a voix haute, la force de la parole - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
musée : pour préserver l’intégrité des œuvres, une température de 20° est requise au sein des espaces d’exposition, aussi prévoyez de vous couvrir pour passer une agréable visite dans nos murs !
accueil > à l'affiche au cinéma > a voix haute, la force de la parole

a voix haute, la force de la parole

France - 2017 - 1h39
sorti en France le 12 avril 2017
documentaire - film francophone
de

Stéphane De Freitas, Ladj Ly

direction de la photographie : Ladj Ly, Timothée Hilst
musique ou chansons : Superpoze
séances : semaine du mercredi 17 mai 2017
mercredi 17 jeudi 18 vendredi 19 samedi 20 dimanche 21 lundi 22 mardi 23
18:30
20:45
18:30
11:00*
21:00
18:45
20:45
18:30
séance spéciale :
* samedi 11h00 matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 24 mai 2017
mercredi 24 jeudi 25 vendredi 26 samedi 27 dimanche 28 lundi 29 mardi 30
16:45
16:45*
séance spéciale :
* dimanche 16h45 dernière séance

synopsis

Chaque année à l’Université de Saint-Denis se déroule le concours "Eloquentia", qui vise à élire « le meilleur orateur du 93 ». Des étudiants de cette université issus de tout cursus, décident d'y participer et s'y préparent grâce à des professionnels (avocats, slameurs, metteurs en scène...) qui leur enseignent le difficile exercice de la prise de parole en public. Au fil des semaines, ils vont apprendre les ressorts subtils de la rhétorique, et vont s’affirmer, se révéler aux autres, et surtout à eux-mêmes...

notes de production

Stéphane De Freitas a voulu réaliser ce documentaire pour des raisons à la fois militantes et artistiques. Le cinéaste est en effet à l’origine du concours Eloquentia (1) qu’il a créé en 2012 dans le but d’aider des jeunes de banlieues à maîtriser l’art de la joute oratoire. Dès ce moment, De Freitas avait en tête de consacrer un film à cette expérience. Il raconte : ces jeunes, qu’on stigmatise trop souvent, ont des ressources insoupçonnées. Tous ont des choses passionnantes à dire et à faire. Il était important de garder une trace de leur travail et j’y voyais aussi l’occasion de faire mes débuts à la réalisation d’un long métrage.
(1) http://eloquentia-saintdenis.fr/concours

Stéphane De Freitas a lui-même grandi dans une ville difficile de Seine Saint-Denis et a brutalement changé d’univers lorsqu’il est devenu basketteur professionnel. Je me suis retrouvé de l’autre côté du périphérique, dans un environnement social radicalement étranger au mien : les gens s’exprimaient différemment, je me suis senti marginalisé, isolé. J’ai commencé à réfléchir, une réflexion de longue haleine…, se rappelle-t-il, en ajoutant : d’un côté, j’étais frappé par l’érosion du lien social, de l’autre par l’explosion d’internet. Chacun y déversait ses opinions et ses colères ; tout le monde semblait se parler mais en réalité personne n’écoutait personne. Moi, j’avais envie de dialogue, je voulais recréer du lien. J’ai plaqué le basket pour des études de droit, ai renoué avec le système scolaire classique et rattrapé mon retard. Plus tard, notamment grâce à Bertrand Périer, l’un des intervenants qui prépare les élèves au concours "Eloquentia" (1) et qui m’a coaché à la prise de parole lorsque j’étais en fac de droit, j’ai participé à des concours d’éloquence. Il est devenu de plus en plus clair pour moi que ce genre d’exercice pouvait aider des gosses à prendre de l’assurance.

Stéphane De Freitas a attendu la troisième édition du concours pour tourner ce documentaire. Le réalisateur avait rencontré fin 2013 Harry et Anna Tordjman qui sortaient du succès de Bref (2) sur Canal + et qui se sont enthousiasmés pour son projet. De Freitas n’ayant aucune expérience en réalisation, il a, un an avant le tournage, fait ses gammes et filmé à l’arrache la session qui se déroulait avec l’aide des gens de son association. Il s’agissait de suivre les étudiants en repérant les moments forts de leur cursus, de trouver l’énergie du documentaire que j’allais faire. Avant d’entamer le vrai tournage d’À voix haute, le film était déjà écrit, séquencé, anticipé. J’en avais déjà une vision forte, il était en moi, se souvient-t-il.
(2) http://www.lesinrocks.com/2011/10/23/cinema/bref-on-a-rencontre-les-mecs-de-bref-118006/

Le réalisateur du collectif Kourtrajmé (3) Ladj Ly est crédité à la mise en scène d’À voix haute, la force de la parole. Ladj a partagé son expérience à la caméra tout en me laissant une entière liberté sur la réalisation, note Stéphane De Freitas.
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Kourtrajm%C3%A9

Dès le recrutement de la promotion, Stéphane De Freitas avait identifié sept caractères qui allaient émerger. Le cinéaste n’a cependant pas évité les surprises, comme en témoigne le fait qu’il n’avait pas remarqué Souleïla, la jeune fille qu’Eddy affronte en finale. Tout d’un coup, à la moitié du tournage, elle s’est révélée et on l’a vue progresser de plus en plus jusqu’à devenir la grande favorite du concours, confie-t-il.

Le hasard a voulu que le premier jour de tournage ait lieu le 7 janvier 2015, jour de l’attentat contre Charlie hebdo (4). Alors que la France était secouée d’horreur, que des terroristes bafouaient la liberté d’expression, nous tournions un film pour célébrer la parole, explique Stéphane De Freitas.
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentat_contre_Charlie_Hebdo

Dans le documentaire, Stéphane De Freitas suit chacun des principaux protagonistes dans son cadre personnel. Une occasion pour le metteur en scène de sortir de la classe et filmer des moments poétiques montrant que la banlieue peut être très différente d’un lieu à un autre. Elle ne se résume pas à l’imagerie qu’on en donne de barres Hlm et de tours. Il y a des forêts en banlieue, comme à Corcy, où vivent Eddy et ses parents ; des zones pavillonnaires, avec des maisonnettes, comme celle où habite Souleïla… J’aime mélanger les opposés et je voulais que ces oppositions se manifestent également dans l’esthétique du film qui passe régulièrement d’un registre très minimaliste à un autre, plus aérien, développe-t-il.

Eddy, le héros, est bien différent des habituels clichés que l’on peut avoir sur les jeunes de banlieue puisqu’il vit en pleine nature, vénère son père et est prêt à passer quotidiennement six heures dans les transports pour étudier et réaliser son rêve qui est de devenir acteur. Plus on s’intéresse à lui et plus on prend la mesure des richesses qu’il possède en germes. Ce sont ces talents invisibles que je voulais mettre en lumière ; des jeunes à la fois normaux et exceptionnels. Le parcours d’Elhadj qui a continué ses études alors qu’il vivait dans la rue après l’incendie de son Hlm est tout aussi extraordinaire, précise Stéphane De Freitas.

À voix haute sort en salles en pleine période d’élections présidentielles. Stéphane De Freitas espère ainsi que le film donnera envie aux gens de réfléchir ensemble et ouvrir le dialogue en se mobilisant autour du vivre ensemble et cette idée : oui, on peut avoir des regards différents sur la vie et réussir à se comprendre mutuellement ; on peut se parler. Au-delà de cet espoir, j’aimerais prouver qu’il existe en banlieue une jeunesse prête à se battre pour se diplômer, vivre ses rêves et avoir une voix qui compte dans la société, explique le réalisateur.

Le documentaire À voix haute (1h17min) est d’abord diffusé sur Youtube (5), puis sur France 2 une semaine après (le 15 novembre 2016, dans l’émission Infrarouge (6) à 22h50). Il est ensuite adapté au cinéma en version longue (1h39min)...
https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%80_voix_haute
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/YouTube
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Infrarouge_(%C3%A9mission_de_t%C3%A9l%C3%A9vision_fran%C3%A7aise)

Entretien avec Stéphane De Freitas
Ces étudiants étaient-ils au courant du documentaire qui allait se tourner ?
Nous les avions, bien sûr, prévenus, dès les premières auditions en vue de la sélection pour la formation. Ceux qui ne désiraient pas être filmés savaient qu’ils ne le seraient pas. Mais, me sachant à l’origine d’"Eloquentia" (1), la plupart se sentaient en confiance...
http://www.frenchtouch2.fr/2017/04/a-voix-haute-entretien-avec-stephane-de.html

Stéphane De Freitas
http://www.imdb.com/name/nm8746125/

Ladj Ly
http://www.imdb.com/name/nm1868177/

Timothée Hilst
http://www.imdb.com/name/nm5846383/

Superpoze
https://fr.wikipedia.org/wiki/Superpoze

extrait(s) de presse

Bande à part - Porté par une foi sans bornes dans le potentiel de ces jeunes élèves et dans le pouvoir des mots et de la parole, "À voix haute" s’impose comme un témoignage majeur, porteur d’espoir et vecteur d’une puissante énergie.
Le Nouvel obs - Un documentaire passionnant.
àVoir-àLire - Un pur moment de bonheur et d’espoir offert par des jeunes qui ont décidé d’exister à travers les mots.
Le Figaro - La parole comme moyen d'exister et de se faire entendre, telle est l'idée de ce trentenaire enthousiaste lui-même né aux Lilas, en Seine-Saint-Denis.
La Croix - Ce documentaire à ne pas rater évoque le parcours d’étudiants de Seine-Saint-Denis découvrant les vertus de l’art oratoire et sa capacité à changer le regard.
Libération - Le documentaire de Stéphane De Freitas exerce avant tout un super-pouvoir fédérateur...
Le Figaro - Enfin un film positif dont les héros sont des jeunes de banlieue  ! Avec "À voix haute", la force de la parole, Stéphane de Freitas et Ladj Ly dévoilent un pan méconnu de la Seine-Saint-Denis.
Télérama - (...), ce documentaire drôle et émouvant invite à porter un regard plus subtil sur la jeunesse des banlieues.