l’emprise des ténèbres - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
musée : pour préserver l’intégrité des œuvres, une température de 20° est requise au sein des espaces d’exposition, aussi prévoyez de vous couvrir pour passer une agréable visite dans nos murs !
accueil > à l'affiche au cinéma > l’emprise des ténèbres

l’emprise des ténèbres

The Serpent and the rainbow
Usa - 1988 - 1h38
sorti en France le 11 mai 1988
interdit aux moins de 12 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Wes Craven

scénario : Richard Maxwell, Adam Rodman
d'après l'oeuvre de : Wade Davis
direction de la photographie : John Lindley
musique ou chansons : Brad Fiedel
avec : Bill Pullman (Dr. Dennis Alan), Cathy Tyson (Marielle Duchamp), Zakes Mokae (Dargent Peytraud), Paul Winfield (Lucien Céline), Brent Jennings (Louis Mozart), Conrad Roberts (Christophe), Badja Djola (Gaston), Theresa Merritt (Simone), Michael Gough (Schoonbacher), Paul Guilfoyle (Andrew Cassedy), Dey Young (Mrs. Cassedy), Aleta Mitchell (Célestine), William Newman (un missionnaire français), Evencio Mosquera Slaco (un vieux shaman), Kimberleigh Aarn (Margrite), Jaime Pina Gautier (Julio)
séances : semaine du mercredi 14 décembre 2016
mercredi 14 jeudi 15 vendredi 16 samedi 17 dimanche 18 lundi 19 mardi 20
20:30*
séance spéciale :
* ciné jeudi : "vaudou trip" - en partenariat avec Hidden circle - tarif 3,50 €

synopsis

Denis Allan, un anthropologue diplômé de Harvard, est de retour à Boston après un long séjour en Amazonie, où il a pu étudier et expérimenter les drogues utilisées par les chamanes. Un représentant d'une entreprise pharmaceutique lui propose alors de se rendre en Haïti, en quête d'une hypothétique substance utilisée par les sorciers vaudous pour zombifier leurs victimes. En effet, si les rumeurs sur les zombis sont fondées et qu'une telle drogue existe, ses applications dans le domaine de l'anesthésie seraient des plus intéressantes...

notes de production

Comme le précise le générique de The Serpent and the rainbow, le titre, qui signifie littéralement le serpent et l’arc-en-ciel, est inspiré de légendes vaudou (1) et renvoie à la condition humaine : le serpent symbolise la Terre, l’arc-en-ciel le Paradis. Entre les deux, toute créature doit vivre et mourir. Mais, parce qu’il a une âme, l’homme peut se retrouver emprisonné en un lieu atroce, où la mort n’est qu’un commencement.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Vaudou

The Serpent and the rainbow est tiré d’un livre de Wade Davis, qui s’était lui-même basé sur sa propre expérience. Ce biologiste avait en effet mené la première enquête scientifique sur les célèbres zombies (2) très présents dans la religion vaudoue (1), cherchant la cause de ces mythes dans les effets provoqués par certaines substances végétales : la plupart des personnes qui jouent des vaudous (1) sont celles que Wade Davis a croisées pendant son enquête, indique Wes Craven.
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Zombie

Wes Craven raconte que son scénariste, Richard Maxwell, a été zombifié (3) par un sorcier lors du tournage de The Serpent and the rainbow. En effet, ce dernier souhaitait rencontrer la personne qui avait expliqué au scientifique Wade Davis le processus de zombification (3). Fasciné par la culture vaudou (1), Maxwell a fini par demander au sorcier de l’initier à ses rituels, ce à quoi l’homme lui a rétorqué : tu le seras : il faut croire que Richard a bien été drogué pendant cette entrevue, car il s’est comporté comme un fou pendant une bonne semaine. Il s’est enfermé dans sa chambre, ne s’habillant plus, et prétextant qu’il devait se concentrer pour pouvoir écrire. Le premier jour de tournage, j’ai été réveillé à 5 heures du matin par le son de quelqu’un qui frappait à ma porte, puis par des bruits venant du toit et du patio. Je suis allé ouvrir la porte et j’ai trouvé Richard abasourdi, hagard, mal rasé, un tas de mégots de cigarettes à ses pieds. Il avait passé la moitié de la nuit-là. Il m’a dit : je voulais juste te souhaiter bonne chance car les vaudous (1) et les producteurs sont tous contre moi et veulent me tuer. On a dû le rapatrier d’urgence aux Usa. Quatre jours plus tard, il s’est réveillé, lucide, et le seul souvenir qui lui restait de ce trip était les mots qu’avait prononcés le sorcier : tu le seras ! relate le cinéaste.
(3) http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/62189/La-zombification-est-elle-un-phenomene-encore-inexplicable

Wes Craven était un cinéaste qui a révolutionné le genre horrifique dans les années 70-80 avec son style réaliste et ses histoires tirées de faits réels avec un fond politico-social derrière, à l’instar d’un George A. Romero (4). Pour Craven, les zombies présents dans la culture vaudou (1) n’ont rien de surnaturel, mais sont le résultat d’une domination politique, c’est le thème qu’a voulu traiter le réalisateur dans The Serpent and the rainbow.
(4) http://www.citebd.org/spip.php?film1790
Wes Craven était un cinéaste déjà reconnu en 1987 avec à son actif des succès comme La Dernière maison sur la gauche (5), La Colline a des yeux (6), La Créature du marais (7) ou Les Griffes de la nuit (8). The Serpent and the rainbow était un projet plus personnel pour lui et pour le réaliser, il a pu bénéficier d’un budget conséquent, le plus gros de sa carrière à l’époque (environ 7 millions $).
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Derni%C3%A8re_Maison_sur_la_gauche_(film,_1972)
(6) http://www.citebd.org/spip.php?film1800
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Cr%C3%A9ature_du_marais_(film)
(8) http://www.citebd.org/spip.php?film1168

Le tournage de The Serpent and the rainbow, prévu en Haïti (9) en 1987, a été maintenu sur l’île malgré le contexte politique instable de l’époque. En effet, une guerre civile de 9 mois venait de se terminer et l’ordre était entre les mains de l’armée et des prêtres vaudou (1) : nous avons donc engagé des militaires et nous avons convaincu les prêtres que le film traiterait du culte vaudou (1) de manière respectueuse. On nous a alors conduits jusqu’au soi-disant prêtre le plus puissant de l’île qui a consenti à nous accorder sa protection et nous a délivré en quelque sorte une autorisation de tournage dans certaines parties de l’île, confie Wes Craven. Le prêtre souhaitait également en échange des chaînes en or provenant des Usa ; le réalisateur, sans hésiter, a fait une razzia dans une bijouterie de Beverly hills pour le satisfaire. Malgré toutes ces précautions, le tournage a dû se poursuivre sur l’île de Saint-Domingue, l’équipe du film ayant reçu des menaces de mort.
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_d’Ha%C3%AFti

La bande originale du film, éditée uniquement en vinyle à l’exception de quelques CD, fait partie des plus rares et recherchées.
À l’origine, Wade Davis avait donné son accord pour céder les droits de son livre seulement si Peter Weir (10) en réalisait l’adaptation, avec Mel Gibson (11) dans le rôle principal. Rien de tout cela ne s’est finalement produit.
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Peter_Weir
(11) http://www.citebd.org/spip.php?film1576

Les pratiques dangereuses comme la zombification (3) sont l’apanage d’une secte. Ces zombies (2) existent réellement : ce sont des personnes qui ont été empoisonnées avec un psychotrope (12) appelé tétrodotoxine (13) qui agit comme un anesthésiant. Le cœur continue à battre mais de manière si faible que le corps paraît inerte. Et comme en Haïti, les corps sont enterrés rapidement faute de réfrigération et de traitement, les victimes de la drogue sont elles-mêmes assez vite enterrées. La zombification (3) se déroule de la manière suivante. D’abord, ils vous assomment avec la tétrodotoxine et vous font passer pour mort. Vous êtes donc enterrés, puis vous vous réveillez dans le cercueil et suffoquez. Ils vous sortent de là en toute dernière minute. Commence alors un autre processus. Ils vous injectent une drogue hallucinogène très puissante, le daturo, à doses régulières, en vous répétant qu’ils vous ont volé votre âme, jusqu’à vous rendre fou, persuadé que vous êtes devenu un mort-vivant. C’est comme si vous aviez pris 200 acides (14) d’un seul coup. Vos proches vous croient réellement mort, alors vous errez comme un vagabond dans un état de confusion mentale totale, avec un air de zombie, explique le metteur en scène.
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Psychotrope
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9trodotoxine
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/LSD

(...) Davis cède les droits de son ouvrage alors que le projet d’adaptation est encore dévolu à Peter Weir (avec Mel Gibson dans le rôle de l’aventurier). Il ne sera pas exactement satisfait du traitement qu’en tire Craven après que celui-ci ait récupéré les options du livre. Un élément de perplexité possible devant L’Emprise des ténèbres tient au fait que le récit, construit autour de deux trajets d’un anthropologue à Haïti, paraît contenir deux films différents en son sein. Le premier, loin de l’attitude anti-scientifique prévalente dans le cinéma fantastique, décrit une exploration des pratiques vaudous (1) mise en parallèle avec les données empiriques qui éclairent le phénomène. Visitations, épisodes hallucinatoires, subjectivement filmés, dialoguent avec un principe de réalité servant de fil conducteur. Jusque-là, Craven donne dans un pédagogisme romancé...
Il n’est pas interdit de s’inspirer d’évènements réels pour en tirer de l’épouvante spectaculaire (Conjuring (15) le fait à merveille, Deliver us from evil (16) à sa mesure y parvient également), mais de conclure sur ce ton quand les prémisses travaillent une autre approche, plus soucieuse de plausibilité, empêche de savoir exactement sur quel pied danser...
http://www.dvdclassik.com/critique/l-emprise-des-tenebres-craven
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/Conjuring_:_Les_Dossiers_Warren
(16) https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9livre-nous_du_mal_(film,_2014)

On savait depuis Les Griffes de la nuit (8) que Wes Craven était passionné par l’exploration de ces mondes parallèles engendrés par les forces et les pouvoirs occultes de l’individu. Ce Serpent and the rainbow ne fait pas exception à la règle et se veut une approche quasi scientifique du thème du vaudou (1) revenu, depuis quelque temps, à la mode cinématographique...
Tourné à Haïti (9) même dans des conditions particulièrement éprouvantes, The Serpent and the rainbow se situe néanmoins largement au-dessus de la production fantastique courante et fera les délices des amateurs de cauchemars éveillés...
Philippe Ross in La Saison cinématographique 1988

Wes Craven
voir fiche du film Les Griffes de la nuit
http://www.citebd.org/spip.php?film1168

Richard Maxwell
http://www.imdb.com/name/nm0561802/

Adam Rodman
http://www.imdb.com/name/nm0800834/

Wade Davis
Né le 14 décembre 1953 à Vancouver.
Célèbre anthropologue canadien dont le livre sert de base à Wes Craven pour réaliser son film...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Wade_Davis_(anthropologue)

John Lindley
Né le 17 novembre 1951 à New York.
https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Lindley_(directeur_de_la_photographie)

Brad Fiedel
voir fiche du film Terminator
http://www.citebd.org/spip.php?film1477

Bill Pullman
voir fiche du film The Killer inside me
http://www.citebd.org/spip.php?film444

Cathy Tyson
http://www.imdb.com/name/nm0879154/

Zakes Mokae
Né Zakes Makgona Mokae à Johannesburg le 5 août 1934, décédé à Las Vegas le 11 septembre 2009.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Zakes_Mokae

Paul Winfield
voir fiche du film Terminator
http://www.citebd.org/spip.php?film1477

Brent Jennings
http://www.imdb.com/name/nm0421116/

Conrad Roberts
http://www.imdb.com/name/nm0730959/

Badja Djola
Né le 9 avril 1948 à New York et décédé le 8 janvier 2005 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Badja_Djola

Theresa Merritt
Née le 24 septembre 1924 à Emporia (Virginie), décédée le 12 juin 1998 à New York.
http://www.imdb.com/name/nm0581449/

Michael Gough
voir fiche du film Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête
http://www.citebd.org/spip.php?film407

Paul Guilfoyle
Célèbre pour son rôle du capitaine Jim Brass dans la série Les Experts...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Guilfoyle

Dey Young
Née le 28 juillet 1955 à Bloomfield hills (Michigan).
http://www.imdb.com/name/nm0949477/

Aleta Mitchell
http://www.imdb.com/name/nm0593107/

William Newman
http://www.imdb.com/name/nm0628309/

Kimberleigh Aarn
http://www.imdb.com/name/nm0007436/

extrait(s) de presse

Télérama - Derrière le clinquant et les sourires, les films d'horreur du réalisateur américain dénoncent avec humour la monstruosité de la société américaine...
Terreurvision - (...) Craven signait là l'un de ses films les plus ouvertement engagés, et sans doute l'une des pièces maitresses de sa filmographie. Elle est ici proposée dans une copie restaurée à découvrir de toute urgence.
Critikat - "The Serpent and the rainbow" est certainement l’un des films les plus « fantastiques » de Wes Craven au sens propre du terme...
Cinéma fantastique - "L’Emprise des ténèbres" mérite une mention honorable pour les paris osés qu’elle a pleinement poursuivis et réussis…
àVoir-àLire - Et si "L’Emprise des ténèbres" était l’un des meilleurs films de Wes Craven ?
Dvd classik - "L’Emprise des ténèbres" frappe par son sérieux documenté...
Horreur - Un très bon film de Wes Craven et pourtant pas le plus connu. A voir absolument !
Le coin des critiques - Il est indispensable, si l’on apprécie le réalisateur, de voir "L’Emprise des ténèbres". Il prouve en effet pour ses détracteurs que non, Craven n’est pas surestimé et qu’il nous manque déjà beaucoup…