une vie violente - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > une vie violente

une vie violente

France - 2017 - 1h47
sorti en France le 9 août 2017
semaine de la critique Cannes 2017
film - film francophone
de

Thierry de Peretti

scénario : Thierry de Peretti, Guillaume Bréaud
direction de la photographie : Claire Mathon
avec : Jean Michelangeli (Stéphane), Henry-Noël Tabary (Christophe), Cédric Appietto (Michel), Marie-Pierre Nouveau (Jeanne), Délia Sepulcre-Nativi (Raphaëlle), Dominique Colombani (François), Paul Garatte (Marc-Antoine), Jean-Etienne Brat (Micka), Anaïs Lechiara (Vanessa), Paul Rognoni (Maître Patrice Giudicelli)
séances : semaine du mercredi 9 août 2017
mercredi 9 jeudi 10 vendredi 11 samedi 12 dimanche 13 lundi 14 mardi 15
14:00
16:15
18:30
20:45
18:30
20:45
18:45
21:00
11:00*
14:30
16:30
18:45
21:00
11:00*
14:30
16:30
18:45
18:30
20:45
18:30
20:45
séance spéciale :
* samedi 11h00 matinale 3,50 €
* dimanche 11h00 matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 16 août 2017
mercredi 16 jeudi 17 vendredi 18 samedi 19 dimanche 20 lundi 21 mardi 22
14:00
16:15
18:30
20:45
20:45
18:30
18:45
21:00
11:00*
14:30
16:45
18:45
21:00*
séance spéciale :
* samedi 11h00 matinale 3,50 €
* samedi 21h00 dernière séance

synopsis

Malgré la menace de mort qui pèse sur sa tête, Stéphane décide de retourner en Corse pour assister à l'enterrement de Christophe, son ami d'enfance et compagnon de lutte, assassiné la veille. C’est l’occasion pour lui de se rappeler les évènements qui l’ont vu passer, petit bourgeois cultivé de Bastia, de la délinquance au radicalisme politique et du radicalisme politique à la clandestinité...

notes de production

Le cinéaste corse Thierry de Peretti revient sur son île pour Une Vie violente après Les Apaches (1).
(1) http://www.citebd.org/spip.php?film1139

Le personnage de Stéphane, campé par Jean Michelangeli, est librement inspiré du parcours atypique, météoritaire, tragique, de Nicolas Montigny (2), jeune militant nationaliste assassiné à Bastia en 2001.
(2) http://www.lemonde.fr/societe/article/2007/05/19/sept-suspects-pour-un-cadavre_912285_3224.html

Nous avions le même âge. Je ne l’ai pas connu, même si nous avions des amis en commun. Le film mélange mes propres souvenirs, et ceux de beaucoup de gens de ma génération en Corse, mais il est aussi le fruit d’un long et permanent travail de recherche. Il mêle, de manière fragmentaire et anarchique, rumeurs, légendes urbaines, souvenirs altérés, et Histoire contemporaine de la Corse, relate Thierry de Peretti.

Le casting a été mené par Julie Allione (3) et a duré un an. Il y avait énormément de rôles, et donc une cohérence romanesque à trouver pour le cinéaste Thierry de Peretti : au-delà des questions d’authenticité, un concept que je ne comprends pas, nous cherchions des acteurs - professionnels ou non - capables de jouer ce qu’il y a à jouer, c’est à dire de comprendre la complexité et l’intensité des enjeux et prêts à prendre la parole, indique le metteur en scène.
(3) http://www.imdb.com/name/nm2203472/

Si le film peut évoquer des mécanismes proches de ceux qui jettent aujourd’hui des jeunes gens dans les bras du djihadisme, c’est presque un hasard, mais je l’entends. Si le film résonne avec des thématiques contemporaines et d’autres territoires que la Corse, tant mieux. Mais faire un jeu de comparaisons nierait ce que le film représente, dans sa complexité et son mystère, analyse Thierry de Peretti.

C’est la seconde fois que Thierry de Peretti présente un long-métrage à Cannes après Les Apaches (1), projeté à la "Quinzaine des réalisateurs" (4) en 2013. Cette fois, le cinéaste était présent à la "Semaine de la critique" (5) : je reviens avec un film dont la Corse, personnage principal, est le territoire physique et intérieur. Je reviens accompagné d’une troupe d’acteurs jeunes et neufs. C’est un film très personnel. La Semaine de la Critique montre chaque année les gestes de cinéma d’aujourd’hui. En faire partie cette année est très important pour moi, précise le metteur en scène.
(4) http://www.telerama.fr/cinema/cannes-2013-la-selection-de-la-quinzaine-des-realisateurs,96500.php
(5) http://www.telerama.fr/festival-de-cannes/2017/cannes-2017-la-semaine-de-la-critique-devoile-sa-selection,157051.php

Entretien avec Thierry de Peretti
Après "Les Apaches" en 2013 vous retournez en Corse pour un nouveau sujet politique inspiré d’une histoire vraie. Comment liez-vous les deux films ?
Les enjeux narratifs et politiques sont différents ici. Les Apaches (1) explorait le contemporain le plus immédiat. Circonscrit à l’extrême-sud de l’île au cœur de l’été, à travers une partie de sa jeunesse, on voyait comment les questions sociales minaient, intoxiquaient l’imaginaire et les rapports. Une Vie violente, même s’il puise aussi sa source dans des événements réels, explore un territoire plus mental, plus historique. Il parle de ce qui du passé hante le présent. Une Vie violente est une fresque qui raconte l’histoire d’une génération...
http://distrib.pyramidefilms.com/pyramide-distribution-prochainement/une-vie-violente.html

Thierry de Peretti
voir fiche du film Les Apaches
http://www.citebd.org/spip.php?film1139

Guillaume Bréaud
http://www.imdb.com/name/nm0117572/

Claire Mathon
voir fiche du film Les Deux amis
http://www.citebd.org/spip.php?film1533

Henry-Noël Tabary
http://www.imdb.com/name/nm5632727/

Cédric Appietto
http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/286534-cedric-appietto.html

Marie-Pierre Nouveau
http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/627325-marie-pierre-nouveau.html

Délia Sepulcre-Nativi
http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/594186-delia-sepulcre-nativi.html

Paul Garatte
http://www.imdb.com/name/nm5014821/

Jean-Etienne Brat
http://www.imdb.com/name/nm4426690/

Anaïs Lechiara
http://www.imdb.com/name/nm8935522/

Paul Rognoni
http://www.imdb.com/name/nm2866595/

extrait(s) de presse

Le Monde - Thierry de Peretti a judicieusement considéré qu’on ne filmait pas la France, et à plus forte raison la Corse, comme les Etats-Unis...
Télérama - Comme dans le meilleur de Jacques Audiard, le réalisateur Thierry de Peretti, originaire d’Ajaccio, parvient à donner une ampleur solaire à son réalisme insulaire...
Les Inrocks - C’est une tragédie grecque, avec son héros romantique et fataliste qui fonce droit dans la gueule du loup...
Libération - Ample et tragique...
Grazia - "Une Vie violente" est un des meilleurs films français de cette édition cannoise...