eté 93 - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > eté 93

eté 93

Estiu 1993
Espagne - 2017 - 1h34
sorti en France le 19 juillet 2017
Prix du meilleur premier film Berlin 2017 - Cannes "écrans juniors" 2017
film - version originale sous-titrée en français
de

Carla Simon Pipó

scénario : Carla Simon Pipó
direction de la photographie : Santiago Racaj
avec : Laia Artigas (Frida), Paula Blanco (Cesca), Bruna Cusí (Marga), David Verdaguer (Esteve), Fermi Reixach (Avi), Quimet Pla (Gabriel), Jordi Figueras (Blai), Isabel Rocatti (Àvia), Berta Pipó (Tieta Àngela), Paula Robles (Anna), Tere Solà (Carnisseria), Cristina Matas (infirmière), Dolores Fortis (Carnisseria), Etna Campillo (Irene), Montse Sanz (Lola), Josep Torrent (docteur), Titón Frauca (Cambrera)
séances : semaine du mercredi 19 juillet 2017
mercredi 19 jeudi 20 vendredi 21 samedi 22 dimanche 23 lundi 24 mardi 25
16:15
18:30
20:45
20:45
18:45
21:00
11:00*
16:30
18:45
21:00
11:00*
16:30
18:45
18:30
20:45
18:30
20:45
séance spéciale :
* samedi 11h00 matinale 3,50 €
* dimanche 11h00 matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 26 juillet 2017
mercredi 26 jeudi 27 vendredi 28 samedi 29 dimanche 30 lundi 31 mardi 1er
18:30
20:45
18:45
16:30
21:00
11:00*
18:45
20:45
18:30
séance spéciale :
* dimanche 11h00 matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 2 août 2017
mercredi 2 jeudi 3 vendredi 4 samedi 5 dimanche 6 lundi 7 mardi 8
16:15
20:45
21:00
11:00*
18:45
16:30
18:30
20:45*
séance spéciale :
* samedi 11h00 matinale 3,50 €
* mardi 20h45 dernière séance

synopsis

Suite à la mort de ses parents, Frida, 6 ans, quitte Barcelone et part vivre à la campagne chez son oncle et sa tante et leur petite fille de 3 ans. Le temps d'un été, l'été 93, Frida apprendra à accepter son chagrin, et ses parents adoptifs apprendront à l'aimer comme leur propre fille...

notes de production

Cannes Écrans Juniors est une sélection de huit longs métrages internationaux qui présentent un intérêt particulier pour des jeunes de treize à quinze ans. Ils développent des thématiques ou mettent en scène des univers susceptibles de les confronter. Chaque année, cet événement dédié à la jeunesse se tient en parallèle du Festival de Cannes. Il permet ainsi à des collégiens et des lycéens de prendre part au fameux festival du film.
Cette année, deux films espagnols étaient présents en sélection officielle : Été 93 de Carla Simon et La Madre de Alberto Morais.
http://www.cannes-cinema.com/cannes-cinephiles/cannes-ecrans-juniors/

L’histoire du film est inspirée de la propre enfance de Carla Simon Pipó. Si la réalisatrice n’a pas eu de mal à rédiger le premier jet du scénario du film compte tenu du fait que les images de son passé sont toujours très présentes en elle, trouver la bonne structure pour les agencer a été plus compliqué. Elle se rappelle : j’ai finalement choisi de conserver cette impression de « tranches de vie », ces petits moments qui, assemblés les uns aux autres, dressent un portrait assez juste de mon premier été avec ma nouvelle famille. Parfois, je me suis demandé ce qui pouvait bien me pousser à raconter des choses aussi personnelles, mais en terminant le scénario, j’ai compris que ce processus m’avait beaucoup appris sur ma propre famille, car l’écriture m’a forcée à considérer mon histoire du point de vue de chaque personnage.

Durant le tournage, Carla Simon Pipó a ressenti le besoin de prendre de la distance vis-à-vis de son passé. C’est dans cette optique que la cinéaste ne voulait pas reproduire les événements tels qu’ils apparaissent de manière exacte dans ses souvenirs. Elle précise : dans un film, c’est la réalité qui prime, et je pense que le réel est toujours plus intéressant que tout ce qu’on peut imaginer. Mais ce compromis entre la réalité du tournage et mes images mentales a été difficile à trouver. De même, quand on réalise un film, il faut toujours privilégier des éléments de l’histoire au détriment de certains autres. Chaque souvenir avait une signification particulière liée à mon enfance, mais les acteurs m’ont aidée à faire la part des choses. J’ai appris à les écouter pour comprendre quand je m’accrochais trop à une image pour des raisons sentimentales.

Pour trouver l’interprète de Frida, Carla Simon Pipó a vu plus de 1 000 candidates. En compagnie de son directeur de casting, elle cherchait une petite fille de la ville, qui n’avait pas l’habitude de la campagne. La réalisatrice se souvient : nous avons fait attention à l’histoire familiale des fillettes que nous rencontrions, afin d’en trouver une avec une structure familiale non conventionnelle. Même si je m’identifiais plus facilement aux jeunes actrices qui me ressemblaient physiquement, j’ai surtout cherché une interprète capable d’incarner l’ambiguïté, comme Laia, qui a bien des visages différents. Laia n’a pas eu une enfance facile, et je pense qu’on le voit dans ses yeux.

Pour Anna, Carla Simon Pipó a cherché une fillette de quatre ans à l’air encore un peu bébé, dégageant une impression d’innocence. À un si jeune âge, il était aussi très important de trouver une fille intrépide, qui ne se fige pas quand on lui demande de faire quelque chose, note-t-elle.

Été 93 se déroule en Catalogne dans les années 1990, parce que Carla Simon Pipó voulait filmer dans un cadre spatio-temporel identique à celui qu’elle a connu à l’âge de six ans. J’avais l’impression que cette histoire n’aurait pu être racontée nulle part ailleurs. Le paysage de la Garrotxa (1) est très particulier. Le territoire est entouré de montagnes, on ne voit quasiment jamais le soleil se lever ni se coucher. L’été, la végétation est luxuriante et s’épanouit dans de multiples nuances de verts. C’était magnifique de faire des repérages pour le film dans des lieux que je connais si bien, confie la réalisatrice.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Garrotxa

Les personnages du film sont inspirés de membres de la famille de Carla Simon Pipó, qui sont sont nés et ont grandi en Catalogne. Elle développe : les grands-parents de Frida représentent les gens de leur génération issus de la haute bourgeoisie qui ont traversé la guerre civile espagnole en conservant leurs idéaux de droite jusqu’à aujourd’hui. Marga et Esteve représentent la génération qui s’est opposée à ces valeurs d’antan, y compris au catholicisme et aux anciennes traditions. Ce sont aussi des « néo-ruraux », pour qui le village est un mode de vie.

L’une des plus grosses difficultés de tournage pour Carla Simon Pipó et son équipe a été de trouver un style visuel qui puisse s’adapter aux filles et leur laisser autant de liberté de jeu que possible. Le cinéaste se remémore à ce sujet : nous avons choisi de laisser la caméra à un endroit précis et de tourner des plans-séquences très simples pour qu’elles puissent interpréter des scènes entières (ou presque) sans prêter attention à la caméra. Quand ça fonctionnait, c’était génial, parce qu’elles pouvaient vraiment entrer dans leur personnage et ressentir la scène dans son intégralité. Ce parti pris nous a aidés à ressentir l’instant présent, à côtoyer Frida (et sa famille) d’une façon plus intime, comme si nous regardions un album de photos ou un film de famille, ce qui me ramène d’une certaine façon aux photos de famille qui ont inspiré le film.

Entretien avec Carla Simon Pipo
Comment le projet a-t-il débuté ?
J’ai réalisé un court-métrage sur deux enfants qui devaient affronter le décès de leur grand-mère lorsque j’étais installée à Londres. J’ai alors pris conscience que je devais raconter quelque chose que je connaissais, Estiu 1993 est mon histoire. C’est sans doute lié au fait que j’étais loin de ma famille. Lorsque l’on est loin tout prend plus de valeur...
https://madamefaitsoncinema.be/2017/05/27/entretien-avec-carla-simon-pipo-pour-son-emouvant-summer-1993-prix-du-meilleur-premier-film-a-la-berlinale-et-presente-au-festival-de-cannes/

Carla Simon Pipó
http://www.imdb.com/name/nm3427032/

Santiago Racaj
voir fiche du film La Niña de fuego
http://www.imdb.com/name/nm1167135/

Paula Blanco
http://www.imdb.com/name/nm1816961/

Bruna Cusí
http://www.imdb.com/name/nm4264236/

David Verdaguer
http://www.imdb.com/name/nm1992631/

Fermi Reixach
http://www.imdb.com/name/nm0718704/

Quimet Pla
http://www.imdb.com/name/nm1001681/

Jordi Figueras
http://www.imdb.com/name/nm1359508/

extrait(s) de presse

Film de culte - Simon n'appuie jamais sur le bouton du méga-mélodrame et son sens de la retenue est à la fois exigeant et émouvant. Une réussite.