lea - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > lea

lea

Italie - 2016 - 1h35
sorti en France le 13 juillet 2016
compétition festival international du film policier de Beaune 2016
film - version originale sous-titrée en français
de

Marco Tullio Giordana

scénario : Marco Tullio Giordana, Monica Zapelli
direction de la photographie : Roberto Forza
musique ou chansons : Franco Piersanti
avec : Vanessa Scalera (Lea Garofalo), Linda Caridi (Denise), Alessio Praticò (Carlo), Mauro Conte (Floriano), Matilde Piana (Santina), Annalisa Insardà (Renata), Antonio Pennarella (Massimo), Stefano Scandaletti (Maresciallo), Andrea Lucente (Carmine), Paco Reconti (Antonio), Francesco Reda (Giuseppe), Rebecca Capurso (Denise 5 ans), Denise Sapia (Denise 8 ans), Diego Ribon (Don Luigi), Bruno Torrisi (avocat de Carlo), Roberta Caronia (avocat de Denise)
séances : semaine du mercredi 5 octobre 2016
mercredi 5 jeudi 6 vendredi 7 samedi 8 dimanche 9 lundi 10 mardi 11
14:30*
séance spéciale :
* 1ère journée européenne du cinéma art et essai organisée à l’initiative de la Cicae (Confédération internationale des cinémas d'art et essai) avec le soutien de la revue Positif - en partenariat avec Hidden circle - tarif préférentiel : 4 films = 10 €

synopsis

Lea a grandi dans une famille criminelle en Calabre. Le père de sa fille Denise est aussi membre de la mafia. Lea aspire cependant à une vie différente pour sa fille, sans violence, ni peur ni mensonge. Elle décide de coopérer avec la justice, pour bénéficier du régime de protection des témoins et ainsi tenter de s'enfuir... Inspiré de l'histoire vraie de Lea Garofalo, le combat d'une femme pour échapper à la mafia...

notes de production

Il y a toujours eu dans notre cinéma une volonté de filmer des strates de la société privée de voix ; je pense à des films comme La Terre tremble (1) de Luchino Visconti ou Accatone (2) de Pier Paolo Pasolini.
Marco Tullio Giordana
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_terre_tremble
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Accattone

Lea Garofalo (3) était la compagne d’un tueur lié à la ’Ndrangheta (4), une des organisations criminelles les plus redoutables d’Europe. La jeune femme souhaitait en finir avec cette vie dangereuse et violente aux côtés du gangster confirmé Carlo Cosco ; elle a donc décidé de collaborer avec les autorités afin de livrer tout ce qu’elle savait sur le milieu. Elle n’a malheureusement pas pu terminer son combat, disparaissant dans la nuit du 24 au 25 novembre 2009, tuée à l’âge de 35 ans par son ex petit ami. Selon la police, elle aurait été kidnappée, interrogée et assassinée avant que son corps ne soit dissout dans l’acide. Lea avait décidé de changer de vie en 1996, quand son criminel de compagnon s’était fait arrêter par la police avec pertes et fracas devant sa fille, Denise : la scénariste Monica Zapelli, avec qui j’avais écrit mon film Les Cent pas (5), m’a proposé d’écrire un film sur ce sujet. Le producteur Angelo Barbagallo (6) et la Rai (7) m’avaient assuré le respect absolu de la vérité. La force et l’importance de raconter cette histoire, ainsi que cette confiance m’ont décidé à me lancer dans le projet, explique Marco Tullio Giordana.
(3) http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/03/21/sombres-histoires-de-familles_1496480_3214.html
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/%27Ndrangheta
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Cent_pas
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Angelo_Barbagallo
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Rai_(t%C3%A9l%C3%A9vision)

Marco Tullio Giordana est un spécialiste des récits tirés d’histoires vraies tragiques liées à des intrigues criminelles et politiques. On lui doit par exemple Une Histoire italienne (8), long-métrage racontant l’histoire du célèbre couple à la vie comme à l’écran, Osvaldo Valenti et Luisa Ferida, durant la seconde guerre mondiale. Ils avaient été deux stars de ce cinéma des téléphones blancs (9) que le fascisme (10) avait encouragé. Dans ces films rassurants et bien-pensants, ils avaient toujours joué le rôle des méchants, troublant l’Italie petite-bourgeoise avec des personnages qui se reflétaient aussi dans la conduite très libre de leur vie privée. Ils ont été exécutés par les partisans à la fin de la guerre. Giordana a également mis en scène Piazza Fontana (11), relatant cette fois l’attentat à la bombe de la Piazza Fontana à Milan le 12 décembre 1969 (12). Ce drame fit 16 morts et 88 blessés, marquant notamment le début des années de plomb italiennes (13). L’Italien est aussi auteur des Cent pas (5), film dénonçant le pouvoir de la mafia, de Nos meilleures années (14), fresque de plus de 6 heures qui parcourt plus de 40 ans d’Histoire italienne, ou encore Une Fois que tu es né (15), qui porte sur l’immigration clandestine.
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Une_histoire_italienne
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9l%C3%A9phones_blancs
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Fascisme
(11) http://www.citebd.org/spip.php?film996
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentat_de_la_piazza_Fontana
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ann%C3%A9es_de_plomb_(Europe)
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/Nos_meilleures_ann%C3%A9es_(film)
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/Une_fois_que_tu_es_n%C3%A9

Lea a fait sensation au festival du film policier de Beaune 2016 (16), repartant malgré tout bredouille de toutes récompenses.
(16) https://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_international_du_film_policier_de_Beaune
http://www.filmdeculte.com/cinema/actualite/FESTIVAL-DU-FILM-POLICIER-DE-BEAUNE-2016-le-palmares-22783.html

La fille de Lea, Denise, a hérité du courage de sa mère, continuant le combat de cette dernière contre la famille mafieuse calabraise responsable des malheurs de sa famille. Elle a ainsi été un témoin clé lors du procès amenant l’ex compagnon de Lea Garofalo et ses complices à purger une peine de prison à vie. Denise vit désormais sous protection policière constante : après la mort de Lea Garofalo, l’Etat italien a déclenché pour Denise un système de protection conséquent, constitué d’une équipe policière, mais aussi de psychologues et assistants sociaux. Personne ne doit connaître son identité actuelle, ni son visage. On a été donc en contact épistolaire, via son avocat Enza Rando, ainsi que Don Luigi Ciotti, fondateur de Libera, l’association qui a défendu et soutenu Lea et Denise Garofalo depuis le début. Je sais que Denise a vu le film et en a été troublée, ce qui était prévisible. Pour elle, il ne s’agit pas d’une fiction, mais de sa propre vie et celle de sa mère. Je ne m’attendais pas à avoir son propre ressenti, ni ne souhaitais la solliciter. Mais je sais qu’elle pense que cette histoire devait être racontée et à travers le cinéma, toucher le plus grand nombre. Cela me suffit. On m’a dit que quand Denise était petite, sa mère lui avait montré Les Cent pas (5). Quand je l’ai appris, j’ai compris combien il était important pour moi de faire ce film, relate Marco Tullio Giordana.

Marco Tullio Giordana évoque le rôle des femmes dans la mafia et indique que celles-ci sont le pilier d’un système bien huilé et qu’elles possèdent le pouvoir de faire tomber n’importe quel grande famille de la pègre : dans les milieux de la criminalité organisée, la femme appartient au patron du clan. C’est elle qui élève les enfants et transmets les « valeurs » sur lesquels repose la mentalité mafieuse. Quand les femmes se soumettent à ce rôle, la société mafieuse est à l’abri. Mais quand une femme commence à réfléchir à l’avenir de ses enfants, qu’elle refuse qu’ils deviennent des petits soldats du boss, ou qu’elle essaie de s’émanciper, la crise du système est irréversible. Je ne pense pas qu’un homme aurait pu vivre la même situation, la paternité est liée à un sentiment plus culturel que charnel ; pour une femme, l’instinct maternel est très fort, comme un instinct de survie qui la rend encore plus forte et plus courageuse.

Marco Tullio Giordana et le directeur de la photographie Roberto Forza forment un duo inséparable artistiquement. En effet, les deux hommes travaillent ensemble depuis 2000 et le film Les Cent pas (5).

Marco Tullio Giordana est un expert en matière de criminalité italienne et concernant le fonctionnement des différents types de mafias qui composent la grande botte ; de la mafia sicilienne à la camorra napolitaine (17) en passant par ’ndrangheta calabraise (4), chaque organisation criminelle a ses propres codes : la ‘ndrangheta (4) a gardé la famille comme noyau, les affiliés ne sont pas des associés, mais des frères, fils, cousins, neveux. S’il faut faire des alliances et des fusions, cela se passe à travers des mariages. C’est pour cela qu’elle reste une des organisations criminelles des plus impénétrables. Et elle réussi a contaminé l’Italie du Nord et l’Europe par ses disponibilités d’argent courant provenant du trafic de la drogue. C’est une des raisons pour les lesquelles le sujet du film a une résonance forte dans l’actualité.
(17) https://fr.wikipedia.org/wiki/Camorra

Entretiens avec Marco Tullio Giordana
La force du film, c’est de ne jamais s’appesantir sur les détails. Au spectateur de faire le lien entre les scènes…
Le cinéma des années 1920 et des années 1930 utilisait beaucoup l’ellipse, qui était aussi une façon de contourner la censure. Je n’aime pas tout expliquer, et je n’aime pas qu’on m’explique tout. L’une des plus belles ellipses du cinéma, c’est la scène de 2001, odyssée de l’espace (18) : un singe jette un os en l’air, et quand cet os retombe, il se mue en station spatiale. Magnifique ! Deux autres ellipses me viennent en tête : dans Lawrence d’Arabie (19), le héros allume une allumette, l’élève, et la flamme se transforme en lever de soleil dans le désert ; et, dans Les 39 marches (20), le personnage principal, Richard Hannay, est arrêté, puis, sans transition, on le voit sauter à travers la fenêtre d’un commissariat et s’échapper. Que s’est-il passé ? Hitchcock ne s’attarde pas...
http://tempsreel.nouvelobs.com/cinema/20160713.OBS4653/cinema-lea-le-jour-et-la-nuit-existent-la-mafia-aussi.html
(18) http://www.citebd.org/spip.php?film1636
(19) https://fr.wikipedia.org/wiki/Lawrence_d%27Arabie_(film)
(20) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_39_Marches_(film,_1935)
En France, l’histoire de Lea Garofalo n’est pas connue, alors qu’en Italie cela a fait couler beaucoup d’encre. Pensez vous que cette histoire peut être universelle ?
Je pense que oui. Malheureusement les sociétés modernes sont le berceau de formes d’associations criminelles toujours plus sophistiquées et encombrantes, aucun pays ne peut y échapper. Accepter d’en faire partie ou en fuir est un problème qui va toucher de plus en plus de monde, et il suffit de regarder les périphéries suburbaines européennes pour s’en rendre compte. Il y aura certainement d’autres exemples de femmes comme Lea qui refusent une vie soumise à une organisation criminelle : pour ça, il sera nécessaire de trouver une façon de les encourager et les protéger...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/lea,348475

Marco Tullio Giordana
Né à Milan le 1er octobre 1950.
Son film Nos meilleures années a marqué la mémoire des spectateurs qui ont croisé cette saga...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marco_Tullio_Giordana

Roberto Forza
voir fiche du film Piazza Fontana
http://www.citebd.org/spip.php?film996

Franco Piersanti
voir fiche du film Habemus papam
http://www.citebd.org/spip.php?film686
https://fr.wikipedia.org/wiki/Franco_Piersanti

Vanessa Scalera
voir fiche du film La Belle endormie
http://www.citebd.org/spip.php?film1059
https://fr.wikipedia.org/wiki/Vanessa_Scalera

Linda Caridi
http://www.imdb.com/name/nm5307910/

Alessio Praticò
http://www.imdb.com/name/nm4606441/

Mauro Conte
http://www.imdb.com/name/nm3941091/

Matilde Piana
voir fiche du film Contes italiens
http://www.citebd.org/spip.php?film1592
http://www.imdb.com/name/nm0681218/

Annalisa Insardà
Née le 13 octobre 1978 à Polistena.
http://www.imdb.com/name/nm6648581/

Antonio Pennarella
voir fiche du film Piazza Fontana
http://www.citebd.org/spip.php?film996
http://www.imdb.com/name/nm0672049/

Stefano Scandaletti
voir fiche du film Piazza Fontana
http://www.citebd.org/spip.php?film996
http://www.imdb.com/name/nm0768896/

Andrea Lucente
http://www.imdb.com/name/nm4142783/

Paco Reconti
http://www.imdb.com/name/nm0714537/

extrait(s) de presse

Le Nouvel obs - Le cinéaste, qui s'est déjà intéressé à la Mafia avec "les Cent Pas", prix du scénario à la Mostra de Venise en 2000, dessine le portrait d'une femme blessée et forte, décidée et désemparée, servie à la perfection par Vanessa Scalera. Des images d'archives créent un contrepoint saisissant et ajoutent à l'émotion lancinante de ce film.
Culturopoing - Le cinéaste excelle à utiliser ce tableau inquiétant autant à des fins ouvertement critiques qu’à la mise en place d’un suspens indécis, il bannit l’idée même de sérénité de son univers pour faire d’éléments anodins des sources de tension récurrentes.
àVoir-àLire - Diffusé à la télévision italienne en fin d’année 2015, "Léa" réussit à déboucher sur une proposition de cinéma pertinente en dépit d’un rythme légèrement tronqué et d’une réalisation d’ampleur moindre mais rigoureuse...
La Croix - Marco Tullio Giordana garde le cap d’un réalisme austère pour montrer la rudesse du quotidien et de son héroïne. Sombre, son film n’a pour lumière que le lien mère-fille renforcé au fil des épreuves et, en toute fin, les images d’archives qui rappellent que d’autres femmes, soutenues par une partie de la population, mènent elles aussi le combat de Lea.
Toute la culture - Filmé avec élégance et précision sur d’élégants fonds noirs, Léa révèle la beauté et l’énergie vibrante de l’extraordinaire Vanessa Scalera qui irradie vraiment l’écran...
Challenges - Cette fiction féroce s'inscrit non seulement dans la veine des fresques sociales à l'italienne, mais c'est peut-être davantage grâce à son esthétique léchée que "Lea" pourra rencontrer son public.
Les Inrocks - Les actrices italiennes ont presque toujours été plus puissantes et expressives que leurs partenaires masculins. Ce n’est pas nouveau et Vanessa Scalera ne déroge pas à la règle...
Ciné toile - (...) "Léa" est au final un biopic poignant, parfois douloureux mais au-delà un véritable hommage à cette femme qui a tenu tête à l’une des plus grandes organisations criminelles mafieuses au périple de sa vie.