familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN

accueil > à l'affiche au cinéma > le grand méchant renard et autres contes

le grand méchant renard et autres contes

France - 2017 - 1h19
sorti en France le 21 juin 2017
recommandé aux 7 à 77 ans
film d'animation - film francophone
de

Benjamin Renner, Patrick Imbert

scénario : Benjamin Renner, Jean Regnaud
d'après l'oeuvre de : Benjamin Renner
musique ou chansons : Robert Marcel Lepage
voix : Céline Ronte (la poule), Boris Rehlinger (le loup), Guillaume Bouchède (le chien), Guillaume Darnault (le renard), Magali Rosenzweig, Elise Noiraud, Jules Bienvenu, Violette Samama, Augustin Jahn-Sani, Damien Wietecka, Kamel Abdessadok, Antoine Schoumsky, Jean-Loup Horwitz, Christophe Lemoine
séances : semaine du mercredi 21 juin 2017
mercredi 21 jeudi 22 vendredi 23 samedi 24 dimanche 25 lundi 26 mardi 27
16:00
18:30
14:00*
18:30
18:30
11:00*
14:30
16:10
11:00*
14:30
16:30
18:30
18:30
séance spéciale :
* tarif jeune (- 18 ans) 3,50 € - tarif accompagnant 6 €
* samedi 11h00 matinale 3,50 €
* pendant la "Fête du cinéma" (4 €), les tarifs habituels restent également en usage - dimanche 11h00 matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 28 juin 2017
mercredi 28 jeudi 29 vendredi 30 samedi 1er dimanche 2 lundi 3 mardi 4
14:00*
16:00
18:30
18:30
18:30
14:30
16:30
18:45
14:30
16:30
18:45
séance spéciale :
* pendant la "Fête du cinéma" (4 €), les tarifs habituels restent également en usage - tarif jeune (- 18 ans) 3,50 €
séances : semaine du mercredi 5 juillet 2017
mercredi 5 jeudi 6 vendredi 7 samedi 8 dimanche 9 lundi 10 mardi 11
14:00
14:30
14:30
séances : semaine du mercredi 12 juillet 2017
mercredi 12 jeudi 13 vendredi 14 samedi 15 dimanche 16 lundi 17 mardi 18
14:00
14:30
14:30
séances : semaine du mercredi 19 juillet 2017
mercredi 19 jeudi 20 vendredi 21 samedi 22 dimanche 23 lundi 24 mardi 25
14:00
14:30
14:30
séances : semaine du mercredi 26 juillet 2017
mercredi 26 jeudi 27 vendredi 28 samedi 29 dimanche 30 lundi 31 mardi 1er
14:00
14:30
14:30

synopsis

Ceux qui pensent que la campagne est un lieu calme et paisible se trompent, on y trouve des animaux particulièrement agités, un Renard qui se prend pour une poule, un Lapin qui fait la cigogne et un Canard qui veut remplacer le Père Noël...

notes de production

Produit par Folivari (1), Le Grand méchant renard et autres contes comprend 3 histoires de 26 minutes qui vous feront changer d’avis sur la campagne...
(1) http://folivari.com/
- Un Bébé à livrer de Patrick Imbert
La cigogne feint un accident de vol pour se débarrasser du bébé qu’elle doit livrer et confie la tâche au lapin et au canard de la ferme où elle a atterri...
- Le Grand méchant renard de Benjamin Renner
Le renard qui peine à impressionner les animaux de la ferme se résout, sur les conseils du loup, à voler des œufs pour enfin pouvoir manger des poussins. Sauf que, lorsque les œufs éclosent, les poussins prennent le renard pour leur mère et finissent par se prendre pour des renards...
- Un Noël parfait de Patrick Imbert
C’est Noël à la ferme. Suite à un malentendu, le lapin et le canard pensent qu’ils doivent remplacer le Père Noël pour sauver Noël...

Le film est accessible dès 5 ans mais difficilement avant, car l’humour décalé risquerait de passer à côté des plus petits. Par ailleurs dans le dernier épisode, l’existence du Père Noël est mise en doute... avant d’être finalement confirmée de manière drôle et décalée...
https://benshi.fr/films/le-grand-mechant-renard-et-autres-contes/644

Après avoir co-réalisé Ernest et Célestine (2) aux côtés de Vincent Patar et Stéphane Aubier, Benjamin Renner est de retour à la mise en scène avec l’adaptation de sa propre bande-dessinée Le Grand méchant renard (3) (aux éditions Delcourt). L’auteur et réalisateur est épaulé dans cette nouvelle aventure par Patrick Imbert, directeur artistique des effets visuels sur Ernest et Célestine et animateur sur Avril et le monde truqué (4). La bande-dessinée illustrée à l’aquarelle a remporté de nombreux prix notamment le Prix de la jeunesse (5) lors du Festival de la bande-dessinée d’Angoulême en 2016.
(2) http://www.citebd.org/spip.php?film1053
(3) http://www.bedetheque.com/BD-Grand-mechant-Renard-Le-Grand-Mechant-Renard-235131.html
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Avril_et_le_Monde_truqu%C3%A9
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_d%27Angoul%C3%AAme_2016

À la manière de contes anthropomorphes tels que Les Fables de La Fontaine (6) et Les Contes du chat perché (7) de Marcel Aymé, Benjamin Renner voulait traiter des problématiques humaines de manière légère et ludique, à travers des animaux hauts en couleur : dans mes histoires aussi, on sent que le petit cochon va être un personnage joyeux et débonnaire, le canard un râleur, et le lapin un être fantasque et un peu irresponsable, ajoute-t-il.
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Fables_de_La_Fontaine
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Contes_du_chat_perch%C3%A9

L’histoire du Grand méchant renard correspond à une anecdote qui remonte à l’enfance de Benjamin Renner, alors qu’il visitait avec son père une ferme, équipée d’une couveuse remplie d’œufs de poule. Le garçon s’était alors interrogé : si on se retrouve brutalement maman adoptive de poussins, doit-on leur apprendre à se comporter comme des humains ou comme des poules ? Cette idée a continué à faire son chemin dans mon esprit, puis plus tard, je me suis dit que la situation serait encore plus amusante si c’était un renard qui était contraint d’élever ces petits poussins, s’amuse le réalisateur.

Benjamin Renner a collaboré avec le scénariste Jean Regnaud afin de bénéficier d’un regard extérieur sur son adaptation : ce qui marche très bien en une série de dessins fixes ne fonctionne pas toujours en animation, analyse-t-il. Certains personnages, notamment les trois poussins, prenaient ainsi une plus grande importance dans le film et devaient être plus écrits. Quelques blagues ont également été modifiées pour ne pas déséquilibrer la structure du récit.

Si c’est la première fois que Benjamin Renner adapte son propre travail en film, le réalisateur avait déjà transposé à l’écran Ernest et Célestine (8) d’après les illustrations de Gabrielle Vincent. Le film avait connu un grand succès, remportant notamment le César (9) du meilleur film d’animation en 2013 et une nomination aux Oscar (10) en 2014.
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ernest_et_C%C3%A9lestine
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%A9sar_du_meilleur_film_d%27animation
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/86e_c%C3%A9r%C3%A9monie_des_Oscars

L’adaptation de la bande-dessinée de Benjamin Renner avait été à l’origine envisagée pour la télévision, sous forme de programme court. Le film a été réalisé dans des studios parisiens conçus pour l’occasion, afin que toutes les équipes puissent être réunies à toutes les étapes de la production. Avancer tous ensemble dans le même lieu nous a apporté beaucoup de marge de manœuvres, plus de spontanéité artistique, et a permis d’éviter beaucoup d’erreurs. Je pense que cela a contribué à créer une ambiance plus sereine et plus familiale dans le studio. Et une plus grande solidarité au sein de l’équipe, déclare-t-il.
Pour que l’ensemble du film corresponde au style de Benjamin Renner, le dessinateur a esquissé ses personnages dans toutes les poses possibles et imaginables afin que les dessins puissent servir de modèles aux équipes.

Benjamin Renner
voir fiche du film Ernest et Célestine
http://www.citebd.org/spip.php?film1053

Patrick Imbert
http://www.imdb.com/name/nm1348707/

Jean Regnaud
voir fiche du film Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill
http://www.citebd.org/spip.php?film1149

Robert Marcel Lepage
voir fiche du film Fatima
http://www.citebd.org/spip.php?film1531

extrait(s) de presse

Vodkaster - Trois friandises aux personnages barrés, saupoudrés d'humour joyeux et désopilant. Le travail sur les voix et sur l'animation est formidable...
Paris match - Si l'épisode central qui donne le titre au film est une merveille de tendresse et de poésie qui confirme que les poules rousses ne comptent pas pour des prunes, les deux contes qui l'accompagnent ne déméritent pas, avec de nouveaux personnages que l'on a hâte de retrouver.
Positif - En moins d'1h30, sans insister, sans se prendre au sérieux, et dans de grands éclats de rire : le comble de l'élégance !
àVoir-àLire - Finesse, tendresse, gags désopilants... Assurément un vrai bon moment de plaisir que l’on ne restreindra pas aux enfants !
Bande à part - Un film d’animation français, au trait délicat et à l’humour poétique et déjanté.
Critikat - Basculant d’une péripétie et d’un déguisement à l’autre, le petit monde farfelu du Grand Méchant Renard, avec ses personnages hauts en couleur et ses poussins à croquer, offre une relecture espiègle, ludique et attachante de nos souvenirs d’enfance.
La Croix - À déguster en famille, bien sûr !
Télérama - Cette campagne à l'aquarelle, aussi radieuse et veloutée que les décors d'"Ernest et Célestine" (le précédent dessin animé de Benjamin Renner), regorge de purs moments burlesques, jouant aussi bien de la malice du dessin que de celle de la bande-son (...).