mr smith au sénat - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > mr smith au sénat

mr smith au sénat

ciné répertoire
Mr. Smith goes to Washington
Usa - 1939 - 2h09
sorti en France le 19 janvier 1940
Oscar 1940 de la meilleure histoire originale
film - version originale sous-titrée en français
de

Frank Capra

scénario : Sidney Buchman
d'après l'oeuvre de : Lewis R. Foster
direction de la photographie : Joseph Walker
musique ou chansons : Dimitri Tiomkin
avec : James Stewart (Jefferson Smith), Jean Arthur (Clarissa Saunders), Claude Rains (sénateur Joseph Harrison Paine), Edward Arnold (Jim Taylor), Guy Kibbee (gouverneur Hubert Hopper), Thomas Mitchell (Diz Moore), Eugene Pallette (Chick McGann), Beulah Bondi (Ma Smith), H. B. Warner (sénateur Agnew), Harry Carey (vice-président du Sénat), Astrid Allwyn (Susan Paine), Ruth Donnelly (Emma Hopper), Grant Mitchell (sénateur MacPherson), Porter Hall (sénateur Martin Monroe), Pierre Watkin (sénateur Barnes), Charles Lane (Nosey, le journaliste), Frederick Burton (sénateur Dearhorn), Harry C. Bradley (Arthur Kim), Anne Cornwall (une journaliste au Sénat), George Cooper (un serveur), Gino Corrado (le coiffeur), Ann Doran (la secrétaire de Paine), Edward Earle (un journaliste), Dickie Jones (Richard Jones, le groom), Vera Lewis (Mme Edwards), Lafe McKee (le vétéran de la guerre civile au Lincoln memorial), Frank Puglia (l'expert en écriture), John Russell (Otis Hopper), Walter Sande (le journaliste à la pipe), Russell Simpson (Kenneth Allen), Wyndham Standing (sénateur Ashman), Frederick Vroom (un ami de Paine)
séances : semaine du mercredi 13 décembre 2017
mercredi 13 jeudi 14 vendredi 15 samedi 16 dimanche 17 lundi 18 mardi 19
20:45*
séance spéciale :
* film inscrit au dispositif "Lycéens et apprentis au cinéma" - tarif 3,50 €

synopsis

Afin de continuer à mener tranquillement leurs louches opérations, Jim Taylor, un magnat qui contrôle un groupe de presse, et le sénateur Joseph Harrison Paine, un ténor politique, font élire au Sénat le jeune et innocent Jefferson Smith, passionnément dévoué au groupe de boy-scouts qu'il dirige et aux valeurs de la démocratie américaine. Emerveillé par sa nouvelle fonction, Smith ne se doute nullement de ce qui se trame dans son dos. Clarissa Saunders, sa ravissante secrétaire, tente de lui ouvrir les yeux. Il découvre peu à peu la vérité. Taylor décide alors de le compromettre dans une affaire douteuse. Smith finit par comprendre dans quel piège il est tombé et se révolte...

notes de production

En octobre 1939, lors de la première diffusion de Mr. Smith goes to Washington à la salle de la Constitution à Washington, D.C., la salle comprenait 4 000 invités, incluant 45 sénateurs. Le film est attaqué par la presse de Washington et par de nombreux hommes politiques au Congrès étatsunien. Considéré comme anti-us et pro-communiste, ce film a été perçu comme une interprétation fausse du gouvernement étatsunien, accusé de corruption. Alors que Frank Capra revendique dans son autobiographie que certains sénateurs ont quitté la salle lors de la première, la presse contemporaine ne se prononce pas sur la véracité des faits, ou encore s’il est vrai que des sénateurs aient hurlé de colère lors de la première projection.

Pete Harrison, un journaliste respecté, a suggéré que le Sénat étatsunien passe une loi autorisant les propriétaires de salles de cinéma de refuser la production de films qui n’étaient pas dans le meilleur intérêt du pays. Cela n’arriva pas, mais certains sénateurs tentent de répondre aux attaques liés aux répercussions du film sur la réputation de leur institution : ils tentent de forcer le passage de la Neely anti-block booking bill, qui a finalement mené à la dissolution de l’entreprise d’exploitation de salles de cinéma appartenant à la Columbia pictures (1), à la fin des années 1940. Columbia a riposté en distribuant un programme mettant en relief le patriotisme du film et le soutien à la démocratie, et a publié de nombreuses critiques positives à l’égard du film.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Columbia_Pictures

D’autres objections se sont aussi fait entendre : Joseph P. Kennedy (2), l’ambassadeur américain en Grande-Bretagne, a écrit à Capra ; la Columbia (1) a encouragé Harry Cohn (3) à dire qu’il avait peur que le film nuise au prestige étatsunien en Europe, et elle a vivement recommandé l’interdiction du film en salle en Europe. Capra et Cohn ont répondu en citant les critiques du film, ce qui a apaisé Kennedy, dans la mesure où il n’a jamais suivi ces propres recommandations, même s’il avait des doutes sur le film. Le film a été interdit dans l’Allemagne nazie de Hitler (4), dans l’Italie fasciste de Mussolini (5), dans l’Espagne de Franco (6) et dans l’Urss communiste de Staline (7). D’après Frank Capra, le film a aussi été doublé dans certains pays européens pour altérer le message du film en vue de se conformer aux idées officielles[réf. souhaitée].
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Patrick_Kennedy
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Harry_Cohn
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Adolf_Hitler
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Benito_Mussolini
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Francisco_Franco
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Staline

Mr. Smith goes to Washington est considéré comme un film dénonciateur (précurseur des lanceurs d’alerte ou whistleblowers) (8) par excellence de toute l’histoire étatsunienne. Le Dr. James Murtagh et Dr. Jeffrey Wigand ont cité le film dans leur œuvre phare comme le premier Dénonciateur à Washington (Whistleblower week in Washington) de toute l’histoire étatsunienne, en mai 2007.
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Lanceur_d%27alerte

- pour rendre rauque la voix de James Stewart et traduire sa fatigue, on lui faisait avaler une solution au mercure qui irritait ses cordes vocales.
- M. Smith au sénat nommé 10 fois aux Oscar (9) fut éclipsé par Autant en emporte le vent (10) qui rafla 8 Oscar.
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/12e_c%C3%A9r%C3%A9monie_des_Oscars
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Autant_en_emporte_le_vent_(film)
- pour donner aux plans longs (la scène est filmée dans sa continuité avec plusieurs caméras) la même vigueur et le même tempo qu’aux gros plans, Frank Capra introduisit à Hollywood une innovation qui le rendit très fier tout au long de sa vie. En effet, pendant les répétitions de Mr. Smith au sénat, il passait en play-back le son des plans généraux de manière à remettre les acteurs qui allaient tourner leurs gros plans dans l’ambiance et la spontanéité de leur jeu au sein des plans longs.

Capra, de film en film, décrit le fossé grandissant entre les élites et le peuple, l’égoïsme, la peur insufflée au prolétariat, la suffisance des milliardaires et des décideurs, l’abandon des classes moyennes par les politiques. Je chanterai la complainte du travailleur, du pauvre gars qui se fait rouler par la vie (…) je prendrai le parti des désespérés, de ceux qui sont maltraités en raison de la couleur de leur peau ou de leurs origines, déclarait-il tandis que certains en appelaient au communisme pour décrire son œuvre. Ce qui pourrait sembler si logique, voir démagogique, aujourd’hui, il faut l’appréhender dans le contexte de l’époque : une Amérique qui n’a de cesse d’étouffer la colère des classes moyennes, de briser les syndicats et les mouvements de grève, une Amérique contrôlée par une infime minorité ayant construit une machine politique étouffant implacablement tout élan contestataire (il faut absolument lire sur ce sujet l’admirable Histoire populaire des Usa (11) de Howard Zinn).
(11) http://www.citebd.org/ecrire/index.php?exec=film&id_film=1586
M. Smith au sénat est l’une de ces fables politiques acerbes qui prennent pour cible le cynisme des politiciens, la collusion entre élus, organes de presses et industriels pour entretenir l’illusion d’une démocratie, alors que le système est verrouillé et n’a comme finalité que la sécurisation et la pérennisation de la fortune et du pouvoir des élites du pays. Mais, à contrario de L’Enjeu (12) (film très proche par son sujet et certainement l’œuvre la plus pessimiste de Capra), le réalisateur croit encore que le peuple peut changer l’ordre des choses, abattre les murs d’indifférence et se réapproprier le système. La volonté sans faille, l’intégrité de Jefferson Smith, peuvent mener au réveil des classes opprimées, symbolisées ici par un groupe d’enfants. Capra offre des rôles en or à James Stewart (comme toujours parfait), Jean Arthur, Claude Rains… et à tous les autres personnages, magnifiquement écrits, parfois truculents, le plus souvent touchants. C’est un film emporté, drôle, irrésistible, bouleversant. On rit énormément, on pleure tout autant.
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Enjeu_(film,_1948)
http://www.dvdclassik.com/critique/mr-smith-au-senat-capra

Aux Usa, le règlement parlementaire permet aux orateurs de s’exprimer jusqu’à épuisement, même si les autres cherchent à tout prix à l’interrompre. Le décor est détenu à ce jour par un sénateur Républicain du Tea party, dénommé Rand Paul (13) qui, en 2013, a livré un long discours de 12 heures et 53 minutes, ce qui lui a permis de repousser le vote de confirmation de la nomination de John Brennan (14) à la tête de la Cia. Dans Mr Smith au sénat, le héros incarné par James Stewart a recours au même procédé pour affronter ses pairs corrompus. Il se transforme en David démocrate affrontant le Goliath financier jusqu’aux dernières limites de ses forces physiques dans un discours marathon de 23 heures, qui est le clou du film...
http://www.programme-tv.net/news/cinema/97781-mr-smith-au-senat-arte-3-bonnes-raisons-de-re-voir-le-chef-d-oeuvre-de-capra-video/
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/Rand_Paul
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/John_O._Brennan

Frank Capra
Né Francesco Rosario Capra le 18 mai 1897 à Bisacquino (Sicile) et décédé le 3 septembre 1991 à La Quinta (Californie).
Débuta dans le cinéma par hasard auprès de Mack Sennett avant d’entamer une carrière de réalisateur...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Frank_Capra

Sidney Buchman
Né le 27 mars 1902 à Duluth et décédé le 23 août 1975 à Cannes.
Il fut une des victimes du maccarthysme et inscrit sur la liste noire du cinéma...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sidney_Buchman

Lewis R. Foster
Né le 5 août 1898 à Brookfield, décédé le 10 juin 1974 à Tehachapi.
http://www.imdb.com/name/nm0287931/

Joseph Walker
Né le 22 août 1892 à Denver, décédé le 1er août 1985 à Las Vegas.
http://www.imdb.com/name/nm0907900/

Dimitri Tiomkin
voir fiche du film Le Crime était presque parfait 3d
http://www.citebd.org/spip.php?film1670

James Stewart
voir fiche du film L’Homme qui en savait trop
http://www.citebd.org/spip.php?film1714

Jean Arthur
Née Gladys Georgianna Greene le 17 octobre 1900 à Plattsburgh, décédée le 19 juin 1991 à Carmel.
Fait ses débuts comme mannequin avant de tourner son premier film (muet) avec John Ford...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Arthur

Claude Rains
voir fiche du film L’Homme invisible
http://www.citebd.org/spip.php?film577

Edward Arnold
Né Gunther Schneider le 18 février 1890 à New York, décédé le 26 avril 1956 à Encino.
http://www.imdb.com/name/nm0036427/

Guy Kibbee
Né le 6 mars 1882 à El Paso, décédé le 24 mai 1956 à East islip.
http://www.imdb.com/name/nm0452128/

Thomas Mitchell
Né le 11 juillet 1892 à Elizabeth, décédé le 17 décembre 1962 à Beverly Hills.
Il a été sur les planches le mythique lieutenant Columbo quelques années avant que ce personnage ne fasse la gloire de Peter Falk à la télévision...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Mitchell

Eugene Pallette
Né le 8 juillet 1889 à Winfield, décédé le 3 septembre 1954 à Los Angeles.
http://www.imdb.com/name/nm0657874/

Beulah Bondi
Née Beulah Bondy le 3 mai 1889 à Valparaiso, décédée le 11 janvier 1981 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Beulah_Bondi

H. B. Warner
Né Henry Byron Warner le 26 octobre 1875 à St John’s Wood (Gb), décédé le 21 décembre 1958 à Woodland hills (Usa).
http://www.imdb.com/name/nm0912478/

Harry Carey
Né le 16 janvier 1878 à New York, décédé le 21 septembre 1947 à Brentwood.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Harry_Carey

Astrid Allwyn
Née Clara Lou Sheridan le 27 novembre 1905, décédée à Los Angeles le 31 mars 1978.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Astrid_Allwyn

Ruth Donnelly
Née le 17 mai 1896 à Trenton, décédée 17 novembre 1982 à New York.
http://www.imdb.com/name/nm0232766/

Grant Mitchell
Né John Grant Mitchell Jr. à Columbus le 17 juin 1874, décédé à Los Angeles le 1er mai 1957.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Grant_Mitchell

Porter Hall
Né le 19 septembre 1888 à Cincinnati, décédé le 6 octobre 1953 à Los Angeles.
http://www.imdb.com/name/nm0356004/

Pierre Watkin
Né le 29 décembre 1889 à Sioux City, décédé le 3 février 1960 à Hollywood.
http://www.imdb.com/name/nm0914246/

Charles Lane
Né Charles Gerstle Levison le 26 janvier 1905 à San Francisco, décédé le 9 juillet 2007 à Brentwood.
http://www.imdb.com/name/nm0485272/

Frederick Burton
Né le 20 octobre 1871 à Indianapolis, décédé le 23 octobre 1957 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Frederick_Burton_(acteur)

Harry C. Bradley
http://www.imdb.com/name/nm0103249/

Anne Cornwall
https://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_Cornwall

George Cooper
Né le 12 décembre 1892 à Newark, décédé le 9 décembre 1943 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/George_Cooper_(acteur,_1892-1943)

Gino Corrado
voir fiche du film Le Dictateur
http://www.citebd.org/spip.php?film1873

Ann Doran
Née Ann Lee Doran à Amarillo le 28 juillet 1911 et décédée à Carmichael le 19 septembre 2000.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ann_Doran

Edward Earle
Né le 16 juillet 1882 à Toronto, décédé le 15 décembre 1972 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Earle

Dickie Jones
Né le 25 février 1927 à Snyder, décédé le 7 juillet 2014 à Los Angeles.
http://www.imdb.com/name/nm0427934/

Vera Lewis
Née Vera Mackey le 10 juin 1873 à New York, décédée le 8 février 1956 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Vera_Lewis

Lafe McKee
Né le 23 janvier 1872 à Morrison et décédé le 10 août 1959 à Temple city.
http://www.imdb.com/name/nm0571186/

Frank Puglia
Né à Linguaglossa (Sicile) le 9 mars 1892, décédé à South Pasadena (Californie) le 25 octobre 1975.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Frank_Puglia

John Russell
Né le 3 janvier 1921 à Los Angeles où il est décédé le 19 janvier 1991.
https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Russell_(acteur)

Walter Sande
Né J. Thomas Sandvall le 9 juillet 1906 à Denver, décédé le 22 novembre 1971 à Chicago.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Walter_Sande

Russell Simpson
Né Russell McCaskill Simpson à Danville le 17 juin 1880, décédé à Los Angeles le 12 décembre 1959.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Russell_Simpson

Wyndham Standing
Né Charles Wyndham Standing le 23 août 1880 à Londres, décédé le 1er février 1963 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Wyndham_Standing

Frederick Vroom
Né Frederic William Vroom le 11 novembre 1857 à Clement, décédé le 24 juin 1942 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Frederick_Vroom

extrait(s) de presse

Télérama - C'est le film le plus ouvertement idéologique de Capra...
Critikat - (...) il s’agit bien d’une des œuvres les plus puissantes qu’ait jamais produit Hollywood...
Dvdclassik - On sort du film avec l’intime conviction que c’est possible, oui, on peut redresser la tête et combattre l’injustice.
France inter - C’est un film magnifique.
A la rencontre du septième art - Critique d’un système aux aspirations démocratiques, mais sujet à maintes dérives, Mr Smith au Sénat vise juste et parvient, malgré la fatalité apparente, qui est celle de l’impossibilité à lutter contre la corruption, à nous faire garder espoir...
Le Monde - "Mr. Smith au sénat" est l’archétype du film fédérateur, habité et porté par le souffle de grands idéaux...
Sens critique - (...) c'est un grand moment de cinéma qui explique pourquoi on aime tous tant le septième art dans son plus beau costume !
Critique film - Grand succès public, il fut en France le dernier film de langue anglaise projeté avant l’interdiction nazie...