la prière - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image

FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > la prière

la prière

France - 2018 - 1h47
sorti en France le 21 mars 2018
Ours d'argent du meilleur acteur (Anthony Bajon) Berlin 2018
film - film francophone
de

Cédric Kahn

scénario : Cédric Kahn, Fanny Burdino, Samuel Doux
d'après l'oeuvre de : Aude Walker
direction de la photographie : Yves Cape
musique ou chansons : Thibault Deboaisne
avec : Anthony Bajon (Thomas), Damien Chapelle (Pierre), Alex Brendemühl (Marco), Louise Grinberg (Sybille), Antoine Amblard (père Luc), Maïté Maillé (Agnès), Magne-Håvard Brekke (Olivier), Hanna Schygulla (sœur Myriam), Davide Campagna (Luciano)
séances : semaine du mercredi 21 mars 2018
mercredi 21 jeudi 22 vendredi 23 samedi 24 dimanche 25 lundi 26 mardi 27
16:30
20:45
14:00
16:30
18:30
16:30
18:45
21:00
11:00*
16:30
21:00
11:00*
14:30
16:30
18:30
20:30
séance spéciale :
* samedi 11h00 matinale 3,50 €
* dimanche 11h00 matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 28 mars 2018
mercredi 28 jeudi 29 vendredi 30 samedi 31 dimanche 1er lundi 2 mardi 3
18:30
18:30
16:45
21:00
16:45
18:30
20:30
séances : semaine du mercredi 4 avril 2018
mercredi 4 jeudi 5 vendredi 6 samedi 7 dimanche 8 lundi 9 mardi 10
16:30
16:30
16:30
18:45
18:45
14:00
16:30*
séance spéciale :
* mardi 16h30 dernière séance

synopsis

Thomas a 22 ans. Pour sortir de la dépendance, il rejoint une communauté isolée dans la montagne tenue par d’anciens drogués qui se soignent par la prière. Il va y découvrir l’amitié, la règle, le travail, l’amour et la foi…

notes de production

Filmés dans le Trièves (1), à côté de Grenoble, et dans la rudesse d’un camp quasi militaire, ces anciens toxicomanes s’émancipent du chaos et recréent des liens fraternels, du collectif, de l’humain. Un peu plus haut dans la montagne, il y a la maison des filles et l’on célébrera même des fiançailles. Cédric Kahn se dit lui-même agnostique (2) et choisira volontairement l’angle du récalcitrant Thomas pour mieux dérouler l’histoire. Agneau rebelle, il s’apaisera. La prière pour qui, pourquoi ? Sur le chemin de la rédemption, ils se parlent avec sincérité, candeur et pardon. Rien ne se perd, tout se transforme, l’héroïne est devenue psaumes et un peu d’amour. D’aucuns les diraient illuminés mais ils travaillent le bois, la terre et réapprennent à aimer.
Que fallait-il de cœur et d’humilité pour ne jamais plonger dans le pathos tire-larmes ? A l’image du réalisateur et de son acteur principal, si le film nous bouleverse c’est avec une élégante pudeur. Peut-être des raccourcis d’écriture, des longueurs notables et une construction finale un brin facile mais il reste l’impression d’avoir vécu un moment privilégié. Candide, violent et sincère !
https://www.cineman.ch/fr/article/berlinale2018-l%C3%A9mouvante-pri%C3%A8re-de-c%C3%A9dric-kahn
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Tri%C3%A8ves
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Agnosticisme

Avec La Prière, Cédric Kahn signe un film lumineux et empreint d’une grande douceur, dressant le portrait d’un jeune homme à un instant charnière de son existence, à l’heure de décider ce que va être sa vie, de choisir sa voie. Contrairement à ce que l’on aurait pu redouter, il ne s’agit pas d’une œuvre austère versant dans le prosélytisme (3). Bien sûr, le film baigne dans la morale chrétienne et les chants religieux. Le cinéaste valorise la prière et le recueillement pour apaiser les âmes troublées, et la question de la foi est au centre des préoccupations du protagoniste. Mais c’est moins un film sur la spiritualité que sur les vertus humanistes et sociales de la religion. Le personnage principal ne peut pas savoir s’il a rencontré Dieu, mais ce qui est certain, c’est qu’il s’est trouvé une véritable famille au sein de cette communauté, auprès de ces personnes qui ont connu les mêmes galères que lui et qui cherchent à se reconstruire à leur propre rythme. Il a trouvé des pères et des mères de substitution, capables de le secouer quand il s’égare - la scène où la Mère supérieure, incarnée par la lumineuse Hannah Schygulla, le met face à ses mensonges et ses contradictions, est un beau moment de cinéma.
La religion est utile quand elle crée du lien et de la solidarité, qu’elle aide les individus à s’intégrer dans la société ou à surmonter les épreuves individuelles, à apporter de la lumière dans les ténèbres. Ici, elle permet au jeune protagoniste de trouver la paix intérieure et d’avoir foi, avant tout, en lui-même et en ses possibilités...
https://www.anglesdevue.com/berlinale-2018-la-priere-de-cedric-kahn/
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Pros%C3%A9lytisme

Entretien avec Cédric Kahn
Quel a été le point de départ du film ?
Ce projet est né de trois rencontres décisives. En tout premier lieu, Aude Walker, une jeune écrivain, qui m’a mis sur la piste du sujet, ayant elle-même beaucoup enquêté en vue d’un livre sur des expériences religieuses tentées avec des toxicomanes. De Fanny Burdino et Samuel Doux, un duo de scénaristes, qui ont relevé le défi de l’écriture qui par certains aspects comportait pour moi beaucoup de défis et, enfin, de Sylvie Pialat (4), la productrice, qui a immédiatement adhéré au projet et à l’idée de le faire sans acteurs connus, dans l’esprit de mes premiers films...
Filmer la foi ne va pas forcément de soi. Comment avez-vous résolu cette question ?
Par le doute. Rien n’est imposé au spectateur, il a toujours la possibilité de forger sa propre conviction, même dans la scène de miracle. Je tenais à ce que tout reste rationnel... Et que les images créent cette subjectivité, cette illusion. Les chants en chapelle, les marches dans la montagne, l’écho dans le brouillard : avec les moyens du cinéma, je pensais qu’on pouvait faire ressentir la présence, l’invisible...
http://www.le-pacte.com/france/prochainement/detail/la-priere/
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Sylvie_Pialat

Cédric Kahn
voir fiche du film Une Vie meilleure
http://www.citebd.org/spip.php?film762

Fanny Burdino
http://www.imdb.com/name/nm3035083/

Samuel Doux
https://fr.wikipedia.org/wiki/Samuel_Doux
voir aussi fiche du film Discount
http://www.citebd.org/spip.php?film1295

Aude Walker
https://fr.wikipedia.org/wiki/Aude_Walker

Yves Cape
voir fiche du film Chronic
http://www.citebd.org/spip.php?film1597

Thibault Deboaisne
http://www.imdb.com/name/nm5964310/

Anthony Bajon
http://www.imdb.com/name/nm7557188/
voir aussi fiche du film Rodin
http://www.citebd.org/spip.php?film1883

Damien Chapelle
voir fiche du film Marie et les naufragés
http://www.citebd.org/spip.php?film1699

Alex Brendemühl
voir fiche du film Truman
http://www.citebd.org/spip.php?film1715

Louise Grinberg
voir fiche du film Tour de France
http://www.citebd.org/spip.php?film1742

Antoine Amblard
http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/440194-antoine-amblard.html

Maïté Maillé
voir fiche du film À nos amours
http://www.citebd.org/spip.php?film1941

Magne-Håvard Brekke
http://www.imdb.com/name/nm0107029/
voir aussi fiche du film L’Enfant d’en haut
http://www.citebd.org/spip.php?film844

Hanna Schygulla
voir fiche du film Fortunata
http://www.citebd.org/spip.php?film2068

Davide Campagna
http://www.imdb.com/name/nm6950929/

extrait(s) de presse

Paris match - Cédric Kahn ne juge pas. Il filme le déplacement d’une dépendance - celle à l’héroïne - à une autre forme de dépendance - celle de l’absolutisme de la religion...
Le Point - (...) un film puissant qui s'interroge sur l'expérience de la foi, sans pour autant parler de religion.
Abus de ciné - (...) Cédric Kahn représente une parenthèse salvatrice des plus lumineuses.
La Croix - (...) ce film touche par la palette des sentiments qu’il explore. Et permet à Cédric Kahn de revenir avec succès au dépouillement formel et à la radicalité de certains de ses films comme "Roberto Succo".
Angles de vue - Avec "La Prière", Cédric Kahn signe un film lumineux et empreint d’une grande douceur...
Télérama - C’est moins un film sur la foi que sur la fraternité. Et c’est bien ce qui rend déchirants les adieux de Thomas, en partance vers son destin, à ses compagnons d’infortune, réunis pour lui souhaiter bonne route.
àVoir-àLire - Entre beauté mystique et nature sauvage, Cédric Kahn décrit avec une infinie pudeur le combat douloureux et rédempteur d’un jeune homme aux prises avec la vie.
Bande à part - La foi ici célébrée par Cédric Kahn est pourtant moins une ferveur religieuse qu’une croyance en l’homme. Y croire, c’est croire en soi, c’est croire en la lumière et surtout, en l’amour.