa Scott).
- lors de la sortie française en 1977, le film fut amputé de 35 minutes (la version intégrale est par la suite sortie en dvd chez l’éditeur Wild side, dans une édition accompagnée d’une longue analyse écrite par Jean-Baptiste Thoret)
- la silhouette et les mains du tueur sont celles de Dario Argento.
- George A. Romero (15) avait annoncé préparer un remake 3-D pour 2011
(15) http://www.citebd.org/spip.php?film1790

Les premières paroles prononcées dans le film par David Hemmings sont limpides : c’est bien, vraiment très bien. Peut-être même trop bien. C’est trop soigné, trop précis. Profondo rosso a l’apparence d’un giallo (3) traditionnel. Les éléments de base sont les mêmes : un personnage hors de son milieu naturel - ici un étranger, comme dans (L’Oiseau au plumage de cristal (1) ou encore dans l’œuvre matrice du genre, La Fille qui en savait trop (16) de Mario Bava -, impliqué malgré lui dans l’enquête. Un tueur ganté de noir. Un trauma initial. Mais derrière cette façade, tout n’est peut-être pas aussi simple. Les deux axes du giallo argentien sont bien présents : le traumatisme original, et l’élément-indice à décoder et réinterpréter. Mais ce ne sont que des leurres. Ainsi, le souvenir faisant irruption lors du générique est montré du point de vue de Carlo, et non de sa mère. Quant au faux tableau, l’information donnée est très relative, ni David Hemmings ni le spectateur n’ayant encore vu ce personnage. Plus qu’un giallo, Les Frissons de l’angoisse est un film sur le giallo : les meurtres ne sont pas justifiés par une psychose, mais par la volonté du tueur d’éliminer tous ceux susceptibles de l’identifier ; de fait, un grand nombre des victimes se retrouve sur le chemin de l’assassin à cause de l’enquête menée par Hemmings. La narration finit alors par devenir un cercle vicieux. De plus, le film se présente comme la critique de ses gialli précédents. Et le choix de l’acteur de Blow up (4) n’est pas innocent : non seulement sa quête interprétative est vouée à l’échec, puisque la solution ne sera trouvée que bien trop tard - et c’est ainsi qu’il faut lire le dernier plan -, mais de plus il répète son erreur une seconde fois. Lorsqu’il gratte la plaque de plâtre révélant le dessin mural, il s’arrête avant d’avoir terminé, n’obtenant qu’une vision partielle de la fresque. Seul le spectateur verra le dessin entièrement révélé, et dont l’interprétation sera bien différente...
http://www.dvdclassik.com/critique/les-frissons-de-l-angoisse-argento
(16) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Fille_qui_en_savait_trop

Le film comporte aussi des scènes esthétiquement très belles, notamment le célèbre plan-séquence constitué d’inserts d’objets appartenant au tueur sur un fond sonore hypnotique signé les Goblin (Zombie (14), Suspiria (7), Phenomena) (17), qui démontre une fois de plus l’immense talent de metteur en scène de Dario Argento. D’autres plans tout aussi magnifiques témoignent de l’exigence du réalisateur ; par exemple, le plan de demi-ensemble ou Marcus et Carlo, de chaque côté d’une statue gigantesque, discutent à distance du meurtre d’Helga Ulmann est absolument remarquable tant elle est soigneusement élaborée, quasiment au millimètre près, semble t-il. En outre, le spectateur partage de manière récurrente la subjectivité de l’assassin dont on n’aperçoit qu’une ombre menaçante ou une main gantée de noir (celles d’Argento, confesse t-il dans une interview), concept apparemment cher au réalisateur que l’on retrouve également dans Le Sang des innocents (18), réalisé en 2001...
http://www.films-horreur.com/movies/les-frissons-de-langoisse/
(17) https://fr.wikipedia.org/wiki/Phenomena
(18) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Sang_des_innocents_(film)

Le casting du film réunit également de futurs habitués de l’univers d’Argento, depuis Gabriele Lavia, qui interprète le rôle de Carlo et que l’on retrouvera dans Inferno (19) et Le Sang des innocents (18), jusqu’à Fulvio Mingozzi (l’inspecteur qui conduit Marc au commissariat au début du film), second rôle discret et constant des films du cinéaste - dans Suspiria (7), il incarne le chauffeur de taxi qui conduit Jessica Harper à l’école de danse de Fribourg. Mais la rencontre la plus marquante que scelle Les Frissons de l’angoisse est celle d’Argento avec le groupe les Goblin, qui signent à cette occasion leur première bande originale de film et dont les musiques deviendront indissociables du nom du cinéaste...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/les-frissons-de-l-angoisse,8882-note-4019
(19) https://fr.wikipedia.org/wiki/Inferno_(film,_1980)

Dario Argento
voir fiche du film L’Oiseau au plumage de cristal
http://www.citebd.org/spip.php?film2064

Bernardino Zapponi
voir fiche du film Le Grand embouteillage
http://www.citebd.org/spip.php?film1457

Luigi Kuveiller
Né le 3 octobre 1927 à Rome, décédé le 10 janvier 2013 à Fiano Romano.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Luigi_Kuveiller
voir aussi fiche du film La Classe ouvrière va au paradis
http://www.citebd.org/spip.php?film536

Goblin
Influencés par Genesis et King Crimson, leurs premiers travaux ne connurent pas le succès jusqu’à ce qu’ils soient appelés par Dario Argento...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Goblin_(groupe)

David Hemmings
voir fiche du film Blow-up
http://www.citebd.org/spip.php?film1866

Daria Nicolodi
Née le 19 juin 1950 à Florence.
Après sa séparation d’avec Argento, Daria Nicolodi se fait plus rare au cinéma...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Daria_Nicolodi

Gabriele Lavia
Né le 10 octobre 1942 à Milan.
http://www.imdb.com/name/nm0492006/

Macha Méril
Née Maria-Magdalena Vladimirovna Gagarina le 3 septembre 1940 à Rabat.
C’est Gérard Oury qui l’invite à se choisir un nom de scène ; elle garde Macha, le diminutif de Maria, et prend le nom de Méril en hommage à la chanteuse de jazz Helen Merrill...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Macha_M%C3%A9ril

Eros Pagni
Né le 28 août 1939 à La Spezia.
http://www.imdb.com/name/nm0656521/

Nicoletta Elmi
Née le 13 février 1964 à Rome.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicoletta_Elmi
voir aussi fiche du film La Baie sanglante
http://www.citebd.org/spip.php?film380

Giuliana Calandra
Née à Moncalieri le 10 février 1936.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Giuliana_Calandra

Piero Mazzinghi
http://www.imdb.com/name/nm0563574/

Glauco Mauri
http://www.imdb.com/name/nm0561080/

Clara Calamai
Née à Prato le 7 septembre 1909, décédée à Rimini le 21 septembre 1998.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Clara_Calamai

Aldo Bonamano
http://www.imdb.com/name/nm0093731/

Liana Del Balzo
Née à Buenos Aires le 4 mars 1899, décédée à Rome le 26 mars 1982.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liana_Del_Balzo

Vittorio Fanfoni
http://www.imdb.com/name/nm0266741/

Dante Fioretti
http://www.imdb.com/name/nm0278538/

Geraldine Hooper
http://www.imdb.com/name/nm0393742/

Jacopo Mariani
http://www.imdb.com/name/nm0547079/

extrait(s) de presse

Dvd classik - Travail sur les couleurs saturées, poésie morbide des meurtres, narration elliptique, Les Frissons de l’angoisse peut être considéré comme le mètre étalon de l’œuvre du réalisateur romain, celui, avec "Suspiria", auquel on comparera tous ses autres films.
àVoir-àLire - Un giallo profondément original qui questionne la véracité de l’image filmée...
Horreur - Un film que je conseille à tout amateur de giallo et même à quiconque souhaiterait découvrir le cinéma de Dario Argento.
Télérama - Musique à glacer le sang, trouvailles visuelles, Les Frissons de l'angoisse est un modèle de mise en scène...
Devil dead - (...) dans "Les Frissons de l'angoisse", Argento passe clairement à la vitesse supérieure en matière de violence visuelle, et signe là sa première réalisation authentiquement "gore"...
Chroniques du cinéphile... - Un grand thriller pour un Argento ne se préoccupant plus d’un argument rationnel pour nous plonger dans l’abime avec le "Suspiria" à venir.
Scifi universe - "Profondo rosso" marque une époquosso marque une époque de transition vers ce que va devenir la réalisation singulière de Dario Argento. Se détournant de ses gallios d’origines, il part quérir d’autres sources d’inspiration dans le fantastique...
Ecran noir - "Les Frissons de l'angoisse" hante nos esprits très longtemps après que les dernières notes de musique du générique final aient retenti, notre cerveau n'en finissant plus de ressasser les éléments qu'Argento vient de nous jeter en pâture... Grandiose.