i am not a witch - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > i am not a witch

i am not a witch

Gb, France, Allemagne - 2017 - 1h34
sorti en France le 27 décembre 2017
quinzaine des réalisateurs Cannes 2017
film - version originale sous-titrée en français
de

Rungano Nyoni

scénario : Rungano Nyoni
direction de la photographie : David Gallegos
avec : Maggie Mulubwa (Shula), Henry B.J. Phiri (Mr. Banda), Travers Merrill (Farmer), Nancy Murilo (Charity), Nellie Munamonga (policière)
séances : semaine du mercredi 20 septembre 2017
mercredi 20 jeudi 21 vendredi 22 samedi 23 dimanche 24 lundi 25 mardi 26
18:30*
séance spéciale :
* le meilleur de la quinzaine Cannes 2017 - en partenariat avec le Groupement national des cinémas de recherche, Les Inrocks et Hidden circle - tarif préférentiel 3,50 €
séances : semaine du mercredi 27 décembre 2017
mercredi 27 jeudi 28 vendredi 29 samedi 30 dimanche 31 lundi 1er mardi 2
16:30
20:30
16:30
20:30
16:30
21:00
16:30
21:00
16:30
16:30
20:30
séances : semaine du mercredi 3 janvier 2018
mercredi 3 jeudi 4 vendredi 5 samedi 6 dimanche 7 lundi 8 mardi 9
16:30
20:30
16:30
20:30
16:30
21:00
16:30
21:00
16:30
20:30
séances : semaine du mercredi 10 janvier 2018
mercredi 10 jeudi 11 vendredi 12 samedi 13 dimanche 14 lundi 15 mardi 16
20:30
21:00
11:00*
16:30
18:45
20:30*
séance spéciale :
* samedi 11h00 matinale 3,50 €
* lundi 20h30 dernière séance

synopsis

Shula, 9 ans, est accusée de sorcellerie par les habitants de son village et envoyée dans un camp de sorcières. Entourée de femmes bienveillantes, condamnées comme elle par la superstition des hommes, la fillette se croit frappée d’un sortilège : si elle s’enfuit, elle sera maudite et se transformera en chèvre...

notes de production

Il existe en Zambie et au Ghana des villages de sorcières. Les femmes convaincues de pouvoirs surnaturels y sont regroupées et y vivent en communauté. Dans certains cas, ces camps comptent parmi les attractions touristiques que des visiteurs occidentaux viennent photographier comme un zoo. Le plus ancien d’entre eux, au Ghana, existe depuis plus de 200 ans...
Maggie Mulubwa, la petite fille qui interprète Shula a été repérée par hasard alors qu’elle jouait avec ses amis à Lusaka, la capitale de la Zambie. La réalisatrice Rungano Nyoni est revenue vers elle après un long casting. Elle a bien fait. La petite fille, toute en retenue, donne à cette histoire au départ typiquement africaine une dimension universelle. Tant il est toujours plus simple d’être sorcier que sorcière. Et l’on pourra remplacer "sorcier et sorcière" par de nombreux autres mots. Shula est toutes les femmes victimes parce qu’elles sont femmes, dans toutes les civilisations. Celles qui partout doivent choisir entre un asservissement et une liberté chèrement payée. Shula restera-t-elle sorcière, prendra-t-elle le risque de la liberté au prix de la menace surnaturelle ? Peut-être choisira-t-elle une troisième voie. Et son séjour chez les "sorcières" aura peut-être, au passage, éveillé leur conscience...
http://culturebox.francetvinfo.fr/cinema/evenements/cannes-2017-i-am-not-a-witch-la-fillette-qui-refusait-d-etre-une-sorciere-256847

Entretien avec Rungano Nyoni
Le fait de ridiculiser ces camps de sorcières pourrait-il poser des problèmes ?
Je ne pense pas ridiculiser l’idée de ces camps de sorcières. Je n’ai rien contre les croyances des gens et il y a beaucoup de choses que je ne peux pas expliquer. Mais je suis complètement contre des choses qui sont dirigées contre une partie de la population au nom d’une race ou d’un sexe. C’est ça qui rend l’idée de camp de sorcières absurde : ce sont uniquement des femmes, qui sont accusées d’être des « sorcières » - surtout des femmes âgées. Je suis complètement contre cette pratique. De là, il n’y a pas de problème pour moi avec l’idée de me moquer de cette pratique, parce qu’il s’agit d’une pratique idiote et horrible...
http://www.rfi.fr/culture/20170527-i-am-not-witch-rungano-nyoni-camps-sorcieres-existent-zambie-afrique

Rungano Nyoni est née à Lusaka en Zambie et a grandi au Pays de Galles. Elle est diplômée de l’University of arts de Londres. Elle réalise de nombreux courts métrages, dont The List. Elle coécrit The Mass of men qui remporte un Léopard d’or à Locarno. Son dernier court métrage Listen, co-réalisé et présenté à la quinzaine des réalisateurs dans le programme de la Nordic factory, a été nommé aux Oscar. Rungano a été résidente de la Cinéfondation en 2013.

extrait(s) de presse

Le Monde - Un bon film, par surcroît, laisse penser à une sorte de miracle. C’est sous ces doubles auspices qu’on découvre le premier long-métrage de Rungano Nyoni...