toni erdmann - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
musée : pour préserver l’intégrité des œuvres, une température de 20° est requise au sein des espaces d’exposition, aussi prévoyez de vous couvrir pour passer une agréable visite dans nos murs !
accueil > à l'affiche au cinéma > toni erdmann

toni erdmann

Allemagne, Autriche - 2016 - 2h42
sorti en France le 17 août 2016
Prix de la critique internationale Cannes 2016 - Prix Lux du Parlement européen 2016 - 5 prix du cinéma européen 2016 : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario, meilleur acteur, meilleure actrice.
film - version originale sous-titrée en français
de

Maren Ade

scénario : Maren Ade
direction de la photographie : Patrick Orth
avec : Peter Simonischek (Winfried Conradi / Toni Erdmann), Sandra Hüller (Ines), Lucy Russell (Steph), Trystan Pütter (Tim), Hadewych Minis (Tatjana), Vlad Ivanov (Illiescu), Sava Lolov (M. Vermillard), Ingrid Burkhard (Annegret),
séances : semaine du mercredi 18 janvier 2017
mercredi 18 jeudi 19 vendredi 20 samedi 21 dimanche 22 lundi 23 mardi 24
11:00*
20:30
15:45
18:45
séance spéciale :
* Festival Télérama / Afcae du 18 au 24 janvier 2017. En échange du Pass, complété de vos noms et adresses, une carte valable pour 2 personnes durant toute la durée de la manifestation vous sera remise à la caisse du cinéma. Sur présentation de cette carte, tous les films du festival Télérama / Afcae sont au tarif de 3,50 € la place (par personne). Tarif unique 3,50 € pour tous grâce au Pass (valable pour 2 personnes) à découper dans le magazine Télérama des 11 et 18 janvier 2017 - séances "Ciné passion 16" au Club de Barbezieux le 21 à 18h00, le 23 à 20h30.

synopsis

Winfried Conradi, un enseignant allemand d'une soixantaine d'années, fantasque et habitué à se grimer, va rendre une visite surprise à sa fille Ines, consultante de haut niveau en poste à Bucarest. Alors qu'elle essaye de négocier un contrat d'externalisation très important pour sa carrière, il s'immisce dans sa vie professionnelle et personnelle afin de la faire réfléchir sur elle-même, dans une série de situations inattendues qui la déstabilisent. Voyant le risque qu'il fait prendre à sa fille, il décide de rentrer en Allemagne. Ines se consacre à fond à sa mission, mais a la surprise, un soir dans un grand hôtel, de retrouver son père, grimé et se présentant sous le nom de Toni Erdmann...

notes de production

Toni Erdmann a été présenté en compétition au 69e festival de Cannes (1), où il a reçu un accueil triomphal de la part de la presse, qui en fait rapidement son grand favori pour la Palme d’or. Au point même que Le Monde titre : À Cannes, Maren Ade sabote la compétition avec Toni Erdmann... Le film décroche le Prix de la critique internationale (2).
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_de_Cannes_2016
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_FIPRESCI_du_Festival_de_Cannes

De son propre aveu, Maren Ade s’est inspirée de sa propre famille pour réaliser son film Toni Erdmann et écrire les relations compliquées entre ses personnages.

Toni Erdmann est le troisième film réalisé par Maren Ade, et le deuxième qu’elle tourne en dehors de l’Allemagne après Everyone else (3), qui se déroule en Sardaigne. La réalisatrice a cette fois posé sa caméra en Roumanie. Pour ces deux films, je me suis simplement sentie plus libre en tournant ailleurs. Parfois, ça aide de manquer de repères, confie-t-elle.
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Everyone_Else

Les passages comiques mettant en scène le personnage de Toni Erdmann ont constitué de véritables défis pour Maren Ade. Ce qui était important pour ces moments comiques et pour le film dans sa globalité, c’était de s’assurer que Toni soit crédible tout en laissant transparaître qu’il s’agit bien de Winfried sous le personnage, explique-t-elle. On a passé trois jours complets à répéter en long et en large cette scène du bar.

Si chaque scène était minutieusement préparée et travaillée en amont du tournage, la réalisatrice Maren Ade a laissé une grande part de liberté à ses acteurs, n’hésitant pas à tout bouleverser si une scène en valait la peine. D’un point de vue technique, cela signifie qu’on a le plus souvent utilisé un éclairage à 180 degrés et qu’on était tous prêts à surfer sur la vague quand les choses prenaient un autre cours, explique-t-elle. On a passé énormément de temps sur le plateau à travailler chaque scène dans le moindre détail, ce qui ne nous a jamais empêché non plus de tout changer de fond en comble le jour du tournage.

Maren Ade est attachée à un certain réalisme dans sa narration ; c’est pourquoi les surprises et rebondissements doivent principalement provenir des personnages selon elle. C’est pour cette raison que j’ai décidé de créer cette situation qui fait que les personnages donnent le sentiment de jouer dans un film. Toni apporte cet élément de fraîcheur dans la vie d’Ines et de Winfried, de l’espièglerie, de l’audace, de la liberté, raconte la cinéaste. Cela va leur permettre de se réapprivoiser d’une autre manière. Grâce à cette idée loufoque de Winfried, soudain, tout redevient possible.

Toni Erdmann a été élu meilleur film de l’année par les Cahiers du cinéma (4) et par le British film institute (5).
(4) https://www.cahiersducinema.com/
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/British_Film_Institute

Le studio Paramount pictures a acheté les droits du film de Maren Ade, favori pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère, et Jack Nicholson, célèbre pour ses sourcils en accent circonflexe, son sourire carnassier et son magnétisme à l’écran, devrait y donner la réplique à Kristen Wiig, affirme Variety.
http://www.huffingtonpost.fr/2017/02/08/jack-nicholson-annonce-son-grand-retour-au-cinema-dans-un-remake/

Entretien avec Marei Ade
Comment est née l’idée du film et celle de ce personnage haut en couleur inventé par le père d’Ines : Toni Erdmann ?
Ma famille est souvent ma première source d’inspiration, elle nourrit mon récit et peut influencer les liens entre les personnages. Winfried, le père d’Ines, s’invente un alter ego, comme une tentative désespérée et audacieuse de bousculer leur relation père-fille. Toni Erdmann prend alors vie ! L’humour est souvent le meilleur moyen pour transcender la réalité. Winfried, incapable de communiquer avec sa fille, trouve ici un moyen d’échapper à cette situation en créant ce personnage. l’humour est sa seule arme, et elle va lui permettre de communiquer à nouveau...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/toni-erdmann,349127

Maren Ade
Née le 12 décembre 1976 à Karlsruhe.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Maren_Ade

Patrick Orth
http://www.imdb.com/name/nm0651005/

Peter Simonischek
Né le 6 août 1946 à Graz (Autriche).
http://www.imdb.com/name/nm0800638/

Sandra Hüller
Née le 30 avril 1978 à Suhl.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sandra_H%C3%BCller

Lucy Russell
http://www.imdb.com/name/nm0751301/

Trystan Pütter
voir fiche du film Phoenix
http://www.citebd.org/spip.php?film1422

Hadewych Minis
voir fiche du film Borgman
http://www.citebd.org/spip.php?film1176

Vlad Ivanov
voir fiche du film Baccalauréat
http://www.citebd.org/spip.php?film1804

Sava Lolov
http://www.imdb.com/name/nm0518187/

Ingrid Burkhard
Née le 7 juin 1931 à Vienne.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ingrid_Burkhard

extrait(s) de presse

Le Figaro - Maren Ade livre un long-métrage riche et farfelu comme du John Irving, intelligent et grinçant à la Martin Amis. À l'heure où le cinéma produit tant de faux billets, "Toni Erdmann" a l'air d'être de la monnaie d'or.
Chronic' art - Il est remarquable qu’un cinéma aussi cérébral puisse, à contre-courant de l’école berlinoise dont Maren Ade est issue, accoucher finalement d’émotions aussi simples et généreuses que celles que réservent les derniers moments de "Toni Erdmann". Bref: filez voir la comédie de l’été.
Le Jdd - Le face-à-face juste et intense entre Sandra Hüller (cassante et attachante) et Peter Simonischek (délicat et lourdaud) donne tout son rythme à cette originale mécanique des sentiments. Qui rappelle que, parfois, il faut oser se mettre à nu.
Culturopoing - Imprévisible et d’une tenue vertigineuse, véritable leçon de cinéma, de jouissance, de jeu et de rythme, Toni Erdmann impressionne et émeut (…) Se tenant à l’exact mitan du drame et de la comédie, ou même plutôt partout ailleurs, fuyant à chaque fois que l’on pense le saisir, triste à chaque fois qu’on le pense gai, (…) le film ne résout rien : et c’est même sans doute sa plus belle qualité.
Positif - Le cadrage et le mouvement accompagnent une action qui se prépare, s'esquisse, se profile, puis se déroule et s'achève, jamais ne leur est accordé un supplément de temps ; jamais le processus n'est accéléré. Cela produit une belle impression de quiétude (...).
Télérama - Désarçonnant, le film réserve jusqu'au bout des surprises...
La Croix - Chouchou du dernier Festival de Cannes mais oublié du palmarès officiel, ce très beau film sensible et loufoque mérite une réelle attention.
Fiches du cinéma - Entre étude d'une relation filiale et tableau d'un monde vendu au capital, une chronique ample et sensible, d'une ambiguïté réjouissante.