laura - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
musée : pour préserver l’intégrité des œuvres, une température de 20° est requise au sein des espaces d’exposition, aussi prévoyez de vous couvrir pour passer une agréable visite dans nos murs !
accueil > à l'affiche au cinéma > laura

laura

ciné répertoire
Usa - 1944 - 1h28
sorti en France le 13 juillet 1946
film - version originale sous-titrée en français
de

Otto Preminger

scénario : Jay Dratler, Samuel Hoffenstein, Elizabeth Reinhardt, Ring Lardner Jr.
d'après l'oeuvre de : Vera Caspary
direction de la photographie : Joseph LaShelle, Lucien Ballard
musique ou chansons : David Raksin
avec : Gene Tierney (Laura Hunt), Dana Andrews (lieutenant Mark McPherson), Clifton Webb (Waldo Lydecker), Vincent Price (Shelby Carpenter), Judith Anderson (Ann Treadwell), Dorothy Adams (Bessie Clary, la servante de Laura), Lane Chandler (un détective), James Flavin (détective McEveety), Kathleen Howard (Louise, la cuisinière d'Ann), Aileen Pringle (une femme), Clyde Fillmore (Bullitt), Ralph Dunn (Fred Callahan), Grant Mitchell (Lancaster Corey), Lee Tung Foo (le domestique de Waldo), Cy Kendall (l'inspecteur), Harold Schickenmayer (un policier), Harry Strang (un policier), Frank Larue (le coiffeur)
séances : semaine du mercredi 29 mars 2017
mercredi 29 jeudi 30 vendredi 31 samedi 1er dimanche 2 lundi 3 mardi 4
18:30*
séance spéciale :
* aspect du film noir (4) - en partenariat avec l’Eesi et Hidden circle - tarif 3,50 €

synopsis

Mais qui a bien pu tuer Laura Hunt, femme brillante à la beauté resplendissante ? C’est ce que cherche à découvrir le lieutenant McPherson qui mène son enquête suivi des deux principaux suspects : le journaliste Waldo Lydecker qui a lancé la carrière de Laura dans la publicité, et l’héritier désargenté Shelby Carpenter, fiancé à la jeune femme. Sous le charme du portrait de la défunte, Mark McPherson ne tarde pas à compléter ce triangle amoureux...

notes de production

Laura est l’adaptation sur grand écran du roman policier (1) éponyme rédigé par Vera Caspary en 1942, c’est-à-dire deux ans avant son adaptation cinématographique.
(1) https://en.wikipedia.org/wiki/Laura_(novel)

La genèse de Laura fut particulièrement mouvementée. Après une longue mise au ban d’Hollywood, conséquence d’un profond conflit avec le producteur Darryl F. Zanuck (2), Otto Preminger décide d’adapter le roman de Vera Caspary. Le temps est venu pour lui de mettre en œuvre son projet : Zanuck parti à l’armée, il est en effet revenu à la Fox (3) avec l’accord de William Gœtz (4), l’assistant du producteur. Mais le retour de Zanuck change la donne : celui-ci accuse Gœtz de trahison et n’autorise la production de Laura qu’à la condition que Preminger ne soit pas derrière la caméra.
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Darryl_F._Zanuck
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/20th_Century_Fox
(4) http://www.imdb.com/name/nm0324544/

Otto Preminger débute l’écriture du scénario de Laura qui, surprise, plaît énormément à Zanuck (2). Nanti d’un budget amélioré, le long métrage se cherche maintenant un réalisateur : John Brahm (5) et Lewis Milestone (6) refusent l’offre, et c’est finalement Rouben Mamoulian (7) qui est choisi par Zanuck. Les rushes sont catastrophiques aux yeux de ce dernier. Au pied du mur, presque à contrecœur, il se résout à confier les rênes du projet à Preminger, qui impose ses idées, reprenant le tournage à zéro et éliminant tous les plans tournés par Mamoulian. Un scénario rocambolesque qui allait révéler un cinéaste et donner naissance à un chef d’œuvre du septième art...
(5) http://www.imdb.com/name/nm0103975/
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Lewis_Milestone
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Rouben_Mamoulian

Le conflit ouvert entre Darryl F. Zanuck (2) et Otto Preminger faillit faire une victime : l’acteur Clifton Webb. Zanuck était en effet fortement opposé à sa présence au casting de Laura en raison de son homosexualité, connue de tous. Mais Preminger eut le dernier mot et donna l’occasion à Clifton Webb de faire sa première apparition parlée à l’écran après dix-neuf ans d’absence et un début de carrière dans le cinéma muet.

Le choix original d’Otto Preminger pour incarner le personnage de Laura était l’actrice Jennifer Jones (8). Celle-ci refusa l’offre, tout comme Hedy Lamarr (9) un peu plus tard, et le rôle fut finalement dévolu à Gene Tierney.
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jennifer_Jones
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Hedy_Lamarr

Le thème musical de Laura est l’un des plus célèbres de l’histoire du septième art. Il fut notamment interprété par Charlie Parker (10) et Frank Sinatra (11).
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Charlie_Parker
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Frank_Sinatra

En 1945, Laura remporte l’Oscar de la meilleure photographie (12), attribué à Joseph LaShelle. Le long métrage était nommé dans cinq catégories, les autres étant meilleur réalisateur pour Otto Preminger, meilleur scénario, meilleur acteur dans un second rôle pour Clifton Webb et meilleurs décors.
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/17e_c%C3%A9r%C3%A9monie_des_Oscars

Zanuck, initialement opposé au projet, imposa à Preminger de retourner la fin, qui s’avéra meilleure que l’initiale, plus dramatique et est celle connue de nos jours. Si elle ne change pas foncièrement le déroulement final (l’assassin est bien toujours le même), elle resserre le dénouement dans un même lieu (l’appartement de Laura) et insuffle une meilleure dimension narrative (focalisation sur la pendule, chronique radio de Lydecker) et tragique.

Le thème musical devait être initialement Sophisticated lady (13) de Duke Ellington. C’est une lettre de rupture de son épouse qui inspira à David Raksin, la mélodie lancinante, thème musical du film.
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/Sophisticated_Lady

Laura est un des films noirs les plus marquants. Il est difficile d’analyser ses originalités et qualités sans en dévoiler ses surprises et son charme. On s’en tiendra néanmoins à pouvoir sans grand risque affirmer que rarement une telle osmose s’est faite entre un sujet, l’originalité de sa construction, l’équilibre des personnages et la qualité de leur interprétation, servis par les procédés et le travail de la mise en scène et un thème musical devenu un standard du jazz.

Le film a connu deux remakes à la télévision : le premier en 1955 comme élément de la série The Twentieth century-fox hour, réalisé par John Brahm, avec George Sanders dans le rôle de Lydecker (14) ; le deuxième en 1962 pour la télévision allemande, réalisé par Franz Josef Wild (15). L’intrigue d’un homme qui tombe amoureux d’un personnage qu’il n’a pas connu et sur lequel il enquête a inspiré également le film français Poupoupidou (16).
(14) http://www.imdb.com/title/tt0501915/
(15) https://de.wikipedia.org/wiki/Franz_Josef_Wild
(16) https://fr.wikipedia.org/wiki/Poupoupidou

Laura est une pièce maîtresse dans l’œuvre d’Otto Preminger, non seulement parce que le film lance pour de bon sa carrière à Hollywood, mais aussi parce que le cinéaste réutilisera à plusieurs reprises le leitmotiv du crime passionnel, au point que Fallen angel, sorti en 1945 soit traduit en français par… Crime passionnel (17). Par son dispositif narratif innovant et la représentation de la femme qu’elle véhicule, Laura est une pierre angulaire du film noir (18). La manipulation des points de vue, l’onirisme et les nombreux coups de théâtre s’accompagnent d’une mise en scène dont toute l’intelligence se manifeste dès le plan-séquence introductif. Mais l’influence de Laura dépasse le simple cadre du film noir. On en retrouve de nombreux motifs dans la filmographie de Joseph L. Mankiewcz par exemple : l’utilisation du portrait dans L’Aventure de Mme Muir (19), la manière de dépeindre la femme dans Eve (20) et La Comtesse aux pieds nus (21), sans compter le personnage de Waldo Lydecker qui préfigure celui d’Andrew Wyke dans Le Limier (22). A plus d’un titre, Laura est une œuvre séminale dans le cinéma étatsunien, car Otto Preminger a su dépasser les modèles dont il s’est inspiré pour réaliser un film d’une puissante modernité.
http://www.dvdclassik.com/critique/laura-preminger
(17) https://fr.wikipedia.org/wiki/Crime_passionnel_(film)
(18) https://fr.wikipedia.org/wiki/Film_noir
(19) https://fr.wikipedia.org/wiki/L’Aventure_de_madame_Muir
(20) https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%88ve_(film,_1950)
(21) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Comtesse_aux_pieds_nus
(22) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Limier_(film,_1972)

Hitchcock (23) était un Anglais catholique qui tirait des chefs d’œuvre de son inextinguible culpabilité, Lubitsch (24) le Berlinois rendait le monde élégant et drôle à force d’ellipses. Mais Otto Preminger ? De l’élégance fantomatique de Laura, le film qui le rendit célèbre, en 1944, aux boursouflures fascinantes de ses très longs métrages des années 1960 - Le Cardinal (25) ou Que vienne la nuit (26) ; du film musical stylisé - Carmen Jones (27) - à la dissection du système judiciaire américain - Autopsie d’un meurtre (28) - comment deviner la figure de l’auteur à travers l’œuvre ?
http://www.lemonde.fr/culture/article/2012/08/29/retrospective-inclassable-otto-preminger_1752439_3246.html
(23) http://www.citebd.org/spip.php?film1670
(24) http://www.citebd.org/spip.php?film599
(25) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Cardinal_(film)
(26) https://fr.wikipedia.org/wiki/Que_vienne_la_nuit
(27) https://fr.wikipedia.org/wiki/Carmen_Jones_(film)
(28) https://fr.wikipedia.org/wiki/Autopsie_d’un_meurtre

Otto Preminger
voir fiche du film Exodus
http://www.citebd.org/spip.php?film1675

Jay Dratler
Né le 14 septembre 1911 à New York, décédé le 21 septembre 1968 à Mexico.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jay_Dratler

Samuel Hoffenstein
Né le 9 octobre 1890 à Odessa, décédé le 6 octobre 1947 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Samuel_Hoffenstein

Elizabeth Reinhardt
http://www.imdb.com/name/nm0718101/

Ring Lardner Jr.
Né le 19 août 1915 à Chicago, décédé le 31 octobre 2000 à New York.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ring_Lardner_Jr.

Vera Caspary
Née le 13 novembre 1899 à Chicago, décédé le 13 juin 1987 à New York.
Auteure de romans policiers, de pièces de théâtre et de scénarios...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Vera_Caspary

Joseph LaShelle
Né Joseph Wellington LaShelle le 9 juillet 1900 à Los Angeles, décédé le 20 août 1989 à La Jolla (Californie).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_LaShelle

Lucien Ballard
Né le 6 mai 1908 à Miami, décédé le 1er octobre 1988 à Rancho mirage.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Lucien_Ballard

David Raksin
Né le 4 août 1912 à Philadelphie, décédé le 9 août 2004 à Van Nuys (Californie).
https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Raksin

Gene Tierney
Née Gene Eliza Tierney à New York le 19 novembre 1920, décédée le 6 novembre 1991 à Houston.
Engagée par la Fox, elle devient une des principales stars de la firme...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gene_Tierney

Dana Andrews
Né Carver Dana Andrews le 1er janvier 1909 à Collins (Mississippi), décédé le 17 décembre 1992 à Los Alamitos (Californie).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Dana_Andrews

Clifton Webb
Né Webb Parmalee Hollenbeck à Indianapolis le 11 novembre 1889 et décédé d’une crise cardiaque le 13 octobre 1966 à Beverly Hills.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Clifton_Webb

Vincent Price
Né le 27 mai 1911 à Saint-Louis (Missouri), décédé le 25 octobre 1993 à Los Angeles.
Acteur emblématique de films d’horreur, sous la direction récurrente de Roger Corman, mais également d’André De Toth...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_Price

Judith Anderson
Née Frances Margaret Anderson le 10 février 1898 à Adélaïde (Australie), décédée le 3 janvier 1992 à Santa Barbara.
Elle sera la sinistre Mrs. Danvers dans Rebecca...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Judith_Anderson

Dorothy Adams
Née le 8 janvier 1900 à Hannah (Dakota), décédée le 16 mars 1988 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Dorothy_Adams

Lane Chandler
Né Robert Chandler Oakes le 4 juin 1899 à Culbertson (Montana), décédé le 14 septembre 1972 à Los Angeles.
Onze de ses trois-cent-quarante-quatre films sont réalisés par Cecil B. DeMille...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Lane_Chandler

James Flavin
voir fiche du film Monsieur Joe
http://www.citebd.org/spip.php?film1171

Kathleen Howard
Née à Clifton (Ontario) le 17 juillet 18841, décédée à Hollywood le 15 avril 1956.
Chanteuse d’opéra devenue actrice...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Kathleen_Howard

Aileen Pringle
Née Aileen Bisbee le 23 juillet 1895 à San Francisco, morte le 16 décembre 1989 à New York.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Aileen_Pringle

Clyde Fillmore
http://www.imdb.com/name/nm0277238/

Ralph Dunn
http://www.imdb.com/name/nm0242735/

Grant Mitchell
Né John Grant Mitchell Jr. à Columbus (Ohio) le 17 juin 1874, décédé à Los Angeles le 1er mai 1957.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Grant_Mitchell

Lee Tung Foo
http://www.imdb.com/name/nm0285146/

Cy Kendall
http://www.imdb.com/name/nm0447580/

Harry Strang
http://www.imdb.com/name/nm0833340/

Frank Larue
http://www.imdb.com/name/nm0479008/

extrait(s) de presse

Télérama - Bercée par une rengaine jazz (que le compositeur David Raksin écrivit dans les larmes, juste après avoir lu la lettre de rupture de sa femme), "Laura" reste la plus belle...
àVoir-àLire - Le summum du film noir et, surtout, une magistrale illustration de l’ambiguïté des rapports humains...
Ciné-club de Caen - Lydecker voit Laura dans son évolution et ses métamorphoses successives ; quand il la regarde, c'est un peu son œuvre et lui-même qu'il contemple à travers elle.
Arte - C’est un classique vénéneux du film noir, qui contient la plupart les ingrédients du genre et les transcende en évitant systématiquement les clichés...
A rencontre du 7ème art - Beau, dramatique et raffiné, "Laura" est un film noir dans toute sa splendeur, appartenant à cette époque désormais révolue mais qu’il fait bon d’explorer pour mettre à jour tous ses trésors.
Il était ue fois le cinéma - À chaque nouvelle vision, "Laura" continue d'exercer un prodigieux effet d'envoûtement sur le spectateur. Flotte autour de ce drame noir composite comme une aura de mystère savamment entretenu...
Un Certain cinéma - L'un des plus beaux joyaux du film noir. "Laura" réunit cette exceptionnelle qualité d'être devenu une référence dans son domaine pour la cinéphilie...
Camera obscura - Plus qu’un film noir classique, "Laura" est un film de fantômes, et une histoire d’amour entre la vie et la mort...