l’économie du couple - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
musée : pour préserver l’intégrité des œuvres, une température de 20° est requise au sein des espaces d’exposition, aussi prévoyez de vous couvrir pour passer une agréable visite dans nos murs !
accueil > à l'affiche au cinéma > l’économie du couple

l’économie du couple

Belgique, France - 2016 - 1h41
sorti en France le 10 août 2016
film - film francophone
de

Joachim Lafosse

scénario : Joachim Lafosse, Fanny Burdino, Mazarine Pingeot, Thomas Van Zuylen
direction de la photographie : Jean-François Hensgens
avec : Bérénice Bejo (Marie), Cédric Kahn (Boris), Marthe Keller (Christine), Catherine Salée (une amie), Jade Soentjens (Jade), Margaux Soentjens (Margaux), Philippe Jeusette (Goran), Pascal Rogard (Antoine), Lara Seldrum (Alix), Ariane Rousseau (une amie) Francesco Italiano (un ami), Tibo Vandenborre (un ami), Annick Johnson
séances : semaine du mercredi 18 janvier 2017
mercredi 18 jeudi 19 vendredi 20 samedi 21 dimanche 22 lundi 23 mardi 24
18:30*
14:00
18:45
16:15
séance spéciale :
* Festival Télérama / Afcae du 18 au 24 janvier 2017. En échange du Pass, complété de vos noms et adresses, une carte valable pour 2 personnes durant toute la durée de la manifestation vous sera remise à la caisse du cinéma. Sur présentation de cette carte, tous les films du festival Télérama / Afcae sont au tarif de 3,50 € la place (par personne). Tarif unique 3,50 € pour tous grâce au Pass (valable pour 2 personnes) à découper dans le magazine Télérama des 11 et 18 janvier 2017.

synopsis

Après 15 ans de vie commune, Marie et Boris se séparent. Or, c'est elle qui a acheté la maison dans laquelle ils vivent avec leurs deux enfants, mais c'est lui qui l'a entièrement rénovée. A présent, ils sont obligés d'y cohabiter, Boris n'ayant pas les moyens de se reloger. A l'heure des comptes, aucun des deux ne veut lâcher sur ce qu'il juge avoir apporté...

notes de production

Décidément, le cinéaste belge Joachim Lafosse aime les histoires de couples en danger… En 2012, il nous offrait le très remarqué A perdre la raison (1) avec Tahar Rahim et Emilie Dequenne, inspiré de la terrible affaire Geneviève Lhermitte (2), dans lequel une femme oppressée par sa situation familiale finissait par assassiner ses enfants et tentait de se suicider.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%80_perdre_la_raison
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Lhermitte

A l’origine, lorsque le projet en était encore à ses débuts en mai 2015, un certain Roschdy Zem (3) était pressenti pour camper le conjoint de Bérénice Béjo. Il céda finalement sa place à Cédric Kahn.
(3) http://www.citebd.org/spip.php?film1378

Dans le film, Boris n’a pas les moyens de se reloger et le couple est ainsi obligé de continuer à cohabiter ensemble. Pour le cinéaste, il s’agit d’une réalité économique bien dans l’air du temps : le coût des loyers dans les grandes villes est devenu tel qu’énormément de gens mettent du temps à se séparer parce qu’ils ne parviennent pas à se reloger chacun de leur côté. Autrefois, on restait ensemble pour des raisons morales ; aujourd’hui, on le fait pour des raisons financières. Cela dit quelque chose sur notre époque...

Pour se préparer au tournage, Joachim Lafosse a demandé aux comédiens de visionner un film en particulier, Qui a peur de Virginia Woolf ? (4). Le réalisateur explique : je leur ai dit : « nous sommes dans un lieu unique qui nous oblige à trouver le cinéma. Mon rêve serait que vous soyez aussi libres que ce que Mike Nichols a réussi à faire avec Elizabeth Taylor et Richard Burton ». Ce film est pour moi une référence magnifique.
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Qui_a_peur_de_Virginia_Woolf_%3F_(film)

Pour trouver les deux petites filles Jade et Margaux, la directrice de casting a vu une cinquantaine d’enfants, dont l’une des jumelles. Le cinéaste se rappelle : quand je l’ai vue arriver, j’ai aussitôt demandé à sa mère si sa sœur voudrait jouer aussi. Je ne leur ai pas fait passer d’essais. Pour moi, il était évident que des jumelles seraient formidables, qu’elles allaient d’abord jouer ensemble puis avec Bérénice et Cédric. Il s’est avéré qu’elles avaient l’une et l’autre un énorme talent. Il m’est arrivé d’enchaîner quarante ou cinquante prises avec elles. Elles ont suivi : de vraies petites pros.

La maison constitue un personnage à part entière du film mais aussi la preuve tangible de ce qui a été désiré auparavant pour le couple et qui ne l’est plus. Pour concevoir ce décor, Joachim Lafosse a fait appel à Olivier Radot (5), le chef décorateur avec qui il avait travaillé sur son précédent film Les Chevaliers blancs (6). Les deux hommes ont cherché à faire en sorte que ce décor puisse représenter l’amour entre les deux personnages principaux qui se vit difficilement dans le film.
(5) http://www.imdb.com/name/nm0705799/
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Chevaliers_blancs

Joachim Lafosse a utilisé une Stab-One (7), une caméra souple idéale pour filmer en intérieurs. Il s’agit d’un nouvel appareil difficile à utiliser mais qui permet plus de mouvements dans des configurations de plateaux exiguës. Alejandro González Iñárritu l’a d’ailleurs employée pour ses deux derniers films, Birdman (8) et The Revenant (9), en se servant de courtes focales.
(7) http://4k-solutions.com/stabe-one/fr/stabe-one/328-stabe-one.html
(8) http://www.citebd.org/spip.php?film1427
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Revenant

Même si les disputes étaient productives, les rapports entre Joachim Lafosse et Cédric Kahn (lui-même metteur en scène) étaient souvent virulentes comme s’en souvient Bérénice Béjo : le tournage était encore plus difficile pour lui que pour moi : je restais calée sur mon travail de préparation. Lui continuait de défendre de nouvelles idées et cela déclenchait parfois des discussions animées entre Joachim et lui. Comme nous étions tous les deux impliqués dans la mise en scène, il m’est arrivé d’avoir peur que le metteur en scène prenne le pas sur l’acteur. C’était parfois tendu.

Le film a été projeté à la Quinzaine des réalisateurs au festival de Cannes 2016 (10). Le réalisateur Joachim Lafosse est un habitué du festival puisque A perdre la raison y avait été projeté en 2012, et avait permis à l’actrice Emilie Dequenne de remporter le prix d’interprétation féminine dans la catégorie Un certain regard.
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_de_Cannes_2016

Entretien avec Joachim Lafosse
D’où est née l’idée du film ? Comment l’avez-vous écrit ?
L’idée est venue d’une rencontre avec Mazarine Pingeot et d’une envie de filmer le couple. Nous avions tous les deux le désir de montrer les émotions, très fortes, qui sous-tendent les conflits conjugaux et dont l’argent est très souvent le symptôme. Mazarine a l’habitude d’écrire en binôme avec une autre scénariste, Fanny Burdino. Je travaillais de mon côté avec Thomas Van Zuylen. Elles faisaient une version et nous l’envoyaient. Nous la retravaillions et la leur renvoyions. Et ainsi jusqu’à la préparation du film. À partir de là, je n’ai plus travaillé qu’avec Thomas et les comédiens. En ce qui me concerne, l’écriture n’est vraiment terminée qu’une fois le film tourné. Pour être juste, il faut chercher et essayer en permanence ; et, surtout, réussir à se débarrasser des idées pour permettre l’incarnation. L’écriture doit aussi appartenir aux acteurs pour qu’ils puissent s’emparer du jeu avec justesse et le film ne serait pas ce qu’il est sans leur apport...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/l-economie-du-couple,349295

Joachim Lafosse
Né à Uccle le 18 janvier 1975.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Joachim_Lafosse

Fanny Burdino
http://www.imdb.com/name/nm3035083/

Mazarine Pingeot
Née Mazarine-Marie Pingeot le 18 décembre 1974 à Avignon.
Professeur agrégée de philosophie, elle est également chroniqueuse culture...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mazarine_Mitterrand_Pingeot

Thomas Van Zuylen
http://www.imdb.com/name/nm5197831/

Jean-François Hensgens
http://www.imdb.com/name/nm0378110/

Bérénice Bejo
voir fiche du film Fais de beaux rêves
http://www.citebd.org/spip.php?film1763

Cédric Kahn
voir fiche du film Une Vie meilleure
http://www.citebd.org/spip.php?film762

Marthe Keller
voir fiche du film Marathon man
http://www.citebd.org/spip.php?film1532

Catherine Salée
voir fiche du film Melody
http://www.citebd.org/spip.php?film1300

Philippe Jeusette
http://www.imdb.com/name/nm1030304/

Pascal Rogard
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pascal_Rogard

Lara Seldrum
http://www.imdb.com/name/nm6301400/

Ariane Rousseau
http://www.imdb.com/name/nm0745911/

Francesco Italiano
http://www.imdb.com/name/nm5281929/

Tibo Vandenborre
http://www.imdb.com/name/nm2146938/

Annick Johnson
http://www.imdb.com/name/nm4706782/

extrait(s) de presse

Bande à part - Joachim Lafosse filme, avec délicatesse et pragmatisme, la rupture amoureuse et l’éclatement d’une cellule familiale dans "L’Économie du couple", découvert lors de la dernière Quinzaine des réalisateurs à Cannes. Vif et saisissant.
Positif - Le couple et ses déchirures : le sujet n'a évidemment rien de nouveau, mais Joachim Lafosse, en évitant à chaque instant les clichés et le psychologisme, le réinvente sous nos yeux. Et signe un grand film intime qui, au détour de chaque plan, vibre d'une intensité exceptionnelle...
àVoir-àLire - Joachim Lafosse se lance dans une comédie plus comptable que romantique, animée avec virtuosité par une famille de comédiens épatants.
Le Parisien - Bérénice Bejo et Cédric Kahn ne s'économisent pas dans cette « Economie du couple ». Le film possède cette force déchirante des combats qui s'abîment dans leurs derniers feux. Il laissera sa marque.
Télérama - Constamment fluide, aérienne, la mise en scène se fige brutalement lors des moments où le réalisateur semble compter, un à un, les coups qu'échangent ses personnages.
Cinéma teaser - Un huis-clos tenu de main de maître.
Culturebox - Le film brille par l'intelligence d’un scénario original. S’il s’agit d’un huis clos, Lafosse échappe au théâtre filmé grâce à une caméra sobrement mobile, des dialogues bien écrits et vivants, avec une interprétation de tous au diapason.
Le Nouvel obs - Cédric Kahn se montre très à son avantage, descendant et remontant en virtuose une gamme plus étendue que celle parcourue par un scénario médiocrement inventif, qui s'en remet presque exclusivement aux mots, pas assez au cinéma.