paterson - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
musée : pour préserver l’intégrité des œuvres, une température de 20° est requise au sein des espaces d’exposition, aussi prévoyez de vous couvrir pour passer une agréable visite dans nos murs !
accueil > à l'affiche au cinéma > paterson

paterson

Usa - 2016 - 1h58
sorti en France le 21 décembre 2016
Palme dog (Nellie) Cannes 2016
film - version originale sous-titrée en français
de

Jim Jarmusch

scénario : Jim Jarmusch
direction de la photographie : Frederick Elmes
musique ou chansons : Drew Kunin
avec : Adam Driver (Paterson), Golshifteh Farahani (Laura), Nellie (Marvin), Kara Hayward, Sterling Jerins, Trevor Parham (Sam), William Jackson Harper (Everett), Frank Harts (Luis), Barry Shabaka Henley (Doc), Jaden Michael, Brian McCarthy (Jimmy), Rizwan Manji (Donny), Chasten Harmon (Marie), Troy T. Parham (Dave), Johnnie Mae (la femme du Doc), Masatoshi Nagase (poète japonais), Sophia Muller (jeune fille), Owen Asztalos (enfant), Jared Gilman (étudiant), Method man (lui-même)
séances : semaine du mercredi 21 décembre 2016
mercredi 21 jeudi 22 vendredi 23 samedi 24 dimanche 25 lundi 26 mardi 27
14:00
18:30
20:45
14:00
18:30
20:45
14:00
18:30
21:00
11:00*
14:30
18:45
14:00
18:30
20:45
14:00
18:30
20:45
séance spéciale :
* samedi 11h00 matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 28 décembre 2016
mercredi 28 jeudi 29 vendredi 30 samedi 31 dimanche 1er lundi 2 mardi 3
18:30
21:00
18:30
21:00
18:30
21:00
11:00*
18:45
18:30
21:00
21:00
séance spéciale :
* samedi 11h00 matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 4 janvier 2017
mercredi 4 jeudi 5 vendredi 6 samedi 7 dimanche 8 lundi 9 mardi 10
16:15
18:30
18:30
21:00
16:15
21:00
11:00*
19:15
18:30
18:30*
séance spéciale :
* dimanche 11h00 matinale 3,50 €
* mardi 18h30 dernière séance

synopsis

Paterson vit à Paterson, New Jersey, cette ville des poètes, de William Carlos Williams à Allen Ginsberg, aujourd’hui en décrépitude. Chauffeur de bus d’une trentaine d’années, il mène une vie réglée aux côtés de Laura, qui multiplie projets et expériences avec enthousiasme et de Marvin, bouledogue anglais. Chaque jour, Paterson écrit des poèmes sur un carnet secret qui ne le quitte pas…

notes de production

Jim Jarmusch a présenté Paterson au 69e Festival de Cannes (1) où le film a obtenu la Palme dog (2). Le réalisateur était également présent sur la croisette pour Gimme danger (3), un documentaire sur les Stooges, le premier groupe d’Iggy Pop.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_de_Cannes_2016
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Palme_Dog
C’est la première fois dans l’histoire de la cérémonie que la récompense est décernée à titre posthume, Nellie étant décédée quelques mois après la fin du tournage.
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Gimme_Danger

À sa propre initiative, Adam Driver a pris des leçons pour apprendre à conduire un bus pour les besoins du film.
Kara Hayward et Jared Gilman se retrouvent à l’affiche de Paterson après avoir fait leurs touchants débuts ensemble dans Moonrise kingdom (4) de Wes Anderson ; les enfants amoureux sur la plage, ce sont eux !
(4) http://www.citebd.org/spip.php?film967

Jim Jarmusch mûrissait l’idée de Paterson depuis vingt ans déjà.
Les poèmes écrits par Paterson sont en réalité signés Ron Padgett (5), l’un des poètes contemporains préférés de Jim Jarmusch. L’écrivain a écrit certains poèmes pour le film et a autorisé que d’autres pré-existants soient utilisés dans le film.
(5) http://ecrivainsenborddemer.fr/2013/2013/Auteurs/RonPadgett.html
(5) https://en.wikipedia.org/wiki/Ron_Padgett

La conversation que tiennent deux ouvriers du bâtiment dans un bus est une véritable conversation que Jarmusch a entendue et souhaité réemployer dans le film.

Paterson (6) est une véritable ville de l’état du New Jersey aux Usa, la troisième en terme de population avec près de 150 000 habitants. Il s’agit d’une ville plutôt pauvre et qui jouit d’une mauvaise réputation dans le pays, ce qui n’est pas sans rappeler le choix de la ville délabrée de Détroit pour le précédent film de Jarmusch, Only lovers left alive (7).
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Paterson_(New_Jersey)
(7) http://www.citebd.org/spip.php?film1262

Paterson est notamment un hommage au poète américain William Carlos Williams (8), originaire de la région de Paterson, proche de Man Ray (9), Picabia (10) et Duchamp (11), membre du collectif The Others et figure du modernisme américain.
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/William_Carlos_Williams
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Man_Ray
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Francis_Picabia
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Marcel_Duchamp

(...) Paterson, grâce à sa construction musicale (une semaine dans la vie du jeune homme, autant de jours que de nuits, autant de couplets que de refrains). parvient à rendre superflues les notions de progression dramatique, de suspense. ou de coup de théâtre. Une ou deux péripéties miniatures suffisent à ponctuer une chronique à la saveur infiniment plus goûteuse que les éléments qui la composent. Comme un poème. Après les dandys cultivés et noctambules de Only lovers left alive (7), ce sont cette fois des gens simples qui retiennent l’attention de Jarmusch. Comme si la beauté était à la portée de tous. mais pas de n’importe qui. Le tour de force de Paterson, c’est de rester modeste sans être terne, simple sans banalité, humble sans affectation. Tout risque d’emphase des petits riens, de glorification des hommes sans qualité est magnifiquement neutralisé par la qualité du regard du réalisateur. Comment alors ne pas voir en Paterson un bel acte de résistance face à l’agitation cinématographique ambiante ?
Jef Costello in Fiches du cinéma n° 2102 (décembre 2016)

Jim Jarmusch
voir fiche du film Only lovers left alive
http://www.citebd.org/spip.php?film1262

Frederick Elmes
Né le 4 novembre 1946 à Mountain Lakes (New Jersey).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Frederick_Elmes

Drew Kunin
http://www.imdb.com/name/nm0475168/

Adam Driver
voir fiche du film Hungry hearts
http://www.citebd.org/spip.php?film1410

Golshifteh Farahani
voir fiche du film Les Deux amis
http://www.citebd.org/spip.php?film1533

Nellie
https://www.rtbf.be/info/insolites/detail_cannes-2016-nellie-la-chienne-de-paterson-de-jim-jarmusch-recoit-la-palm-dog-a-titre-posthume?id=9303793

Kara Hayward
voir fiche du film Moonrise kingdom
http://www.citebd.org/spip.php?film967

Sterling Jerins
http://www.imdb.com/name/nm3606106/

Trevor Parham
http://www.imdb.com/name/nm3571226/

William Jackson Harper
http://www.imdb.com/name/nm2860379/

Frank Harts
http://www.imdb.com/name/nm1320715/

Barry Shabaka Henley
Né le 15 septembre 1954 à La Nouvelle-Orléans.
http://www.imdb.com/name/nm0377106/

Jaden Michael
http://www.imdb.com/name/nm3663271/

Brian McCarthy
http://www.imdb.com/name/nm5359238/

Rizwan Manji
http://www.imdb.com/name/nm0542492/

Chasten Harmon
http://www.imdb.com/name/nm3779256/

Troy T. Parham
http://www.imdb.com/name/nm3571315/

Johnnie Mae
http://www.imdb.com/name/nm1949214/

Masatoshi Nagase
http://www.imdb.com/name/nm0619185/

Owen Asztalos
http://www.imdb.com/name/nm7690155/

Jared Gilman
http://www.imdb.com/name/nm4442068/

Method man
Né Clifford Smith le 2 mars 1971 à Hempstead.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Method_Man

extrait(s) de presse

Télérama - (...) le réalisateur nous offre un long-métrage des plus poétiques. D'une simplicité et d'une puissance remarquables.
Le Quotidien - Une fois encore, avec "Paterson", son douzième film, Jim Jarmusch propose un cinéma d’élégance sur un sujet comme la vie heureuse et le bonheur. Un bel exemple de cinéma zen.
Les Inrocks - Membre de l’aristocratie cannoise depuis la révélation de "Stranger than Paradise" à la Quinzaine 1984, Jim Jarmusch revient saupoudrer la Croisette de son dandysme rock’n’rollien précieux et de son élégance minimaliste...
Le Monde - "Paterson" : vers libres et lignes de bus...
Cahiers du cinéma - C’est une culture différente donc de la cinéphilie à la française, où le cinéma nourrit surtout le cinéma. Poésie et musique sont aussi importantes pour Jarmusch et offrent d’autres modèles de pensée, de structure, d’inspiration, de vie...
Camera obscura - Rien n’est banal dans "Paterson", tout est ambivalent...
Clap - Avec "Paterson", ode à la poésie et à la rêverie, Jarmush prouve encore une fois qu’il est un immense réalisateur.