l’intrusa - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > l’intrusa

l’intrusa

Italie - 2017 - 1h35
sorti en France le 13 décembre 2017
quinzaine des réalisateurs Cannes 2017
film - version originale sous-titrée en français
de

Leonardo Di Costanzo

scénario : Leonardo Di Costanzo, Maurizio Braucci, Bruno Oliviero
direction de la photographie : Hélène Louvart
musique ou chansons : Marco Cappelli, Adam Rudolph
avec : Raffaella Giordano (Giovanna), Valentina Vannino (Maria), Marcello Fonte (Mino), Christian Giroso (Amato), Carmine Paternoster (Amitrano), Martina Abbate (Rita), Anna Patierno (Sabina), Gianni Vastarella (Giulio), Flavio Rizzo (Vittorio), Maddalena Stornaiuolo (Carmela), Riccardo Veno (Sessa), Emma Ferulano (Claudia), Giovanni Manna (Tommaso), Vittorio Gargiulo (Ciro), Alessandra Esposito (Ernestina), Flora Faliti (Raffaella), Francesca Zazzera (Patrizia), Maria Noioso (Bianca)
séances : semaine du mercredi 13 septembre 2017
mercredi 13 jeudi 14 vendredi 15 samedi 16 dimanche 17 lundi 18 mardi 19
21:00*
séance spéciale :
* le meilleur de la quinzaine Cannes 2017 - en partenariat avec le Groupement national des cinémas de recherche, Les Inrocks et Hidden circle - tarif préférentiel 3,50 €

synopsis

Naples. Aujourd’hui. Giovanna, travailleuse sociale combative de 60 ans, fait face à une criminalité omniprésente. Elle gère un centre qui s’occupe d’enfants défavorisés et offre ainsi une alternative à la domination mafieuse de la ville. Un jour, l’épouse d’un criminel impitoyable de la Camorra, la jeune Maria, en fuite avec ses deux enfants, se réfugie dans ce centre. Lorsqu’elle lui demande sa protection, Giovanna se retrouve confrontée, telle une Antigone moderne, à un dilemme moral qui menace de détruire son travail et sa vie...

notes de production

Écrire sur les méchants, c’est très facile. Essayer de dire que le monde est bon, ce n’est pas très sexy.
Leonardo Di Costanzo

Cette œuvre ne doit pas être confondue avec d’autres réalisées par, notamment, Gero Zambuto (1), C. Luigi Martini (2) ou de Raffaello Matarazzo (3).
(1) http://www.imdb.com/name/nm0952610/
(2) http://www.imdb.com/name/nm2891650/
(3) http://www.imdb.com/name/nm0558127/

Film italien entièrement tourné dans la banlieue de Naples, dans un lieu unique, un centre de loisirs pour enfants, que nous avons en partie fait construire. Une méthode de cadre très libre, très subjective d’une manière générale, et beaucoup plus "posée" à d’autres moments. Mais très "instinctive" le plus souvent possible...
http://www.afcinema.com/Helene-Louvart-AFC-parle-de-son-travail-sur-L-Intrusa-de-Leonardo-di-Costanzo.html

Entretien avec Leonardo di Costanzo
Qu’est-ce qui vous a amené à passer du documentaire à la fiction ? Est-ce pour avoir une plus grande liberté narrative ?
Oui, il y a un peu de ça. En même temps, je ne sais pas si c’est une question de liberté. Avant je n’avais jamais pensé passer à la fiction. C’est une exigence qui m’est venue au bout d’un moment. Je me suis dit que les outils du documentaire étaient plus adaptés aux histoires que je voulais raconter. C’est juste une question d’outils. Vais-je refaire des documentaires ? Je ne sais pas. Car s’il est vrai que chaque film en amène un autre et que chaque film ouvre sur des interrogations, pour le moment, les histoires que j’ai envie de raconter, ou les univers que j’ai envie de traverser, sont plus faciles à traiter par le biais de la fiction. Ce travail sur le monde des bénévoles et des associations est difficile à faire en documentaire. Il y a plusieurs années, j’avais suivi une dame qui faisait le lien entre les femmes emprisonnées à Naples et leurs familles à l’extérieur. Elle faisait des allers et retours constants. J’aimais beaucoup cette femme. Mais en général, ceux qui font ce travail-là n’ont pas envie d’être filmés. Je suis arrivé à la fiction parce que je connais bien ce monde là et que c’était plus facile pour le décrire...
http://www.lefilmfrancais.com/cinema/132466/cannes-2017-entretien-avec-leonardo-di-costanzo-realisateur-de-l-intrusa

Leonardo Di Costanzo
voir fiche du film L’Intervallo
http://www.citebd.org/spip.php?film1084

Maurizio Braucci
voir fiche du film L’Intervallo
http://www.citebd.org/spip.php?film1084
http://www.imdb.com/name/nm2828827/

Bruno Oliviero
http://www.imdb.com/name/nm0647240/

Hélène Louvart
voir fiche du film The Smell of us
http://www.citebd.org/spip.php?film1463

Marco Cappelli
http://www.imdb.com/name/nm8712963/

Adam Rudolph
http://www.imdb.com/name/nm2705731/

Raffaella Giordano
http://www.imdb.com/name/nm2873594/

Marcello Fonte
http://www.imdb.com/name/nm7535164/

Christian Giroso
http://www.imdb.com/name/nm6810235/

Carmine Paternoster
voir fiche du film L’Intervallo
http://www.citebd.org/spip.php?film1084
http://www.imdb.com/name/nm2991708/

extrait(s) de presse

Le Monde - C’est à un cas d’école sur les limites de l’utopie, à un vrai dilemme moral incarné que nous confronte ce film sensible et intelligent...
Libération - Leonardo Di Costanzo construit avec brio le récit du combat d’une assistante sociale aux prises avec la mafia...
Les Inrocks - Un portrait de femme seule qui permet dans le même geste de décrire de l’intérieur la complexité d’une société rongée par la mafia...
Critikat - "L’Intrusa" dévoile avec finesse l’entreprise éducative de Giovanna auprès de Maria, son progressif apprentissage du respect de l’autre...
Mouvement - Ce film à la gloire de ce qu’il a appelé, à l’issue de la projection, les « anges modernes » tire sa force des situations décrites ainsi que du jeu on ne peut plus convaincant de chaque interprète...
Cineuropa - C’est le symbole de la lutte contre leur monde, contre ce mal qui s’est introduit dans l’enceinte du manoir et qui se reflète dans les marionnettes que les enfants fabriquent avec les assistantes sociales...