midnight special - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > midnight special

midnight special

Usa - 2016 - 1h51
sorti en France le 16 mars 2016
film - version originale sous-titrée en français
de

Jeff Nichols

scénario : Jeff Nichols
direction de la photographie : Adam Stone
musique ou chansons : David Wingo
avec : Michael Shannon (Roy Tomlin), Joel Edgerton (Lucas), Kirsten Dunst (Sarah Tomlin), Adam Driver (Paul Sevier), Jaeden Lieberher (Alton Meyer, né Tomlin), Sam Shepard (Calvin Meyer), Bill Camp (Doak), Scott Haze (Levi), Paul Sparks (agent Miller), David Jensen (Elden), Dana Gourrier (Sharon Davidson), Sean Bridgers (Fredrick), Kerry Cahill (agent Linda), Billy Slaughter (agent Cole), Nancy Grace (elle-même), Allison King (Hannah)
séances : semaine du mercredi 18 janvier 2017
mercredi 18 jeudi 19 vendredi 20 samedi 21 dimanche 22 lundi 23 mardi 24
16:15*
18:30
14:00
16:15
séance spéciale :
* Festival Télérama / Afcae du 18 au 24 janvier 2017. En échange du Pass, complété de vos noms et adresses, une carte valable pour 2 personnes durant toute la durée de la manifestation vous sera remise à la caisse du cinéma. Sur présentation de cette carte, tous les films du festival Télérama / Afcae sont au tarif de 3,50 € la place (par personne). Tarif unique 3,50 € pour tous grâce au Pass (valable pour 2 personnes) à découper dans le magazine Télérama des 11 et 18 janvier 2017 - séances "Ciné passion 16" au Club de Barbezieux le 19 à 20h30, le 22 à 20h30, le 24 à 18h00.

synopsis

Roy Tomlin et son fils de huit ans, Alton, accompagnés de Lucas, un ami policier d'État, sont en cavale à travers les États-Unis depuis que le père souhaite le soustraire à l'emprise du Third Heaven Ranch, une secte religieuse, qui le considère comme leur « sauveur », en raison de ses pouvoirs surnaturels. Le Fbi et la Nsa traquent également l'enfant qu'ils considèrent comme une menace...

notes de production

Dans la chambre d’un motel plongée dans la pénombre, deux hommes armés et déterminés mettent au point leur stratégie. Les fenêtres ont été obstruées par du carton. Tandis que la télévision diffuse les images de l’enlèvement d’un jeune garçon, Alton, ce dernier est assis par terre, recouvert par un drap et le visage assombri par d’épaisses lunettes de piscine. Il est temps de partir...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/midnight-special,334308

Le cinéaste Jeff Nichols et le comédien Michael Shannon forment un duo artistique inséparable. En effet, l’acteur a joué dans tous les films du metteur en scène, de Shotgun stories (1) à Take shelter (2) en passant par Mud (3). Midnight special est donc leur 4ème collaboration : Michael a généralement une ou deux questions à me poser, et c’est tout. Il comprend son personnage. Du coup, quand on arrive sur le plateau, on ne répète pas : on tourne aussitôt. Son jeu correspond parfaitement à mon écriture. Il est capable d’exprimer des émotions extraordinaires sur son visage. Le plus souvent, je n’écris pas beaucoup de dialogues, si bien qu’il est important que son visage soit expressif, relate le cinéaste.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Shotgun_Stories
(2) http://www.citebd.org/spip.php?film763
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Mud_:_Sur_les_rives_du_Mississippi

The Midnight special était le nom donné au train (4) partant de Houston au Texas, à minuit. Il se dirigeait vers l’ouest et traversait notamment des villes comme San Antonio ou El Paso. Sa légende vient du fait que le train passait devant l’ancienne prison de Sugar land ; la lampe à l’avant du train est devenue au fil du temps un symbole de liberté pour les prisonniers noirs de l’est du Texas. Les détenus espéraient que la lumière passe à travers les barreaux de leurs cellules, ce qui était, selon la croyance populaire, le signe d’une libération prochaine. À noter que Midnight special était aussi à la base une chanson folklorique traditionnelle interprétée par les prisonniers du sud-est des Usa au début du 20ème siècle. Une des premières versions enregistrées connues est celle chantée par Huddie William "Lead Belly" Ledbetter (5) en 1934. Harry Dean Stanton l’interprète dans Luke la main froide (6) en 1967 et le groupe rock Creedence clearwater revival reprend aussi ce titre (7) dans La Quatrième dimension (8), le film en 1983.
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Midnight_Special_(train)
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Leadbelly
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Luke_la_main_froide
(7) https://www.youtube.com/watch?v=T00eJSQimIk
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Quatri%C3%A8me_Dimension_(film)

Midnight special aurait dû sortir le 25 novembre 2015 mais le montage du film a pris plus de temps que prévu, repoussant sa sortie à mars 2016. Le tournage lui, n’a pas duré très longtemps, seulement 40 jours.

Jeff Nichols a tenu à tourner en pellicule 35mm. Il s’en explique : si on tourne en pellicule, c’est parce que ce format permet d’offrir la représentation de la vie la plus proche de la réalité… pour les scènes de jour. En plein jour, il n’y a rien de mieux. Le rendu est vivant, il respire et il restitue le réel avec précision. Le problème, c’est que lorsqu’on tourne en pellicule de nuit, il faut des éclairages et l’image devient alors artificielle. Et si on tourne de nuit sans lumière, l’image est noire : la caméra ne distingue pas les formes comme le fait le regard humain. Du coup, j’ai délibérément écrit une histoire qui se déroule de nuit, en sachant qu’on tournerait en pellicule et qu’il nous faudrait éclairer les scènes nocturnes tout en donnant un aspect réaliste à l’image, explique le cinéaste.

Tourné dans une discrétion absolue, Midnight special a défrayé la chronique lors de la diffusion de sa première bande-annonce, enthousiasmant la presse comme le public, devenant rapidement un des films les plus attendus de 2016. Jeff Nichols, qui s’attaque pour la première fois au genre SF, y revendique clairement des références au cinéma de genre de John Carpenter (Starman) (9) et Joe Dante (10).
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Starman_(film)
(10) http://www.citebd.org/spip.php?film1473

Dans Midnight special, les personnages fuient les membres d’une secte et la police à partir du Nouveau-Mexique. Ils traversent le Texas, la Louisiane, le Mississippi et l’Alabama en direction d’un lieu bien spécifique situé en Floride. Certaines scènes ont été tournées dans ces États des Usa mais la plupart des prises de vues ont été filmées à la Nouvelle-Orléans et dans de petites villes de la région, comme Mandeville, Covington et Lacombe, durant l’hiver 2014. Le froid et les précipitations ont d’ailleurs été un véritable casse-tête pour Mark Welch, le régisseur d’extérieurs, en plus de la logistique lourde liée par exemple à la gestion des tronçons d’autoroute pour les besoins du tournage.

Selon la productrice du cinéaste, Sarah Green (11), Nichols possède un style unique et reconnaissable : plusieurs éléments définissent un film de Jeff Nichols. Si je suis aussi fascinée par son travail, comme beaucoup de gens, c’est qu’il est capable de réaliser un film de genre efficace, ou un drame, ou n’importe quel style de film et que, dans tous les cas, ce sont les enjeux émotionnels qui priment. Son œuvre parle toujours de la condition humaine et d’amour. Elle parle des rapports entre les êtres humains de manière extrêmement sincère, explique la collaboratrice du réalisateur depuis 3 films.
(11) http://www.imdb.com/name/nm0338320/

Pour incarner Alton, le garçon doté de pouvoirs surnaturels, Jeff Nichols a fait appel à Jaeden Lieberher. Le comédien âgé de 12 ans a déjà plusieurs rôles marquants à son actif comme celui du jeune Chris Evans dans Playing it cool (12). Il a également donné donné la réplique à Bill Murray dans St. Vincent (13) et à Bradley Cooper dans Welcome back (14) : Jaeden est l’un de ces rares jeunes acteurs qui s’avère déconcertant tellement il est doué. Il est venu nous voir et a fait une lecture d’environ cinq minutes. J’ai discuté avec lui et je me suis dit qu’il était l’un des gamins les plus futés que j’aie jamais rencontrés. Il avait tout compris. Il avait compris la situation dramatique et le sous-texte et il savait ce qui se passait dans le scénario. On ne peut pas simuler une telle sensibilité et une telle intelligence, confie le réalisateur.
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Comment_s%C3%A9duire_une_amie
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/St._Vincent_(film)
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/Welcome_Back

Pour composer la musique de Midnight special, Jeff Nichols a de nouveau fait appel à David Wingo avec lequel il avait déjà collaboré sur Take shelter et Mud : j’étais sûr que David saurait travailler en s’inspirant de ce style, mais je ne me rendais pas compte à quel point il se révélerait excellent jusqu’à ce qu’il m’envoie une bande-démo : il m’avait dit que c’était du "bricolage" et je l’ai pourtant écoutée tous les jours en me rendant sur le plateau. C’est la chanson qu’on entend au début du film et pendant le générique de fin. Il s’est inspiré de ces films de science-fiction et a composé une partition totalement singulière. C’est un son à la fois contemporain et évocateur des années 80, analyse le réalisateur.

L’idée de Midnight special est née durant une période où le fils du réalisateur était très malade. Jeff Nichols a été très traumatisé par cela ; il souhaitait donc transmettre ces émotions dans son film : je me suis rendu compte que lorsqu’on a un enfant, on abandonne une part de soi à l’univers. C’est comme une plaie ouverte qui ne cicatrisera jamais et qui pourra toujours s’infecter. Si quelque chose arrive à son enfant, on ne peut que le ressentir parce qu’on l’aime par-dessus tout. C’est aussi un sentiment d’impuissance de savoir qu’il y a désormais un être dans votre vie pour lequel vous feriez n’importe quoi, mais sur lequel vous n’avez pas vraiment de prise. C’était le postulat de départ de Midnight special. Take shelter a été écrit par un homme qui s’apprêtait à devenir père, et qui évoquait ses appréhensions, tandis que Midnight special est signé par un homme qui était déjà père, affirme le metteur en scène.

Jeff Nichols aime jouer avec les outils cinématographiques pour emmener le spectateur dans une direction pour mieux le surprendre : dès qu’un film commence, les gens se mettent aussitôt à analyser les informations et à assembler les pièces du puzzle. C’est donc un phénomène fascinant avec lequel on peut jouer. On peut en effet faire croire au public qu’on l’emmène dans telle direction, et puis faire intervenir un nouvel élément qui change la donne. Si je déterminais à l’avance chaque situation, cela se résumerait à ça. Mais si je laisse une certaine marge de manœuvre au spectateur, alors on peut tout imaginer - et c’est ce que je trouve exaltant, s’enthousiasme le cinéaste.

Pour entrer dans la peau de Lucas, l’ami de Roy (Michael Shannon), Joel Edgerton, d’origine australienne, a dû prendre un accent texan.
Pour camper le rôle de Sarah, la mère d’Alton (Jaeden Lieberher), Jeff Nichols a tout de suite pensé à Kirsten Dunst : j’ai rêvé de ce plan où elle est assise sur le perron d’une maison, filmée par une caméra proche du sol, tandis que l’ampoule de la véranda lui éclaire la nuque. J’ai gardé cette image en tête pendant des années et Kirsten l’a incarnée à la perfection. Elle excelle à s’imprégner de l’émotion d’une scène. Il peut s’avérer risqué sur le plan du récit de s’attacher d’abord à la relation entre le père et son enfant, et puis à mi-parcours, de passer aux rapports entre mère et fils. Mais il faut qu’on comprenne ce qu’ils endurent - et on peut lire tout cela sur le visage de Kirsten, raconte le metteur en scène. La jeune femme n’a d’ailleurs pas hésité à tourner avec le plus simple maquillage, portant des habits couvrant tout son corps, collant le plus possible avec l’univers sectaire où vit Sarah.

Le tournage débute en janvier 20143 à La Nouvelle-Orléans.
Le film n’est présenté que bien après la fin de son tournage, à la Berlinale 2016 (15), alors que Nichols a pu entre-temps tourner un autre film, Loving (16), le rattachement de Midnight special au genre de la science-fiction, inhabituel chez ce cinéaste, ayant peut être contribué à la décision.
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/Berlinale_2016
(16) https://fr.wikipedia.org/wiki/Loving_(film)

- le morceau (7) n’est pas utilisé dans le film mais on peut en entendre une réinterprétation dans le générique de fin.
- le film a été fortement influencé par les œuvres qui ont marqué la jeunesse du réalisateur : Rencontres du troisième type (17), E.T. (18), Starman (9) ou bien encore Le Village des damnés (19). Le cinéaste cite également Un Monde parfait (20) comme étant l’un de ses films favoris.
(17) https://fr.wikipedia.org/wiki/Rencontres_du_troisi%C3%A8me_type
(18) http://www.citebd.org/spip.php?film1795
(19) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Village_des_damn%C3%A9s_(film,_1995)
(20) https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_monde_parfait_(film)
- Jeff Nichols a signalé que le film était hanté par un événement survenu dans sa vie : jeune papa, il a vu son bébé souffrir de problèmes respiratoires et être amené à l’hôpital. Son fils s’en est heureusement sorti, mais l’impact émotionnel fut intense pour le réalisateur qui s’est inspiré de cette peur pour nourrir son film.
- afin que ses comédiens ressentent pleinement les choses, Jeff Nichols a insisté pour que les effets spéciaux soient effectués, au maximum, en direct sur le plateau plutôt qu’en post-production. Pour représenter les rayons qui sortent des yeux d’Alton, le responsable des effets spéciaux a ainsi placé 2 Led (21) sur le visage de l’enfant.
(21) https://fr.wikipedia.org/wiki/Diode_%C3%A9lectroluminescente

Entretien avec Jeff Nichols
D’un point de vue esthétique, quelles étaient vos ambitions ?
En tant que réalisateur, à chaque nouveau film, j’essaie de m’imposer un défi, une nouvelle contrainte technique que j’estime ne pas encore maîtriser. Dans Mud (3), je voulais faire bouger la caméra comme jamais je ne l’avais fait, avec la "Steadycam" (22). Pour Midnight special, j’ai voulu me confronter à la lumière, car j’aime tourner en pellicule, et la pellicule est conçue pour que l’on puisse tourner durant la journée. Dès qu’on tourne de nuit, tout s’effondre, on doit recourir à des projecteurs, et tout devient artificiel. Avec mon chef-opérateur, le même depuis mon premier film, nous avons voulu nous confronter pleinement à cette question de la lumière, pas seulement pour rendre le film beau à voir, mais aussi pour lui donner un rôle central dans l’histoire. Quand on y pense, la seule façon dont nous communiquons avec le reste de l’univers, c’est à travers la lumière, en recevant la lueur des étoiles, donc j’ai pensé qu’elle serait un parfait outil de communication, et la meilleure façon pour le personnage d’Alton de s’exprimer. J’ai été très marqué, enfant, par Rencontres du troisième type (17), par cette idée que les aliens dialoguaient par le son. Et je me suis dit que ce serait encore plus élégant de communiquer par le biais de la lumière. Revoyez les films des années 1980, ils sont pleins d’effets de réverbérations magnifiques, dus la plupart du temps aux lentilles et aux objectifs. Nous avons tourné avec des vieilles optiques "Panavision" (23) qui permettent ça, ainsi que des filtres bleus, pour que la majorité des effets soient naturels...
http://www.bande-a-part.fr/cinema/entretiens/jeff-nichols-midnight-special-magazine-de-cinema/
(22) https://fr.wikipedia.org/wiki/Steadicam
(23) https://fr.wikipedia.org/wiki/Panavision

Jeff Nichols
voir fiche du film Take shelter
http://www.citebd.org/spip.php?film763

Adam Stone
http://www.imdb.com/name/nm1309148/

David Wingo
voir fiche du film Manglehorn
http://www.citebd.org/spip.php?film1474

Michael Shannon
voir fiche du film Take shelter
http://www.citebd.org/spip.php?film763

Joel Edgerton
Né le 23 juin 1974 à Sydney.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Joel_Edgerton

Kirsten Dunst
voir fiche du film Melancholia
http://www.citebd.org/spip.php?film739

Adam Driver
voir fiche du film Paterson
http://www.citebd.org/spip.php?film1814
Jaeden Lieberher

Sam Shepard
voir fiche du film Les Moissons du ciel
http://www.citebd.org/spip.php?film518

Bill Camp
voir fiche du film 12 years a slave
http://www.citebd.org/spip.php?film1204

Scott Haze
voir fiche du film As i lay dying
http://www.citebd.org/spip.php?film1791

Paul Sparks
Né le 16 octobre 1971 à Lawton (Oklahoma).
Notamment connu pour ses rôles divers dans les séries tv Boardwalk empire et House of cards...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Sparks

David Jensen
http://www.imdb.com/name/nm0003861/

Dana Gourrier
http://www.imdb.com/name/nm4158239/

Sean Bridgers
Né le 15 mars 1968 à Chapel Hill (Caroline du Nord).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sean_Bridgers

Kerry Cahill
http://www.imdb.com/name/nm2684369/

Billy Slaughter
http://www.imdb.com/name/nm1551999/

Nancy Grace
https://fr.wikipedia.org/wiki/Nancy_Grace

Allison King
http://www.imdb.com/name/nm1520108/

extrait(s) de presse

Les Inrocks - Plongée dans l’Amérique des sectes et de l’occultisme. Un thriller ramassé et haletant d’où émerge une figure bouleversante d’enfant messianique terrorisé par ses pouvoirs.
Cinéma teaser - Un grand drame de SF, intense et déchirant, ultime preuve que Jeff Nichols est bien l'héritier de Steven Spielberg.
La Voix du nord - Par ses attaques franches, Jeff Nichols y creuse toujours plus profond un art elliptique de la narration, une manière bien à lui de balayer les scènes d’action en deux plans trois mouvements avec une sécheresse de ton renvoyant à certains maîtres orientaux.
Le Parisien - A la fois drame intimiste, thriller surnaturel et road-movie, "Midnight Special" est un film fantastique passionnant et envoûtant de bout en bout.
Fiches du cinéma - Jeff Nichols reprend ses thèmes : la famille, la différence, la confiance et la croyance. Il signe un très grand film, entre science-fiction et road-movie. Captivant et plein de belles idées de cinéma.
Télérama - C'est à la fois passionnant - une espèce d'ode fervente et douloureuse à l'inconnu — et presque naïf, dans la vision finale grandiose et clinquante d'un autre monde.
Paris match - "Midnight Special" atteint son but : reproduire le "merveilleux", ce sentiment que l’on éprouvait enfant devant la séquence finale de "Rencontre du troisième type" ou "ET".
Culturopoing - "Midnight Spécial" est un objet précieux à la fois en prise et en parfait décalage avec notre époque. Jeff Nichols nous parle de croyance, celle qui nous permet de s'échapper du réel, celle du cinéma comme antidote.