l’atelier - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > l’atelier

l’atelier

France - 2017 - 1h53
sorti en France le 11 octobre 2017
quinzaine des réalisateurs Cannes 2017
film - film francophone
de

Laurent Cantet

scénario : Laurent Cantet, Robin Campillo
direction de la photographie : Pierre Milon
musique ou chansons : Bedis Tir, Edouard Pons
avec : Marina Foïs (Olivia), Matthieu Lucci (Antoine), Warda Rammach (Malika), Issam Talbi (Fadi), Florian Beaujean (Etienne), Mamadou Doumbia (Boubacar), Julien Souve (Benjamin), Mélissa Guilbert (Lola), Olivier Thouret (Teddy), Lény Sellam (Boris)
séances : semaine du mercredi 11 octobre 2017
mercredi 11 jeudi 12 vendredi 13 samedi 14 dimanche 15 lundi 16 mardi 17
18:30
20:45
20:45
18:45
21:00
18:30
11:00*
14:30
18:45
18:30
20:45
18:30
20:45
séance spéciale :
* dimanche 11h00 matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 18 octobre 2017
mercredi 18 jeudi 19 vendredi 20 samedi 21 dimanche 22 lundi 23 mardi 24
20:30
21:00
11:00*
18:30
21:00
18:45
18:30
20:45
18:30
20:45
séance spéciale :
* samedi 11h00 matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 25 octobre 2017
mercredi 25 jeudi 26 vendredi 27 samedi 28 dimanche 29 lundi 30 mardi 31
18:30
21:00
18:45
18:30
20:45*
séance spéciale :
* mardi 20h45 dernière séance

synopsis

La Ciotat, un été. Antoine a accepté de suivre un atelier d’écriture où quelques jeunes en insertion doivent écrire un roman noir avec l’aide d’Olivia, une romancière reconnue. Le travail d’écriture va faire resurgir le passé ouvrier de la ville, son chantier naval fermé depuis 25 ans, toute une nostalgie qui n'intéresse pas Antoine. Davantage connecté à l'anxiété du monde actuel, le jeune homme va s’opposer rapidement au groupe et à Olivia que la violence d'Antoine va alarmer autant que séduire...

notes de production

L’Atelier trouve sa genèse dans un reportage de 1999 pour France 3 sur lequel avait travaillé le co-scénariste de Laurent Cantet, Robin Campillo, à l’époque où il était monteur pour la télévision. On y voyait une romancière anglaise animer un atelier d’écriture à La Ciotat. Ce dispositif, mis en place par la Mission locale (1), devait permettre à une dizaine de jeunes d’écrire ensemble un roman dont la seule contrainte était de se situer dans le cadre de la ville. C’est à ce moment que Cantet et Campillo ont commencé à réfléchir à un film.
(1) http://www.mission-locale.fr/

À l’époque, La Ciotat était encore sous le choc de la fermeture du chantier naval (2) : elle datait officiellement de 1987-88, mais des salariés avaient ensuite occupé le chantier pendant plusieurs années pour en retarder la fin programmée. Les jeunes du reportage témoignaient d’un rapport à la culture ouvrière de leur ville qui, bien que déjà un peu nostalgique, semblait encore vivant. Ils se sentaient dépositaires de cette mémoire qui était la matière même du livre qu’ils écrivaient, explique Cantet. Le projet a ensuite été laissé en plan et le cinéaste y est revenu dix-sept ans plus tard avec l’intuition que cette histoire ouvrière est maintenant de la préhistoire pour les jeunes d’aujourd’hui.
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Chantier_naval_de_La_Ciotat

Via le cadre spatial du chantier aujourd’hui reconverti dans la réparation de yachts, L’Atelier témoigne de cette mutation radicale d’une société qui, sous l’effet des crises économiques et politiques, ne se reconnaît plus dans le monde tel qu’il était et tel que les vieux voudraient continuer à le représenter. Ce que nous disent les jeunes de l’atelier, c’est qu’ils refusent d’être assignés à une histoire qui ne peut plus être la leur. Ils sont maintenant confrontés à des problèmes tout autres. Trouver leur place dans un monde qui ne les prend pas en compte, avoir l’impression de n’avoir aucune prise sur le déroulement des choses et sur leur propre vie. Et faire face aussi à une société violente, déchirée par des enjeux sociaux et politiques inquiétants : précarité, terrorisme, montée de l’extrême droite..., avance Laurent Cantet.

Après l’achèvement d’une première version du scénario, Laurent Cantet et son équipe ont fait un casting sauvage dans les clubs de sport ou de théâtre, à la sortie de lycées, dans les bars... Le metteur en scène a ainsi rencontré quelques centaines de jeunes de la région pour en choisir quelques-uns au final. Avec eux, Cantet a mené un atelier de deux semaines à plein temps, dans l’idée de nourrir le film de leurs expériences et de leurs personnalités. Les scènes se sont ainsi enrichies progressivement. En un sens, ils n’ont jamais appris leur rôle, mais ils l’ont intégré. Et les échanges auxquels a donné lieu ce travail en amont ont infléchi l’écriture, précise-t-il.

A l’origine, Laurent Cantet avait envisagé de faire appel à une actrice étrangère (comme l’était la romancière de l’atelier qui avait servi d’inspiration dans le reportage) pour jouer le rôle d’Olivia. Le réalisateur a finalement renoncé à cette option car il fallait que le personnage de la romancière maîtrise assez la langue française pour faire face à la truculence des jeunes. Si j’ai sollicité Marina Foïs, c’est que je savais qu’elle saurait assumer cette partition, qu’elle avait la verve requise pour s’imposer dans le groupe, et qu’elle pouvait le faire avec une certaine légèreté, ce qui me semblait indispensable, confie Cantet.

Comme il en était ainsi dans L’Emploi du temps (3) et Foxfire (4), Laurent Cantet a cherché à donner une coloration thriller à L’Atelier. Le cinéaste y voit une façon de brouiller les pistes. La codification du thriller permet, en sous-texte, de faire passer des questions importantes : le désir pour un autre monde, la frustration, la violence contenue. Mais elle suscite aussi des émotions violentes : je voulais qu’on aie peur, à la fois pour lui et pour elle..., raconte-t-il.
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Emploi_du_temps_(film,_2001)
(4) http://www.citebd.org/spip.php?film968

Laurent Cantet et Robin Campillo ont commencé à écrire L’Atelier peu de temps après l’attentat contre Charlie hebdo (5). Ils ont ensuite repris le scénario quelques jours après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris (6) et étaient en répétitions au moment de l’attentat de Nice (7). Ce jour-là, avec Matthieu Lucci, nous en avons discuté pendant toute la matinée, et c’est ce qui a généré le dialogue sur la nécessité d’en parler, parce qu’enfin il est question de quelque chose qui les touche vraiment. Bref, tout s’est fait dans le sentiment d’une urgence à penser des perspectives qui ne soient pas celles qu’on nous propose ou qu’on nous promet : le nationalisme, les désirs de guerre, se rappelle le cinéaste.
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentat_contre_Charlie_Hebdo
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentats_du_13_novembre_2015_en_France
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentat_du_14_juillet_2016_%C3%A0_Nice

Avec cet atelier, Laurent Cantet a davantage voulu montrer un effort difficile et hésitant pour penser ensemble et se mettre d’accord qu’un acheminement vers l’écriture. Le metteur en scène développe : une dynamique de travail avec ses tensions, ses culs-de-sac et ses compromis. Je m’intéresse beaucoup à la façon dont la formation est toujours aussi une sorte de formatage, d’aiguillage, qui conduit ceux qu’on forme à se consacrer à des choses qui ne les concernent pas directement. C’est sans doute inévitable et efficace, mais il me semble important d’en être conscient quand on est en position de formateur. C’est d’ailleurs ce que le personnage central du film, Antoine, reproche à Olivia : elle est venue de Paris avec une idée préconçue de ce qu’ils devraient écrire.

Laurent Cantet
voir fiche du film Foxfire, confessions d’un gang de filles
http://www.citebd.org/spip.php?film968

Robin Campillo
voir fiche du film Foxfire, confessions d’un gang de filles
http://www.citebd.org/spip.php?film968

Pierre Milon
voir fiche du film Juillet août
http://www.citebd.org/spip.php?film1716

Bedis Tir
http://www.imdb.com/name/nm7257245/

Marina Foïs
voir fiche du film Tiens-toi droite
http://www.citebd.org/spip.php?film1343

Mélissa Guilbert
http://www.imdb.com/name/nm7585917/

Olivier Thouret
http://www.imdb.com/name/nm8712942/

Lény Sellam
http://www.imdb.com/name/nm0783276/

extrait(s) de presse

Télérama - Le réalisateur d'“Entre les murs” n'en finit pas d'explorer la jeunesse française. Un film politique et poétique...
Les Inrocks - Laurent Cantet demeure fidèle à lui-même et à ses préoccupations...
Le Monde - « L’Atelier », au cœur des ténèbres extrémistes sous le soleil de La Ciotat...
Libération - Au fil d’une session d’écriture à La Ciotat, Laurent Cantet dépeint les élans complexes d’une jeunesse déboussolée...
Le Bleu du miroir - L’impact des mots face à celui des armes s’affirme encore plus vaillamment pour exorciser la violence contenue et exprimer les désirs d’évasion.