man on high heels - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > man on high heels

man on high heels

Hai-hil
Corée du sud - 2014 - 2h05
sorti en France le 20 juillet 2016
Grand prix, prix de la critique Festival du film policier de Beaune 2016
film - version originale sous-titrée en français
de

Jin Jang

scénario : Jin Jang
direction de la photographie : Lee Sung-je
musique ou chansons : Jay Kim
avec : Cha Seung-Won (Yoon Ji-wook), Oh Jung-Se (Heo Gon), Esom (Jang-mi), Song Young-Chang (Heo Bul), Seong-Woong Park (Hong), Go Kyung-pyo (Jin-woo), Kim Eung-Soo (Park), Yong-nyeo Lee (Bada)
séances : semaine du mercredi 10 août 2016
mercredi 10 jeudi 11 vendredi 12 samedi 13 dimanche 14 lundi 15 mardi 16
20:30
20:30
18:30
11:00*
18:30
14:00
20:30
20:30
20:30
séance spéciale :
* samedi 11h00 matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 17 août 2016
mercredi 17 jeudi 18 vendredi 19 samedi 20 dimanche 21 lundi 22 mardi 23
20:30
20:30
18:30
18:30*
séance spéciale :
* Afin de procéder à d'importantes modifications au niveau des cabines de projection, la séance du samedi 18h30 est annulée - il vous est possible en échange de voir le film "La Forêt de Quinconces" au tarif préférentiel de 3,50 €

synopsis

Ji-wook est un policier endurci bardé de cicatrices prêt à tout pour arrêter les criminels qu’il pourchasse, en particulier Heo-gon, un mafieux notoire et cruel. Sa jeune collègue, traque, elle, un violeur en série et tombe peu à peu amoureuse de Ji-wook. Mais elle ignore que celui-ci ne nourrit qu’un seul désir : devenir une femme…

notes de production

Jin Jang a travaillé avec la société de production Lotte, qui est allé au-delà des conventions et des préjugés sur la transsexualité afin de financer Man on high heels à hauteur de 6 millions $ : certains se demandaient si la Corée était prête à voir aborder ce genre de sujet, si cela valait le coup d’investir six millions $ pour ce film. Mais, même s’il s’agit d’une société de grande envergure en Corée, les gens qui y travaillent sont quand même des cinéphiles : ils aiment le cinéma et ont travaillé longtemps dans le milieu. Nous nous sommes tous dit qu’on voulait faire ce film. Nous avions cette volonté commune de porter ce projet à l’écran, confie le réalisateur.

C’est l’acteur coréen Cha Seung-Won qui prête ses traits au personnage de flic transsexuel Yoon Ji-wook. Ce dernier tient un rôle à contre-emploi, plutôt habitué à incarner des personnages virils. Le cinéaste Jin Jang connaît très bien le comédien avec lequel il travaille pour la 3ème fois : nous sommes amis et c’est la troisième fois qu’on travaillait ensemble ; du coup, nous n’avons eu aucun souci de communication. Il a tout de suite saisi l’intériorité de son personnage. Bien qu’il ait une image très virile auprès du public coréen, j’avais déjà remarqué, par de simples détails furtifs comme un geste de la main, qu’il avait quelque chose d’assez féminin en lui. C’est de ce type de détails dont on a beaucoup parlé, explique le cinéaste.

Cha Seung-Won a été très impliqué dans le processus de réécriture de son personnage comme l’indique Jin Jang : dans le premier jet du scénario, par exemple, le personnage était marié et avait un enfant. Cha Seung-won ne croyait pas au fait que son personnage puisse abandonner sa famille. J’ai finalement pensé, moi aussi, que cela ne fonctionnerait pas non plus.

Pour créer l’ambiance visuelle de Man on high heels, Jin Jang a fait appel à un directeur de la photographie chevronné en la personne de Lee Sung-je, chef-opérateur des films cultes The Chaser (1) et The Murderer (2) de Na Hong-jin : je m’en suis remis à lui concernant la composition des plans, mais tout en ayant en tête le montage précis de chaque scène, ce que je visualise assez vite. Car je sais quasi instinctivement ce dont j’aurai besoin au montage. On a aussi beaucoup parlé de l’utilisation des couleurs. Lee Sung-je est bien plus qu’un technicien. Il crée les images d’un film, relate le metteur en scène.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Chaser_(film,_2008)
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Murderer

Man on high heels s’ouvre sur une scène de boîte de nuit qui a nécessité 4 jours de tournage : comme le personnage a une distance d’environ six mètres à parcourir dans cette séquence, en fait, chaque jour, on avançait d’un mètre cinquante ! (rires) Ce que je voulais montrer avant tout dans cette scène et au sein de ce décor, c’était la toute-puissance de ce personnage sans foi ni loi, explique le cinéaste.

Entretien avec Jang Jin
Quel a été le point de départ de "Man on high heels" ("Le Flic aux talons hauts") ?
Le point de départ de Man on high heels est très personnel, cela vient d’un ami à moi. Un ami de longue date. En fait dans la société coréenne, il y a des marginaux qui ne sont pas intégrés dans la société. Beaucoup de gens les considèrent pour ainsi dire comme anormaux. Ça n’est d’ailleurs pas qu’une question de sexe, cela concerne des personnes très différentes qui sont considérées comme marginales, hors de la société. Je voulais parler de la vie de ces gens-là...
http://www.filmdeculte.com/people/entretien/Entretien-avec-Jang-Jin-Seoul-Hypnotique-21925.html

Jin Jang
Né le 24 février 1971 à Séoul.
http://www.imdb.com/name/nm0151733/

Lee Sung-je
http://www.imdb.com/name/nm3011176/

Jay Kim
http://www.imdb.com/name/nm2790097/

Cha Seung-Won
Né le 7 juin 1970 à Anyang.
http://www.imdb.com/name/nm0149226/

Oh Jung-Se
http://www.imdb.com/name/nm2442113/

Esom
Née le 30 janvier 1990 à Séoul.
http://www.imdb.com/name/nm4619220/

Song Young-Chang
Né le 2 avril 1958 à Jinju.
http://www.imdb.com/name/nm0814309/

Seong-Woong Park
Né le 9 janvier 1973 à Chungju.
http://www.imdb.com/name/nm3663864/

Go Kyung-pyo
Né le 11 juin 1990 à Séoul.
http://www.imdb.com/name/nm5963347/

Kim Eung-Soo
Né le 12 février 1961 à Seocheon.
http://www.imdb.com/name/nm1255246/

Yong-nyeo Lee
http://www.imdb.com/name/nm1079857/

extrait(s) de presse

Abus de ciné - Le film affiche donc au final une modernité décoiffante, revisitant le concept de soap-opera sans craindre la grandiloquence, et exploitant le filon de la transsexualité du protagoniste avec une impertinence déconcertante...
L'Express - Avec une aisance étonnante, Jang Jin passe ainsi volontiers du film d'action sous adrénaline au mélodrame le plus kitsch ou à la comédie potache, de l'ultraviolence aux larmes - comme si un Quentin Tarantino asiatique rencontrait Pedro Almodovar !
Paris match - Inattendu et surprenant, ce film d'action flamboyant et sentimental nous révèle un impressionnant réalisateur coréen...
Film de culte - A l'heure où l'on avait l'impression de connaitre le thriller à la coréenne par cœur, Jang Jin apporte un twist à la fois malin et sensible au genre.
Ciné Asie - (...) "Man on high heels", c’est un peu le cinéma de John Woo qui rencontre celui de Pedro Almodovar, c’est détonnant et vraiment original...