les aventures de jack burton dans les griffes du mandarin - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > les aventures de jack burton dans les griffes du mandarin

les aventures de jack burton dans les griffes du mandarin

Big trouble in little China
Usa - 1986 - 1h39
sorti en France le 3 septembre 1986
film - version originale sous-titrée en français
de

John Carpenter

scénario : Gary Goldman, David Z. Weinstein
d'après l'oeuvre de : W.D. Richter
direction de la photographie : Dean Cundey
musique ou chansons : John Carpenter, Alan Howarth
avec : Kurt Russell (Jack Burton), Kim Cattrall (Gracie Law), Dennis Dun (Wang Chi), James Hong (David Lo Pan), Victor Wong (Egg Shen), Kate Burton (Margo), Donald Li (Eddie Lee), Carter Wong (Thunder), Peter Kwong (Rain), James Pax (Lightning), Suzee Pai (Miao Yin), Chao Li Chi (l'oncle Chu), Jeff Imada (Needles), Jerry Hardin (l'avocat d'Egg Shen), Diana Tanaka (gardienne du Wing Kong)
séances : semaine du mercredi 29 novembre 2017
mercredi 29 jeudi 30 vendredi 1er samedi 2 dimanche 3 lundi 4 mardi 5
20:45*
séance spéciale :
* Nuit fantastique dans le cadre du festival "Le Rayon fantastique" - tarif préférentiel 5 films = 15,00 €

synopsis

Jack Burton accompagne son ami Wang Chi à l'aéroport de San Francisco afin d'accueillir Miao Yin, la fiancée de ce dernier. Mais Miao Yin est convoitée par Lo Pan, un puissant sorcier désincarné qui pense pouvoir récupérer son enveloppe charnelle en épousant une chinoise aux yeux verts. Jack, simple camionneur, se retrouve au cœur de Chinatown, au beau milieu d'une lutte surnaturelle entre les puissances du Bien et du Mal orientales...

notes de production

Le film, tourné d’octobre 1985 à janvier 1986 à Marin headlands (1) et San Francisco, se place directement sous l’influence d’Indiana Jones (2) et autres films d’aventures. Hélas pour le cinéaste, le film est un échec dans les salles (mais connaît ensuite un grand succès en vidéo) et Carpenter doit quitter sa maison de production. Il signe alors deux brûlots à petits budgets : Prince des ténèbres (3) et Invasion Los Angeles (4).
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Marin_Headlands
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Indiana_Jones
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Prince_des_t%C3%A9n%C3%A8bres_(film)
(4) http://www.citebd.org/spip.php?film1600

Perdu à la fois dans un serial (5) des années 40 et dans un hommage évident aux productions hongkongaises de l’époque (principalement Zu, les guerriers de la montagne magique (6) de Tsui Hark), Jack Burton doit affronter Lo Pan, un sosie de Fu Manchu (7). Un tel amalgame de références ne pouvait être scénarisé par nul autre que W.D. Richter, à qui l’on doit également le superbement nommé Les Aventures de Buckaroo Banzaï à travers la 8ème dimension (8), œuvre miroir du film qui nous intéresse mais néanmoins ratée, certainement à cause de l’absence de Carpenter. Malheureusement, si le réalisateur d’Assaut (9) fera des concessions pour plaire au grand public, sa malchance légendaire le poursuivra et Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du mandarin sera un nouvel échec au box-office qui s’ajoutera à celui du chef-d’œuvre The Thing (10) et qui le poussera hors des studios et sur la route de l’indépendance avec Prince des ténèbres (3)...
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Serial_(cin%C3%A9ma)
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Zu,_les_guerriers_de_la_montagne_magique
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Fu_Manchu
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Aventures_de_Buckaroo_Banza%C3%AF_%C3%A0_travers_la_8e_dimension
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Assaut_(film)
(10) http://www.citebd.org/spip.php?film1569
Rempli de dizaines de répliques cultes (I was born ready !), le film était également en avance sur son temps puisqu’il s’amusait déjà avec cynisme des figures bodybuildées qui faisaient la loi au cinéma dans les années 80. Il s’agissait également de l’un des premiers films hollywoodien à emprunter au cinéma hongkongais, plus d’une décennie avant l’explosion de Matrix (11). Bref, s’il s’agit d’une anomalie dans la filmographie de John Carpenter, Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du mandarin n’en reste pas moins une réussite, certes relativement mineure. Un film d’aventure coincé entre deux mondes mais transcendé par l’assurance de son réalisateur et une ironie certaine. Un petit rayon de soleil dans l’œuvre noire de maître Carpenter.
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Matrix_(s%C3%A9rie_de_films)
https://www.avoir-alire.com/les-aventures-de-jack-burton-dans-les-griffes-du-mandarin-la-critique

(...) si l’on en croit Entertainment weekly (12), l’éditeur Boom ! s’apprête à sortir un comics qui sera en réalité la suite tardive de Jack Burton dans les griffes du mandarin. Intitulé Big Trouble in little China : old man Jack (13), il nous permettra de retrouver Jack, âgé de 60 ans et qui vit tranquillou dans un coin de la Floride, toujours en train de parler à sa C.B., jusqu’à ce que le Dieu de l’Est, Ching Dai, celui-là même qui avait maudit Lo Pan dans le film, parvienne à atteindre notre monde. Et Jack est évidemment le seul à pouvoir l’arrêter.
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Entertainment_Weekly
(13) https://www.boom-studios.com/2017/09/19/spotlight-on-big-trouble-in-little-china-old-man-jack/
La grande nouvelle, c’est que John Carpenter lui-même en écrit le scénario qui sera mis en dessins par Jorge Corona. Le premier volet atteindra les libraires en septembre prochain et, si l’on ajoute cela au jeu de plateau actuellement en création, on se dit que Jack n’a jamais été populaire qu’en ce moment et que ce serait vraiment dommage de foutre tout ça en l’air à cause d’un remake avec The Rock (14).
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/Dwayne_Johnson
https://www.ecranlarge.com/films/news/990697-30-ans-plus-tard-john-carpenter-et-jack-burton-reviennent-pour-de-nouvelles-aventures

Notons également que Big Trouble in little China est le film préféré de The Rock (14), qui va produire ce remake.
http://www.journaldugeek.com/2015/06/02/bientot-un-remake-de-jack-burton-dans-les-griffes-du-mandarin-avec-the-rock/

Je suis très ambivalent à l’idée d’un remake. D’un autre côté.... Cela dépendra de combien on me paye.
John Carpenter
Une réponse on ne peut plus clair : si The Rock (14) veut Carpenter, il devra casser sa tirelire. On peut prendre cette intervention de deux manières : soit il s’agit là d’une barrière élevée contre l’idée du remake, forçant ainsi la production à faire les bons choix si elle veut monter le film. Soit, effectivement, Carpenter nous refait le coup du remake de The Fog (15), vendant ainsi son patrimoine.
(15) http://www.citebd.org/spip.php?film1543
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/Fog_(film,_2005)
https://www.ecranlarge.com/films/news/941525-remake-de-jack-burton-john-carpenter-ne-reviendra-que-contre-beaucoup-d-argent

(...) Encore plus important est la manière dont le long-métrage de Carpenter annonçait l’influence du cinéma asiatique sur l’Hollywood contemporain. Qu’il s’agisse d’inspirations scéniques comme dans Le Dernier samaritain (16) et True romance (17) de Tony Scott, où d’hommages déférents envers cette cinématographique comme Tigre et dragon (18) d’Ang Lee, c’est surtout la reprise de multiples langages artistiques et culturels qui s’avère la plus fascinante. Lorsque Matrix (11), et son lot de références culturelles et artistiques, sort en salles avec le succès que l’on connaît, certains ne manqueront pas d’évoquer une certaine similarité envers l’hommage et le traitement personnel décomplexé que l’on trouvait déjà dans le long-métrage de 1986. Idem pour Kill Bill (19) en 2003. Pourtant tout ne trouvera définitivement du sens que vers la fin des années 2000 et le début des années 2010, à travers la fusion artistique que connaîtra le cinéma. Si le mix d’influences artistiques est quelquefois synonyme de mercantilisme comme dans Sucker punch (20) (où l’univers incohérent et illogique fonctionne cyniquement sur une complicité publicitaire forcée), ou le récent The Amazing spider-man : le destin d’un héros (21) (avec son Electro en mode Super Saiyan sur fond de Dubstep, dans une centrale électrique). Voire la négation des nouvelles possibilités artistiques vue obligatoirement comme dogmes réactionnaires (Adieu au langage) (22). Il arrive que certaines œuvres reprennent humblement et avec génie l’idée d’une fusion artistique comme nouvel horizon des possibles comme l’avait annoncé le combat final entre Lo Pan et Egg Shen. Speed racer (23), Scott Pilgrim (24) et Pacific rim (25) ont pour point commun, au-delà de la réception publique et critique qui fut hélas similaire, de reprendre la portée artistique visionnaire du long-métrage de John Carpenter. En mixant animation, jeux vidéo, peintures, comics book, manga, films de genres … . Ainsi l’utilisation du fantôme, du continue, des tenues organiques à des fins narratives et sensitives sont autant d’éléments dont l’origine se situe du côté du cinéaste de New York 1997 (26). D’autant plus que ce mix d’influences prend souvent part dans des univers dont l’origine culturelle, bien que mondiale et intemporelle, se situe du côté de l’Asie, qui tient par essence sa force des mélanges culturels, artistiques et mythologiques qui la caractérisent. Un appel à s’ouvrir à toutes les formes d’arts sans les hiérarchiser et à embrasser les cultures dont elles sont issues...
https://www.screenmania.fr/film-critique/les-aventures-de-jack-burton-dans-les-griffes-du-mandarin-john-carpenter-1986/
(16) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Dernier_Samaritain
(17) https://fr.wikipedia.org/wiki/True_Romance
(18) https://fr.wikipedia.org/wiki/Tigre_et_Dragon
(19) https://fr.wikipedia.org/wiki/Kill_Bill
(20) https://fr.wikipedia.org/wiki/Sucker_Punch
(21) https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Amazing_Spider-Man_:_Le_Destin_d%27un_h%C3%A9ros
(22) http://www.citebd.org/spip.php?film1276
(23) https://fr.wikipedia.org/wiki/Speed_Racer_(film)
(24) https://fr.wikipedia.org/wiki/Scott_Pilgrim_(film)
(25) https://fr.wikipedia.org/wiki/Pacific_Rim_(film)
(26) http://www.citebd.org/spip.php?film1544

Rétrospectivement, Jack Burton apparaît à la fois comme un anti-Indiana Jones (2) et un précurseur absolu des contaminations à la Matrix (11) et Tigre & dragon (18), bien au-dessus des fantasy d’aventure de l’époque. Une œuvre sans doute mineure de la filmographie de John Carpenter, mais toujours fraîche et fascinante à 15 ans de distance. A redécouvrir d’urgence.
http://www.dvdfr.com/dvd/c4549-aventures-de-jack-burton-dans-les-griffes-du-mandarin.html

(...) Par bien des aspects, ce film tranche dans la filmo du cinéaste, mais il conserve dans le même temps une cohérence certaine avec les œuvres précédentes de Carpenter... Reste un film culte, sans équivalent, que l’on quitte avec une pêche d’enfer.
http://www.dvdclassik.com/forum/viewtopic.php?t=31868

John Carpenter
voir fiche du film New York 1997
http://www.citebd.org/spip.php?film1544

Gary Goldman
voir fiche du film Total recall
http://www.citebd.org/spip.php?film1624

David Z. Weinstein
http://www.imdb.com/name/nm0918434/

W.D. Richter
Né Walter Duch Richter le 7 décembre 1945 à New Britain.
http://www.imdb.com/name/nm0725379/

Dean Cundey
voir fiche du film Fog
http://www.citebd.org/spip.php?film1543

Alan Howarth
voir fiche du film New York 1997
http://www.citebd.org/spip.php?film1544

Kurt Russell
voir fiche du film New York 1997
http://www.citebd.org/spip.php?film1544

Kim Cattrall
voir fiche du film The Ghost writer
http://www.citebd.org/spip.php?film532

Dennis Dun
Né le 19 avril 1952 à Stockton.
http://www.imdb.com/name/nm0241748/

James Hong
voir fiche du film Blade runner (final cut)
http://www.citebd.org/spip.php?film1557

Victor Wong
Né Yee Keung Victor Wong le 30 juillet 1927 à San Francisco et décédé le 12 septembre 2001 à Locke.
http://www.imdb.com/name/nm0939378/

Kate Burton
Née le 10 septembre 1957 à Genève.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Kate_Burton

Donald Li
http://www.imdb.com/name/nm0508397/

Carter Wong
http://www.imdb.com/name/nm0938975/

Peter Kwong
http://www.imdb.com/name/nm0477286/

James Pax
http://www.imdb.com/name/nm0657070/

Suzee Pai
http://www.imdb.com/name/nm0656665/

Chao Li Chi
http://www.imdb.com/name/nm0156874/

Jeff Imada
http://www.imdb.com/name/nm0408001/

Jerry Hardin
Né le 20 novembre 1929 à Dallas.
http://www.imdb.com/name/nm0362222/

Diana Tanaka
http://www.imdb.com/name/nm0848972/

extrait(s) de presse

àVoir-àLire - (...) cette petite perle d’aventures comiques est sans aucun doute la meilleure imitation d’Indiana Jones, à laquelle s’ajoute un bel hommage au cinéma hongkongais d’antan...
Sens critique - Jubilatoires et hyper rythmé, Carpenter avait fourni surement trop en avance un film technique et décalé dont chaque lecture recèle son lot de surprise.
Télérama - Monstres souterrains et héros fantômes bondissants, bagarres traditionnelles et surprises magiques... c'est carnaval, d'accord, mais rien n'interdit de s'y amuser.
L'Ecran miroir - Jubilatoire.
Screenmania - À voir et revoir, indéfiniment.
Citizen poulpe - "Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du mandarin" est un excellent divertissement...
Le Cinéma avec un grand A - (...) "Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du mandarin" était incompris en 86 et mérite à l’image de films comme "Blade runner" d’être revu aujourd’hui avec le recul nécessaire pour apprécier son génie. Un must !
Frénétic arts - Un film unique et indispensable.