ivan tsarevitch et la princesse changeante - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
musée : pour préserver l’intégrité des œuvres, une température de 20° est requise au sein des espaces d’exposition, aussi prévoyez de vous couvrir pour passer une agréable visite dans nos murs !
accueil > à l'affiche au cinéma > ivan tsarevitch et la princesse changeante

ivan tsarevitch et la princesse changeante

France - 2016 - 0h53
sorti en France le 28 septembre 2016
à partir de 5 ans
film d'animation - film francophone
de

Michel Ocelot

musique ou chansons : Christian Maire
voix : Marine Griset, Julien Beramis, Olivier Claverie, Michel Elias, Aseel Rais, Michel Ocelot, Yves Barsa...
séances : semaine du mercredi 15 février 2017
mercredi 15 jeudi 16 vendredi 17 samedi 18 dimanche 19 lundi 20 mardi 21
14:00*
séance spéciale :
* 1ère édition du Festival Télérama Enfants : "pour voir et revoir les films jeune public qui ont marqué l’année 2016" - 3,50€ la séance pour tous avec le pass dans Télérama
séances : semaine du mercredi 22 février 2017
mercredi 22 jeudi 23 vendredi 24 samedi 25 dimanche 26 lundi 27 mardi 28
14:00*
14:00
séance spéciale :
* 1ère édition du Festival Télérama Enfants : "pour voir et revoir les films jeune public qui ont marqué l’année 2016" - 3,50€ la séance pour tous avec le pass dans Télérama

synopsis

Tous les soirs, une fille, un garçon et un vieux projectionniste se retrouvent dans un cinéma qui semble abandonné, mais plein de merveilles. Les trois amis inventent, dessinent, se déguisent et s’imaginent les héros de contes merveilleux. Des profondeurs de la terre, aux confins de l'orient, ils rivalisent d'imagination pour incarner princesses et aventuriers...

notes de production

La Maîtresse des monstres
Dans une grotte sombre et humide, un groupe de mendiants se voit soumis à la tyrannie sans bornes de monstres. Les gestes du quotidien sont devenus une véritable épreuve. Se nourrissant uniquement de champignons crus, les mendiants doivent sans cesse attendre le repos du monstre pour se servir. Une jeune fille assez mal aimée du clan fait la rencontre d’un rat qu’elle sauve des griffes de ses congénères. Celui-ci lui apprend qu’elle est en fait Maîtresse des Monstres et qu’un seul de ses regards est capable de faire rétrécir le plus énorme des monstres. Il va ainsi lui montrer le chemin de la sortie vers le vrai monde dans lequel, dit-on, un prince l’attendrait depuis toujours pour l’épouser. Elle franchit les épreuves sans trop de mal mais fait brûler sa chevelure. Vêtue d’herbes trouvées dans la grotte, sa sortie dans le grand monde se fait en grande pompe : trompettes, cerisiers et confettis l’attendent pour célébrer son mariage avec le prince...
http://www.michelocelot.fr/#livres--les-contes-de-la-nuit--la-maitresse-des-monstres

L’Écolier-sorcier
En Perse, un jeune homme fait la rencontre d’un inquiétant sorcier. Après lui avoir montré quelques tours, ce dernier invite son nouvel apprenti dans un repaire mystérieux. Là, le sorcier lui enseigne l’art de la métamorphose et le jeune homme se révèle être très doué. Le soir venu, il fait connaissance avec la fille du sorcier, captive et semblant avoir été quittée par toute félicité. Lors d’un repas, attendrie par la naïveté de ce nouvel élève, elle lui apprend les plans maléfiques de son père : celui-ci capture les jeunes sorciers les plus talentueux dans des cylindres en verre afin de leur extraire leur génie. Elle lui révèle aussi qu’il n’existe qu’une entrée et que pour sortir de ce repaire, il faut être renvoyé par le sorcier en personne. Sous les conseils de la jeune fille, l’impétueux sorcier emploie toute la mauvaise volonté du monde afin de tromper magicien qui le renvoie de son repère sur le champ. Alors qu’il est en route vers la ville, c’est au même endroit qu’il rencontre le sorcier en train de charmer un autre promis. Sans hésitation, il se transforme en terrible dragon et dévore le sorcier. Riche de par son talent mais dévoré par la culpabilité, le jeune homme se met en quête d’aller sauver la fille du sorcier. Sans mal, il pénètre dans le repaire et retrouve la jeune fille, euphorique. Mais seul le sorcier connaissait la formule secrète pour s’en évader...

Le Mousse et sa chatte
Un mousse très mal traité par le capitaine et les autres membres de l’équipage d’un modeste navire ne rêve que d’une seule chose : pouvoir un jour vivre dans une maison sur la terre ferme avec sa chatte qu’il aime tant. Lorsque le navire se rend en Inde, dans la magnifique ville qui entoure le Taj Mahal, le capitaine empêche le jeune mousse de les accompagner. Mais ce dernier brave l’interdit et décide de tout de même se rendre au palais du roi. Alors que le capitaine essaye vainement de vendre les quelques richesses qu’il possède, la chatte du jeune mousse tue tous les rats qui tentent de manger la nourriture du roi. Séduit, ce dernier propose au jeune homme des tonnes et des tonnes d’or et de pierres précieuses en échange de son animal. Celui-ci refuse, le roi lui propose bien plus encore. Mais la chatte, enceinte, est la seule amie que le jeune homme possède. Il fait alors un marché avec le roi : vivre dans une maison avant que sa chatte accouche pour qu’il puisse finalement vendre les chatons. C’est alors que le jeune mousse devint riche et pu réaliser son rêve...

Ivan Tsarévitch et la princesse changeante
Ce conte fait directement référence à l’Oiseau de feu, un conte russe. Ivan Tsarevitch, le fils de l’empereur est prêt à tout pour venir en aide à son père agonisant, même à escalader le mur du palais du Tsar des Jardins afin de lui dérober des prunes d’or, seul remède à ses blessures. Mais alors qu’il touche la première prune d’or, le Tsar ordonne de lui faire couper la tête. Mais pour Ivan, il est prêt à faire une exception s’il parvient à lui apporter le vase qui multiplie. Ivan Tsarevitch se rend chez le Tsar des Céramiques afin de lui dérober son vase, mais alors qu’il fait tomber les étagères, le Tsar surgit et ordonne de lui faire couper la tête. Mais pour Ivan, il est également prêt à faire une exception s’il parvient à lui apporter l’étalon aux sabots d’or du Tsar des Pur-Sang. Ivan Tsarevitch, par une fenêtre s’introduit dans le palais du Tsar et tente en vain de voler le cheval. Condamné à mort, le Tsar est prêt à faire une exception s’il lui apporte la Princesse Changeante qui, raconte-t-on, change d’apparence à chaque fois qu’on la touche. Se rendant au palais le la princesse, elle lui apprend que seul son véritable amour lui permettrait de lui faire garder sa forme normale. Lorsque Ivan touche la jeune fille, celle-ci maintient sa beauté. Ils échafaudent ensemble un plan : grâce à la princesse qui peut prendre l’apparence qu’elle désire, Ivan Tsarevitch récupère le pur-sang aux sabots d’or, le vase qui multiplie et les prunes d’or. Se rendant au chevet de son père, c’est à sa plus grande surprise qu’à son réveil, ce dernier n’en croit pas ses yeux en voyant son fils auprès de la Princesse changeante...

Entretien avec Michel Ocelot
Quel bonheur de découvrir ce programme inédit au cinéma. Vous nous éblouissez une fois de plus ! Où cette nouvelle invitation trouve-t-elle son inspiration ?
J’ai de nombreuses histoires dans mes cartons. Un jour, j’en ai déposé un paquet sur le bureau d’un producteur, en disant : "voici un tas d’histoires à raconter, cela pourrait passer à la télévision ou en salles”. Le producteur a pensé que ce serait pour la télévision. Cela m’est égal, le principal est que j’ai quelque argent pour raconter mes histoires. J’ai repris mon vieux principe : deux enfants et un technicien âgé se retrouvent tous les soirs dans un vieux cinéma. Ils discutent, se documentent, inventent une histoire, dessinent les costumes, se déguisent, et, une fois sur scène, vivent la nouvelle aventure qu’ils ont décidée.
Quand les producteurs ont vu les deux premiers contes terminés, ils se sont écriés : "mais c’est du cinéma !" J’ai répondu : "mais vous vous attendiez à quoi ?. Il a alors été décidé d’en faire aussi une sortie cinéma, en commençant par cinq des dix contes, et continuant avec les cinq autres plus tard. Ces cinq premiers ont eu une exploitation dans les salles sous le titre Les Contes de la nuit. Cette sortie a eu lieu en plein été, à l’époque où on ne va pas au cinéma, se coupant d’un fidèle public
scolaire et de salles d’aficionados et se privant de la publicité de beaux livres dans toutes les librairies de France et de Navarre (aucun éditeur ne sortant de livres à la saison où on n’en achète pas). Le nombre d’entrées a été médiocre et les producteurs-distributeurs ont oublié les autres contes, restés sur une étagère...

http://cinemobile.ciclic.fr/sites/default/files/fichiers/ivan_tsarevitch_-_dp.pdf

Michel Ocelot
voir fiche du film Azur et Asmar
http://www.citebd.org/spip.php?film1525

Christian Maire
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/124230/christian-maire

Marine Griset
http://www.imdb.com/name/nm4077635/

Julien Beramis
Né le 17 novembre 1983 à Villiers-le-Bel.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Julien_B%C3%A9ramis

Olivier Claverie
Né le 3 avril 1959 à Melun.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Olivier_Claverie

Michel Elias
Né le 18 février 1948 à Neuilly-sur-Seine.
Spécialisé dans le doublage et les voix dans la publicité...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Elias

Aseel Rais
http://www.imdb.com/name/nm0713702/

extrait(s) de presse

Positif - (...) c'est un ravissement. (...) Un superbe voyage au pays de la féérie et de l'élégance (...).
Culturopoing - Si l’émerveillement premier choit, les contes peuvent se révéler plus noirs et libidineux qu’il n’y paraît au premier abord. Rares sont donc, ceux qui se sentiront bernés. Ivan Tsarévitch et La Princesse Changeante se meut alors en une pluie d’étoiles déposée sur les cornées dessinées, fictives, réelles ou enfantines… Un poème.
La Croix - Chez Michel Ocelot, les personnages triomphent d’un empêchement qui contrarie leur véritable naissance. Ce message, qui sous-tend son œuvre entière, passe toujours avec la même limpidité.
Culturebox - Quatre beaux contes plein d'exotisme et de magie, à la morale édifiante, mais jamais sentencieuse. Quant à la mise en images, c'est toujours une merveille...
Télérama - Le principe reste identique et l'émerveillement, intact : deux enfants, un garçon et une fille, retrouvent un vieux projectionniste dans une salle de cinéma et s'inventent des histoires. Quatre contes naissent de leurs divagations malicieuses.
Le Nouvel obs - L’ensemble a le charme des découpages, et la douceur des contes anciens : Ocelot sait aussi bien parler aux enfants qu’aux adultes, et sa technique d’animation artisanale, loin des films en 3D actuels, ajoute au plaisir.
àVoir-àLire - Michel Ocelot est de retour avec un nouveau joyau de poésie visuelle issu de ses archives.
Critikat - (...) ce sentiment de maladresse un peu passéiste ne doit pas faire oublier l’éblouissement que procure chaque récit et le talent de conteur de leur auteur.