dernières nouvelles du cosmos - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > dernières nouvelles du cosmos

dernières nouvelles du cosmos

France - 2016 - 1h25
sorti en France le 9 novembre 2016
documentaire - film francophone
de

Julie Bertuccelli

direction de la photographie : Julie Bertuccelli
séances : semaine du mercredi 9 novembre 2016
mercredi 9 jeudi 10 vendredi 11 samedi 12 dimanche 13 lundi 14 mardi 15
18:30*
20:30
18:30
11:00*
18:45
21:00
11:00*
18:45
18:30
20:30
20:30
séance spéciale :
* information : des travaux d’étanchéité en cours obligent l’activité du cinéma de la Cité à concentrer sa programmation en salle Laloux jusqu’au 11 novembre 2016. Merci de votre compréhension.
* samedi 11h00 matinale 3,50 €
* dimanche 11h00 matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 16 novembre 2016
mercredi 16 jeudi 17 vendredi 18 samedi 19 dimanche 20 lundi 21 mardi 22
20:30
18:30
21:00
14:30
18:45
11:00*
18:30
20:30
séance spéciale :
* dimanche 11h00 matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 23 novembre 2016
mercredi 23 jeudi 24 vendredi 25 samedi 26 dimanche 27 lundi 28 mardi 29
16:15
17:00
17:00*
séance spéciale :
* dimanche 17h00 dernière séance

synopsis

À bientôt 30 ans, Hélène a toujours l’air d’une adolescente. Elle est l'auteure de textes puissants et physiques, à l’humour corrosif. Elle fait partie comme elle dit d’un « lot mal calibré, ne rentrant nulle part ». Visionnaire, sa poésie télépathe pense loin et profond, elle nous parle de son monde et du nôtre. Elle accompagne un metteur en scène qui adapte son œuvre, dialogue avec un mathématicien... Pourtant Hélène ne peut pas parler ou tenir un stylo et n’a jamais appris à lire ni à écrire. C’est à ses 20 ans que sa mère découvre qu'elle peut communiquer en agençant des lettres plastifiées sur une feuille de papier. Un des nombreux mystères de celle qui se surnomme Babouillec…

notes de production

Autiste, Hélène Nicolas ne parle pas mais a trouvé le moyen de s’exprimer à travers des cartons qu’elle assemble pour former des phrases. Elle est aujourd’hui une jeune auteur de 30 ans et a intéressé la documentariste Julie Bertuccelli qui en fait le sujet de son quinzième long-métrage. J’ai fait la connaissance d’Hélène grâce au metteur en scène Pierre Meunier (1), qui préparait une pièce sur la fabrication de la parole. Pierre avait entendu parler d’une personne avec autisme qui ne parlait pas mais qui écrivait. Lorsqu’il a lu ses textes, il a été ébloui, explique la réalisatrice.
J’ai rencontré Hélène et sa mère, Véronique, lors d’une représentation de ce spectacle, Du fond des gorges. J’ai été subjuguée par la jeune femme, son mystère, sa manière particulière de communiquer, la dichotomie extraordinaire entre son corps, qui est ce que nous percevons d’elle en premier, et tout ce qu’elle recèle de passionnant, de génial, de si perturbant pour nos petites logiques humaines. J’ai tout de suite eu envie de la filmer, c’était comme une évidence.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Meunier_(homme_de_th%C3%A9%C3%A2tre)

Ce n’est pas tant le portrait d’une autiste que celui d’une artiste que voulait réaliser Julie Bertuccelli. La documentariste a suivi la jeune femme pendant deux ans et a fait le choix de rester seule, sans l’aide technique d’un cadreur ou d’un ingénieur du son. Les premiers et derniers plans de Dernières nouvelles du Cosmos sont les premiers et derniers à avoir été filmés.

En parallèle de Dernières nouvelles du Cosmos, Hélène Nicolas a écrit son histoire sous la forme d’une pièce de théâtre, Forbidden di sporgersi, mise en scène par Pierre Meunier et Marguerite Borda.
On pourrait dire que la pièce Forbidden di sporgersi explore le mystère de l’écriture d’Hélène, tandis que mon film explore le mystère qu’elle incarne elle-même en tant que personne et artiste, raconte Julie Bertuccelli. Ma seule ambition a été d’être un intermédiaire entre Hélène et les spectateurs, de réveiller leur curiosité, leurs sensations, d’ouvrir le chemin pour aller à la rencontre d’une artiste hors norme.
http://culturebox.francetvinfo.fr/festivals/avignon-2015/le-festival-davignon/forbidden-di-sporgersi-fait-retentir-les-mots-de-babouillec-autiste-224211

Julie Bertuccelli explique le titre de son film, Dernières nouvelles du cosmos : comme elle le dit elle-même, Hélène a une relation spirituelle aux choses comme un don médiumnique. Elle dit vivre un voyage intersidéral, un va-et-vient avec le cosmos. Ses rapports à la nature, à l’espace et au temps, sont toujours d’ordre symbolique, métaphorique. (...) À la fin du film, j’assiste à la rencontre d’Hélène avec Laurent Derobert, « mathématicien existentiel ». C’est un moment intense, où l’on comprend que l’autisme n’est pas synonyme d’enfermement, mais d’une connexion profonde avec le mystère du monde.

Entretien avec Julie Bertuccelli
Vous dites que les tournages sont des moments de vie. Comment vivez‑vous cet engagement à long terme qu’exige le documentaire ? Est‑ce votre vécu personnel qui donne cette sensibilité au film ?
J’ai filmé Hélène sur une période de deux ans, en faisant le choix d’être seule derrière la caméra, sans l’aide technique d’un cadreur ou d’un ingénieur du son. Intuitivement, je souhaitais établir une relation directe, une intimité forte avec Hélène. Le premier plan du film est le premier plan que j’ai filmé d’elle, et le dernier plan est le dernier que j’ai filmé. Je voulais faire le portrait, non d’une autiste au quotidien, mais d’une artiste, d’une poétesse au talent fulgurant, qui nous transmet sa vision du monde et sa vision très particulière, très profonde, de nos relations humaines. Ces deux ans de découverte et d’émotions partagées ont été une perpétuelle source d’émerveillement. Hélène ne parle pas, mais tant de choses passent par les rires, les regards, les silences, les gestes, en plus de son écriture. C’était très émouvant de vivre tout ça, très fort, et en même temps je me suis posé beaucoup de questions. Comment réussir à rendre compte de la force de son écriture à l’écran ? Comment trouver la bonne manière de mettre en image l’énigme existentielle qu’incarne Hélène ?
http://www.cinemasducentre.asso.fr/upload/dossierdepresse-dernieresnouvellesducosmos.pdf

Julie Bertuccelli
voir fiche du film La Cour de Babel
http://www.citebd.org/spip.php?film1219