as i lay dying - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > as i lay dying

as i lay dying

Usa - 2013 - 1h50
section "Un certain regard" Cannes 2013
avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
film - version originale sous-titrée en français
de

James Franco

scénario : James Franco
d'après l'oeuvre de : William Faulkner
direction de la photographie : Christina Voros
avec : James Franco (Darl Bundren), Logan Marshall-Green (Jewel), Danny McBride (Vernon Tull), Tim Blake Nelson (Anse), Ahna O'Reilly (Dewey Dell), Beth Grant (Addie Bundren), Jim Parrack (Cash), Jesse Heiman (Jody), Casey Dillard (Addie, jeune), Scott Haze (Skeet MacGowan), Jessica Lemon Wilkinson (Mme Armstid), Brian Lally (Dr. Peabody), Cameron Spann (Lafe), Kenny Cook (Grummet), Brady Permenter (Vardaman Bundren)
séances : semaine du mercredi 23 novembre 2016
mercredi 23 jeudi 24 vendredi 25 samedi 26 dimanche 27 lundi 28 mardi 29
21:15*
séance spéciale :
* ven 25 à 20h30 : "Les auteurs se font une toile" - rencontre avec Christophe Bagonneau autour de son livre "Ethiopiques" - à l’issue de la projection, vente de livres et signature soirée en partenariat avec le Centre du livre et de la lecture en Poitou-Charentes - tarif unique 3,50 €

synopsis

Après le décès d’Addie, son mari et ses cinq enfants entament un long périple à travers le Mississippi pour accompagner la dépouille jusqu’à sa dernière demeure. Anse, le père, et ses enfants quittent leur ferme sur une charrette où ils ont placé le cercueil. Chacun d’eux, profondément affecté, vit la mort d’Addie à sa façon. Leur voyage jusqu’à Jefferson, la ville natale de la défunte, sera rempli d’épreuves, imposées par la nature ou le destin…

notes de production

Ne pas confondre avec As I lay dying (parfois abrégé en Aild) (1), un groupe de metalcore étatsunien, originaire de San Diego.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/As_I_Lay_Dying

As I lay dying est la transposition pour le cinéma du roman éponyme de William Faulkner (en français Tandis que j’agonise) (2), réputé inadaptable. C’est sa première adaptation cinématographique, et par ailleurs, le dernier long métrage adapté de Faulkner remonte à une cinquantaine d’années...
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Tandis_que_j%27agonise
William Faulkner a écrit Tandis que j’agonise en six semaines, alors qu’il travaillait dans une centrale électrique, et la légende veut qu’il n’en ait pas changé un seul mot. Publié en 1930, Tandis que j’agonise est le cinquième roman de l’écrivain. Il compte 15 narrateurs différents et 59 chapitres...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/as-i-lay-dying,288503

La structure du film diffère de celle du roman. Dans un film, on peut se glisser dans la tête des personnages et explorer leur voix intérieure, mais il faut que ce soit intégré de manière fluide dans le récit car un film ne fonctionne pas de la même manière qu’un roman. (…) Mon travail a consisté à (...) traduire les procédés littéraires utilisés par William Faulkner en techniques cinématographiques, commente le réalisateur. Les deux techniques principalement employées par Franco dans son film sont la technique du split-screen (3), et celle de la voix-off (4). Au sujet de la voix-off, le cinéaste précise : j’étais conscient que celle-ci devait être originale (...) car le flot de pensées qui se déverse dans le roman n’a rien à voir avec un monologue intérieur conventionnel, il est complexe et dépasse la capacité d’expression des personnages.
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cran_divis%C3%A9
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Voix_off

Comme l’explique le producteur Vince Jolivette (5), obtenir les droits du roman n’a pas été une mince affaire, et cela a pris du temps - beaucoup de temps : nous avons contacté les ayants droit de William Faulkner, mais à l’époque, il y avait quelques problèmes concernant les droits. Il a fallu cinq ans pour régler ces questions, et deux années de plus pour venir à bout du scénario et trouver les fonds nécessaires à la réalisation du film.
(5) http://www.imdb.com/name/nm0006683/

Vince Jolivette (5) raconte que la première version du scénario qu’avait écrite James Franco comportait 170 pages, ce qui était encore trop long. Nous avons fait parvenir le script à l’un de ses amis, Matt Rager (6), doctorant à Yale [Franco et lui s’étaient rencontrés sur les bancs de l’Université de Yale] (7), qui est auteur et se spécialise dans l’adaptation de romans sous forme de scénarios. Il nous a renvoyé ses réflexions, et en les étudiant, nous nous sommes dit que le mieux serait de le laisser le retravailler (...)", confie le producteur. Quatre mains ont donc participé au scénario de As I lay dying.
(6) http://www.imdb.com/name/nm5775490/
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Universit%C3%A9_Yale

Logan Marshall-Green, qui tient le rôle du troisième des cinq enfants Bundren, raconte que pour lui, la séquence dans laquelle il doit creuser la tombe de sa mère a été la plus éprouvante physiquement : la tombe qu’on nous voit creuser dans le film, c’est celle que James [Franco] et moi avons passé l’après-midi à creuser (...). Il ne s’est pas contenté de filmer le premier coup de pelle, puis de couper et de reprendre une fois que la tombe est terminée. Nous l’avons vraiment creusée de nos mains, sous un soleil de plomb, ruisselants de sueur, et à la fin de la journée, je peux vous dire que nous savions combien il est épuisant de creuser une tombe. J’ai toujours les traces des ampoules que je me suis faîtes ce jour-là (...).

Le tournage étant conditionné par un budget très serré et, par conséquent, une durée très réduite, le réalisateur et son producteur se sont entourés d’amis acteurs acceptant le projet avec ses contraintes, prêts à faire un effort pécunier autant qu’à ne pas rechigner à la tâche. Tous les acteurs du film sont donc soit des amis du réalisateur, soit des acteurs locaux !
En raison du peu de moyens dont l’équipe disposait pour réaliser le film, le tournage de As I lay dying n’a duré que 25 jours, il a donc fallu que tout le monde coopère et soit efficace !
Le tournage de As I lay dying n’a pas été de tout repos, et les acteurs ont même pris un certain nombre de risques, notamment lorsqu’ils ont réalisé une cascade extrêmement dangereuse dans une rivière à très fort courant. Ils ont également affronté, pour les besoins du film, l’incendie d’une grange !

As I lay dying a été tourné dans l’État du Mississippi, duquel était originaire William Faulkner. Cela constitue donc un hommage, mais le choix du Mississippi s’explique aussi par les aides financières à la production qui ont été accordées au film par la région. L’équipe du film a bénéficié d’un accueil très chaleureux de la population locale : une famille a par exemple hébergé quatre de nos acteurs, ils possédaient un grand domaine parsemé de petites dépendances où les comédiens se sont installés. Ils ont par ailleurs mis leur avion privé à notre disposition, si jamais un membre de l’équipe en avait besoin ! raconte le producteur Vince Jolivette.

Jam Parrack, connu par le public pour avoir incarné sur le petit écran l’un des personnages de la série d’Hbo True blood (8), interprète l’aîné de la fratrie, Cash, qui a un réel talent pour la menuiserie et doit construire, à sa demande, le cercueil de sa mère. Six semaines de préparation lui ont permis d’appréhender cet aspect du rôle. Je ne connaissais rien à la menuiserie, je ne suis ni bricoleur ni manuel, j’ai donc dû apprendre avec des professionnels. Lorsque je suis arrivé dans le Mississippi, j’ai passé beaucoup de temps en compagnie du chef accessoiriste du film, pour qu’il m’enseigne les gestes de Cash, précise le comédien.
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/True_Blood

Le père de la famille Bundren est joué par l’acteur Tim Blake Nelson. Ce dernier a dû prêter son visage à un long travail de grimage, chaque matin, afin d’entrer dans la peau d’Anse Bundren. Le maquillage, la coiffure et la pose de la bosse de mon personnage nécessitaient plus d’une heure et demie de travail, indique-t-il. Dans le roman, le personnage a perdu toutes ses dents, mais dans le film il lui en reste quelques unes : nous n’avons pas réussi à trouver de système adapté à ma bouche capable de faire disparaître toutes mes dents, sans que cela n’affecte ma diction et la crédibilité du personnage à l’écran. Dans le film, la dentition d’Anse est donc dans un sale état, ce que nous avons imaginé est presque pire que de ne plus avoir de dents du tout, précise le comédien.

Le jeune Brady Permenter, qui dans le film est le plus jeune des Bundren, a été choisi au terme d’un casting organisé à Canton, dans l’État du Mississippi. Il évoque ce que cela lui a fait de tourner dans sa propre région : tourner un film dans ma ville natale a (...) été une expérience inoubliable. C’était vraiment chouette que tous les lieux de tournage se concentrent dans notre région, il y en a même certains que nous ne connaissions pas.

Selon la rumeur, il fut un temps où Sean Penn (9) pensait à adapter Tandis que j’agonise en interprétant le rôle de Darl en confiant le rôle du père à Jack Nicholson (10). Une chose est sûre,la chose ne s’est pas faite.
(9) http://www.citebd.org/spip.php?film720
(10) http://www.citebd.org/spip.php?film859

As I lay dying a été présenté au festival de Cannes 2013 (11), dans le cadre de la section "Un Certain regard".
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_de_Cannes_2013

Danny MacBride, le voisin des Bundren dans le film, avait précédemment travaillé avec James Franco sur plusieurs films (notamment C’est la fin (12), qui sort également en 2013). Ayant lu Tandis que j’agonise, le comédien avait entendu parler du projet d’adaptation par Franco, et lorsque ce dernier a fait appel à lui, il a rejoint l’équipe à la manière de son personnage, Vernon Tull, qui se joint à la famille Bundren pour les aider à enterrer leur mère.
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/C%27est_la_fin

Entretien avec James Franco
Qu’est-ce qui vous touche particulièrement dans l’œuvre de William Faulkner ?
Elle donne la parole à ceux qui habituellement n’arrivent pas à s’exprimer ou n’ont pas l’opportunité de le faire. Les héros de As I lay dying sont des fermiers du Mississippi du début du XXe siècle. En surface, ils communiquent avec leur propre langage, celui de leur région. Dans leurs monologues intérieurs en revanche, la pensée est plus élaborée, profonde. Avec sa plume, Faulkner donnait une voix à leur émotion, il a réussi à toucher l’intimité des êtres. Mon rôle de metteur en scène était de capturer ça. Je savais que j’utiliserai les monologues face caméra. Une technique assez proche des jeux de téléréalité où les candidats se retrouvent isolés dans une pièce et s’expriment devant l’objectif. Ils se confessent. J’ai usé de cette même convention, aujourd’hui familière à tous...
http://www.lexpress.fr/culture/cinema/james-franco-je-me-destinais-plutot-a-l-ecriture_1289892.html

James Franco
Né le 19 avril 1978 à Palo Alto (Californie).
https://fr.wikipedia.org/wiki/James_Franco

William Faulkner
Né William Cuthbert Falkner le 25 septembre 1897 à New Albany (Mississippi), décédé le 6 juillet 1962 à Byhalia (Mississippi).
Essentiellement connu pour ses romans et ses nouvelles, mais il a aussi publié des poèmes, des ouvrages de littérature d’enfance et de jeunesse et a travaillé occasionnellement comme scénariste pour le cinéma...
https://fr.wikipedia.org/wiki/William_Faulkner

Christina Voros
http://www.imdb.com/name/nm2058108/

Logan Marshall-Green
Né le 1er novembre 1976 à Charleston.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Logan_Marshall-Green

Danny McBride
Né Daniel Richard McBride le 29 décembre 1976 à Statesboro (Géorgie, Usa).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Danny_McBride

Tim Blake Nelson
Né le 11 mai 1964 à Tulsa (Oklahoma).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Tim_Blake_Nelson

Ahna O’Reilly
voir fiche du film Fruitvale station
http://www.citebd.org/spip.php?film1194

Beth Grant
Née le 18 septembre 1949 à Gadsden (Alabama).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Beth_Grant

Jim Parrack
Né le 8 février 1981 à Allen (Texas).
Surtout connu pour le rôle de Hoyt Fortenberry dans la série tv True blood...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jim_Parrack

Jesse Heiman
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jesse_Heiman

Casey Dillard
http://www.imdb.com/name/nm1021384/

Scott Haze
https://fr.wikipedia.org/wiki/Scott_Haze

Jessica Lemon Wilkinson
http://www.imdb.com/name/nm5243287/

Brian Lally
http://www.imdb.com/name/nm0482458/

Cameron Spann
http://www.imdb.com/name/nm3861819/

Kenny Cook
http://www.imdb.com/name/nm2845909/

Brady Permenter
http://www.imdb.com/name/nm5352590/

extrait(s) de presse

Films actu - Bien qu'un assez difficile d'accès, "As I lay dying" s'impose, techniquement, comme une réussite experimentale, et embarque le spectateur dans un lacis pyschologique et scénaristique fort en émotions.
àVoir-àLire - (...) sachez qu’en présence de ce film, on passe globalement du préjugé consolidé à la bonne surprise, et ils sont peu à savoir le faire.
Critikat - James Franco a su saisir la vision du monde profondément tragique de Faulkner, par son intelligence intime de l’œuvre et des acteurs impeccables.
Fiches du cinéma - James Franco s'empare de William Faulkner : il en restitue habilement la pesante atmosphère...
Tf1 news - Sa reconstitution du fin fond du Mississipi dans les années 20 passée au scalpel tient bon et sa détermination à ne respecter aucune convenance est plus qu'appréciable.
Le Nouvel obs - Une adaptation fidèle du roman de Faulkner (...) Franco fait preuve d’un vrai sens de l’atmosphère. Au centre de sa mise en scène, le split-screen offre deux points de vue sur une même scène (...).
Libération - Lire du Faulkner, déjà, ça demande un peu d'entraînement, mais l'adapter au cinéma, mieux vaut ne pas trop s'y risquer. Le freluquet James Franco s'est pas du genre à s'autocensurer, il se jette à l'eau même si la piscine est vide...