les vécés étaient fermés de l’intérieur - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > les vécés étaient fermés de l’intérieur

les vécés étaient fermés de l’intérieur

France - 1975 - 1h20
sorti en France le 7 janvier 1976
en hommage à Coluche, à Gotlib et à Jean Rochefort
film - film francophone
de

Patrice Leconte

scénario : Patrice Leconte, Marcel Gotlib
direction de la photographie : Bruno Nuytten
musique ou chansons : Paul Misraki
avec : Jean Rochefort (commissaire Pichard), Coluche (inspecteur Charbonnier), Roland Dubillard (les frères Gazul : Gaspard, Melchior et Balthazar), Danièle Évenou (Gwendoline), Jean-Pierre Sentier (le psy), Robert Berri (René), Robert Dalban (l'entraîneur), Patrick Guillemin (Angelo, le boxeur), Jean Luisi (Barbocelli), Darling Légitimus (la lingère), Olga Valéry (la mère du psy), Virginie Vignon (Odette Jeandrin), Olivier Lenoir (le chauffeur), René Bériard (le majordome), Billy Bourbon (Joseph Ordure), Jean-Louis Castelli (Piazzorossicelli), Ellen Bahl (Mme Piazzorossicelli), Gérard Jugnot (un inspecteur)
séances : semaine du mercredi 6 décembre 2017
mercredi 6 jeudi 7 vendredi 8 samedi 9 dimanche 10 lundi 11 mardi 12
18:30*
séance spéciale :
* rétrospective "Gaumont et merveilles" - tarif 3,50 €

synopsis

Le commissaire Pichard et l'inspecteur Charbonnier mènent une enquête extravagante sur un crime commis sans mobile apparent. Un poinçonneur d'autobus est retrouvé mort dans ses wc, victime d'un assassinat. Détail surprenant : le verrou était fermé de l'intérieur. S'ensuit une enquête pour le moins loufoque, dans laquelle les deux policiers se lancent sur des pistes improbables, avant que le commissaire Pichard ne parvienne finalement à faire la lumière sur cette affaire...

notes de production

Ce film est une adaptation des aventures du commissaire Bougret et de son fidèle adjoint l’inspecteur Charolles (1), créées par Gotlib et publiées dans la Rubrique-à-brac (2).
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Bougret_et_Charolles
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Rubrique-%C3%A0-brac

A l’origine, les enquêtes du Commissaire Bougret étaient des sketch joués lors de l’émission Le Feu de camp du dimanche matin diffusée sur Europe 1 (3). A chaque fois, un meurtre était commis et le Commissaire Bougret (joué par Gébé) (4), accompagné de l’Inspecteur Charolles (joué par Gotlib) retrouvaient des indices bizarroïdes retrouvés sur les lieux du méfaits. S’ensuivait l’interrogatoire de deux suspects : Aristidès (Othon Frederic Wilfrid) (5) et Blondeaux (Georges Jacques Babylas). Le premier, joué par Fred, a toujours les apparences du coupable : c’est une brute, il a un mobile, il est peu coopératif, à l’inverse du second, joué par Goscinny (6), d’une amabilité sans pareille, qui n’avait aucune raison de commettre ce meurtre et qui se montre tout à fait disposé à aider la maréchaussée. C’est pourtant ce dernier qui s’avère, à chaque fois, être le coupable, démasqué grâce à la sagacité du commissaire (l’un des suspects se ronge les ongles. Nous n’avons pas trouvé de rognures d’ongles sur les lieux du crime. Donc l’autre suspect est coupable !)...
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Europe_1
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9b%C3%A9
(5) https://www.franceinter.fr/info/philemon-est-orphelin
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Goscinny
Très vite c’est Patrice Leconte qui s’impose comme réalisateur, Gotlib étant passionné de cinéma mais n’ayant pas d’expérience de réalisateur. A ce moment là, Gotlib comprit que ce n’était plus son film et cela ne devint même plus celui de Patrice Leconte tant la Gaumont lui fit modifier de choses dans ce film. Patrice Leconte fut rapidement dépassé par les évènements, à son grand désarroi mais aussi à celui de Jean Rochefort. Si Rochefort est l’un des acteurs fétiches de Patrice Leconte, leur première collaboration fut pour le moins... chaotique.
Au début enthousiaste, Rochefort finit par être convaincu qu’il était en train de jouer le plus gros navet de l’histoire du cinéma. Il finit même par refuser de continuer le tournage, déclarant à la Gaumont que Patrice Leconte n’était pas capable de diriger des acteurs, demandant même à prendre la réalisation en main (ce qu’il fit durant une journée, aucune de ces scènes tournées sous la direction de Jean Rochefort n’a été intégrée au montage final).
Arrêter le tournage était impossible pour Jean Rochefort qui était lié par contrat avec la Gaumont et était donc obligé de finir le film, ce qui en dit long sur son état d’esprit durant un tournage qui dura près de deux mois. A la fin, il refusait même ne serait-ce que de parler à Leconte qui lui transmettait ses instructions via le premier assistant-réalisateur...
http://www.au-brocoli-qui-tousse.com/article-les-veces-etaient-fermes-de-l-interieur-45372583.html

Le film est génial pour plusieurs points. Nous assistons à un enchainement de situations absurdes aux conversations siphonnés. Mais entre chaque, Leconte coupe délibérément tout récit. La conversation se termine sur le nom d’une personne, d’un lieu, et le plan suivant, nous y voila. Ce qui est génial c’est cette volonté implacable du gag. Un style qui rappelle celui des Nuls (7). Cette mouvance filmographie se sépare en deux groupes, les nanars (8) français (Mon Curé chez les nudistes) (9) et le film à gag. Ce film est le juste milieu, la synthèse, un peu nanar par sa réalisation mais aussi totalement désaxé par son humour et sa trame. C’est un film qui garde un grand charme, une grande originalité et qui transmet un humour qui ne faiblit pas. Même s’il y aurait beaucoup à y dire, il y a aussi beaucoup à prendre. Une œuvre qui ne se veut pas prétentieuse et qui lança Patrice Leconte. Une œuvre qui met aussi en avant l’un des plus grand humoriste français : Coluche. Une œuvre improbable, insolite et géniale.
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Nuls
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Nanar
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Mon_cur%C3%A9_chez_les_nudistes
https://lecinemadughetto.wordpress.com/2013/10/22/les-veces-etaient-fermes-de-linterieur-1975/

Patrice Leconte
voir fiche du film Une Promesse
http://www.citebd.org/spip.php?film1237

Marcel Gotlib
Né Marcel Gottlieb le 14 juillet 1934 à Paris, décédé le 4 décembre 2016 au Vésinet.
Surtout connu pour ses histoires humoristiques et les nombreuses pages qu’il a publiées dans L’Écho des savanes et Fluide glacial...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gotlib

Bruno Nuytten
voir fiche du film Possession
http://www.citebd.org/spip.php?film1558

Paul Misraki
Né Paul Misrachi le 28 janvier 1908 à Constantinople, décédé le 29 octobre 1998 à Paris.
Compositeur et pianiste de Ray Ventura dans les années 1930, il a composé la musique de grands succès...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Misraki

Jean Rochefort
voir fiche du film Un Étrange voyage
http://www.citebd.org/spip.php?film1959

Coluche
Né Michel Colucci le 28 octobre 1944 à Paris, décédé le 19 juin 1986 à Opio.
En 1985 il conçoit et lance le projet des Restos du cœur. Le cinéma de la Cité y participe chaque année en accueillant des bénéficiaires pour des séances de cinéma...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Coluche

Roland Dubillard
Né le 2 décembre 1923 à Paris et décédé le 14 décembre 2011 à Vert-le-Grand.
Son œuvre littéraire comporte des pièces de théâtre ainsi que des nouvelles, des recueils de poésies qui flirtent souvent avec un absurde très subtilement distillé, ce qui fait de lui un frère spirituel de Ionesco et de Beckett...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Roland_Dubillard

Danièle Évenou
Née le 21 février 1943 à Tunis.
Elle commença à se faire connaître du public français dans la série Marie Pervenche...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Dani%C3%A8le_%C3%89venou

Jean-Pierre Sentier
Né le 7 avril 1940 à Beaugency et décédé le 5 janvier 19951 à Boulogne-Billancourt.
Sa haute et longue silhouette, son regard clair, son visage lunaire et son physique de clown triste le conduisent vers une galerie de personnages insolites, équivoques, étranges bien qu’attachants...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Sentier

Robert Berri
Né Robert Louis Berrier le 17 décembre 1912 à Paris, décédé le 22 novembre 1989 à Rueil-Malmaison.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Berri

Robert Dalban
voir fiche du film Les Tontons flingueurs
http://www.citebd.org/spip.php?film1253

Patrick Guillemin
Né le 13 novembre 1950 à Neuilly-sur-Seine, décédé le 21 août 2011 au Cap Ferret.
Surtout connu par son rôle de l’inspecteur Fabre, adjoint du commissaire Faroux et ennemi juré de Nestor Burma dans la série tv...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Guillemin

Jean Luisi
voir fiche du film Les Tontons flingueurs
http://www.citebd.org/spip.php?film1253

Darling Légitimus
voir fiche du film Rue Cases-Nègres
http://www.citebd.org/spip.php?film1437

Olga Valéry
voir fiche du film L’Important c’est d’aimer
http://www.citebd.org/spip.php?film888

Virginie Vignon
Née le 5 janvier 1947.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Virginie_Vignon

René Bériard
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_B%C3%A9riard

Billy Bourbon
http://www.imdb.com/name/nm0099731/

Jean-Louis Castelli
voir fiche du film Les Tontons flingueurs
http://www.citebd.org/spip.php?film1253

Ellen Bahl
http://www.imdb.com/name/nm0046891/

Gérard Jugnot
voir fiche du film Monsieur Klein
http://www.citebd.org/spip.php?film1389

extrait(s) de presse

Le Cinéma du ghetto - Les dialogues conviennent parfaitement à un Jean Rochefort sombre et impassible ainsi qu’un Coluche plus stupide et simplet que jamais. On aime à voir Coluche se dépatouiller dans une affaire sans queue ni tête.
Le Brocoli qui tousse - Quant au film en lui-même, il conserve une certaine notoriété, devenant un film culte pour certains...
Critique film - (...) l’ensemble est d’une bêtise salvatrice, et l’on se surprendra à rire franchement, sans honte ni retenue, devant le spectacle de aventures, gentiment surannées mais vraiment attachantes, de ce duo de flics improbable...