l’argent de poche - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > l’argent de poche

l’argent de poche

France - 1976 - 1h45
sorti en France le 17 mars 1976
film - film francophone
de

François Truffaut, assisté d'Alain Maline

scénario : François Truffaut, Suzanne Schiffman
direction de la photographie : Pierre-William Glenn
musique ou chansons : Maurice Jaubert
avec : Philippe Goldman (Julien), Bruno Staab (Bruno), Georges Desmouceaux (crédité sous le nom de Geory Desmousceaux : Patrick), Laurent Devlaeminck (Laurent), Nicole Félix (mère de Grégory), Chantal Mercier (Chantal Petit, professeur), Jean-François Stévenin (Jean-François Richet, professeur), Virginie Thévenet (Lydie Richet), Tania Torrens (Nadine Riffle, la coiffeuse), Marcel Berbert (directeur d'école), René Barnérias (Monsieur Desmouceaux, père de Patrick), Sylvie Grezel (Sylvie), Katy Carayon (mère de Sylvie), Jean-Marie Carayon (père de Sylvie, inspecteur de police), Annie Chevaldonné (infirmière), Francis Devlaeminck (Monsieur Riffle, père de Laurent, coiffeur), Michel Dissart (Monsieur Lomay, agent de police), Michele Heyraud (Madame Deluca), Paul Heyraud (Monsieur Deluca), Jeanne Lobre (grand-mère de Julien), Vincent Touly (concierge), Pascale Bruchon (Martine), Éva Truffaut, Claudio De Luca (Mathieu), Franck De Luca (Franck)
séances : semaine du mercredi 4 octobre 2017
mercredi 4 jeudi 5 vendredi 6 samedi 7 dimanche 8 lundi 9 mardi 10
20:45*
séance spéciale :
* soirée-débat avec la participation de Véronique Pannetier, psychologue, membre de l’association de la cause freudienne Aquitania - tarif préférentiel 3,50 €

synopsis

A Thiers, dans le Puy de Dôme, une poignée d'enfants vivent les dernières semaines de l'année scolaire en attendant les vacances avec impatience: Bruno, Patrick, Laurent, Mathieu ou encore Franck, sans oublier Martine...Tous vivent à leur rythme et donnent une âme à ce village où les deux instituteurs, Melle Petit et M. Richet, tentent tant bien que mal de capter leur attention à l'approche de la colonie de vacances...

notes de production

L’enfance est un thème majeur dans l’œuvre de François Truffaut. Son tout premier court métrage Les Mistons (1) dressait déjà le portrait d’une enfance en bande, ou d’une bande d’enfants c’est au choix ! Dans son premier long métrage (manifeste d’une nouvelle vague de réalisateurs décidés à en finir avec le cinéma de papa et à filmer la jeunesse de son temps). Les 400 coups (2) il évoquait son adolescence rebelle due à un manque d’affection parentale. En 1970 il se passionne pour l’histoire de Victor de l’Aveyron, enfant retrouvé à l’état sauvage dans la forêt et il s’attribue dans L’Enfant sauvage (3) le rôle du docteur Itard, seul homme à croire à la possibilité d’une éducation pour cet enfant que tout le monde considère comme un animal. Enfin L’Argent de poche fait le portrait d’une enfance provinciale en 1976, à la veille du passage à l’école mixte. Après une série d’épisodes collectifs, bande d’enfants déambulant dans la ville de Thiers, découvrant avec joie ses premiers émois amoureux, et avec malice la faculté de manipuler ses parents, le film s’attache plus particulièrement à deux enfants, Patrick amoureux de la mère d’un de ses copains et qui connaîtra son premier amour en colonie à la fin du film, et Julien au destin plus tragique qui est un enfant battu. Dans les personnages d’adultes, l’instituteur Monsieur Richet interprété par Jean-François Stévenin (alors fidèle assistant mise en scène de Truffaut) est à la fois le porte-parole du réalisateur lors d’un discours vibrant sur le droit des enfants et la figure de l’homme devenant père, un père nouvelle génération, impliqué et bienveillant envers son bébé. Sous l’apparence de la légèreté, le film aborde des sujets chers à Truffaut : l’enfance maltraitée et la naissance du désir. Le projet était un film sur les enfants, une succession d’épisodes qui couvrirait l’éventail complet de l’enfance, de la naissance à l’âge de douze ans. Un film drôle, émouvant, impertinent et libre.
http://nanouk-ec.com/films/l-argent-de-poche
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Mistons
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Quatre_Cents_Coups
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Enfant_sauvage

Entretien avec François Truffaut
Tourner avec les enfants, c’est aussi spécial que de tourner avec un hélicoptère. L’hélicoptère soulève du sable. Il faut mouiller le sol. On croit y perdre un temps fou. Et dès que la caméra est dans l’hélicoptère, on gagne un temps immense. On filme trente kilomètres en dix minutes. On est dans un autre univers. Celui des pigeons voyageurs. Avec les enfants, c’est pareil. De temps en temps, ils refusent de tourner. Il faut leur laisser le temps de jouer au ballon. Et, tout à coup, ils vous donnent dix fois plus que ce que vous attendiez.
"L’Argent de poche" est aussi différent que possible d’"Adèle H." Autant votre précédent film était sombre, tendu, romantique, autant celui-ci est aéré, débridé, contemporain.
Au départ, je croyais que L’Argent de poche serait un film de repos, afin de contraster avec le côté oppressant du tournage d’Adèle H. qui était un pari : est-il possible de raconter une histoire d’amour avec un seul personnage, une seule situation, sans rebondissements ? Ici, j’ai au contraire un film unanimiste, beaucoup de personnages, une succession de scènes imprévisibles. Je saute constamment d’un événement à un autre...
http://www.clermont-filmfest.com/03_pole_regional/11_medias/3493_argentdepoche_entretien_avec_F.Truffaut.pdf

François Truffaut
voir fiche du film Le Dernier métro
http://www.citebd.org/spip.php?film1412

Alain Maline
https://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Maline

Suzanne Schiffman
voir fiche du film Le Dernier métro
http://www.citebd.org/spip.php?film1412

Pierre-William Glenn
Né le 31 octobre 1943 à Paris.
A mené une collaboration fructueuse avec des réalisateurs français inspirés par le cinéma étatsunien et notamment le film noir comme Bertrand Tavernier, Alain Corneau, Costa-Gavras, José Giovanni ou Guillaume Nicloux...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre-William_Glenn

Maurice Jaubert
voir fiche du film Un Carnet de bal
http://www.citebd.org/spip.php?film1966

Bruno Staab
Né Bruno de Stabenrath le 14 mars 1960.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bruno_de_Stabenrath

Georges Desmouceaux
https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Desmouceaux

Chantal Mercier
http://www.imdb.com/name/nm0580392/

Jean-François Stévenin
voir fiche du film Fou d’amour
http://www.citebd.org/spip.php?film1524

Virginie Thévenet
voir fiche du film Les Nuits de la pleine lune
http://www.citebd.org/spip.php?film1745

Tania Torrens
https://fr.wikipedia.org/wiki/Tania_Torrens

Marcel Berbert
Né le 25 décembre 1922 à Paris.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marcel_Berbert

René Barnérias
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Barn%C3%A9rias

Annie Chevaldonné
https://fr.wikipedia.org/wiki/Annie_Chevaldonn%C3%A9

Jeanne Lobre
http://www.imdb.com/name/nm0516562/

Éva Truffaut
https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89va_Truffaut

extrait(s) de presse

Télé loisirs - Une fiction drôle et tendre, quasi documentaire, qui fleure bon l'encre et les pupitres à la Doisneau. Un classique du cinéma français.
Les Inrocks - Le plus beau Truffaut : pas de chantage à l'enfant, comme partout aujourd'hui, mais un film en butte à un doute commun sur un moment tellement plein et effacé de notre vie qu'adulte, il nous est impossible de distinguer sa face douce de sa face ferme-cruelle.
Rtl - "Ce que j'aime dans ce film, c'est que c'est extrêmement vivant et cinématographique, mais il n'y a pas vraiment de trame ou d'histoire", explique Sandrine Kiberlain...
Télérama - Une fois de plus, Truffaut a mis dans cette oeuvre mineure, mais très attachante, ses propres repères autobiographiques.
Dvd critiques - "L’Argent de poche" est plutôt comme une volonté quasi picturale de fixer cet état de l’enfance : une manière de léguer aux générations futures une trace intemporelle d’un état propre à l’humain...
Cinémathèque - Il y a dans "L'Argent de poche" 25% de fiction, 50% de faits divers découpés dans les journaux et 25% de souvenirs personnels...