the neon demon - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > the neon demon

the neon demon

Usa, Danemark, France - 2016 - 1h57
sorti en France le 8 juin 2016
compétition officielle Cannes 2016
interdit aux moins de 12 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Nicolas Winding Refn

scénario : Nicolas Winding Refn, Mary Laws, Polly Stenham
direction de la photographie : Natasha Braier
musique ou chansons : Cliff Martinez
avec : Elle Fanning (Jesse), Jena Malone (Ruby), Bella Heathcote (Gigi), Abbey Lee (Sarah), Christina Hendricks (Roberta Hoffman), Keanu Reeves (Hank), Karl Glusman (Dean), Desmond Harrington (Jack), Charles Baker (Mikey), Chris Muto (Nick), Alessandro Nivola (un créateur), Jamie Clayton (une directrice de casting), Cameron Brinkman (un mannequin), Taylor Marie Hill (un mannequin), Stacey Danger (une assistante au casting)
séances : semaine du mercredi 20 juillet 2016
mercredi 20 jeudi 21 vendredi 22 samedi 23 dimanche 24 lundi 25 mardi 26
20:30
18:30
21:00
11:00*
18:30
20:30
18:30
18:30
séance spéciale :
* samedi 11h00 matinale 3,50 €

synopsis

Jesse, une jeune fille souhaitant devenir mannequin, se rend à Los Angeles pour réaliser son rêve. Celui-ci tourne très vite au cauchemar lorsqu'elle réalise qu'elle est l'objet de tous les désirs de femmes obsédées par sa beauté et sa vitalité et qui sont prêtes à tous les moyens nécessaires pour s'en emparer...

notes de production

Carey Mulligan (1) devait à l’origine être le premier rôle de The Neon demon, avant d’être finalement remplacée par Elle Fanning.
(1) http://www.citebd.org/spip.php?film565

Le titre provisoire de The Neon demon était I walk with the dead (2). Le compositeur Cliff Martinez évoque le film comme un mélange entre La Vallée des poupées (3) et Massacre à la tronçonneuse (4).
(2) http://www.filmdeculte.com/cinema/actualite/I-WALK-WITH-THE-DEAD-des-infos-sur-le-thriller-sexuel-et-feminin-de-Nicolas-Winding-Refn-18476.html
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Vall%C3%A9e_des_poup%C3%A9es
(4) http://www.citebd.org/spip.php?film1350

Pour une scène particulière, Nicolas Winding Refn a tourné en 60 images par seconde, afin de donner un rendu en slow motion.

Nicolas Winding Refn avait déjà travaillé avec Christina Hendricks pour Drive (5), sorti en 2011. Le réalisateur retrouve également à cette occasion la ville de Los Angeles, où ont été tournés les deux films.
(5) http://www.citebd.org/spip.php?film753

The Neon demon a fait partie de la sélection officielle du festival de Cannes où il était présenté en compétition. C’est la troisième fois que le réalisateur se rend sur la croisette, après Drive (5) qui a reçu le prix de la mise en scène en 2011 et Only god forgives (6), présenté en 2013.
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Only_God_Forgives

Fasciné par la beauté, Nicolas Winding Refn a souhaité la mettre au centre de cette variation autour du film d’horreur : la valeur de la beauté ne cesse de grimper, elle ne retombe jamais. Et, alors que sa durée de vie se réduit, nous sommes de plus en plus obsédés par elle. Cette obsession peut souvent mener à une forme de folie. Dans la mythologie grecque, Narcisse tombe tellement amoureux de sa beauté qu’il finit par se noyer dans son propre reflet, explique le réalisateur.

Pour Nicolas Winding Refn, travailler avec Keanu Reeves était une opportunité en or : à la minute où le nom de Keanu Reeves a été prononcé, j’ai su qu’il serait le meilleur choix. Et c’était une façon pour moi de boucler la boucle car Keanu et moi nous étions rencontrés il y a une dizaine d’années lors de mon premier gros contrat à Hollywood. Ce film ne s’est jamais fait… mais j’ai toujours espéré avoir la chance de travailler avec lui. Peu d’acteurs ont son statut d’icône populaire, son talent et une véritable aura de star.

Desmond Harrington a rejoint le casting de The Neon demon seulement deux jours avant que le tournage de ses scènes ne débute.

La ville de Los Angeles n’était pas le premier choix de Nicolas Winding Refn pour son prochain film, comme il le raconte lui-même : après le tournage d’Only god forgives à Bangkok, je voulais tourner un film à Tokyo, mais Liv a dit, “Je ne veux pas aller vivre à Tokyo”. Alors je lui ai demandé quel serait le compromis et elle a répondu, “Los Angeles”". Tourner à L.A. nécessite toutefois un budget très important ; une contrainte que le cinéaste a contournée en collaborant avec de jeunes équipes très prometteuses. "Après avoir tourné à Los Angeles, je crois que cette ville a deux réalités : la soi-disant réalité « réelle » et la réalité « artificielle ». La réalité artificielle est l’illusion de Los Angeles, ce que je trouve très intéressant car il s’agit donc d’une mythologie, conclut-il.

Nicolas Winding Refn a voulu tourner The Neon demon avec des objectifs anciens, par souci d’économie et d’esthétique. J’ai passé deux mois à chercher les bons objectifs anamorphiques et à les faire réparer car j’ai choisi des objectifs anciens qui sont peu utilisés de nos jours. (...) Ils sont formidables parce qu’ils sont doux et ont un rendu “cosmétique” sur les visages, explique le réalisateur. J’avais besoin que la peau ressemble le plus possible à ce que l’on voit sur les photos de mode qui sont extrêmement retouchées sur photoshop. Mais je savais qu’avec notre budget, nous ne pourrions pas traiter la peau en postproduction, et que je devais par conséquent parvenir à ce résultat au tournage.

En plus des morceaux composés par Cliff Martinez, avec lequel Nicolas Winding Refn a collaboré pour Drive (5), Only god forgives (6), et My life directed by Nicolas Winding Refn (7), le réalisateur a également incorporé à la bande originale un morceau de son neveu Julian Winding. Comme musique temporaire, le cinéaste avait choisi des morceaux de Bernard Hermann (8), le compositeur historique d’Alfred Hitchcock (9).
(7) https://www.cineseries-mag.fr/rencontre-avec-liv-corfixen-et-nicolas-winding-refn-pour-my-life-directed-by-nicolas-winding-refn/
(8) http://www.citebd.org/spip.php?film1655
(9) http://www.citebd.org/spip.php?film1670

Nicolas Winding Refn a tourné The Neon demon dans l’ordre chronologique, comme c’est le cas pour ses précédents films. C’est un procédé que j’utilise sur tous mes films parce que j’aime la peur provoquée par l’incapacité de voir la forme que prendra le film avant qu’il soit terminé. Cela force tout le monde à se soumettre car le film est un organisme en évolution constante dont on doit s’occuper, que l’on doit toucher de près et ressentir. Et chaque jour, un changement est possible. Cela peut être tout aussi effrayant qu’excitant, confie le cinéaste.

Je me suis toujours demandé ce que cela fait d’être née belle, d’en être consciente, de naviguer dans un univers, celui de la mode, mettant en valeur cette seule qualité. La beauté est une valeur qui n’a cessé de grimper au cours de l’Histoire, je pense que la culture de l’Internet, qui est extrêmement narcissique, la place plus haut que jamais. Pourtant, la valeur “beauté” n’a jamais été aussi brève. Ces filles, on le voit bien, dans le monde de la mode, ne restent jamais longtemps au firmament. Leur carrière se révèle de plus en plus courte, comme si leur espérance de vie se réduisait de manière dramatique...
Nicolas Winding Refn
http://www.lemonde.fr/m-gens-portrait/article/2016/06/03/nicolas-winding-refn-ou-la-beaute-en-horreur_4933655_4497229.html

Nicolas Winding Refn
voir fiche du film Drive
http://www.citebd.org/spip.php?film753

Polly Stenham
http://www.imdb.com/name/nm6032864/

Natasha Braier
http://www.imdb.com/name/nm1161987/

Cliff Martinez
voir fiche du film Drive
http://www.citebd.org/spip.php?film753

Elle Fanning
voir fiche du film Somewhere
http://www.citebd.org/spip.php?film575

Jena Malone
voir fiche du film Inherent vice
http://www.citebd.org/spip.php?film1431

Bella Heathcote
Née le 27 mai 1987 à Melbourne.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bella_Heathcote

Abbey Lee
voir fiche du film Mad Max : fury road
http://www.citebd.org/spip.php?film1580

Christina Hendricks
voir fiche du film Lost river
http://www.citebd.org/spip.php?film1436

Keanu Reeves
Né Keanu Charles Reeves le 2 septembre 1964 à Beyrouth.
Devient une célébrité mondiale pour son rôle de Neo dans Matrix...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Keanu_Reeves

Karl Glusman
https://fr.wikipedia.org/wiki/Karl_Glusman

Desmond Harrington
Né le 19 octobre 1976 à Savannah (Géorgie).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Desmond_Harrington

Charles Baker
Né le 27 février 1971 à Washington.
http://www.imdb.com/name/nm1889973/

Chris Muto
http://www.imdb.com/name/nm2502702/

Alessandro Nivola
Né le 28 juin 1972 à Boston.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Alessandro_Nivola

Jamie Clayton
Née le 15 janvier 1978 à San Diego.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jamie_Clayton

Cameron Brinkman
http://www.imdb.com/name/nm2452825/

Taylor Marie Hill
Née le 5 mars 1996 à Palatine (Illinois).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Taylor_Marie_Hill

Stacey Danger
http://www.imdb.com/name/nm4137374/

extrait(s) de presse

Tf1 news - Le réalisateur Nicolas Winding Refn a bien raison de signer "The Neon Demon" de ses initiales (NWR comme un certain YSL): radical et filant telle une comète jusqu'au bout de sa logique paranoïaque, ce film l'impose définitivement comme un génie de la haute-couture trash, pour qui le bon goût est l’ennemi de la créativité.
France tv info - Derrière l'œuvre expérimentale et visuellement époustouflante de Nicolas Wending Refn, se cache une critique acerbe de notre monde, où le culte de la beauté et de la perfection règne en maître.
Ecran large - Vénéneux, retors, et cruellement drôle, "The Neon Demon" est un uppercut esthétique inclassable, parfois déconcertant, toujours jubilatoire.
Critikat - Rien, ou presque, ne nous avait préparé dans la carrière de Nicolas Winding Refn à un film aussi tortueux, inégal et passionnant que "The Neon demon".
Télérama - Sophistiquée et crue, cette guerre des belles est d'une futilité perverse, sexy, sanglante, fun.
àVoir-àLire - La performance esthétique de "The Neon demon" farde une certaine inconsistance. Mais qu’importe, cette plongée Suspirienne fascine jusqu’à l’obsession.
La Voix du nord - Alors oui, on se solidarise de ce cinéma de pure sensation, de cet auteur fétichiste qui cultive l’étrangeté, frise l’abstraction et compose des plans d’une sophistication inouïe, peuplés de filles que l’on croirait sorties des clips de Bryan Ferry et feu Robert Palmer...
Paris match - Depuis «Mulholland drive» de David Lynch, aucun film ne nous avait autant donné l'impression de flotter dans un autre monde, irréel et pourtant si prégnant. Film-expérience, «The Neon demon» marquera son temps...