blow-up - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > blow-up

blow-up

ciné répertoire
Gb, Italie, Usa - 1966 - 1h52
Palme d'or Cannes 1967
film - version originale sous-titrée en français
de

Michelangelo Antonioni

scénario : Michelangelo Antonioni, Tonino Guerra, Edward Bond
d'après l'oeuvre de : Julio Cortázar
direction de la photographie : Carlo Di Palma
musique ou chansons : Herbie Hancock
avec : David Hemmings (Thomas), Vanessa Redgrave (Jane), Peter Bowles (Ron), Sarah Miles (Patricia), Jane Birkin (jeune fille blonde), Gillian Hills (jeune fille brune), John Castle (Bill le peintre), Harry Hutchinson (l'antiquaire), Veruschka (elle-même), Susan Brodrick (la propriétaire du magasin d'antiquités)
séances : semaine du mercredi 5 avril 2017
mercredi 5 jeudi 6 vendredi 7 samedi 8 dimanche 9 lundi 10 mardi 11
18:45*
séance spéciale :
* séance présentée avec Hidden circle - "Blow-up" est proposé dans le cadre du festival "Play it again - 3ème édition" - tarif 3,50 €

synopsis

Londres 1966 : Thomas est un riche, célèbre et jeune photographe de mode qui prépare aussi un livre d’images sur la misère urbaine. Il croit capter la réalité grâce à sa technique. Un après-midi pourtant, lassé des mannequins et de la mode, il va prendre l’air dans Maryon Park. Il photographie à la volée quelques beaux plans de nature déserte puis un couple qui se trouve là. La femme exige nerveusement le négatif, tente même de le lui arracher mais Thomas refuse : le rouleau contient aussi des photos professionnelles qu’il doit développer. Son examen approfondi lui fait comprendre qu’il a photographié un meurtre et qu’il est, du même coup, devenu un témoin gênant…

notes de production

Le tournage commence le 12 avril ; le titre n’est pas encore trouvé ; Antonioni voulait Storia d’un fotografo e d ’una donna in una bella mattina d ’aprile, inutile, n’est-ce pas, de traduire ? - et puis il a trouvé ce titre trop long, peu abrégeable commodément. Au départ, une nouvelle de l’Argentin Julio Cortazar. Et il n’y aura pas Monica Vitti (1) J’estime énormément Monica, dit Antonioni, et je crois que j’ai bénéficié plus de sa collaboration, qu’elle du fait d’avoir travaillé avec moi, parce que je dédramatise tout, dans un certain sens, j’humilie les acteurs. Ainsi il n’est que juste que Monica travaille avec d’autres qui lui offrent des possibilités que je ne puis lui offrir. Mais Monica sera du film suivant (2).
Le film que nous appellerons, en attendant, Histoire d’un photographe, sera produit par la filiale anglaise de Carlo Ponti (3), la Bridge films. Dialogues : Edward Bond ; opérateur Giuseppe Rotunno (4). Acteurs : Terence Stamp (5), Sarah Miles et Jane Birkin. Antonioni aurait, paraît-il, voulu Jean Shrimpton (6), dont tous les lecteurs de magazines connaissent le visage angélique (elle a été choisie comme la plus belle fille du monde) mais celle-ci se refuse au cinéma. L’amitié qui lie Terence Stamp à Jean Shrimpton est notoire, et Jane Birkin a l’allure de ces filles qu’on appelle en Angleterre shrimp (7), celles qui copient Jean Shrimpton. On a vu Jane dans un petit rôle du Knack... (8).
Pour la préparation du film, qui met en scène un personnage de photographe de mode, un de ces types qui sont depuis peu au centre de la chronique mondaine londonienne, Antonioni a joué un peu au rouchmorin ; il a demandé à un tas de garçons et de filles, entre dix-huit et vingt ans, are you happy ? - et n’a obtenu que des yes. Sans qu’il y ait de raisons de douter de leurs réponses, Antonioni sait bien pourtant que ce sont ceux-là qui se droguent ou fument la marijuana ... voire même, comme l’ont avoué certaines, qui respirent de l’éther pendant l’étreinte, pour éprouver un orgasme plus satisfaisant. Décidément Antonioni trouve Londres (9) passionnant...
Paul-Louis Thirard in Cinéma 66 n° 105 (avril 1966)
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Monica_Vitti
(2) elle devra attendre quelques années
https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Myst%C3%A8re_d%27Oberwald
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Carlo_Ponti
(4) finalement, ce sera Carlo Di Palma
https://fr.wikipedia.org/wiki/Giuseppe_Rotunno
(5) http://www.citebd.org/spip.php?film1839
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Shrimpton
(7) crevette
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Knack..._et_comment_l’avoir
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Swinging_London

Six ans après l’Ours d’or à Berlin pour La Notte (10), et trois ans après le Lion d’or à Venise pour Le Désert rouge (11), Michelangelo Antonioni obtient la Palme d’or à Cannes en 1967 (12) pour Blow-up (en 1960, sur la Croisette, il avait dû se contenter du prix du jury pour L’Avventura) (13). La même année, le film est nommé aux Oscar, dans les catégories meilleur réalisateur et meilleur scénario, et décroche le prix de la National society of film critic awards (14) étatsunien. En 1968, C’est le Syndicat français de la critique qui distingue Blow-up également nommé dans la section Meilleur film aux Bafta (15) (équivalent anglais des César).
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Nuit_(film,_1961)
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_D%C3%A9sert_rouge_(film,_1964)
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_de_Cannes_1967
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/L’avventura
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/National_Society_of_Film_Critics
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/British_Academy_of_Film_and_Television_Arts

Après s’être fait connaître grâce à une série de portraits de l’Italie des années 60 (L’Avventura (13), La Notte (10), L’Éclipse (16) et Le Désert rouge) (11), Michelangelo Antonioni décide de partir en Grande-Bretagne, même s’il envisagea, dans un premier temps, de tourner Blow-up dans son pays. Après ce film qui reste un précieux témoignage du Londres des sixties (9), le cinéaste continuera de voyager, puisque, après le projet avorté Techniquement douce (17), il part aux Usa tourner Zabriskie point (18) puis en Chine pour la réalisation d’un documentaire (19), avant de parcourir plusieurs pays d’Europe (ainsi que l’Algérie) pour son film suivant, Profession, reporter (20).
(16) https://fr.wikipedia.org/wiki/L’%C3%89clipse
(17) http://planparplan.unblog.fr/2009/03/29/techniquement-douce-le-chainon-manquant-dantonioni/
(18) https://fr.wikipedia.org/wiki/Zabriskie_Point_(film)
(19) https://fr.wikipedia.org/wiki/Chung_Kuo,_la_Chine
(20) https://fr.wikipedia.org/wiki/Profession_:_reporter

A l’origine, c’est Terence Stamp (5) qui devait jouer le rôle principal de Blow-up. Mais celui-ci a finalement été remplacé par David Hemmings, qui a accédé à la célébrité grâce à ce rôle de photographe inspiré par les grandes figures de l’époque, telles que David Bailey (21). A ses côtés, Vanessa Redgrave, qui s’est déjà forgée une solide réputation sur les planches, trouve son premier rôle marquant au cinéma.
(21) https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Bailey

Dans la biographie que lui consacra Gérard Lenne (22), Jane Birkin se souvenait : (...) pour ce rôle très court, qui avait l’air d’une simple figuration, on a visité un nombre incroyable de boutiques du coté de Carnaby street (23), peut-être une vingtaine... Rien ne plaisait à Antonioni. Il a demandé qu’on peigne à la main deux robes dont les couleurs ne lui plaisaient pas. Les collants, même chose, il était très précis, très exigeant. Moi, il m’a fait teindre en blonde alors que j’étais châtain, et Gillian Hills le contraire.
(22) https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rard_Lenne
(23) https://fr.wikipedia.org/wiki/Carnaby_Street

La participation de Jane Birkin est courte mais ne passe pas inaperçue, l’actrice apparaissant totalement nue - une première pour le cinéma anglais (24). Dans l’ouvrage de Gérard Lenne (22), elle confiait : j’ai tourné trois jours et c’est tout. Et à ma grande surprise, quand le film est sorti, le scandale a éclaté, comme quoi c’était la première fois qu’on voyait des poils... J’ai envoyé ma mère, parce que je n’osais pas y aller moi-même ; elle m’a dit : "c’est comme deux enfants dans une piscine, je ne trouve rien de choquant, c’est plutôt gai." Ça m’a réconforté un peu. J’étais enceinte de neuf mois (de Kate) et quand j’ai voulu aller à la projection privée, on ne m’a pas laissée entrer (...) Ce qui est drôle, c’est qu’après ce film, je n’ai reçu aucune proposition. En l’espace d’une nuit, je suis devenue la fille la plus connue de la presse anglaise, "Jane Blow up Birkin". Un an plus tard, elle débarque en France et suscite un nouveau scandale en enregistrant, fin 1968, en duo avec Serge Gainsbourg, (25) "Je t’aime moi non plus".
(24) Le film fait scandale à sa sortie en Grande-Bretagne : c’est la première fois qu’on montre dans un film britannique des corps féminins entièrement dénudés (en l’occurrence, ceux de Jane Birkin et de Gillian Hills). Cinq minutes en furent d’ailleurs coupées par le comité de censure de la dictature de la Révolution argentine.
(25) https://fr.wikipedia.org/wiki/Je_t’aime%E2%80%A6_moi_non_plus

Cinéaste cinéphile, Brian De Palma réalisera en 1981 Blow out (26), une variation autour de Blow-up. Tandis que, dans le film de 1966, une photographie met par hasard David Hemmings sur la piste d’un meurtre, ce sont des enregistrements sonores qui font de John Travolta le "témoin" d’un meurtre... Dario Argento rend lui hommage à Blow-up avec Les Frissons de l’angoisse (27), giallo (28) dont le protagoniste est interpété par... David Hemmings.
(26) http://www.citebd.org/spip.php?film1810
(27) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Frissons_de_l’angoisse
(28) https://fr.wikipedia.org/wiki/Giallo

On retrouve au générique de Blow-up deux fidèles collaborateurs d’Antonioni : le scénariste Tonino Guerra, son complice depuis L’Avventura (13) (qui co-écrira tous ses films suivants, à l’exception de Profession, reporter) (20) et le chef-opérateur Carlo Di Palma, à qui on doit la photo du Le Désert rouge (11) et d’Identification d’une femme (29). Notons enfin que le film est produit par Carlo Ponti, comme le seront Zabriskie point (18) et Profession, reporter.
(29) https://fr.wikipedia.org/wiki/Identification_d’une_femme

Blow-up est inspiré d’une nouvelle de l’écrivain argentin Julio Cortazar (Las babas del diablo (Les Fils de la Vierge), dont plusieurs autres récits seront portés à l’écran : Furia (30), le premier film du Français d’Alexandre Aja (1999) est ainsi inspiré de Graffiti.
(30) https://fr.wikipedia.org/wiki/Furia_(film)

Pour l’écriture des dialogues, Antonioni, a fait appel à Edward Bond, célèbre dramaturge anglais qui s’est fait connaitre en 1965 grâce à la pièce Saved, tableau sans concession des bas-fonds londoniens, qui fit scandale en raison de sa violence et de sa crudité (dans une des scènes les plus controversées, un bébé est battu à mort). On retrouve dans Blow-up un des comédiens qui créa cette pièce, John Castle, qui incarne le peintre. Surtout connu pour son théâtre (on lui doit notamment Dans la compagnie des hommes qui inspirera un film (31) à Arnaud Desplechin), Bond travaillera occasionnellement pour le cinéma, entre autres avec ses compatriotes Tony Richardson (La Chambre obscure) (32) et Nicolas Roeg (Walkabout) (33).
(31) https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9o,_en_jouant_%C2%AB_Dans_la_compagnie_des_hommes_%C2%BB
(32) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Chambre_obscure_(film,_1969)
(33) https://fr.wikipedia.org/wiki/Walkabout_(film)

Dans une des nombreuses séquences-cultes du film, Thomas entre dans un club où se produit un célèbre groupe de rock anglais des années 60 : les Yardbirds (34). Jusqu’en 1965, Eric Clapton y officiait comme guitariste, il sera ensuite remplacé par un autre musicien de renom, Jeff Beck, bientôt rejoint par Jimmy Page (futur guitariste de Led Zeppelin) (35). Ces deux derniers font donc partie de la formation qui apparaît dans le film d’Antonioni, et qui interprète le morceau The train kept a rollin (36), rebaptisé pour l’occasion Stroll on (37). Les Yardbirds se sépareront en juillet 1968. Ajoutons qu’initialement, ce sont les Who (38), réputés pour leurs prestations explosives, qui devaient jouer dans Blow-up.
(34) https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Yardbirds
(35) https://fr.wikipedia.org/wiki/Led_Zeppelin
(36) https://fr.wikipedia.org/wiki/Train_Kept_A-Rollin
(37) https://www.youtube.com/watch?v=adbGT8Rg9OE
(38) http://www.citebd.org/spip.php?film1243

Le maniaque Michelangelo Antonioni, qui avait déjà repeint l’usine, mais aussi l’herbe, pour le tournage du Désert rouge (11), a cette fois repeint les allées rouges du parc (en noir), et les barrières (en vert).
Le terme Blow-up, signifie agrandissement dans le vocabulaire de la photographie, mais il peut aussi avoir le sens d’explosion.

Le personnage de Thomas est inspiré à Antonioni par le photographe David Bailey (21). Les personnages de Thomas et de Jane, (personnage inspiré de la compagne de David Bailey, le mannequin Jean Shrimpton (6)) ne sont jamais appelés par leurs noms de tout le film, mais uniquement dans le scénario. Antonioni aime que les personnages soient les plus anonymes possibles.

Antonioni, réalisant un film à Londres, avait tenu à amener là-bas toute une équipe technique italienne, engendrant des frais de production considérables. Au bout du temps de tournage imparti, il s’entretient avec son producteur (et ami) Carlo Ponti (3), et lui fait valoir qu’il a besoin d’une rallonge de crédit pour terminer son film : il n’a pas encore tourné la scène centrale notamment, celle du meurtre. Commune à tous les cinéastes « à dépassement », l’habitude d’Antonioni est de ne jamais tourner au début les scènes importantes afin de faire pression sur le producteur le moment venu : cette fois, Carlo Ponti ne cède pas. Antonioni doit rentrer en Italie, et envisager le montage du film sans certaines des scènes essentielles à la compréhension du spectateur.

Les différentes scènes de parc sont principalement tournées à Maryon park dans le quartier de Charlton Village, sud-est de Londres. Afin que la pelouse du parc où se promène le personnage de David Hemmings ressorte bien à l’image, Antonioni la fit recouvrir d’une couche de peinture verte. Dans la scène du club où Michael Palin des Monty Python (39) fait une apparition se produisent The Yardbirds (34) : Antonioni avait d’abord pensé aux Who (38) et au Velvet underground (40).
(39) https://fr.wikipedia.org/wiki/Monty_Python
(40) https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Velvet_Underground

Le photographe de mode britannique John Cowan est l’auteur des photographies et le peintre britannique Ian Stephenson celui des peintures abstraites aperçues au début du film, dans le quartier de Notting hill gate. La peinture abstraite du studio de Thomas est du peintre britannique Alan Davie (41). Elle aurait disparu après le tournage du film. Les agrandissements en noir et blanc des photos du meurtre dans le parc ont été réalisés par Don McCullin (42), célèbre photographe de guerre, qui avait accompagné Antonioni durant les repérages.
(41) https://fr.wikipedia.org/wiki/Alan_Davie
(42) https://fr.wikipedia.org/wiki/Don_McCullin

En hommage à Blow-up, Brian De Palma réalisa Blow out (26) et Francis Ford Coppola réalisa Conversation secrète (43).
(43) https://fr.wikipedia.org/wiki/Conversation_secr%C3%A8te

La scène de poses avec Veruschka est parodiée au début d’Austin Powers 2 : l’espion qui m’a tirée (44).
(44) https://fr.wikipedia.org/wiki/Austin_Powers_2_:_L’Espion_qui_m’a_tir%C3%A9e

(...) Et puis, il y a Stroll on (37). Au départ Antonioni pensait au Velvet underground (40) pour la scène dans le club, mais ça n’a pas été possible à cause d’un problème de permis de travail. Il a ensuite pensé aux Who (38), le groupe le plus représentatif de la scène underground londonienne de 1966 (ils ont sorti A Quick on (45) au moment où sortait ce film). Mais ça ne s’est pas fait. Il a alors pensé à Tomorrow (46) mais il ne les a pas gardés, les trouvant trop peu professionnels. En dernier recours, il a fait appel aux Yardbirds qui ont écrit en catastrophe de nouvelles paroles sur la musique de Train kept a-rollin (36), mais il leur a demandé de conserver le jeu de scène de Roger Daltrey et Pete Townshend. C’est pourquoi Keith Relf se déchaîne derrière son micro et Jeff Beck fracasse sa guitare (en carton...) à la fin du morceau.
Cette bande originale comporte aussi deux morceaux des Lovin’ spoonful (47) interprétés par des musiciens de studio.
Dans la réédition parue en 1996 figurent quelques bonus tracks : un inédit d’Herbie Hancock ainsi que les deux morceaux enregistrés par Tomorrow.
Le Ricky tick club existait vraiment. Il s’agissait d’un club de Windsor dans lequel les Yardbirds (34) se produisaient régulièrement.
Pour créer le personnage de Thomas, Antonioni s’est inspiré de David Bailey (21).
http://www.cineclubdecaen.com/realisat/antonioni/blowup.htm
(45) https://fr.wikipedia.org/wiki/A_Quick_One
(46) https://fr.wikipedia.org/wiki/Tomorrow_(groupe)
(47) https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Lovin’_Spoonful

(...) Si la version française d’époque est bonne à tous points de vue, c’est bien la version anglaise (et non la version italienne) qu’il faut privilégier comme piste-son de référence car le film fut tourné avec des acteurs anglais et les dialogues originaux conçus pour cette langue. Aux Usa le copyright mentionné sur les copies étatsunienes est 1967 mais la date du film est d’un an antérieur. Là-bas, le titre s’orthographie Blowup sans trait d’union et en un seul mot tandis qu’en Angleterre il s’orthographie Blow up en deux mots mais sans trait d’union : les affiches françaises l’ont ajouté systématiquement, ce qui donne Blow-up...
http://www.juanasensio.com/archive/2007/08/26/blow-up-de-michelangelo-antonioni-par-francis-moury.html

Interrogé au sujet du sens du film, Antonioni répond : je ne sais pas comment est la réalité. La réalité nous échappe, elle ment continuellement. Lorsque nous pensons l’avoir saisie, elle est déjà différente. Je me méfie toujours de ce que je vois, de ce qu’une image nous montre, parce que j’imagine ce qu’il y a au-delà, et nous ne savons pas ce qu’il y a derrière une image. Le photographe du film qui n’est pas un philosophe, veut aller voir de plus près, mais lorsqu’il l’agrandit, l’objet lui-même se décompose et disparaît. Il y a donc un moment au cours duquel on saisit la réalité, mais l’instant d’après, elle nous a déjà échappé. Voilà, un peu, le sens de Blow-up.
http://cinetic.be/spip.php?article218

Michelangelo Antonioni
Né à Ferrare en Émilie-Romagne le 29 septembre 1912 et décédé à Rome le 30 juillet 2007.
Il est le seul réalisateur, avec Henri-Georges Clouzot et Robert Altman, à avoir remporté les trois plus hautes récompenses des principaux festivals européens que sont Cannes, Berlin et Venise...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Michelangelo_Antonioni

Tonino Guerra
Né Antonio « Tonino » Guerra le 16 mars 1920 à Santarcangelo di Romagna où il est décédé le 21 mars 2012.
Crédité d’une centaine de fictions, portées à l’écran par les plus grands réalisateurs italiens et internationaux, il est un scénariste de renommée mondiale...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Tonino_Guerra

Edward Bond
Né le 18 juillet 1934 à Londres.
Son œuvre est surtout diffusée à l’étranger, et tout particulièrement en France, où elle connait depuis les années 1990 un important écho...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Bond

Julio Cortázar
Né Julio Florencio Cortázar Descotte le 26 août 1914 à Ixelles (Belgique), décédé le 12 février 1984 à Paris.
Acquiertla nationalité française vers la fin de sa vie, en 1981, comme acte de protestation contre la dictature militaire argentine de l’époque...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Julio_Cort%C3%A1zar

Carlo Di Palma
Né le 17 avril 1925 à Rome où il est décédé le 9 juillet 2004.
Finira comme un des collaborateurs attitrés de Woody Allen...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Carlo_Di_Palma

Herbie Hancock
Né Herbert « Herbie » Jeffrey Hancock le 12 avril 1940 à Chicago.
Il a mêlé au jazz des éléments de soul, de rock, de funk, de disco ainsi que, parfois, quelques rythmes issus du rap...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Herbie_Hancock

David Hemmings
Né le 18 novembre 1941 à Guildford (Gb), décédé le 3 décembre 2003 à Bucarest.
Pressenti en 1969 par Stanley Kubrick pour jouer le rôle titre de son film Napoléon, jamais réalisé...
https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Hemmings

Vanessa Redgrave
voir fiche du film Song for Marion
http://www.citebd.org/spip.php?film1037

Peter Bowles
Né le 16 octobre 1936 à Londres.
http://www.imdb.com/name/nm0101248/

Sarah Miles
voir fiche du film The Servant
http://www.citebd.org/spip.php?film1453

Jane Birkin
Née le 14 décembre 1946 à Londres.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jane_Birkin

Gillian Hills
Née au Caire (Égypte) le 5 juin 1944.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gillian_Hills

John Castle
voir fiche du film Un Lion en hiver
http://www.citebd.org/spip.php?film1859

Harry Hutchinson
http://www.imdb.com/name/nm0404342/

Veruschka
Née Vera Gottliebe Anna von Lehndorff le 14 mai 1939 à Königsberg.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Veruschka

Susan Brodrick
http://www.imdb.com/name/nm0110841/

extrait(s) de presse

Critikat - "Blow-up" est le genre de film que l’on peut voir et revoir des centaines de fois...
Télérama - ... David Hemmings n'a jamais été meilleur qu'ici.
Les Inrocks - La traduction en français du titre est un terme technique de photographie : agrandissement. Il renvoie à l’intrigue...
Dvd classik - "Blow-up" est un de ces films qui demande à être revu...
Ciné-club de Caen - En ces temps d'anti-intellectualisme, il n'est peut-être pas mauvais de rappeler avec Karl Marx que "la théorie est une pratique" : sans cesse revoir le film et vérifier s'il nous dit toujours la même chose...
Panorama cinéma - "Blow-up" est un film sur l'obsession du détail, mais c'est aussi un film obsédé par le détail...
àVoir-àLire - Un chef-d’œuvre inépuisable, énigmatique, qui s’adresse brillamment à l’intelligence et à la sensibilité de son spectateur...
Arte - Antonioni n’est pas seulement un des plus grands artistes de la modernité, c’est aussi un cinéaste de la jeunesse, de la contemporanéité et de la mode...