la machine à explorer le temps - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > la machine à explorer le temps

la machine à explorer le temps

ciné répertoire
The Time machine
Usa - 1960 - 1h43
sorti en France le 7 décembre 1960
Oscar 1961 des meilleurs effets spéciaux (Gene Warren et Tim Baar)
copie 35mm
film - version originale sous-titrée en français
de

George Pal

scénario : David Duncan
d'après l'oeuvre de : H. G. Wells
direction de la photographie : Paul Vogel
musique ou chansons : Russell Garcia
avec : Rod Taylor (George), Alan Young (David Filby / James Filby),Yvette Mimieux (Weena), Sebastian Cabot (Dr Philip Hillyer), Tom Helmore (Anthony Bridewell), Whit Bissell (Walter Kemp), Doris Lloyd (Mme Watchett)
séances : semaine du mercredi 23 novembre 2016
mercredi 23 jeudi 24 vendredi 25 samedi 26 dimanche 27 lundi 28 mardi 29
20:30*
séance spéciale :
* en présence de Thierry Leprévost (dessinateur de Monster club tome 1) - séance présentée par Hidden circle dans le cadre du festival "Le Rayon fantastique" - tarif 3,50€

synopsis

Un scientifique vivant à l'époque victorienne fabrique une machine à voyager dans le temps et voyage loin dans le futur. Il s'aperçoit alors que la race humaine s'est divisée en deux espèces, une vivant à la surface, et l'autre sous terre. Quand sa machine est volée par le peuple souterrain cannibale, il doit risquer sa vie pour retourner dans son époque...

notes de production

L’anecdote est célèbre. Mais elle est trop belle pour ne pas la citer à nouveau ! C’est en 1895, année de l’invention du cinéma (1), que le britannique Herbert George Wells publie son roman La Machine à explorer le temps (2), premier ouvrage de science-fiction de ce père fondateur du genre ! Un roman qui connut un énorme succès et orienta définitivement la carrière de cet écrivain vers l’anticipation...
(1) http://www.histoire-pour-tous.fr/inventions/2662-linvention-du-cinema-cinematographe-1895.html
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Machine_%C3%A0_explorer_le_temps
Lorsqu’il s’est agi de transcrire l’histoire de La Machine à explorer le temps, George Pal et le scénariste David Duncan ont, à un moment, envisagé de moderniser l’intrigue, en faisant de George, le voyageur du temps, un homme contemporain, vivant en 1960. Une telle modernisation aurait été dans le même sens que celle opérée pour La Guerre des mondes (3). Pourtant, ils renoncent et écrivent une œuvre de science-fiction rétrospective, s’inscrivant aux alentours de 1900, en plein âge victorien.
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Guerre_des_mondes
Il faut dire qu’entre-temps est passé 20.000 lieues sous les mers (4), classique du genre dont le succès entraîna la création d’autres films inspirés par Jules Verne se déroulant dans son époque d’origine : De la terre à la lune (5) de Byron Haskin, ou encore Voyage au centre de la terre (6) de Henry Levin. Pal troque donc Jules Verne contre H.G. Wells, son collègue britannique, et l’on ne s’étonne pas qu’il ait un temps été envisagé de confier le rôle de George à James Mason, interprète de Nemo dans 20.000 lieues sous les mers (7) ou de Lindenbrook dans Voyage au centre de la terre (6) !
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Vingt_mille_lieues_sous_les_mers
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/De_la_Terre_%C3%A0_la_Lune_(film,_1958)
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Voyage_au_centre_de_la_Terre_(film,_1959)
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Vingt_mille_lieues_sous_les_mers_(film,_1954)
Pour transposer le roman de Wells à l’écran, certains aménagements sont effectués. Dans le roman, le voyageur se rend directement dans le futur lointain où cohabitent les blonds Elois et les sinistres Morlok (8). Pal choisit de rajouter deux étapes dans son trajet. George fait d’abord une pause en 1917, où il apprend la terrible réalité de la première guerre mondiale (9). Puis, il arrive en 1966 (six ans après la sortie du film, donc), et découvrent que s’y tient une troisième guerre mondiale au cours de laquelle des satellites lancent des bombes atomiques sur Londres !
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Morlock
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Premi%C3%A8re_Guerre_mondiale
Deux épisodes qui, sans être indispensables à la suite des évènements, permettent à George Pal d’attribuer à l’histoire une dimension prophétique, en particulier sur l’atome (10), que ne pouvait avoir le livre de Wells sorti en 1895. Surtout, ils dessinent avec intelligence l’histoire d’amitié entre George et son compère Filby, un sympathique écossais qui nous est présenté au début du film et dont le héros va rencontrer les descendants au cours de ses voyages. Il apprendra ainsi à quel point son ami a été fidèle et loyal à sa mémoire, des années après sa disparition à bord de sa machine à explorer le temps...
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Atome
Pour restituer les images étonnantes que contemplent George lors de ses bonds temporels, George Pal déploie tout un attirail d’effets spéciaux classiques, certes, mais employés avec goût et un vrai sens de la poésie. Animation image par image, prise de vue passée en accélérée, rétroprojections... Autant de procédés simples qui nous permettent de voir changer les saisons à toute vitesse, d’assister au déplacement d’un escargot à la vitesse d’un bolide, ou encore de suivre la course du soleil, lequel parcourt dans le ciel en quelques secondes la distance qu’il couvre normalement en douze heures...
http://devildead.com/indexfilm.php3?FilmID=1285&NamePage=machine-a-explorer-le-temps--la--the-time-machine-

Sur la plaque du panneau de contrôle de la machine, on peut lire : manufactured by H George Wells.
La lave dans le centre-ville de Londres en 1966 était de la farine d’avoine à l’orange enduite d’un colorant rouge que l’on avait répandue sur une plate-forme et que l’on faisait descendre vers une maquette miniature.
Lorsque George arrive en 802 701, sa machine indique la date du mercredi 12 octobre. C’est la date anniversaire de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb (11).
(11) https://www.herodote.net/12_octobre_1492-evenement-14921012.php
George Pal avait prévu une suite à ce film mais les scénarios présentés à la Metro-Goldwyn-Mayer (12) ont été rejetés.
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Metro-Goldwyn-Mayer
L’une des erreurs (13) les plus évidentes du film est le fait que les voitures du Londres de 1966 sont de marque américaine et que leur volant est du côté gauche.
Le film mentionne la Seconde Guerre mondiale, alors que la référence anglo-saxonne du roman est sa ré-écriture de 1924 qui ne mentionne que la première. Dans sa version originale, l’explorateur ne fait aucune étape.
(13) http://www.erreursdefilms.com/sf/voir-toutes-les-erreurs-Machine-%C3%A0-explorer-le-temps-(La)-MEXP.html
Alan Young est le seul acteur à apparaître à la fois dans ce film et dans le remake de 2002 (14). C’est l’arrière petit-fils d’H.G. Wells, Simon Wells, qui réalise le remake du film de George Pal.
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Machine_%C3%A0_explorer_le_temps_(film,_2002)

Le générique de début de Retour vers le futur (15) (une succession de plans d’horloges et de montres) est un clin d’œil appuyé au film de George Pal qui débute de la même façon.
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/Retour_vers_le_futur
Après une première version tv réalisée en 1949 par Robert Barr avec Russel Napier, et The Time machine (16) dirigé par Henning Schellerup en 1978 également pour la tv, La Machine à explorer le temps est la première adaptation cinématographique du roman de H.G. Wells. Il permit à Gene Warren et Tim Baar de remporter l’Oscar 1961 (17) des meilleurs effets spéciaux.
(16) https://en.wikipedia.org/wiki/The_Time_Machine_(1978_film)
(17) https://fr.wikipedia.org/wiki/33e_c%C3%A9r%C3%A9monie_des_Oscars
Après avoir pensé à Paul Scofield (18), Michael Rennie (19) ou James Mason (20), le réalisateur George Pal choisi finalement Rod Taylor pour jouer l’écrivain moderne de science-fiction. Si il interprète ici son premier grand rôle, il sera trois ans plus tard au sommet de sa carrière avec son rôle principal dans Les Oiseaux (21) d’Alfred Hitchcock. A ses côtés, la superbe Yvette Mimieux (mineure lorsque le tournage a commencé, elle a eu 18 ans pendant le tournage), d’origine paternelle française, tient ici son premier véritable rôle. Elle fît plusieurs fois la première page de magazines américains de renom tels que Look (22) ou encore Life (23).
(18) https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Scofield
(19) https://fr.wikipedia.org/wiki/Michael_Rennie
(20) http://www.citebd.org/spip.php?film1542
(21) http://www.citebd.org/spip.php?film1787
(22) https://fr.wikipedia.org/wiki/Look_(magazine)
(23) https://fr.wikipedia.org/wiki/Life

Dans le film intitulé C’était demain (24), le personnage de H. G. Wells est joué par l’acteur britannique Malcolm McDowell qui part à la recherche de Jack l’Éventreur après que ce dernier lui ait volé sa machine à voyager dans le temps. Il se retrouve alors à San Francisco en 1979.
(24) https://fr.wikipedia.org/wiki/C%27%C3%A9tait_demain
Dans un épisode des Enquêtes de Murdoch (25), Wells apparaît comme membre d’une société défendant l’eugénisme et essaye de séduire Julia.
(25) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Enqu%C3%AAtes_de_Murdoch

George Pal
Né György Pál Marczincsák le 1er février 1908 à Cegléd (Hongrie), décédé le 2 mai 1980 à Beverly Hills.
Spécialiste de l’animation en volume, il obtient cinq Oscar pour l’ensemble de son œuvre...
https://fr.wikipedia.org/wiki/George_Pal

David Duncan
Né le 17 février 1913 à Billings (Montana) et décédé le 27 décembre 1999 à Everett (État de Washington).
Connu pour ses œuvres de science-fiction au cinéma, sa carrière de scénariste débute avec Sangaree, le premier film en 3-D de la Paramount...
https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Duncan

H. G. Wells
Né Herbert George Wells le 21 septembre 1866 à Bromley (Kent) et décédé le 13 août 1946 à Londres.
Considéré comme le père de la science-fiction contemporaine, il fut également l’auteur de nombreux romans de satire sociale, d’œuvres de prospective, de réflexions politiques et sociales ainsi que d’ouvrages de vulgarisation touchant aussi bien à la biologie, à l’histoire qu’aux questions sociales...
https://fr.wikipedia.org/wiki/H._G._Wells

Paul Vogel
Né Paul C. Vogel) le 22 août 1899 à New York, décédé le 24 novembre 1975 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Vogel

Russell Garcia
Né le 12 avril 1916 à Oakland (Californie), décédé le 20 novembre 2011 en Nouvelle-Zélande.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Russell_Garcia

Rod Taylor
voir fiche du film Les Oiseaux
http://www.citebd.org/spip.php?film1787

Alan Young
Né le 19 novembre 1919 à North Shields (Gb) et décédé le 19 mai 2016 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Alan_Young_(acteur)

Yvette Mimieux
Née le 8 janvier 1942 à Los Angeles.
Premier rôle au cinéma est dans La Machine à explorer le temps, le reste de sa carrière est composé de films de moindre importance, avant qu’elle s’oriente essentiellement vers des rôles pour la télé...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Yvette_Mimieux

Sebastian Cabot
Né le 6 juillet 1918 à Londres, décédé le 22 août 1977 à North Saanich (Canada).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sebastian_Cabot

Tom Helmore
Né le 4 janvier 1904 à Londres, décédé le 12 septembre 1995 à Longboat Key (Floride).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Tom_Helmore

Whit Bissell
voir fiche du film L’Étrange créature du lac noir
http://www.citebd.org/spip.php?film947

Doris Lloyd
Née Hessy Doris Lloyd le 3 juillet 1896 à Liverpool, décédée le 21 mai 1968 à Santa Barbara (Californie).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Doris_Lloyd

extrait(s) de presse

Critikat - (...) "La Machine à remonter le temps" fait penser à nombre de films de voyages de science-fiction, que ce soit au centre de la Terre, à l’intérieur du corps humain ou encore vers le futur...
Filmosphère - Une œuvre qui conserve encore aujourd’hui son pouvoir de fascination, grâce au soin artistique apporté par la brillante équipe qui l’a créée. Un classique intemporel.
Cinéma fantastique - "La Machine à explorer le temps" est un délicieux spectacle familial savoureusement immersif et totalement dépaysant. Un classique vintage impérissable ayant facilement réussi à transcender les altérations du temps.
Devil dead - "La Machine à explorer le temps" constitue un des sommets de la carrière de ce grand nom du fantastique que fut Mister George Pal !
Mystère & insolite - Cette irrésistible merveille de fantaisie et d’anticipation post-apocalyptique n’a rien perdu de son charme et de sa magie suintant de chaque péripétie superbement imagée.