la sociale - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
musée : pour préserver l’intégrité des œuvres, une température de 20° est requise au sein des espaces d’exposition, aussi prévoyez de vous couvrir pour passer une agréable visite dans nos murs !
accueil > à l'affiche au cinéma > la sociale

la sociale

France - 2016 - 1h24
sorti en France le 9 novembre 2016
documentaire - film francophone
de

Gilles Perret

direction de la photographie : Jean-Christophe Hainaud
musique ou chansons : Laurie Derouf
séances : semaine du mercredi 22 mars 2017
mercredi 22 jeudi 23 vendredi 24 samedi 25 dimanche 26 lundi 27 mardi 28
20:30*
séance spéciale :
* débat animé par Jérémie Pottier - tarif 3,50 €
séances : semaine du mercredi 29 mars 2017
mercredi 29 jeudi 30 vendredi 31 samedi 1er dimanche 2 lundi 3 mardi 4
16:30
16:30*
séance spéciale :
* dimanche 16h30 dernière séance

synopsis

En 1945, au lendemain de la guerre, le Gouvernement provisoire de la République française votait les ordonnances promulguant les champs d’application de la Sécurité sociale. Ces lois permettaient la couverture des soins nécessaires à la santé, dont une partie conséquente de la population ne pouvait jusqu'ici bénéficier faute de moyens financiers, avec pour conséquence de reculer d'autant toute consultation et d'entraîner de surcroît des soins plus lourds in fine. En outre, elles contribuaient à assurer à chacun un revenu dans les différents cas d’interruption de l’activité professionnelle : accident du travail, maladie, chômage et vieillesse.Le principal initiateur de cette évolution se nommait Ambroise Croizat, que beaucoup ont oublié de nos jours...

notes de production

Création de la Sécurité sociale
Dès 1944, le Conseil national de la Résistance (1) annonce le principe d’un plan complet de sécurité sociale visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail […].
Pierre Laroque (2), chargé d’élaborer ce plan, s’inspire des systèmes allemand et anglais de protection sociale :
- le modèle allemand de Bismarck (3) repose sur l’assurance professionnelle obligatoire. Les droits sociaux sont la contrepartie de cotisations professionnelles assises sur les revenus du travail et gérées par des caisses privées.
- le modèle anglais issu du rapport Beveridge (4) de 1942 est basé sur trois grands principes : unité de gestion, universalité des bénéficiaires, uniformité des prestations.
La France va bâtir un système hybride, solidaire et redistributif, alliant protection universelle et gestion autonome par les partenaires sociaux (démocratie sociale).
L’ordonnance du 4 octobre 1945 est le texte fondateur de la sécurité sociale (5). Ambroise Croizat (6), ministre du Travail (7) et de la Sécurité sociale, contribue à la mise en place et à l’organisation administratives de ce système.
http://www.musee-assurance-maladie.fr/histoire/la-securite-sociale-de-1945-nos-jours/1945-1950-creation-de-la-securite-sociale-partie-2
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_national_de_la_R%C3%A9sistance
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Laroque
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Otto_von_Bismarck
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/William_Beveridge
(5) http://www.securite-sociale.fr/La-Securite-sociale-repose-sur-deux-textes-de-reference
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ambroise_Croizat
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Minist%C3%A8re_du_Travail_(France)

Gilles Perret a réalisé 12 documentaires. Ses films ont pour lien ce pays qui est le sien, les Alpes. A s’attarder chez ses voisins de vallée, il aborde la réalité du monde politique, économique et social. Partir du local pour raconter le global. C’est ce regard singulier qui a fait le succès de ses derniers films sortis en salle comme Ma Mondialisation (8), Walter, retour en résistance (9), De mémoires d’ouvriers (10) ou dernièrement en 2014, Les jours heureux (11). Aujourd’hui, il nous raconte l’histoire de la sécurité sociale, d’où elle vient, ce qu’elle est devenue et ce qu’elle pourrait devenir. Une histoire peu ou pas racontée jusqu’à ce jour même si elle nous concerne tous.
https://www.lasociale.fr/le-film/
(8) http://local.attac.org/13/aix/spip.php?article836
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Walter,_retour_en_r%C3%A9sistance
(10) http://www.filmsdocumentaires.com/films/4439-de-memoires-d-ouvriers
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Jours_heureux_(film,_2013)

C’est en parcourant la France pour présenter son dernier documentaire Les jours heureux (11) que Gilles Perret a pris conscience de la méconnaissance de l’histoire de la sécurité sociale, et a ainsi voulu éclaircir le sujet dans La Sociale.

(...) Ainsi le ministre du Travail François Rebsamen (12) se révèle-t-il incapable de citer l’un des créateurs emblématiques de la Sécu : Ambroise Croizat (6), ministre du Travail communiste de 1945 à 1947. La mémoire officielle lui préfère le haut-fonctionnaire gaulliste Pierre Laroque (2), qui eut également un rôle important dans l’édification de ce système de santé solidaire. A travers le personnage central de Jolfred Frégonara (13), militant Cgt de 96 ans, qui était chargé de la mise en place des caisses de sécurité sociale en Haute-Savoie en 1946, Gilles Perret montre surtout la dimension collective et titanesque de cette démocratie sociale en germe...
http://www.lesinrocks.com/2016/12/16/actualite/sociale-film-secu-tiquer-francois-fillon-11893153/
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Rebsamen
(13) http://lherminerouge.eklablog.com/jolfred-fregonara-96-ans-dernier-poilu-de-la-secu-nous-a-quittes-miche-a126610108

Entretien avec Gilles Perret
Vous auriez pu appeler ce documentaire "Vive la sociale !", si Gérard Mordillat (14) n’avait pas déjà utilisé le titre…
Ç’aurait été totalement adapté, en effet ! On avait dans l’idée de prendre un titre positif, beau, jouissif, parce que c’est quand même une belle histoire que celle de la Sécu. La Sociale est plus modeste, mais on a pris le parti d’une affiche sans "carte vitale" (15), mais moderne et combative, qui donne envie aux spectateurs hésitants. Pour qu’ils ne soient pas rebutés par un côté trop noir et blanc ni militant. On ne saura jamais si c’est une bonne idée ou pas…
http://www.rue89lyon.fr/2016/11/15/entretien-avec-gilles-perret-la-secu-ca-marche-tres-bien/
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rard_Mordillat
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/Carte_Vitale

Gilles Perret
Né le 16 juin 19681 à Mieussy (Haute-Savoie).
Après des études d’ingénieur en électronique, il décide de s’orienter vers le cinéma...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gilles_Perret

Jean-Christophe Hainaud
http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_liste_generique/C_49929_F

Laurie Derouf
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/388487/laurie-derouf

extrait(s) de presse

L'Humanité - Le cinéaste Gilles Perret en restitue le sens et les valeurs issus du Comité national de la Résistance. Œuvre utile.
àVoir-àLire - C’est tout l’intérêt de ce documentaire que de réhabiliter un homme et une oeuvre, en rappelant combien les lois du marché et leurs appétits voraces constituent une menace pour notre système de protection sociale.
Télérama - Déjà auteur d'un documentaire sur le programme du Conseil national de la Résistance ("Les Jours heureux", 2013), Gilles Perret continue son travail de mémoire.
Les Inrocks - A coup sûr, "La Sociale" fait donc grincer des dents du côté des Républicains. A la fois documentaire réussi et outil politique, il ne pouvait pas mieux tomber.
Le Monde - Le film suit deux pistes en parallèle : celle de l’Histoire, qui nous rappelle à gros traits d’où vient l’institution, et celle de la politique, qui fait de la protection ­sociale un terrain de bataille entre deux conceptions antagonistes de la société...
Médiapart - "La Sociale" n’est pas seulement un outil d’éducation populaire. C’est aussi une œuvre cinématographique qui prend son temps pour développer, interroger et bousculer des protagonistes du film et par là-même émouvoir et interpeller le spectateur.
Initiative communiste - L’enseignement principal du film est de montrer comment la création de la sécu s’est appuyée sur la mobilisation militante et sur la classe ouvrière...
Abus de ciné - Utile et solide (...) "La Sociale" permet ainsi de relativiser sur un sujet souvent voué à la controverse, et encourage considérablement la réflexion dans un élan on ne peut plus positif.