zazie dans le métro - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > zazie dans le métro

zazie dans le métro

ciné môme - ciné répertoire
France, Italie - 1960 - 1h29
sorti en France le 28 octobre 1960
à partir de 8 ans
film - film francophone
de

Louis Malle

scénario : Louis Malle, Jean-Paul Rappeneau
d'après l'oeuvre de : Raymond Queneau
direction de la photographie : Jean Charvein, assisté d'André Dubreuil
musique ou chansons : André Pontin, Fiorenzo Carpi
avec : Catherine Demongeot (Zazie), Philippe Noiret (Gabriel), Hubert Deschamps (Turandot), Jacques Dufilho (Gridoux), Annie Fratellini (Mado), Carla Marlier (Albertine), Vittorio Caprioli (Trouscaillon), Yvonne Clech (Mouaque), Nicolas Bataille (Fédor), Antoine Roblot (Charles), Louis Lalanne (l'amant de Jeanne), Marc Doelnitz (M. Coquetti)
séances : semaine du mercredi 25 octobre 2017
mercredi 25 jeudi 26 vendredi 27 samedi 28 dimanche 29 lundi 30 mardi 31
14:00*
séance spéciale :
* rétrospective "Gaumont et merveilles" - tarif 3,50 €

synopsis

Gabriel vient chercher sa nièce Zazie à la gare. Pour cette petite provinciale, c'est la première sortie à Paris. Zazie rêve de prendre le métro, mais les agents de la RATP sont justement en grève. Son oncle se propose alors de lui faire visiter la capitale dans le taxi de son ami Charles. Les deux hommes se rendent vite compte que la gamine, loin d'avoir sa langue dans sa poche, est passablement infernale. Zazie multiplie les fugues, au cours desquelles elle rencontre quantité de personnages pittoresques...

notes de production

Quand Louis Malle annonce son projet de tourner Zazie, chacun jure que le roman (1), publié l’année d’avant en 1959, est inadaptable. Sauf Raymond Queneau lui même qui vante la simplicité universelle de jargon de son héroïne : après tout, qu’il s’agisse de cinéma ou de littérature, il n’y a pas trente six façons de dire "mon cul" !...
https://www.cineclubdecaen.com/realisat/malle/zaziedanslemetro.htm
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Zazie_dans_le_m%C3%A9tro

(...) une certaine exigence est demandée au spectateur, mais qu’importe si une première vision de Zazie dans le métro n’apporte pas toutes les clefs à la compréhension de l’univers sans queue ni tête qui est ici dépeint. Un nouveau voyage sera sans doute fort utile pour découvrir toutes les richesses encore insoupçonnées du film. La faculté d’observation démontrée par Louis Malle rejoint en partie celle de l’immense Jacques Tati dont l’univers pourrait bien volontiers accueillir la jeune Zazie. Huit ans avant Platytime (2) et onze avant Trafic (3), Zazie dans le métro comporte une scène loufoque mettant en scène des files de voitures avançant au pas au beau milieu d’un trafic, scène que n’aurait peut-être pas reniée M. Hulot (4). Si l’œuvre iconoclaste de Malle ne nécessite absolument pas un travail de réflexion intensif pour en saisir toute la portée, ce n’est d’ailleurs pas son propos, il ne faudrait pas conclure à la vacuité de l’exercice. Car tout concourt ici à remettre en question l’appréhension du réel, chaque épisode de la visite parisienne est propice à prendre le contre-pied de la réalité et à traduire à l’écran l’imaginaire de l’enfance. C’est le regard que porte Zazie sur le monde des adultes qui donne au film toute sa grâce et cet onirisme enfantin qui n’a pas vieilli car vecteur d’une certaine poésie urbaine. La rencontre de ces deux univers différents, le premier mental et le second physique, crée une déformation et une accélération dans le rapport de la fillette à la société. A la fin du film, quand sa mère lui demande : alors qu’est-ce que t’as fait ? , Zazie répond : j’ai vieilli. Et les dernières images du film sont celles du début : la voie ferrée qui transporte Zazie sur le chemin de la vie, après la parenthèse enchantée qu’a constitué son périple dans la capitale. Mais ce passage de l’enfance à l’adolescence s’est achevé par une dernière aventure cocasse et mouvementée dans un restaurant qui se devait d’être exceptionnelle. Après avoir visité quelques monuments parisiens (dont une escalade de la Tour Eiffel qui fait l’objet d’un épisode burlesque assez réjouissant avec un Philippe Noiret fanfaron et acrobate qui rencontre un gardien de phare au dernier étage !) et fait la connaissance d’une multitude de personnages étranges mais charmants, Zazie se retrouve attablée avec l’ensemble des protagonistes du film. C’est la séquence feu d’artifices et tarte à la crème de Zazie dans le métro. Cette scène de la soupe à l’oignon se caractérise par une succession d’idées visuelles et scénaristiques toutes plus farfelues les unes que les autres, et ce serait en diminuer la portée que de tenter de la décrire avec des mots. On assiste à une bataille homérique mise en scène par un réalisateur qui démontre avec gourmandise une envie de tout casser, puisqu’il est question d’en finir avec les songes de l’enfance. Les artistes burlesques américains sont à nouveau conviés et le Blake Edwards de La Grande course autour du monde (5) et de La Party (6) n’est pas loin.
(2) http://www.citebd.org/spip.php?film593
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Trafic_(film)
(4)http://www.citebd.org/spip.php?film54
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Grande_Course_autour_du_monde
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Party
Quand Zazie dans le métro sort en salles le 28 octobre 1960, il ne remporte pas le succès escompté. Le livre s’était très bien vendu, mais le film a décontenancé les spectateurs qui ne s’attendaient pas à voir ce type de spectacle. Zazie ne s’adresse pas vraiment aux enfants, alors que tout pouvait porter à le croire. Quant aux adultes, ils ne se précipitent pas en masse (à peine 850 000 spectateurs). Zazie dans le métro est en avance sur son temps et, comme bien d’autres œuvres avant-gardistes, devra attendre quelques années avant de que le public et la critique dans sa majorité rejoignent les premiers laudateurs du film tels que Ionesco (7), Truffaut (8) et Chaplin (9). La formidable composition de Philippe Noiret, qui doit autant à sa formation classique au Tnp de Jean Vilar (10) qu’à son expérience dans les spectacles de cabaret avec Jean-Pierre Darras (11), dans son premier véritable rôle au cinéma restera ignorée dans un premier temps. Aujourd’hui force est de constater le charisme et la puissance dégagés par le comédien alors débutant à l’écran...
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Eug%C3%A8ne_Ionesco
(8) http://www.citebd.org/spip.php?film1411
(9) http://www.citebd.org/spip.php?film1968
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Vilar
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Darras
http://www.dvdclassik.com/critique/zazie-dans-le-metro-malle

Louis Malle
Né le 30 octobre 1932 à Thumeries, décédé le 23 novembre 1995 à Beverly Hills.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Malle

Jean-Paul Rappeneau
Né le 8 avril 1932 à Auxerre.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Paul_Rappeneau

Raymond Queneau
Né au Havre le 21 février 1903, décédé à Paris le 25 octobre 1976.
Romancier, poète, dramaturge français, cofondateur du groupe littéraire Oulipo...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Raymond_Queneau

Jean Charvein
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Charvein

André Dubreuil
https://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Dubreuil

André Pontin
http://www.imdb.com/name/nm0690672/

Fiorenzo Carpi
Né le 19 octobre 1918 à Milan, décédé le 21 mai 1997 à Rome.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fiorenzo_Carpi

Catherine Demongeot
Née le 16 mai 1950 à Paris.
Ancienne enfant actrice française, devenue ensuite enseignante, elle a toutefois joué dans Mise à sac de Alain Cavalier...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Catherine_Demongeot

Philippe Noiret
voir fiche du film L’Homme qui plantait des arbres
http://www.citebd.org/spip.php?film1182

Hubert Deschamps
voir fiche du film Coup de tête
http://www.citebd.org/spip.php?film1970

Jacques Dufilho
voir fiche du film La Guerre des boutons
http://www.citebd.org/spip.php?film730

Annie Fratellini
Née Annie Violette Fratellini à Alger le 14 novembre 1932 et décédée à Neuilly-sur-Seine le 1er juillet 1997.
Mariée avec Pierre Étaix, lui en clown blanc, elle en auguste, ils créent l’École nationale du cirque...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Annie_Fratellini

Carla Marlier
https://fr.wikipedia.org/wiki/Carla_Marlier

Vittorio Caprioli
Né le 15 août 1921 à Naples où il est décédé le 2 octobre 1989.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Vittorio_Caprioli

Yvonne Clech
Née le 6 juin 1920 à Moustéru, décédée le 25 février 2010 à Paris.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Yvonne_Clech

Nicolas Bataille
Né à Paris le 14 mars 1926 où il est décédé le 28 octobre 2008.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Bataille

Antoine Roblot
http://www.imdb.com/name/nm0733410/

Louis Lalanne
http://www.imdb.com/name/nm0482366/

Marc Doelnitz
Né Marc Alexandre d’Oelsnitz à Paris le 24 avril 1921, décédé à Montpellier le 8 décembre 2000.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marc_Dolnitz

extrait(s) de presse

Télérama - Tout excité à l'idée de concurrencer Queneau dans l'exercice de style et de tourner son premier film en couleurs, Louis Malle joue avec la grammaire du cinéma : ralentis, accélérés, coupes incongrues, gags visuels, clins d'oeil à ses confrères...
Odyssée du cinema - (...) le film de Louis Malle est un ovni cinématographique.
Transmettre le cinéma - Un peu plus de trente-cinq ans après sa réalisation, "Zazie dans le métro" a conservé sa vitalité, son originalité, sa capacité de déranger, d’irriter ou d’enthousiasmer...
àVoir-àLire - Malle se permet toutes les audaces et laisse un film raide fou, aussi burlesque qu’onirique.