les habitants (depardon) - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > les habitants (depardon)

les habitants (depardon)

France - 2016 - 1h24
sorti en France le 27 avril 2016
documentaire - film francophone
de

Raymond Depardon

direction de la photographie : Raymond Depardon
musique ou chansons : Alexandre Desplat
séances : semaine du mercredi 3 août 2016
mercredi 3 jeudi 4 vendredi 5 samedi 6 dimanche 7 lundi 8 mardi 9
18:30*
18:30
21:15
21:15
18:30
18:30
18:30*
séance spéciale :
* initialement prévu à partir du 29 juin, le film "Les Habitants" est repoussé au 3 août.
* mardi 18h30 dernière séance

synopsis

Raymond Depardon part à la rencontre des Français pour les écouter parler. De Charleville-Mézières à Nice, de Sète à Cherbourg, il invite des gens rencontrés dans la rue à poursuivre leur conversation devant nous, sans contraintes en toute liberté...

notes de production

Ne pas confondre avec Les Habitants, film de Alex Van Warmerdam
http://www.citebd.org/spip.php?film998

L’idée du film est venue à Raymond Depardon au moment où il a photographié la France de 2004 à 2010. Le cinéaste avait en effet à ce moment pris beaucoup de plaisir à écouter des conversations dans la rue et s’était dit qu’il fallait filmer ces échanges par un dispositif spécifique.

Au total, Raymond Depardon a filmé dans quinze villes, de Calais à Fréjus, en passant par Morlaix dans le Finistère. Entamé en mai 2015, le tournage a duré huit semaines. Le metteur en scène se souvient : j’ai choisi une quinzaine de villes réparties sur toute la France. Des villes moyennes, comme Charleville-Mézières ou Saint-Nazaire, des grandes villes comme Bayonne ou Nice, ainsi qu’une ville en banlieue parisienne, Villeneuve-Saint- Georges. Je connaissais certaines d’entre elles, mais pas toutes. J’avais un bon pressentiment. Nous étions au printemps, le temps était doux, les gens flânaient dans la rue. Ce fut un beau voyage de mai à juillet. Je cherchais une France du « centre », des gens qui travaillent, qui passent leur bac, qui se marient, qui divorcent, qui votent, je voulais offrir une image des villes lumineuse et colorée telles qu’elles sont aujourd’hui. Nous ne restions pas plus de trois jours dans chaque ville. Nous filmions entre cinq à dix « couples » par étape.

Avec Les Habitants, le maître du documentaire français Raymond Depardon repart à nouveau en road-trip en camping-car après Journal de France sorti en 2012.
http://www.citebd.org/spip.php?film849

Alors qu’ils s’apprêtaient à effectuer des repérages d’un nouveau film dans le désert du Tchad, Raymond Depardon et Claudine Nougaret ont finalement préféré donner la parole aux Français du fait des évènements tragiques qui ont eu lieu en France et en Afrique début 2015.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Claudine_Nougaret
http://www.lesechos.fr/14/11/2015/lesechos.fr/021477022564_attentats---la-france-face-a-un--acte-de-guerre--apres-la-mort-de-129-personnes.htm

Raymond Depardon a cherché à créer un dispositif pour donner une unité de regard sur tout le territoire. C’est donc dans cette optique qu’il a choisi de transformer une petite caravane toute simple en studio ambulant et de l’installer au plus près des gens de la rue. Le réalisateur poursuit : nous accostions des gens déjà en train de discuter et leur demandions s’ils étaient disponibles une demi-heure, pour parler devant la caméra des sujets qui les motivaient, les préoccupaient ou les enthousiasmaient. Pendant qu’ils poursuivaient leurs conversations à l’intérieur de la caravane, isolés des regards et des bruits extérieurs, assis face à face sur des tabourets de chaque côté d’une petite table, avec entre eux une large fenêtre sur la rue, je les filmais de profil.

Raymond Depardon a tourné en argentique avec sa caméra 35mm Aaton Penelope, équipée d’un objectif Schneider 25 mm. Claudine Nougaret, en charge du son, a quant à elle installé plusieurs micros à l’intérieur et à l’extérieur de la caravane pour restituer les infimes différences des voix et les ambiances des différents décors.
http://www.cinematheque.fr/fr/catalogues/appareils/collection/camera-film-35-mm-et-numerique-4kap-13-2830-1-2.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Schneider_Kreuznach

Raymond Depardon a posé sa caméra dans plusieurs villes du Finistère dont Morlaix qu’il affectionne particulièrement. Le metteur en scène a expliqué, au moment où il a réalisé la série de photos La France de 2004 à 2010, qu’il avait un peu oublié ce département, ce qui lui a donné envie, avec Les Habitants, de se rattraper.

Raymond Depardon
voir fiche du film Journal de France
http://www.citebd.org/spip.php?film849

Alexandre Desplat
voir fiche du film La Vénus à la fourrure
http://www.citebd.org/spip.php?film1156

extrait(s) de presse

L'Humanité - C’est fort, juste, féministe, insoutenable et rigolo. Ça crie fort ou doux. C’est la galère des invisibles. Et si ces confessions intimes étaient plus politiques qu’il n’y paraît ?
Le Nouvel obs - C’est bien simple, le film dure une heure vingt-cinq et ce n’est pas assez, on en reprendrait bien encore quelques heures.
Positif - Non seulement "Les Habitants" ressemble à un voyage alternatif, fourmillant d'"instants décisifs" si chers à Cartier-Bresson ; non seulement il abolit jugement et hauteur, privilégiant l'immersion ; mais il sonne et résonne, à bien des égards.
La Croix - Dans ce documentaire plein de charme, Raymond Depardon poursuit son émouvante exploration de l’Hexagone en recueillant les conversations de ses habitants.
La Voix du nord - Voilà un beau film de combat, invitant à relever la tête, à ne pas baisser les bras !
France tv info - Une somme de paroles, qui offre un portrait saisissant de la France et des Français, de leurs préoccupations.
Libération - Le cœur de l’espace public, Depardon affirme déjà qu’il n’est pas là où on le scrute chaque jour, mais là où il palpite de ses battements irréguliers, dans les rues, sur les places, dans les conversations.
Télérama - Le film apporte le luxe suprême du doute à cet instantané d'un pays que tout le monde prétend comprendre, mais que peu de gens écoutent vraiment. Alors, pourquoi eux ? Sans doute parce que eux, c'est nous.