téhéran tabou - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > téhéran tabou

téhéran tabou

Tehran taboo
Allemagne, Autriche - 2017 - 1h36
sorti en France le 4 octobre 2017
semaine de la critique Cannes 2017
film d'animation - version originale sous-titrée en français
de

Ali Soozandeh

scénario : Ali Soozandeh
direction de la photographie : Martin Gschlacht
musique ou chansons : Ali N. Askin
avec : Elmira Rafizadeh (Pari), Zahra Amir Ebrahimi (Sara), Arash Marandi (Babak), Bilal Yasar (Elias), Negar Nasseri (Donya), Payam Madjlessi (Ahmad / Punter / Basiji), Morteza Tavakoli (Amir), Alireza Bayram (Mohsen), Thomas Nash (Joseph), Şiir Eloğlu (belle-mère), Roxana Rahnama (assistant médical), Klaus Ofczarek
séances : semaine du mercredi 4 octobre 2017
mercredi 4 jeudi 5 vendredi 6 samedi 7 dimanche 8 lundi 9 mardi 10
18:30
20:45
21:00
18:45
21:00
11:00*
14:30
18:45
21:00
11:00*
14:30
18:45
18:30
20:45
20:45
séance spéciale :
* samedi 11h00 matinale 3.50 €
séances : semaine du mercredi 11 octobre 2017
mercredi 11 jeudi 12 vendredi 13 samedi 14 dimanche 15 lundi 16 mardi 17
18:30
11:00*
21:00
11:00*
16:45
18:30
séance spéciale :
* samedi 11h00 matinale 3.50 €
* dimanche 11h00 matinale 3.50 €
séances : semaine du mercredi 18 octobre 2017
mercredi 18 jeudi 19 vendredi 20 samedi 21 dimanche 22 lundi 23 mardi 24
16:00
16:35
séances : semaine du mercredi 25 octobre 2017
mercredi 25 jeudi 26 vendredi 27 samedi 28 dimanche 29 lundi 30 mardi 31
20:45
16:30
21:00
18:45
16:30*
séance spéciale :
* mardi 16h30 dernière séance

synopsis

Téhéran : l'histoire d'une mère célibataire qui vit avec son petit garçon sourd-muet de cinq ans dans un gratte-ciel, en pleine métropole. Pour payer son loyer et son divorce d'avec son mari placé derrière les barreaux, cette femme se prostitue, mais elle fait semblant d'être infirmière et de travailler de nuit. Sa voisine, une mère au foyer enceinte qui s'ennuit, connaît son secret et s'occupe de son fils, mais elle rêve de fuir son train-train quotidien. Dans le quartier, il y a aussi un jeune étudiant en musique qui a des problèmes suite à une histoire d'une nuit avec une vierge de 18 ans...

notes de production

L’animation utilisée pour Téhéran tabou s’appelle le processus de rotoscopie (1) et consiste à tourner sur fond vert avec les acteurs, après avoir élaboré un storyboard. Le réalisateur Ali Soozandeh développe : durant cette phase, le travail se fait en studio avec une équipe de tournage normale. Puis, il faut créer des images provisoires pour les arrière-plans. Ensuite, une fois le montage terminé, on passe à l’animation. On crée les arrière-plans définitifs c’est à dire, une combinaison d’éléments 3D et de dessins, puis les personnages, qui sont dessinés séparément. Enfin, on combine tous ces éléments pour composer l’image finale. Pour ce film, ce travail a duré 13 mois et avec une équipe de plus de 40 artistes.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Rotoscopie

Tourner à Téhéran n’était pas envisageable pour un tel projet, Ali Soozandeh a opté pour l’animation, sa spécialité. J’ai vu des films tournés au Maroc ou en Jordanie censés représenter l’Iran, mais je n’ai pas trouvé ça convaincant. J’ai choisi la rotoscopie (1) car, dans l’animation, c’est le procédé qui apporte le plus de réalisme aux personnages, précise-t-il.

En Iran, les prohibitions juridiques et les restrictions morales façonnent le quotidien, poussant ainsi les gens à contourner les interdits, comme par exemple en matière de sexualité. Ali Soozandeh explique : dans leur vie sociale, ils font preuve d’une austérité de façade. Dans leur vie privée, le sexe, l’alcool, les drogues sont parfois sans limites. Téhéran tabou parle de ces doubles standards avec lesquels les Iraniens déjouent quotidiennement les interdits. Cela entraîne de nombreuses complications sociales, qui peuvent conduire à des situations absurdes, voire comiques.

Ali Soozandeh a voulu placer le spectateur en empathie avec ses personnages qui ne sont ni bons ni mauvais puisqu’ils sont à la fois victimes et coupables de leurs actes. Le cinéaste développe : je crois que n’importe quel public peut s’identifier aux personnages de ce film qui souffrent tous des tabous liés au sexe et des restrictions de la société iranienne. Personne dans le film n’est absolument bon ou mauvais. Un personnage peut sembler très offensant par ses actions, mais on comprend son comportement dès lors qu’on découvre le contexte dans lequel il évolue.

On pourrait croire que, ce qui saute aux yeux en premier, c’est le caractère rotoscopique (1) des personnages à l’écran, mais non. Avant même de prendre conscience qu’il ne s’agit pas d’acteurs en chair et en os, c’est la dimension malsaine des rues de Téhéran, peuplées de prostituées dont une à son fils handicapé auprès d’elle, qui se dégage des premières images de Teheran taboo. Le choix de l’animation, que certains auraient pu qualifier de superficielle, est donc presque imperceptible au regard de la portée du propos politiquement incorrect. Il semble que le coup d’éclat de Valse avec Bachir (2) ait ouvert le bal d’un cinéma d’animation moyen-oriental engagé, mais ce qui est sûr c’est qu’en termes de style visuel, celui adopté par Soozandeh est très proche de celui du film d’Ari Folman...
https://www.cineseries-mag.fr/festivals/cannes-2017-teheran-tabou-tehran-taboo-choquera-moins-les-festivaliers-que-les-ayatollahs-100091/
(2) http://www.citebd.org/spip.php?film98

Entretien avec Ali Soozandeh
Comment est venue l’idée première du film ?
Il y a quelques années, j’ai entendu dans le métro une conversation entre deux jeunes iraniens qui parlaient de leurs expériences avec des filles. Ils ont évoqué une prostituée qui amenait son enfant sur son lieu de travail. Cela m’a fait penser à une thématique sur la sexualité en Iran. D’autant que j’ai déjà été personnellement confronté à ce problème que rencontrent beaucoup de femmes iraniennes prises au piège au sein d’un environnement familial répressif, tout comme le personnage de Sara...
http://www.lefilmfrancais.com/cinema/132783/annecy-2017-ali-soozandeh-realisateur-de-teheran-tabou-j-ai-fait-une-nuvre-sur-l-accomplissement-personnel

Ali Soozandeh
http://www.imdb.com/name/nm3468275/

Martin Gschlacht
voir fiche du film Goodnight mommy
http://www.citebd.org/spip.php?film1472

Ali N. Askin
http://www.imdb.com/name/nm0039463/

Elmira Rafizadeh
http://www.imdb.com/name/nm2929871/

Zahra Amir Ebrahimi
http://www.imdb.com/name/nm4399355/

Arash Marandi
http://www.imdb.com/name/nm4256281/

extrait(s) de presse

Télérama - (...) le film ne vaut que par son insolence, sa force combative et sa visible jubilation à dénoncer les tares et les hypocrisies...
Le Monde - (...) le caractère inédit et explosif des situations mises en scènes lui confère la valeur d’un témoignage captivant...
Libération - Ce film d’animation est un pamphlet contre une société iranienne sexophobe...
Courte focale - Tout ceci fait de "Téhéran tabou" une expérience de premier ordre.
Cineuropa - "Téhéran tabou" opère une stupéfiante radiographie de la face cachée très agitée du quotidien de la capitale iranienne...
Toute la culture - Une œuvre politique forte et osée qui devrait faire parler d’elle.