the lost city of z - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > the lost city of z

the lost city of z

Usa - 2016 - 2h21
sorti en France le 15 mars 2017
film - version originale sous-titrée en français
de

James Gray

scénario : James Gray
d'après l'oeuvre de : David Grann
direction de la photographie : Darius Khondji
musique ou chansons : Christopher Spelman
avec : Charlie Hunnam (Percy Fawcett), Robert Pattinson (Henry Costin), Sienna Miller (Nina Fawcett), Tom Holland (Jack Fawcett), Angus MacFadyen (James Murray), Edward Ashley (Arthur Manley), Nicholas Agnew (John Coundley), Ian McDiarmid (Sir George Goldie), Clive Francis (Sir John Scott Keltie), Matthew Sunderland (Dan), Johann Myers (Willis), Michael Jenn (Sidney Thornton), Michael Ford-FitzGerald (chasseur leader), Elena Solovey (Madame Kumel), Franco Nero (Baron de Gondoriz), John Sackville (Simon Beauclerk), Bobby Smalldridge (Jack Fawcett, à 7 ans), Aleksandar Jovanovic (Rudolf), Adam Bellamy (Cecil Gosling), Brian Murphy (l'archiduc Franz Ferdinand), Tom Mulheron (Jack Fawcett, enfant), Harry Melling (William Barclay)
séances : semaine du mercredi 31 janvier 2018
mercredi 31 jeudi 1er vendredi 2 samedi 3 dimanche 4 lundi 5 mardi 6
20:30*
21:00
11:00*
séance spéciale :
* Festival Télérama / Afcae à Angoulême du 31 janvier au 6 février 2018. En échange du Pass, complété de vos noms et adresses, une carte valable pour 2 personnes durant toute la durée de la manifestation vous sera remise à la caisse du cinéma. Sur présentation de cette carte, tous les films du festival Télérama / Afcae sont au tarif de 3,50 € la place (par personne). Tarif unique 3,50 € pour tous grâce au Pass (valable pour 2 personnes) à découper dans le magazine Télérama.
* dimanche 11h00 matinale 3,50 € - dernière séance

synopsis

Percy Fawcett est un major britannique reconnu et un mari aimant. En 1906, alors qu’il s’apprête à redevenir père, la Société géographique royale d'Angleterre lui propose de partir en Amazonie afin de cartographier les frontières entre le Brésil et la Bolivie. Sur place, l’homme se prend de passion pour l’exploration et découvre des traces de ce qu’il pense être une cité perdue très ancienne. De retour en Angleterre, Fawcett n’a de cesse de penser à cette mystérieuse civilisation, tiraillé entre son amour pour sa famille et sa soif d’exploration et de gloire…

notes de production

The Lost city of Z est l’adaptation cinématographique du roman La Cité perdue de Z (1) écrit par David Grann. Le livre est lui-même inspiré des aventures du célèbre explorateur britannique Percy Fawcett (2) qui a mystérieusement disparu dans la jungle brésilienne en cherchant à trouver une cité perdue datant de l’Atlantide (3).
(1) https://www.babelio.com/livres/Grann-La-cite-perdue-de-Z--Une-expedition-legendaire-au/174643
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Percy_Fawcett
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Atlantide

L’envie de réaliser ce film est née de plusieurs facteurs pour James Gray mais la raison la plus évidente provient de sa volonté de retranscrire à l’écran la soif de découverte de Percival Harrison Fawcett (2). Le metteur en scène confie : son rêve de découvrir une ancienne civilisation amazonienne lui a permis d’endurer d’inimaginables épreuves, le scepticisme de la communauté scientifique, de terribles trahisons et les longues années passées loin de sa famille.

Brad Pitt (4) puis Benedict Cumberbatch (5) avaient chacun été envisagés pour se glisser dans la peau de Percy Fawcett (2), mais ont préféré laisser tomber au profit de Charlie Hunnam. Pitt endosse toutefois le poste de producteur délégué via sa société Plan B entertainment tandis que Cumberbatch a préféré se consacrer au film Doctor Strange (6) pour lequel il tient le rôle-titre.
(4) http://www.citebd.org/spip.php?film265
(5) http://www.citebd.org/spip.php?film1204
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Doctor_Strange_(film)

Pour incarner au mieux son personnage lors des scènes de guerre, Charlie Hunnam voulait manger et dormir dans des tranchées pendant le tournage. L’acteur n’a cependant pas eu le droit de procéder de la sorte, sans doute pour des raisons d’assurance.

The Lost city of Z est le premier film de James Gray depuis Little Odessa (7) qui ne comprend pas Joaquin Phoenix (8) dans son casting. C’est aussi la première fois que le metteur en scène ne tourne pas à New York.
Avec un budget de 30 millions de $, The Lost city of Z est le film le plus cher réalisé par James Gray. A titre de comparaison, Little Odessa avait coûté 2.3 millions, The Yards (9) 24 millions, La Nuit nous appartient (10) 18 millions, Two lovers (11) 12 millions et The Immigrant (12) 16 millions.
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Little_Odessa_(film)
(8) http://www.citebd.org/spip.php?film1530
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Yards
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_nuit_nous_appartient
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Two_Lovers
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Immigrant

The Lost city of Z évoque également le problème des classes ainsi que la difficulté de certains individus à trouver leur place au sein de la société. James Gray explique ainsi avoir été fasciné par les conflits intérieurs de Fawcett : outre ses désaccords avec la communauté scientifique et l’armée britannique, c’est également un homme en contradiction avec lui-même, tout à la fois ambitieux officier qui n’apprécie pas de se voir confier une mission en apparence obscure, père de famille dévoué et patriote devenu grand aventurier, et soldat méticuleux et pragmatique qui croit secrètement, et de manière quasi spirituelle, à l’existence de The Lost city of Z.
Le film a été tourné à Belfast ainsi qu’à Santa Marta (13) en Colombie. Lors des prises en Irlande du Nord, les fermiers vivant à proximité du plateau ont été effrayés par les nombreuses explosions liés au tournage du film et ont contacté les médias locaux.
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/Santa_Marta

Un des points commun que The Lost city of Z partage avec les autres films de James Gray réside dans la représentation de la thématique des liens familiaux. Le cinéaste s’est ainsi intéressé, dans ce long métrage, au lien indestructible qui unit Percy à sa femme Nina, et aussi à son fils Jack qui a mal vécu l’absence de son père durant l’enfance mais qui se joint à lui pour cette ultime expédition.

Comme il en a été question pour tous ses films, James Gray a filmé The Lost city of Z en 35 mm (14). Un choix délicat pour l’équipe se trouvant dans la jungle puisqu’elle devait envoyer par avion des pellicules à plusieurs milliers de kilomètres, pour qu’elles soient ensuite développées et montées, si bien que les rushs ne pouvaient être visionnés qu’une semaine plus tard.
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/Format_35_mm

Deux des principales difficultés du tournage au cœur de la forêt tropicale colombienne résidaient dans la forte présence de serpents et du virus de la dengue, anciennement appelé grippe tropicale ou fièvre rouge. Plus globalement, le tournage dans la jungle a été particulièrement difficile. Plusieurs incidents se sont en effet produits comme celui d’un insecte attaquant le tympan de Charlie Hunnam, une montée des eaux soudaine ou encore la présence de crocodiles dans une rivière où une scène a été tournée. Un membre de l’équipe a même été mordu au cou par un serpent (mais a survécu parce que quelqu’un lui a aspiré le venin)...
Tom Holland portait, pendant le tournage, une fausse moustache, le comédien né en 1996 n’étant pas parvenu à s’en laisser pousser une.

James Gray revendique le montage du film qui sort en salles mais il existe une copie de travail, la toute première, qui dure 4h15 ! Il s’agit d’une version que l’on ne verra sans doute jamais puisqu’en plus du travail qu’elle nécessiterait, elle est aussi selon le metteur en scène trop ennuyeuse...

Avant de se lancer dans la production du film, James Gray a écrit à Francis Ford Coppola (15), pour lui demander des conseils pour un tournage dans la jungle. Ce dernier n’a répondu que par deux mots « Don’t go » (n’y allez pas). Il avait reçu le même conseil de la part de Roger Corman (16) au moment de se lancer dans Apocalypse now (17).
(15) http://www.citebd.org/spip.php?film845
(16) https://fr.wikipedia.org/wiki/Roger_Corman
(17) https://fr.wikipedia.org/wiki/Apocalypse_Now

Le film a clos le festival du film de New York en 2016 et a été présenté dans la section Berlinale speciale lors du 67e Festival de Berlin (18) en 2017.
(18) https://fr.wikipedia.org/wiki/Berlinale_2017

Une autre dimension vient encore ajouter à l’ampleur de cette histoire : le temps. Près de vingt ans s’écoulent entre la première et la troisième expédition, en 1925. Le fils aîné, que l’explorateur n’a pas voulu voir grandir, est, soudain, un disciple inespéré, un alter ego possible. En tout cas, un compagnon de voyage ultime. James Gray, ­refusant toujours le spectaculaire, orchestre alors un finale grandiose, à bas bruit. Une cérémonie nocturne, au milieu de la forêt, où culmine le mysticisme du héros. Il s’agit, aussi, du legs ambigu d’un père à son enfant. Comme une leçon de vie et de mort. La transmission, dans le même mouvement, de la joie d’être au monde, de s’y abandonner et de s’y dissoudre.
http://www.telerama.fr/cinema/films/the-lost-city-of-z,502705.php

Entretien avec James Gray
"The Lost city of Z" nous arrive lesté de sa propre mythologie, ce projet sur l’obsession d’un homme devenu le récit de votre propre obsession. Quelle part de vrai dans cette idée ?
Il y a du vrai, car le film fut extrêmement difficile à produire. Ce n’est pas un gros film d’action, mais ce n’est pas non plus un projet à 2 millions de $, à caractère politique et totalement déconstruit. Il flotte donc dans une sorte de no man’s land du cinéma étatsunien actuel. Car l’industrie du cinéma aux Usa est sclérosée, reposant entièrement sur la production de films de super-héros, ce qui a un effet délétère sur le cinéma indépendant. A force de produire de mauvais films à gros budget se crée une réaction inverse et proportionnelle, qui prend la forme d’un rejet des formes narratives classiques. Alors que moi, je crois à la narration, je pense qu’elle a encore un rôle à jouer. Donc, oui, le film est devenu une obsession, sinon j’aurais abandonné depuis longtemps...
http://next.liberation.fr/cinema/2017/03/14/james-gray-je-suis-tres-reticent-a-abandonner-les-choses-que-je-trouve-belles_1555676

James Gray
Né à New York en 1969.
L’œuvre de James Gray jouit d’une reconnaissance critique plus grande en Europe qu’aux Usa...
https://fr.wikipedia.org/wiki/James_Gray_(r%C3%A9alisateur)

David Grann
https://en.wikipedia.org/wiki/David_Grann

Darius Khondji
voir fiche du film L’Homme irrationnel
http://www.citebd.org/spip.php?film1530

Christopher Spelman
https://fr.wikipedia.org/wiki/Christopher_Spelman

Charlie Hunnam
Né le 10 avril 1980 à Newcastle.
Révélé par son rôle de Jax Teller dans la série tv Sons of anarchy...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Charlie_Hunnam

Robert Pattinson
Né le 13 mai 1986 à Barnes.
Connu pour avoir interprété le rôle de Edward Cullen dans la série des Twilight au côté de Kristen Stewart...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Pattinson

Sienna Miller
voir fiche du film High-rise
http://www.citebd.org/spip.php?film1708

Tom Holland
Né Thomas Stanley Holland le 1er juin 1996 à Kingston upon Thames.
Se fait connaitre du grand public en devenant le troisième interprète du super-héros Spider-man à l’écran...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Tom_Holland_(acteur)

Angus MacFadyen
Né le 21 septembre 1963 à Glasgow.
Plusieurs apparitions dans les séries tv : Californication, Esprits criminels, Alias...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Angus_Macfadyen

Edward Ashley
http://www.imdb.com/name/nm5361352/

Nicholas Agnew
http://www.imdb.com/name/nm6235008/

Ian McDiarmid
Né le 11 août 1944 à Carnoustie.
Rendu mondialement célèbre avec son rôle de l’Empereur Palpatine dans la saga Star wars...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ian_McDiarmid

Clive Francis
voir fiche du film Mr. Turner
http://www.citebd.org/spip.php?film1352

Matthew Sunderland
http://www.imdb.com/name/nm0839146/

Johann Myers
http://www.imdb.com/name/nm0616750/

Michael Jenn
http://www.imdb.com/name/nm0421044/

Michael Ford-FitzGerald
http://www.imdb.com/name/nm1854222/

Elena Solovey
Née à Neustrelitz (Allemagne de l’Est) le 24 février 1947.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Elena_Solovei

Franco Nero
voir fiche du film Django
http://www.citebd.org/spip.php?film1069

John Sackville
http://www.imdb.com/name/nm1528432/

Bobby Smalldridge
http://www.imdb.com/name/nm3913549/

Aleksandar Jovanovic
http://www.imdb.com/name/nm0431235/

Adam Bellamy
http://www.imdb.com/name/nm7708400/

Tom Mulheron
http://www.imdb.com/name/nm7555194/

Harry Melling
Né le 13 mars 1989 à Londres
Connu pour son rôle de Dudley Dursley dans la saga Harry Potter...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Harry_Melling

extrait(s) de presse

àVoir-àLire - En gardant tout son génie intact, James Gray se réapproprie un genre tombé en désuétude pour nous offrir le magistral portrait d’un explorateur porté par sa soif d’aventure.
Bande à part - Avec une suprême élégance, James Gray met en scène un film épique d’un genre nouveau, où les héros ne s’expriment que par murmures, plongeant le spectateur dans une atmosphère cotonneuse, de celles qui nimbent les rêves les plus entêtants, d’une infinie douceur jusque dans les scènes de confrontations les plus violentes.
Critikat - (...) James Gray atteint lui-même le sommet d’une filmographie passionnante, et peut-être la matrice de son œuvre à venir.
Elle - Dans un décor somptueux, certaines scènes nous font penser à « Aguirre, la colère de Dieu », « Fitzcarraldo » voire « Apocalypse now »… Tout simplement grandiose !
Le Figaro - Le destin d'un homme, la paternité, l'exploration de terres inconnues… Le film de James Gray explore magistralement ces thèmes. Une épopée intime où beauté, honneur et fidélité sont aux premiers plans.
Libération - (...) une odyssée généreuse, où les rêves enfantins, confrontés à la réalité, dérivent vers une apothéose inattendue. Une splendeur.
Télérama - Aujourd'hui, le résultat, majestueux et subtil, déjoue les catégories existantes. Derrière son classicisme apparent, "The Lost city of Z" est un prototype.
La Croix - Sans jouer au démiurge, James Gray livre un film qui s’inscrira pour longtemps sur les rétines du spectateur.