plus jamais seul - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
musée : pour préserver l’intégrité des œuvres, une température de 20° est requise au sein des espaces d’exposition, aussi prévoyez de vous couvrir pour passer une agréable visite dans nos murs !
accueil > à l'affiche au cinéma > plus jamais seul

plus jamais seul

Nunca vas a estar solo
Chili - 2016 - 1h21
sorti en France le 3 mai 2017
interdit aux moins de 12 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Alex Anwandter

scénario : Alex Anwandter
direction de la photographie : Matías Illanes
musique ou chansons : Alex Anwandter
avec : Sergio Hernandez (Juan), Andrew Bargsted (Pablo), Jaime Leva (Felix), Antonia Zegers (Ana), Benjamin Westfall (Martin), Gabriela Hernández (Lucy), Edgardo Bruna (Bruno), Astrid Roldan (Mari)
séances : semaine du mercredi 10 mai 2017
mercredi 10 jeudi 11 vendredi 12 samedi 13 dimanche 14 lundi 15 mardi 16
20:30*
séance spéciale :
* soirée-débat "contre l'homophobie à l'initiative de l'association Adheos - tarif 3,50 €

synopsis

Santiago du Chili. Pablo commence une relation avec un camarade de son lycée et s'apprête à passer une importante audition pour travailler dans un cabaret. Juan, son père, est trop occupé à sauver son entreprise pour essayer de communiquer avec un fils qu'il ne comprend pas. Quand Pablo est pris pour cible par des homophobes et se retrouve dans le coma, Juan doit trouver l'argent pour payer les frais médicaux. Cet homme, d'habitude si effacé et qui ne connait rien de la vie de son fils, va tout tenter pour trouver les agresseurs et faire justice...

notes de production

À l’origine, Alex Anwandter est une star de la chanson au Chili et dans toute l’Amérique latine. Un jeune homme fan d’Anwandter, Daniel Zamudio (1), a été tué suite à une agression homophobe en 2012. Profondément choqué, Alex Anwandter a ainsi décidé d’écrire son premier film.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Daniel_Zamudio

Plus jamais seul se divise en deux parties. Une première centrée sur la vie du jeune homme, puis une seconde consacrée à son père, après l’agression. Une manière pour Alex Anwandter de dépasser le drame et montrer l’après, tout en cherchant à sensibiliser le maximum de personnes : le film continue, il survit à cette violence. Le monde n’a pas changé après l’agression de cet adolescent. Il nous reste à voir ce qui a changé dans le monde du père après ce traumatisme, analyse le réalisateur. Avoir un homme d’âge mûr, hétérosexuel, comme personnage principal a le mérite de faciliter l’identification du plus grand nombre et de mettre en lumière les préjudices de cette violence quotidienne.

Si Alex Anwandter est contre la violence au cinéma, il a choisi de mettre en scène l’agression homophobe dans toute sa brutalité et son horreur. J’étais confronté au dilemme : faire face à la violence ou regarder ailleurs. Mais le film ne pouvait pas se permettre de détourner le regard, ça n’aurait pas été digne de ce jeune homme. J’ai appris que faire un film, c’est prendre des décisions « éthiques » à chaque stade de sa construction, affirme le cinéaste.

En tant que musicien, Alex Anwandter a accordé une grande importance au son et à la musique dans Plus jamais seul. Certains disent que le son représente 60% d’un film. Cette idée me plaît. Le son enrichit pleinement un film, le complète. C’est un équilibre fragile : informer sans surligner l’aspect émotionnel du récit. Mais sans non plus s’interdire de se laisser aller à l’émotion…, affirme-t-il. Anwandter a ainsi soigné le choix chacun des morceaux de la bande-originale, de la pop à l’opéra. L’objectif : ne pas faire de son héros qu’une victime, mais montrer un jeune homme plein de vie.

Entretien avec Alex Anwandter
Où le film se passe-t-il ?
Dans un Santiago imaginaire... L’aspect « abstrait » de l’histoire est important pour
moi. Créer une fiction à partir d’un épisode réel permettait d’ouvrir la discussion...
Il ne s’agit pas d’un quartier spécifique, mais plutôt d’un panel de quartiers différents
de la classe moyenne. De la même manière, la plupart des personnages n’ont pas
de nom de famille. Je voulais ainsi renforcer le côté universel de cette histoire...

http://www.epicentrefilms.com/fichier/184/dossier_de_presse.pdf

Alex Anwandter
https://es.wikipedia.org/wiki/%C3%81lex_Anwandter

Matías Illanes
http://www.imdb.com/name/nm5847007/

Sergio Hernandez
Né Sergio Fernando Hernández Albrecht le 27 mai 1947 à Arica.
voir fiche du film Gloria
http://www.citebd.org/spip.php?film1209

Andrew Bargsted
http://www.imdb.com/name/nm7422963/

Antonia Zegers
voir fiche du film El Club
http://www.citebd.org/spip.php?film1595

Benjamin Westfall
http://www.imdb.com/name/nm5232172/

Gabriela Hernández
http://www.imdb.com/name/nm0379951/

Edgardo Bruna
Né le 8 février 1947 à Santiago où il est décédé le 19 mars 2017.
http://www.imdb.com/name/nm1417537/

Astrid Roldan
http://www.imdb.com/name/nm7346994/

extrait(s) de presse

Abus de ciné - Un prix fort mérité pour un film tout simplement bouleversant.
Hétéroclite - Film de non-dits, de rétention, de frustrations, d’incompréhensions, Plus jamais seul parle aussi d’un pays, le Chili, dans lequel l’homosexualité est toujours un combat...
In the mood for cinema - Le plus percutant des plaidoyers contre la bêtise et une de ses formes, l’homophobie. Et un film bouleversant porté par un jeune acteur éclatant de justesse et sidérant de beauté. Et une fin qui nous balafre l’âme par sa tristesse ravageuse.