les oiseaux - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > les oiseaux

les oiseaux

ciné répertoire
The Birds
Usa - 1963 - 2h00
sorti en France le 6 septembre 1963
révélation féminine (Tippi Hedren) Golden globe 1964
interdit aux moins de 12 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Alfred Hitchcock

scénario : Evan Hunter
d'après l'oeuvre de : Daphne du Maurier
direction de la photographie : Robert Burks
avec : Rod Taylor (Mitch Brenner), Tippi Hedren (Melanie Daniels), Jessica Tandy (Lydia Brenner), Veronica Cartwright (Cathy Brenner), Suzanne Pleshette (Annie Hayworth), Ethel Griffies (Mrs. Bundy, l'ornithologue), Malcolm Atterbury (Al Malone), Ruth McDevitt (Mrs. MacGruder), Richard Deacon (le voisin de Mitch), Elizabeth Wilson (Helen Carter), Charles McGraw (Sebastian Sholes, un client du snack), William Quinn (Sam, l'homme au snack), Lonny Chapman (Deke Carter, le gérant du snack), Karl Swenson (l'homme ivre au snack), John McGovern (le postier), Darlene Conley (une serveuse), Doodles Weaver (un pêcheur), Joe Mantell (le représentant de commerce au bar du restaurant), Morgan Brittany (la petite fille brune à l'anniversaire), Dal McKennon (Sam le cuisinier), Mike Monteleone (l'employé de la station service), Jeannie Russell (une élève à l'école), Roxanne Tunis (figuration)
séances : semaine du mercredi 16 novembre 2016
mercredi 16 jeudi 17 vendredi 18 samedi 19 dimanche 20 lundi 21 mardi 22
21:00*
séance spéciale :
* mar 22 à 21h00 : ciné mardi : "les cauchemars d’Alfred" - soirée en partenariat avec Hidden circle - tarif préférentiel : 2 films = 7 € (couplé avec "Psychose").

synopsis

Melanie Daniels, une belle et riche jeune femme de San Francisco, rencontre l'avocat Mitch Brenner chez un marchand d'oiseaux. Brenner fait semblant de la prendre pour une employée et lui demande un couple d'oiseaux, des « inséparables » qu'il veut offrir à sa jeune sœur, Cathy. Le lendemain matin, Melanie se rend à l'appartement de Mitch avec un couple d'inséparables. Elle apprend qu'il est parti pour le week-end à Bodega bay. Elle décide d'aller là-bas en voiture, avec les oiseaux. Sur place, elle rencontre l'institutrice, Annie Hayworth...

notes de production

Après Psychose (1), Alfred Hitchcock eut le plus grand mal à trouver un nouveau sujet de film. Il commença à travailler sur le scénario de Pas de printemps pour Marnie (2) avec le scénariste de Psychose, Joseph Stefano (1). Le film devait marquer le retour de l’actrice-fétiche du réalisateur, Grace Kelly (3).
(1) http://www.citebd.org/spip.php?film1783
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Pas_de_printemps_pour_Marnie
(3) http://www.citebd.org/spip.php?film1670

Déçu mais non découragé, le réalisateur se tourna vers l’adaptation d’une nouvelle de Daphne du Maurier, Les Oiseaux (4), publiée en 1952 dans la revue féminine Good housekeeping (5). Il la retint d’abord pour sa série télévisée hebdomadaire Alfred Hitchcock présente (6), mais eut l’idée d’en faire un long-métrage après avoir entendu qu’une femme avait été attaquée par des oiseaux. Hitchcock avait déjà adapté deux œuvres de Du Maurier pour ses films La Taverne de la Jamaïque (7) et Rebecca (8), en dépit du fait qu’il ne ressentait pas particulièrement d’attachement vis-à-vis de ses écrits.
(4) http://1001classiques.canalblog.com/archives/2011/03/27/20734506.html
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Good_Housekeeping
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Alfred_Hitchcock_pr%C3%A9sente_(s%C3%A9rie_t%C3%A9l%C3%A9vis%C3%A9e,_1955)
(7) http://www.citebd.org/spip.php?film1669
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Rebecca_(film,_1940)

Après avoir demandé aux décorateurs d’Universal pictures (9) de travailler sur des effets spéciaux concernant les oiseaux (la plus grosse part du budget), Hitchcock se mit à la recherche d’un scénariste. Stefano produisait la série Au-delà du réel (10) et n’était donc plus disponible. Après avoir envisagé plusieurs personnes, dont Ray Bradbury (11), le réalisateur se tourna vers Evan Hunter qui deviendra célèbre sous le pseudonyme d’Ed McBain. L’écrivain accepta immédiatement de travailler avec Hitchcock.
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Universal_Pictures
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Au-del%C3%A0_du_r%C3%A9el
(11) http://www.citebd.org/spip.php?film1411
C’était une nouvelle apocalyptique. Il s’agit d’oiseaux qui attaquent, inexplicablement, une ferme de Cornouailles. Après l’avoir lue, j’aurais tout donné pour travailler avec Alfred Hitchcock. Je l’ai appelé et il m’a demandé de lui soumettre mes idées. Il avait décidé de ne garder que le titre et l’idée de ces oiseaux qui attaquent des êtres humains. Il attendait mes propositions. Je me rappelle Hitch me montrant des articles sur ces inexplicables attaques, pour me rappeler qu’il ne s’agissait pas de fiction.
Ed McBain

Le 18 août 1961, à Santa Cruz en Californie, une pluie d’oiseaux (des puffins fuligineux) (12) se jette contre les domiciles. Une étude de 2011 montra que ce phénomène est dû à une intoxication alimentaire collective. Alfred Hitchcock, qui possédait un ranch dans les monts Santa Cruz, joignit le Santa Cruz sentinel et demanda de lui envoyer un exemplaire du journal du 18 août pour enrichir la documentation du film qu’il préparait.
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Puffin_fuligineux
http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2012/01/03/des-oceanographes-elucident-le-mystere-des-oiseaux-hitchcock/
Une autre inspiration pour Hitchcock fut le récit de Nicolas Bourne, datant du 17ème siècle, The wonderful battel of starelings, fought at the citie of Cork, in Ireland, the 12th and 14th of October 1621, dans lequel Bourne raconte comment des milliers d’oiseaux s’étaient réunis aux deux extrémités de la ville de Cork (13), en Irlande, avant de s’attaquer les uns les autres dans un combat fratricide et irréel ; les témoins racontèrent qu’il « pleuvait des oiseaux ». Apparemment, des événements semblables se seraient produits au-dessus de la Tamise, à Londres, à la même période. On rapporta que les oiseaux attaquaient à des moments précis et de manière précise ; on considérait aussi que les oiseaux avaient une intelligence supérieure à la moyenne.
http://www.iletaitunefoislecinema.com/chronique/1961/les-oiseauxhitchcock-versus-du-maurier
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/Cork

Lors des séances d’écriture, Hitchcock fut très clair : aucune explication sur la conduite insolite des oiseaux ne devait être formulée. Hitchcock estimait (d’après le biographe Patrick McGilligan) (14) qu’une explication neutraliserait l’angoisse. Pour lui, le film devait susciter une peur primitive, celle d’être attaqué sans avertissement, ni motif.
(14) http://www.dvdclassik.com/article/entretien-avec-patrick-mcgilligan

Inspiré par l’école de Bodega bay (15), Hunter voulut tout d’abord prendre pour héroïne une nouvelle institutrice arrivant dans la ville au moment de la première attaque d’oiseaux. Mais Hitchcock souhaitait lui donner davantage d’aura. Le scénariste proposa alors d’aborder le script d’une façon plus légère avec deux personnages principaux : une jeune femme riche et élégante face à un bel avocat. Hitchcock reconnut là une bonne stratégie pour construire le suspense : commencer comme une love story légère : le choc de l’horreur n’en serait que plus violent, soulignant du même coup les dangers de la suffisance.
(15) https://artwithoutskin.com/2007/04/25/lieux-de-tournage-les-oiseaux-dhitchcock-a-bodega-bay/

La fin posa de nombreux problèmes à Alfred Hitchcock. Il avait pensé à une fuite des Brenner et Melanie hors de San Francisco, suivie d’un fondu enchaîné au Golden gate bridge (16) totalement recouvert d’oiseaux. L’option fut abandonnée à cause de son coût et parce qu’Hitchcock préférait l’actuelle conclusion ouverte et suspensive. Le traditionnel mot FIN est d’ailleurs absent au générique. Il s’inspirait du style du cinéma d’auteur européen. Evan Hunter n’était pas d’accord avec ce choix, ce n’était pas la fin qu’il avait rédigée : Hitch autorisait ses acteurs à prendre de scandaleuses libertés avec ce que j’avais écrit. Il jonglait avec des scènes, il coupait des scènes, il a même ajouté une scène, confia-t-il au biographe Patrick McGilligan (14).
(16) https://fr.wikipedia.org/wiki/Pont_du_Golden_Gate

Hitchcock ne voulait pas de star pour le film. Le succès de Psychose (1) sans grands acteurs l’avait motivé à se diriger dans ce sens. Après divers essais filmés de plusieurs actrices, Pamela Tiffin (17), Yvette Mimieux (18), Carol Lynley (19) et Sandra Dee (20), Hitchcock surprit en choisissant une inconnue, Tippi Hedren. Il l’avait remarquée dans une publicité diffusée lors de l’émission télévisée The Today show (21). La première scène du film où elle se fait siffler dans la rue est un clin d’œil à cette publicité. Ce mannequin sans expérience d’actrice correspondait au type d’héroïne hitchcockienne : une blonde imperturbable à l’extérieur glacé, mais toute en émotion rentrée. Son bout d’essai, dans lequel elle joue des scènes de Rebecca (8), Les Enchaînés (22) et La Main au collet (23), coûta 30 000 $ 22.
(17) https://fr.wikipedia.org/wiki/Pamela_Tiffin
(18) https://fr.wikipedia.org/wiki/Yvette_Mimieux
(19) https://fr.wikipedia.org/wiki/Carol_Lynley
(20) https://fr.wikipedia.org/wiki/Sandra_Dee
(21) https://fr.wikipedia.org/wiki/Today_(NBC)
(22) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Encha%C3%AEn%C3%A9s
(23) http://www.citebd.org/spip.php?film1713

Hedren retenue, son personnage emprunta son nom à celui de sa fille de quatre ans, Melanie (24). Au cours du tournage, la jeune femme fut suivie de près par ses partenaires : Rod Taylor, Jessica Tandy et Suzanne Pleshette.
(24) https://fr.wikipedia.org/wiki/Melanie_Griffith

Hitchcock s’intéressa de très près à la coiffure, au maquillage, aux bijoux et aux tenues d’Hedren. Avec l’aide d’Edith Head (25), costumière renommée d’Hollywood, il sélectionna ses vêtements - manteau de vison pour suggérer le luxe et tailleur vert amande (sa couleur préférée, avec le gris, pour les vêtements de ses héroïnes). Il imposa que le prénom de Tippi soit encadré d’apostrophes.
(25) https://fr.wikipedia.org/wiki/Edith_Head

Pour le rôle principal masculin, Hitchcock choisit Rod Taylor dont les seuls rôles marquants avant Les Oiseaux furent ceux de David Karfrey dans Géant (26) avec Elizabeth Taylor et James Dean et celui de Georges dans La Machine à explorer le temps (27). L’acteur déclara avoir reçu un appel inattendu de la part de Hitchcock et que la surprise fut totale. Comme il le confia, il était à l’époque un jeune homme impertinent et ne montra pas le respect auquel aurait eu droit le réalisateur. Il déclara : j’étais à la fois flatté et étonné qu’il accepte de travailler avec le gamin que j’étais.
(26) https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9ant_(film)
(27) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Machine_%C3%A0_explorer_le_temps_(film,_1960)
Hitchcock confia le rôle de Lydia Brenner à l’une de ses actrices favorites, Jessica Tandy. Il avait travaillé plusieurs fois avec son époux, Hume Cronyn, dans notamment L’Ombre d’un doute (28).
(28) https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Ombre_d%27un_doute
Puis il choisit Suzanne Pleshette pour interpréter le rôle secondaire d’Annie Hayworth. La collaboration s’avéra difficile, car adepte de la méthode de l’Actors studio (29), Pleshette désarçonnait Hitchcock. Hitch ne savait pas quoi faire de moi dit-elle en 1999. Il regrettait le jour où il m’avait engagée.
(29) https://fr.wikipedia.org/wiki/Actors_Studio

Ayant choisi ses acteurs principaux, Hitchcock se tourna vers ses collaborateurs favoris, au premier rang desquels son directeur de la photographie Robert Burks et le monteur George Tomasini (30). Il fit aussi appel à Albert Whitlock (31), un peintre d’origine britannique dont les fonds peints permirent de bien définir l’atmosphère du film et d’économiser les extérieurs. L’histoire originale se situe en Angleterre. Il fallut donc la transposer en Californie. Hitchcock avait déjà un lieu idéal : Bodega bay, un petit port isolé au bord de l’océan Pacifique, à 100 km de San Francisco, qu’il avait découvert pendant le tournage de L’Ombre d’un doute (28) à Santa Rosa (32). Avec Hunter, ils se mirent à explorer la région. L’école intéressait tout particulièrement le réalisateur, car il pensait qu’elle fournirait un cadre parfait pour une scène terrifiante où les oiseaux attaqueraient des enfants.
(30) https://fr.wikipedia.org/wiki/George_Tomasini
(31) http://www.imdb.com/name/nm0926087/
(32) https://fr.wikipedia.org/wiki/Santa_Rosa_(Californie)

Des équipes travaillèrent sur place à Bodega bay (15), là où la majorité des scènes en extérieur devaient être tournées. La maison de l’institutrice Annie fut entièrement reconstruite, et la ferme des Brenner à Bodega head restaurée en vieille grange de style XIXe siècle.

Contrairement à Psychose (1) où la Paramount pictures (33) lui avait imposé un budget réduit à 800 000 $, Alfred Hitchcock disposait de 2 500 000 $. Il retrouvait ainsi une somme équivalente à celles dont il bénéficiait habituellement. Pour La Mort aux trousses (34), le budget s’était monté à 3 300 000 $. Le tournage proprement dit débuta le 5 mars 1962. Tout avait été méticuleusement prévu car Hitchcock n’aimait pas les extérieurs, qui ne lui permettaient pas de contrôler la lumière et le bruit ambiant.
(33) https://fr.wikipedia.org/wiki/Paramount_Pictures
(34) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Mort_aux_trousses

Aussi, durant le tournage à Bodega bay, les assistants d’Universal pictures (9) photographièrent-ils les habitants et les intérieurs des boutiques, afin d’assurer le caractère réaliste des costumes et des décors lorsque la production serait de retour dans les studios. Ils recréèrent le port, le restaurant et les intérieurs. Hitchcock refusa de filmer les gros plans en lumière naturelle ; ils furent ajoutés plus tard, en studio. C’est ainsi que les plans américains et les gros plans de Tippi Hedren dans le bateau, par exemple, furent filmés dans un bassin, en studio, avec pour fond des toiles peintes par Whitlock (31).

En dépit de ces changements de dernière minute, Hitchcock étudia les storyboards montrant l’attaque contre Tippi Hedren par des oiseaux dans le grenier (une séquence qui exigea trente-deux angles de prise différents) et il indiqua le nombre d’images nécessaires. Il anticipait les coupes au montage et pensait la durée de chaque plan : je n’ai jamais vu personne, ni avant ni après, doté d’un tel sens du cinéma, confia Harold Michelson (35), qui participa aux effets spéciaux.
(35) http://www.imdb.com/name/nm0585118/

Lors de la scène du grenier où Melanie est sauvagement attaquée, l’actrice apprit le matin du tournage que les oiseaux mécaniques qui devaient entrer en jeu ne fonctionnaient plus. Pendant cinq jours, Tippi Hedren dut affronter des oiseaux réels. Durant toute la semaine, les techniciens lancèrent sur elle des volatiles censés la frapper ; certains étaient rattachés à son costume par des fils invisibles.
Le lundi suivant, elle s’écroula d’épuisement et dut être hospitalisée, une paupière ouverte. Elle fut remplacée durant cinq jours par une doublure pour les scènes suivant l’attaque. Des gros plans du visage de Tippi Hedren furent ajoutés par la suite. Le fait d’être une actrice débutante dans une grosse production la poussa à obtempérer aux exigences d’Hitchcock. Selon Donald Spoto (36), une actrice établie n’aurait jamais accepté des conditions aussi extrêmes.
(36) https://fr.wikipedia.org/wiki/Donald_Spoto

Pour les effets spéciaux, Hitchcock fit appel à Ub Iwerks (37), récompensé d’un Oscar spécial en 1959 et connu pour son travail d’animation dans les studios Walt Disney durant les années 1920. Il était surtout chargé d’incorporer des oiseaux animés avec des oiseaux réels dans des plans de nombreuses séquences. Grâce à Iwerks, le film obtint une nomination à l’Oscar des meilleurs effets visuels en 1963 mais perdit face à Emil Kosa Jr. (38), créateur des effets spéciaux de Cléopâtre (39).
(37) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ub_Iwerks
(38) http://www.imdb.com/name/nm0466884/
(39) https://fr.wikipedia.org/wiki/Cl%C3%A9op%C3%A2tre_(film,_1963)
Sur les 1 500 plans que compte le film, pas moins de 371 sont truqués. Le budget consacré aux effets spéciaux est énorme pour l’époque - la majeure partie étant consacrée aux oiseaux eux-mêmes -, car ils sont particulièrement complexes

La comptine Rissle-dy, Rossle-dy, chantée par les enfants dans l’école, est une idée d’Ed McBain. À l’époque du film, il avait des enfants qui avaient le même âge, et il leur avait demandé ce qu’ils chantaient à l’école, et cette comptine a été évoquée qui était tombée dans le domaine public. Mais la chanson Rissle-dy, Rossle-dy était trop courte pour la scène, alors Ed McBain a dû composer des couplets supplémentaires, ce qui lui a valu par la suite des droits d’auteur de l’Ascap (40), sur les couplets qu’il a écrit.
(40) https://fr.wikipedia.org/wiki/American_Society_of_Composers,_Authors,_and_Publishers

Le cinéaste choisit de présenter son film en avant-première mondiale au festival de Cannes 1963 (41). Il fit l’ouverture mais ne fut pas sélectionné pour la compétition officielle, le public fut sous le choc en sortant de la projection :
La critique française salua le film et le considéra comme l’un « des meilleurs Hitchcock », mais aussi le plus effrayant.
(41) https://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_de_Cannes_1963

Psychose (1), le précédent film d’Hitchcock sorti en 1960, avait rapporté 32 000 000 $ rien qu’aux Usa. La même année, seul Ben-Hur (42) avait rapporté plus d’argent, alors qu’il disposait d’un budget 16 fois plus important (15 000 000 $). Pour succéder à son plus grand succès, il lui fallait un film à la hauteur. Les Oiseaux remporta en totalité aux États-Unis 11 403 559 $. Ce résultat fut moins bon que prévu mais néanmoins restait un succès suffisant pour rassurer le réalisateur. Il fut classé 16ème parmi les 20 films les plus regardés de l’année 1963.
(42) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ben-Hur_(film,_1959)

Dès Les Cheveux d’or (43), Hitchcock prit l’habitude de faire une apparition dans ses films. Il prétendit d’abord économiser ainsi un figurant, mais avouera plus tard qu’il s’était inspiré de l’apparition de Charlie Chaplin dans L’Opinion publique (44). Au début des Oiseaux, Tippi Hedren entre dans une oisellerie. Juste au moment où elle met le pied dans la boutique, Hitchcock en sort avec ses deux chiens, Geoffrey et Stanley.
(43) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Cheveux_d%27or
(44) https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Opinion_publique

Les personnages
Melanie Daniels
jeune femme mondaine de San Francisco, elle est la fille du propriétaire du Daily news. On apprend d’elle pendant une conversation entre Mitch et Lydia qu’elle s’est fait surprendre à se baigner nue dans une fontaine à Rome. Melanie soutient qu’elle a été poussée dans la fontaine, et qu’elle était habillée. Au fur et à mesure, la ravissante jeune femme, un peu frivole, un peu gâtée mais abandonnée par sa mère, se construit comme adulte responsable, courageuse, compatissante, efficace alors même qu’elle est de plus en plus décoiffée, que son impeccable tailleur se froisse, se tache, se déchire, que son visage est blessé...
Mitch Brenner
avocat à San Francisco, il réside le week-end à Bodega Bay avec sa mère Lydia et sa sœur Cathy. Il soigne Melanie de la première blessure causée par une mouette et la sauve deux autres fois, la première dans la cabine téléphonique, la deuxième dans le grenier. C’est lui qui prend le premier conscience des actes des oiseaux, ce que personne n’admet au début. On apprend également qu’il a eu une courte aventure avec Annie Hayworth. À la fin du film il est reconnu enfin par sa mère comme le chef de famille...
Lydia Brenner
mère de Mitch et de Cathy, veuve depuis peu, dépressive, elle ne supporte pas de voir son fils avec une femme. Elle a écarté Annie lorsqu’elle était amoureuse de Mitch et a fini par briser leur relation. Elle devient alors excellente amie avec l’institutrice. Melanie est pour elle une menace aussi. À la fin du film, elle la sauve aussi de l’attaque au grenier, et finit par être capable de ne pas voir en elle une rivale. Cette mère possessive fait suite à la mère castratrice de Psychose et précède celle de Pas de printemps pour Marnie. Elle fait écho à la propre mère d’Alfred Hitchcock...
Annie Hayworth
elle a été la maîtresse de Mitch. À la fin de leur liaison, provoquée par la jalousie de Lydia, elle déménage de San Francisco à Bodega bay pour être près de lui. Elle a de l’affection pour Melanie, mais est tout de même jalouse de l’histoire d’amour naissante entre elle et Mitch. Elle sauve Cathy d’une attaque d’oiseaux en sacrifiant sa vie...
Cathy Brenner
fille de Lydia, elle aime beaucoup Melanie, et veut tout faire pour qu’elle reste près d’eux. Elle est attaquée par des mouettes lors de son anniversaire, comme les autres enfants et à la sortie de l’école. Annie lui sauve la vie mais y laisse la sienne. Cette expérience la traumatise. Elle tient cependant à emporter les Lovebirds en partant...

Rick Rosenthal tourna un remake pour la télévision : Les Oiseaux 2 (45). L’action se situe en Nouvelle-Angleterre et les personnages de Melanie, Mitch, Lydia et Cathy ne font pas partie du film. Cependant, Tippi Hedren y tient un second rôle, celui d’une commerçante qui tient le magasin Tides, même nom que celui du restaurant du premier film.
(45) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Oiseaux_2

Le 26 mars 2008 débuta le tournage des Corbeaux (46), adaptation du film d’Hitchcock. Le téléfilm, commandé par TF1, fut diffusé en 4 épisodes. L’histoire est celle d’un couple divorcé (la mère est médecin, le père est maire) qui voit débarquer dans son village de Bretagne une nuée de corbeaux, lesquels sèment la terreur et la mort. La seule personne à ne pas les craindre est leur fille, une petite autiste, qui parvient à communiquer avec eux. C’est Astrid Veillon qui tient le rôle principal.
(46) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Corbeaux_(mini-s%C3%A9rie)
En 2007, le magazine Variety (47) annonça qu’un remake américain serait réalisé par Martin Campbell (48) avec Naomi Watts (49) dans le rôle de Tippi Hedren. Cette dernière fit part de son effroi à l’idée de voir se monter une nouvelle version. En juin 2009 le producteur Brad Fuller (50) annonça la suspension du projet
(47) https://fr.wikipedia.org/wiki/Variety
(48) https://fr.wikipedia.org/wiki/Martin_Campbell
(49) http://www.citebd.org/spip.php?film1490
(50) http://www.imdb.com/name/nm0298181/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Oiseaux_(film)

Les Oiseaux fut tourné en décors naturels à Bodega bay (15) et à San Francisco, et en studio à Universal (9). Outre un large assortiment d’oiseaux spécialement dressés pour l’occasion, Hitchcock y présentait sa nouvelle découverte, Tippi Hedren, ex-mannequin dont il pensait faire une nouvelle Grace Kelly (51). Blonde sculpturale au visage figé, Mlle Hedren possédait effectivement le type de beauté commun aux autres héroïnes hitchcockiennes, mais aucun talent de comédienne. Heureusement la réussite du film reposait plus sur les effets spéciaux que sur le jeu des acteurs. L’intrigue et les dialogues n’étaient pas particulièrement ardus et, de toute manière, c’étaient les oiseaux que le public viendrait voir. Evan Hunter avait écrit un scénario qui nécessita quelques modifications lorsque Hitchcock s’aperçut de sa médiocrité, alors que le tournage avait déjà commencé...
L’horreur distillée par le film est renforcée par les tons doucereux de la photographie en extérieurs. Bodega bay (15), petite ville assoupie où les gens vaquent sans se presser à leurs activités quotidiennes, semble bien être le dernier endroit du monde où les oiseaux puissent donner libre cours à leur fureur, et leur attaque, lorsqu’elle survient, paraît d’autant plus féroce.
La patte de Hitchcock est constamment présente dans ce film qui, comme nous l’avons dit, débute dans une boutique chic d’animaux de San Francisco, au rayon oiseaux... Hitchcock nous prévient en douceur : soyez patients, les oiseaux arrivent. Ainsi, il crée un climat de tension qui jamais ne se relâche et qui culmine lors des attaques des oiseaux. L’un des thèmes qui sous-tendent le film tout entier est celui de l’incommunicabilité... Le dénouement angoissant du film dérangea beaucoup
de monde et Universal (9) en demanda le changement. La fin originale montrait la voiture de Brenner fendant lentement la foule des oiseaux, partant vers l’horizon, se dissolvant dans le lointain, sans la mention habituelle du mot Fin. Universal (9) pensa que la fin restait ainsi en suspens et fit rajouter une ligne pour signifier que c’étaient bien là les ultimes images du film.
La plupart des critiques furent défavorables, et le gros des louanges alla aux oiseaux eux-mêmes, véritables stars du film. Comme l’écrivit Time magazine (52) : ils sont totalement, effroyablement crédibles lorsqu’ils se livrent à la destruction systématique et sanglante de l’humanité.
Même en France, les critiques furent partagées. En effet, si François Truffaut (53), un inconditionnel du Maître, écrit : ( ... ) on peut considérer que The Birds est un film
de trucages, certes, mais de trucages réalistes. En vérité, Hitchcock, dont la maîtrise est plus grande de film en film, a besoin sans cesse d’affronter de nouvelles difficultés : il devient l’athlète complet du cinéma (Les Cahiers du cinéma, n° 137, novembre 1962)...
Louis Marcorelles (54) estime, lui, que ( .. ) cinématographiquement parlant, en prenant le mot cinéma dans son acceptation littérale, Les Oiseaux sont époustouflants.( ... ) Un tel cinéma est-il encore neuf ? Tant d’efforts, tant de talent, pour quoi faire ? ( ... ) Tout est centré sur l’effet à produire, sur une certaine notion d’efficacité qui, cette fois. ne porte pas. Le cinéma est autre chose qu’un ramassis de farces et attrapes. On veut retrouver un homme, un artiste complet derrière l’œuvre (Arts n° 916, mai 1963).
En fait, Les Oiseaux, c’est du Hitchcock d’avant-garde, plus excessif et humoristique que jamais, où le héros souffre tandis que le public trépigne.
in Hitchcok de Robert A.Harris & Michaël S. Lasky (ed. Henri Veyrier, 1980)
(51) http://www.citebd.org/spip.php?film1713
(52) https://fr.wikipedia.org/wiki/Time_(magazine)
(53) http://www.citebd.org/spip.php?film1411
(54) https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Marcorelles

Pour le rôle de Melanie, Hitchcock et son scénariste Evan Hunter semblent s’être inspirés d’une personnalité très célèbre à l’époque : Libby Holman (55). Très riche, fille d’un avocat célèbre, elle était devenue chanteuse. Mariée à un millionnaire, elle fut accusée de l’avoir assassiné. Acquittée, elle adopta plusieurs enfants et eut une longue liaison avec Montgomery Clift (56). Un détail de sa vie figure dans le film. La mère de Mitch a lu dans le journal que Melanie s’était baignée nue dans une fontaine de Rome ... Alors que Libby Holman (55) avait été arrêtée par la police en Europe pour s’être montrée nue en public, Melanie dit à Mitch : l’Europe est pervertie. Pour jouer Melanie, Hitchcock choisit Tippi Hedren, qui n’avait jamais fait de cinéma. Elle était mannequin, et il l’avait remarquée dans une publicité télévisée : elle marchait dans la rue et se faisait siffler. Elle se retournait pour s’apercevoir que son admirateur était un petit garçon ... La scène a dû plaire à Hitchcock, puisqu’il la replacée dans les premières images du film.
Jouant une fois encore les Pygmalion, il fit signer à Tippi Hedren un contrat de sept ans, s’assurant ainsi l’exclusivité de ses apparitions. J’avais déjà fait de la publicité à la télévision, et cela m’a fourni une bonne introduction à la technique du cinéma, raconte Tippi Hedren, mais Hitchcock m’a littéralement prise sous son aile et m’a donné une éducation cinématographique qu’autrement j’aurais mis quinze ans à acquérir. Il était rigoureux et méticuleux. Il travaillait avec le scénariste, le décorateur, l’opérateur, la costumière, pour régler chaque détail. A tout instant, Hitchcock faisait attention aux impressions des acteurs, parce qu’ainsi il s’assurait que nous pouvions faire tout ce qu’il voulait. On ne disait pas à Hitchcock : je ne crois pas à ce personnage, je ne crois pas à la façon dont vous voulez qu’il soit interprété parce que dans sa manière de mettre en scène, Hitchcock avait toujours un cadre fixe, qui comprenait chaque mouvement du corps, de la tête, et jusqu’au battement de cille plus imperceptible. Et cela vous donnait confiance. Son travail reposait sur la psychologie. S’il fallait que je me montre nerveuse, il me disait quelque chose qui m’énervait terriblement et m’agitait au point de me faire oublier mon texte, ou presque... Il savait précisément ce qu’il voulait obtenir de ses acteurs. Parfois, il plaisantait avant de commencer. Mais l’étude du personnage se faisait toujours en profondeur.
Le tournage de la scène du grenier dura une semaine, et fut une rude épreuve pour la jeune actrice. Hitchcock avait d’abord pensé utiliser des oiseaux mécaniques. Mais cela ne faisait pas réaliste, et, à la dernière seconde, il décida de se servir de vraies mouettes. Tippi Hedren fut placée dans une espèce de cage, avec une unique ouverture pour la caméra. Les dresseurs lâchaient alors sur elle les mouettes. A cinq heures de l’après-midi, les représentants de la Société protectrice des animaux disaient : on arrête ! Les oiseaux sont fatigués ! Comme d’autres mouettes étaient censées l’attaquer directement à coups de bec, Tippi Hedren avait des fils de nylon cachés sous ses vêtements, pour maintenir les oiseaux attachés par une patte. Chaque prise ne durait que quelques secondes, puis on faisait une déchirure dans le tissu de sa robe, on mettait du sang artificiel, et le tournage reprenait. A la fin, une mouette a décidé de se percher directement sur ma paupière. Elle m’a fait une entaille profonde et n’a raté mon œil que de justesse. Je suis devenue hystérique ! Le tournage dut être arrêté pendant plus d’une semaine, le temps que Tlppi Hedren se remette de son supplice ..
Après le tournage de The Birds, Leslie Caron (57) rencontra Hitchcock à l’aéroport de Los Angeles. Il tenait à la main une cage, occupée par un superbe corbeau. L’actrice lui demanda ce que l’oiseau faisait là. Hitchcock répondit imperturbable : oh, we are just good friends.
in Hitchcock de Bruno Villien (ed. Colona, 1982)
(55) https://fr.wikipedia.org/wiki/Libby_Holman
(56) https://fr.wikipedia.org/wiki/Montgomery_Clift
(57) https://fr.wikipedia.org/wiki/Leslie_Caron

Alfred Hitchcock
voir fiche du film Le Crime était presque parfait 3d
http://www.citebd.org/spip.php?film1670

Evan Hunter
Né Salvatore Lombino le 15 octobre 1926 à New York et décédé le 6 juillet 2005 chez lui dans le Connecticut.
Sous le pseudonyme Ed McBain, il est l’auteur des aventures du 87e District qui l’ont rendu célèbre. Il a utilisé également les pseudonymes Evan Hunter, Richard Marsten, Hunt Collins, Curt Cannon et Ezra Hannon, notamment pour des ouvrages littéraires, des récits policiers et des textes de science-fiction. Il a été avec Donald Westlake un des auteurs incontournables de polars Us...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ed_McBain

Daphne du Maurier
voir fiche du film Ne vous retournez pas
http://www.citebd.org/spip.php?film1231

Robert Burks
voir fiche du film L’Homme qui en savait trop
http://www.citebd.org/spip.php?film1714

Rod Taylor
voir fiche du film Inglourious basterds
http://www.citebd.org/spip.php?film265

Tippi Hedren
Née Natalie Kay Hedren le 19 janvier 1930 à New Ulm (Minnesota).
Après deux films avec Hitchcock et une carrière en dents de scie, elle devient une militante de la cause animale...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Tippi_Hedren

Jessica Tandy
Née le 7 juin 1909 à Londres et décédée le 11 septembre 1994 à Easton (Connecticut).
Elle termine sa carrière avec les incontournables Miss Daisy et son chauffeur (Oscar de la meilleure actrice), et Beignets de tomates vertes...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jessica_Tandy

Veronica Cartwright
Née le 20 avril 1949 à Bristol.
Dans le rôle de Lambert, elle tente avec Ripley (Sigourney Weaver) d’échapper à un dangereux prédateur dans Alien, le huitième passager...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Veronica_Cartwright

Suzanne Pleshette
Née le 31 janvier 1937 à New York, et décédée à Los Angeles le 19 janvier 2008.
Sa silhouette sympathique justifie pleinement le retour du boucanier dans Le Fantôme de Barbe-Noire de Robert Stevenson. Elle prêta aussi sa voix à des films d’animation tel Le Voyage de Chihiro...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Suzanne_Pleshette

Ethel Griffies
Née Ethel Woods le 26 avril 1878 à Sheffield (Yorkshire), décédée à Londres le 9 septembre 1975.
http://www.imdb.com/name/nm0341100/

Malcolm Atterbury
Né le 20 février 1907 à Philadelphie, décédé le 16 août 1992 à Beverly Hills.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Malcolm_Atterbury

Ruth McDevitt
Née Ruth (Thane) Shoecraft le 13 septembre 1895 à Coldwater (Michigan), décédée le 27 mai 1976 à Hollywood.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ruth_McDevitt

Richard Deacon
http://www.imdb.com/name/nm0212586/

Elizabeth Wilson
voir fiche du film Week-end royal
http://www.citebd.org/spip.php?film1035

Charles McGraw
voir fiche du film Johnny s’en va-t-en guerre
http://www.citebd.org/spip.php?film1673

William Quinn
http://www.imdb.com/name/nm0703767/

Lonny Chapman
Né Lon Leonard Chapman le 1er octobre 1920 à Tulsa (Oklahoma), décédé le 12 octobre 2007 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Lonny_Chapman

Karl Swenson
voir fiche du film L’Opération diabolique
http://www.citebd.org/spip.php?film1381

John McGovern
http://www.imdb.com/name/nm0569569/

Darlene Conley
Né le 18 juillet 1934 à Chicagon décédée le 14 janvier 2007 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Darlene_Conley

Doodles Weaver
http://www.imdb.com/name/nm0915845/

Joe Mantell
Né le 21 décembre 1915 à New York, décédé le 29 septembre 2010 à Tarzana (Californie).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Joe_Mantell

Morgan Brittany
Née Suzanne Cupito le 5 décembre 1951 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Morgan_Brittany

Dal McKennon
https://fr.wikipedia.org/wiki/Dal_McKennon

Mike Monteleone
http://www.imdb.com/name/nm0599296/

Jeannie Russell
http://www.imdb.com/name/nm0751223/

Roxanne Tunis
http://www.imdb.com/name/nm0876651/

extrait(s) de presse

Rts - Hitchcock, de réalisateur paternaliste et méticuleux, devient carrément obsédé et va développer pour Tippi Hedren une passion destructrice...
Critikat - Si le film pourrait appartenir au genre du fantastique, il lorgne davantage vers l’expressionnisme et l’horreur abstraite, à l’image de ce générique dans lequel les silhouettes noires des oiseaux découpent des formes planes.
Citizen poulpe - En découvrant et surtout en revoyant "Les Oiseaux" on est saisi par les nombreux plans fascinants que le film contient, par ces images enveloppées aujourd’hui d’une aura mythique, qui frappent autant par leur propre composition que par la manière dont elles apparaissent dans le film – à savoir exactement au bon moment et pendant une durée pensée à la seconde près ; soit la science du cinéma à l’état pur...
Télérama - "Les Oiseaux" fait partie de ces grands et rares films d'angoisse qui font peur même après plusieurs visions...
àVoir-àLire - (...) "Les Oiseaux" établit la synthèse entre le fantastique suggestif à la Jacques Tourneur et le catastrophe moderne...
Ciné club de Caen - Hitchcock se livre ici à une attaque en règle de l'apparente virginité de son actrice principale qu'il n'aura de cesse de soumettre à sa toute puissance de metteur en scène.
Libre savoir - "Les Oiseaux" se range d’emblée dans la catégorie des œuvres qui innovent, réjouissent ou dérangent, mais ne s’oublient pas...
Cinéma fantastique - "Avec ce film, Hitchcock a obtenu les effets de terreur les plus originaux et les plus achevés de sa carrière. Quand on l’a vu, on ne peut plus regarder un moineau en face, et on mange du pigeon avec un certain sentiment de revanche" (France Roche, France soir)