fatty se déchaîne - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
musée : pour préserver l’intégrité des œuvres, une température de 20° est requise au sein des espaces d’exposition, aussi prévoyez de vous couvrir pour passer une agréable visite dans nos murs !
accueil > à l'affiche au cinéma > fatty se déchaîne

fatty se déchaîne

ciné môme - ciné répertoire
Usa - 1917 - 1h05
sorti en France le 6 avril 2016
accessible à partir de 5 ans
court(s) métrage(s) - film muet
de

Roscoe "Fatty" Arbuckle

séances : semaine du mercredi 5 avril 2017
mercredi 5 jeudi 6 vendredi 7 samedi 8 dimanche 9 lundi 10 mardi 11
17:15*
17:15
17:15
séance spéciale :
* ces 3 séances sont présentées dans le cadre du festival "Play it again - 3ème édition" - tarif 3,50 €

synopsis

Série de trois courts-métrages burlesques, réalisés par Roscoe «Fatty» Arbuckle, l’un des acteurs-réalisateurs du cinéma muet américain les plus populaires de son époque...

notes de production

Fatty boucher
The Butcher boy, 1917, 24’
réalisation Roscoe Arbuckle
scénario Roscoe Arbuckle, Joseph Anthony Roach
photo Frank D. Williams
avec Roscoe "Fatty" Arbuckle (Fatty/Saccharine le garçon boucher), Al St. John (Alum/Slim le premier vendeur), Buster Keaton (Buster/Malec le client qui achète de la mélasse, complice de Slim), Josephine Stevens (Almondine/Amanda la fille du patron), Arthur Earle (le patron M. Grognon), Joe Bordeaux (complice), Luke le chien
Fatty est boucher dans un magasin général d’alimentation. Amoureux d’Amanda, la caissière et la fille du patron, il a pour rival Slim, le premier vendeur. Devant les querelles incessantes de ses employés et les dégâts provoqués dans son magasin, M. Grognon, le père d’Amanda, inscrit cette dernière en pension. L’accès de l’école pour jeunes filles étant interdit aux hommes, Fatty et Slim se travestissent pour tenter d’enlever la belle…
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fatty_boucher

Fatty à la clinique
Good night, nurse, 1918, 21’
réalisation Roscoe Arbuckle
scénario Roscoe Arbuckle
photo George Peters
avec Roscoe "Fatty" Arbuckle (Fatty), Buster Keaton (la femme au parapluie/Dr Hampton), Al St. John (l’assistant du chirurgien), Alice Lake (la malade aliénée), Kate Price (l’infirmière), Joe Keaton (le malade avec les bandages), Dan Albert (le majordome/l’infirmier
Lassée de son mari alcoolique et ayant lu une annonce publicitaire dans un journal, la femme de Fatty traîne ce dernier à la clinique pour y être opéré afin d’être définitivement débarrassé de l’envie de boire. Mais une fois dans la place, ce dernier n’a de cesse que de s’enfuir…
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fatty_%C3%A0_la_clinique

Fatty rival de Picratt
Love, 1919, 22’
réalisation Roscoe Arbuckle
scénario Roscoe Arbuckle, Vincent Bryan
avec Roscoe "Fatty" Arbuckle (Fatty garçon de ferme), Winifried Westover (Winnie, la fille du fermier), Al St. John (Al Clove, le fils du voisin), Frank Hayes (le fermier, père de Winnie), Monty Banks (un aide à la ferme)
Fatty et Al Clove se rendent chez leur voisin fermier. Fatty est follement amoureux de Winnie, sa fille, et Al est porteur d’un message de son père qui propose au fermier de le marier à sa fille en échange de la moitié de ses terres. Le fermier n’hésite pas une seconde…
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fatty_rival_de_Picratt

Fatty est un personnage très populaire du cinéma hollywoodien avant les années 1920. Il apparaît dans pas moins de 22 courts-métrages, tous interprétés, écrits et réalisés par Roscoe Arbuckle.

Fatty boucher, en plus d’être le premier film réalisé par Arbuckle, offre également la première apparition de Buster Keaton (1) à l’écran. Les deux hommes se sont rencontrés peu de temps auparavant et collaboreront dans plusieurs films de la série.
(1) http://www.citebd.org/spip.php?film1812

Fatty est le surnom donné à Roscoe Arbuckle alors qu’il n’est qu’un enfant en raison de son embonpoint. Bien qu’il le déteste, c’est sous ce même nom qu’il connaîtra ses plus grands succès comiques à Hollywood à la fin des années 1910.

S’il fallait trouver un point commun entre les trois courts-métrages, ce serait le goût de Fatty pour le travestissement. Le comédien ne résiste jamais à la tentation de se déguiser en femme et se révèle particulièrement séduisant(e) aux yeux des hommes qu’il cherche à berner. Le travestissement est un thème éculé du burlesque et plus largement de la comédie. S’il met en exergue ce mélange de grâce, de violence, et de subversion qui habite le corps de Fatty, il souligne également la faiblesse des rôles féminins dans ses films, qui sont souvent les faire-valoir comiques (ou mélodramatiques dans Love) des vedettes masculines. Les performances physiques et sportives souvent brutales exigées par le cinéma burlesque empêcheraient-elles les actrices de s’imposer dans ce genre si particulier ? Pour nuancer une telle hypothèse, il faudrait se replonger dans la première partie de carrière de Fatty au cours de laquelle il joua à de nombreuses reprises avec la grande actrice burlesque Mabel Normand (2). Si Fatty se déchaîne offre un aperçu séduisant de la carrière de Fatty, il semble nécessaire de poursuivre l’exploration de la filmographie prolifique de ce génie du muet qui en moins de dix ans a inscrit son nom au générique de presque 150 films.
http://www.critikat.com/actualite-cine/critique/fatty-se-dechaine/
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Mabel_Normand

Cinéma muet
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cin%C3%A9ma_muet

Cinéma burlesque
https://fr.wikipedia.org/wiki/Burlesque

Roscoe Arbuckle
Né Roscoe Conkling Arbuckle le 24 mars 1887 à Smith center (Kansas), décédé le 29 juin 1933 à New York.
Doué pour le chant, agile et souple malgré sa corpulence, il entre très tôt dans la carrière artistique. En dépit de sa taille, il était très sportif et agile, ses comédies étaient renommées pour leurs rythmes, scènes de poursuite et gags visuels. Il adorait le gag de la tarte à la crème...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Roscoe_Arbuckle

extrait(s) de presse

Le Monde - Devant la caméra, sa corpulence s’accorde avec une agilité et une souplesse inouïes, et une intelligence exceptionnelle de la caméra. Derrière, il développe un art de la mise en scène libre et fantasque, d’une modernité visionnaire.
Gros plans - Malgré son poids son jeu est plein d’agilité et de rapidité et ses films accumulent les gags à une vitesse effrénée...