familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN

musée : pour préserver l’intégrité des œuvres, une température de 20° est requise au sein des espaces d’exposition, aussi prévoyez de vous couvrir pour passer une agréable visite dans nos murs !
accueil > à l'affiche au cinéma > sans pitié

sans pitié

Bulhandang
Corée du sud - 2017 - 2h00
sorti en France le 28 juin 2017
hors compétition Cannes 2017
interdit aux moins de 12 ans avec avertissement
film - version originale sous-titrée en français
de

Sung-hyun Byun

scénario : Sung-hyun Byun, Kim Min-soo
direction de la photographie : Cho Hyoung-rae
musique ou chansons : Kim Hong-jip, Lee Jin-hee
avec : Kyung-Gu Sol (Han jae-ho), Si-wan Yim (Jo Hyun-su), Kim Hie-won (Ko Byung-gab), Jeon Hye-Jin (Cheon Chief)
séances : semaine du mercredi 16 août 2017
mercredi 16 jeudi 17 vendredi 18 samedi 19 dimanche 20 lundi 21 mardi 22
16:15
18:30
18:45
16:15
18:45
séances : semaine du mercredi 30 août 2017
mercredi 30 jeudi 31 vendredi 1er samedi 2 dimanche 3 lundi 4 mardi 5
16:15
20:30
20:30

synopsis

En prison, le caïd Jae-ho règne sur le commerce de cigarettes, quand débarque Hyun-sun, un jeune chien fou dont il apprécie tout de suite la sauvagerie, sans se douter qu’il s’agit d’un flic infiltré. Une fois libéré, Jae-ho intègre son protégé au clan mafieux pour lequel il opère. Hyun-sun épouse si bien la vie de gangster, qu’il en oublie ses attaches policières, menant grand train, nourrissant une forme d’obligeance envers son mentor, jusqu’à ce que ses anciens collègues viennent lui rappeler ses devoirs...

notes de production

Ne pas confondre avec Sans pitié (1) de Richard Pearce.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Sans_piti%C3%A9_(film,_1986)

Après le succès de Dernier train pour Busan (2), également projeté en séance de minuit à Cannes, le distributeur français Arp a décidé de sortir Sans pitié en salles en France, tout comme il avait sorti le film de zombies qui a dynamité la Croisette l’an dernier.
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Dernier_Train_pour_Busan

Sans pitié est le 3ème long-métrage du cinéaste sud-coréen Sung-hyun Byun après le film musical The Beat goes on (3) et la comédie romantique Watcha wearin’ (4). À noter également qu’un des personnages principaux, Jo Hyun-su, est interprété par Si-wan Yim, une star de la pop coréenne via son groupe ZE : A (5).
(3) http://www.imdb.com/title/tt2612044/
(4) http://www.imdb.com/title/tt2592336/
(5) https://www.fanfic-fr.net/fanfics/Musique/Z/ZE-A.html

La séquence d’introduction annonce la couleur : Byun Sung-hyun ne se prive pas de reprendre quelques idées à des cinéastes qu’il admire sûrement. On y voit deux gangsters discuter autour d’un repas en plein milieu d’un port. Ce dialogue métaphorique, et surtout sa conclusion, rappellent la première scène du mésestimé Sept psychopathes (6) réalisé par Martin McDonagh, qui s’inspire déjà beaucoup d’un certain Quentin Tarantino (7). Ce dernier est clairement une référence affichée et assumée de Byun Sung-hyun, tant la structure narrative, les citations, le décalage humoristique font penser aux premiers films du cinéaste américain. Il n’y a qu’à voir la manière dont les personnages sont introduits, et surtout comment ils sont incorporés dans une intrigue à tiroirs où s’enchaînent rebondissements plus ou moins prévisibles, manipulations insidieuses et faux-semblants...
http://eastasia.fr/2017/06/03/cannes-2017-jour-8-lelegance-coreenne-sans-pitie-de-byun-sung-hyun/
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Sept_psychopathes
(7) http://www.citebd.org/spip.php?film1070

Sans pitié est le troisième long métrage de Sung-hyun Byun, un changement radical pour le cinéaste dont le dernier fait d’armes était d’avoir réalisé Watcha wearin’ (4), une comédie romantique torride introuvable en France. Pourtant, le cinéaste bénéficie d’une cote d’appréciation assez remarquable dans son pays et son film fut présenté sur la Croisette avec une excitation palpable. Depuis quelques années, c’est une tradition pour le festival de Cannes de mettre à l’honneur la Corée du Sud dans ses séances de minuit. En 2014, les spectateurs avaient pu découvrir The Target (8), Office (9) avait été diffusé en 2015 et les festivaliers avaient pu voyager à bord du Dernier train pour Busan (2) en 2016. Thierry Frémaux et son équipe ne pouvaient décemment pas omettre ce petit bijou de nervosité et de virtuosité tout droit venu du Pays du matin calme (10) qui, chaque année, nous balance une droite en pleine figure (souvenez-vous de The Strangers) (11). Et si en plus, dès les premières images, Sans pitié a des allures de Reservoir dogs (12) et Les Infiltrés (13), on est en droit de s’attendre à quelque chose de radical. Le réalisateur sud-coréen ne cache d’ailleurs pas son amour pour le cinéma de Quentin Tarantino et Martin Scorsese (14). Il faut dire que Sans pitié reprend en partie la trame du film de Scorsese - lui-même remake du film hongkongais Infernal affairs (15) - mais en change considérablement les ressorts dramatiques. Il en conserve l’élément déclencheur du film, à savoir l’infiltration d’un policier dans un gang sud-coréen spécialiste du trafic de drogues et les multiples rebondissements qui vont en découler. De Reservoir dogs (12), il garde le climat de suspicion et la relation paternaliste mister White/mister Orange avec ses personnages. Mais en se revendiquant clairement comme film d’action, Sans pitié lorgne davantage du côté du cinéma hongkongais et de ses fusillades explosives. Toutes ces références ne pouvaient donc qu’annoncer un beau programme...
https://www.cineseries-mag.fr/sans-pitie-un-film-de-sung-hyun-byun-critique-102012/
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Target
(9) http://www.abusdecine.com/critique/office
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Pays_du_Matin_calme
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Strangers_(film,_2016)
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Reservoir_Dogs
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Infiltr%C3%A9s
(14) http://www.citebd.org/spip.php?film578
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/Infernal_Affairs

Le réalisateur sud-coréen Sung-hyun Byun explique ses intentions pour Sans pitié : j’ai essayé de faire en sorte que le film se démarque des autres œuvres par son style. Mais ceci n’est que l’assaisonnement du film. J’ai mis l’accent sur les émotions des deux hommes. J’ai voulu capturer la tension délicate entre eux ainsi que leurs émotions.

Entretien avec Byun Sung-hyun
Les scènes d’action sont violentes, mais toujours élégantes...
J’ai mis beaucoup d’énergie pour travailler le style du film. Le film se déroule sur différentes chronologies, et évolue au fil de la confiance non réciproque que se font les deux personnages principaux. Depuis mon premier film, j’ai toujours raconté une histoire de façon non-linéaire...
http://www.bossa-nova.info/actualite/2017/the%20merciless/ecrans_the_merciless/DP-sans%20piti%C3%A9.pdf

Sung-hyun Byun
http://www.imdb.com/name/nm2604863/

Kim Hong-jip
http://www.imdb.com/name/nm0453469/

Kyung-Gu Sol
https://fr.wikipedia.org/wiki/Seol_Kyeong-gu

Si-wan Yim
https://fr.wikipedia.org/wiki/Yim_Si-wan

Kim Hie-won
http://www.imdb.com/name/nm3641180/

extrait(s) de presse

Fiches du cinéma - Maniant avec plaisir les flash-backs, accumulant les faux-semblants et les trahisons, Byun Sung-hyun livre un film de genre musclé et plaisant.
Première - Outre ses qualités plastiques (...), "Sans pitié" se révèle étonnamment bouleversant. (...) Cette dimension de tragédie grecque (...) prend progressivement le pas sur le côté film de gangster fun et décomplexé auquel "Sans pitié" ne se réduit donc pas. Et c’est tant mieux.
Télérama - Pour apprécier cet impressionnant polar, il est déconseillé d'avoir une ­demi-minute d'inattention. Entre deux fusillades aux chorégraphies somptueuses et trois mouvements de caméra incroyables, les intentions des personnages semblent impénétrables, puis tout s'éclaire dans un flash-back brillant.
àVoir-àLire - Ce polar enlevé comporte plusieurs séquences de bravoure et confirme la vitalité du cinéma d’action sud-coréen...
Culturebox - Avec ses gangs de la drogue, il s'agit un film d'action violent mené à un rythme effréné, aux plans percutants...
Le blog du cinéma - (...) "Sans pitié" se place en polar efficace, où même les gangsters peuvent faire preuve de sentiments...
Furyosa - Au carrefour du film de prison et de gangster, "Sans pitié" est une réussite qui doit beaucoup à son scénario retord, son casting irréprochable et une mise en scène travaillée en accord avec son sujet...
Vodkaster - (...) "Sans pitié" incarne un puissant moment de cinéma violent, malin et manipulateur, férocement frondeur...