familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN


accueil > à l'affiche au cinéma > la chevauchée des bannis

la chevauchée des bannis

ciné répertoire
Day of the outlaw
Usa - 1959 - 1h32
sorti en France le 7 août 1959
film - version originale sous-titrée en français
de

André De Toth

scénario : Philip Yordan
d'après l'oeuvre de : Lee E. Wells
direction de la photographie : Russell Harlan
musique ou chansons : Alexander Courage
avec : Robert Ryan (Blaise Starrett), Burl Ives (Jack Bruhn), Tina Louise (Helen Crane), Alan Marshal (Hal Crane), Venetia Stevenson (Ermine), David Nelson (Gene), Nehemiah Persoff (Dan), Jack Lambert (Tex), Frank DeKova (Denver), Lance Fuller (Pace), Elisha Cook Jr. (Larry Teter, le barbier), Dabbs Greer (docteur Langer, le vétérinaire), Betsy Jones-Moreland (madame Preston), Helen Westcott (Vivian), Donald Elson (Vic, le propriétaire du magasin), Robert O. Cornthwaite (Tommy Preston), Michael McGreevey (Bobby, le fils de Vic), Arthur Space (Clay), Paul Wexler (Vause), Jack Woody (Shorty), George Ross (Clagett), William Schallert (Preston)
séances : semaine du mercredi 25 mai 2016
mercredi 25 jeudi 26 vendredi 27 samedi 28 dimanche 29 lundi 30 mardi 31
18:30*
séance spéciale :
* ciné mardi : "sous le ciel de l’Ouest" - couplé avec "Pat Garrett et Billy le kid" - soirée animée avec Hidden circle en présence de Matthieu Bonhomme, auteur et dessinateur de l’album "L’homme qui tua Lucky Luke" (éditions Lucky comics) - tarif préférentiel 2 films = 7 €

synopsis

Dans un village montagneux du Wyoming, enfoncé dans la neige et coupé du monde, l'éleveur Blaise Starret s'oppose farouchement à des fermiers, dont l'un d'eux a épousé son ancienne compagne Helen. L'arrivée soudaine de sept bandits pourchassés par les autorités, commandés par un certain Jack Bruhn, quémandant secours, à la suite d'une blessure, fait taire les hostilités et contraint fermiers et éleveurs à s'unir contre le danger. Blaise Starret imagine un piège susceptible d'égarer Jack Bruhn et ses hors-la-loi indésirables...

notes de production

En octobre 1958, comme à son habitude, André De Toth partit lui-même chercher le lieu où tourner son film et survola, avec son avion personnel, les parcs nationaux aux alentours de Bend dans l’Oregon. Il choisit le plateau de Dutchman Flat, régulièrement enneigé et difficile d’accès par la route, et décida d’y faire construire le village de Bittersn, réalisé par le chef décorateur Jack Poplin (1) deux jours avant le début du tournage. L’équipe - une soixantaine de personnes, dont des habitants de la région - fut logée dans un hôtel historique de Bend (la Pilot Butte Inn) pendant les deux semaines du tournage en décors réels. Elle dut affronter des conditions climatiques difficiles : le froid, des tempêtes de neige, du blizzard, mais qui contribuèrent à l’authenticité du film. La grande majorité des intérieurs (et quelques plans de nuit) furent tournés ensuite, au mois de décembre 1958, à Los Angeles, aux Kling studios (2), anciennement studios de Charles Chaplin. Le film fut achevé le 18 décembre et fut présenté à la Censure dès la mi-janvier.
(1) http://www.imdb.com/name/nm0691305/
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Charlie_Chaplin_Studios

En tout cas ce western d’André De Toth, même s’il a subi un échec financier sévère à l’époque, a depuis largement été vengé par toute une frange de la critique française, dont certaines personnalités en font l’un des plus grands chefs-d’œuvre du genre et le sommet de l’œuvre du cinéaste. Le grand écart est néanmoins un peu excessif car il est exécuté au détriment des autres westerns de sa filmographie qui, pour certains, peuvent prétendre à d’aussi belles dithyrambes ; on pense notamment à certains films nés de son association avec Randolph Scott (3) qui méritent bien mieux que le dédain dans lequel ils sont tenus, y compris dans le livre de Philippe Garnier (4) aussi passionnant soit-il. La Chevauchée des bannis ne devrait donc pas nous faire oublier les excellents Cavalier de la mort (5), Cavalier traqué (6) et surtout cette petite merveille qu’est Terreur à l’Ouest (7). Il est également permis de lui préférer l’un des plus grands films noirs des années 50, à savoir Chasse au Gang (8), sans oublier le splendide La Rivière de nos amours (9) ainsi que son étonnant dernier rejeton, Enfants de salauds (10). Tout cela pour dire qu’il serait dommage que cet arbre majestueux cache une forêt qui n’en est pas avare de beaucoup d’autres !
http://www.dvdclassik.com/critique/la-chevauchee-des-bannis-de-toth
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Randolph_Scott
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Garnier
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Cavalier_de_la_mort
(6) http://www.dvdclassik.com/critique/le-cavalier-traque-de-toth
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Terreur_%C3%A0_l%27ouest_(film,_1954)
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Chasse_au_gang
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Rivi%C3%A8re_de_nos_amours
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Enfants_de_salauds

(...) de Toth s’offre le luxe d’une séquence aussi brillante qu’insolite (la sauterie organisée) qui ne déparerait pas le film de jeune le plus audacieux (je pense, par exemple, à Wenskoscou, dans le domaine du western, au Gaucher (11) d’Arthur Penn) ; n’oublions pas, côté interprétation, la volumineuse présence de Burl Ives, qui semble bien parti pour prendre la succession de Laughton (12). Dans l’ensemble, cette chevauchée valait donc mieux qu’une discrète sortie estivale ; mais on sait que les amateurs de westerns passent l’été à Paris.
Jean-Pierre Coursodon in Cinéma 59 n° 40 (octobre 1959)
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Gaucher
(12) http://www.citebd.org/spip.php?film1669

André de Toth insista pour tourner le film en noir et blanc à une époque où la couleur était quasi obligatoire. Ce n’était pas un caprice de ma part. J’avais cette histoire de gens prisonniers et le sentiment qui domine, c’est la peur, ou la claustrophobie. Filmé en couleurs, qu’est-ce-que j’avais ? La neige blanche, le vert des pins, il ne manquait plus qu’un peu de rouge, et c’était tout de suite Noël ! Comment peut-on évoquer la peur et la tension avec un pareil handicap ?
in Bon pied, bon œil - deux rencontres avec André de Toth, le dernier borgne d’Hollywood (institut Lumières, Actes sud 1993)

André de Toth
Né Tóth Endre Antal Mihály le 15 mai 1912 à Makó (Hongrie) et décédé le 27 octobre 2002 à Burbank (Californie).
Bien que borgne, il épousa Veronica Lake et réalisa un film en relief, L’Homme au masque de cire...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_de_Toth

Philip Yordan
voir fiche du film Johnny Guitare
http://www.citebd.org/spip.php?film1357

Lee E. Wells
http://www.imdb.com/name/nm2806393/

Russell Harlan
Né le 16 septembre 1903 à Los Angeles, décédé le 28 février 1974 à Newport beach.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Russell_Harlan

Alexander Courage
Né le 10 décembre 1919 à Philadelphie, décédé le 15 mai 2008 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexander_Courage

Robert Ryan
Né le 11 novembre 1909 à Chicago et décédé le 11 juillet 1973 à New York.
Repéré par Jean Renoir, il tourne avec quelques-uns des plus grands réalisateurs américains. Son appartement au Dakota building à New York a été racheté par John Lennon et Yoko Ono à sa mort...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Ryan_(acteur)

Burl Ives
voir fiche du film Dressé pour tuer
http://www.citebd.org/spip.php?film1365

Tina Louise
Née Tatiana « Tina » Josivovna Chernova Blacker le 11 février 1934 à New York.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Tina_Louise

Alan Marshal
Né Alan Willey à Sydney le 29 janvier 1909, décédé à Chicago le 13 juillet 1961.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Alan_Marshal

Venetia Stevenson
Née le 10 mars 1938 à Londres.
http://www.imdb.com/name/nm0829067/

David Nelson
Né le 24 octobre 1936 à New York, décédé le 11 janvier 2011 à Century City (Californie).
http://www.imdb.com/name/nm0625287/

Nehemiah Persoff
Né le 2 août 1919 à Jérusalem.
http://www.imdb.com/name/nm0675490/

Jack Lambert
Né le 13 avril 1920 à Yonkers (État de New York), décédé le 18 février 2002 à Carmel-by-the-Sea (Californie).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jack_Lambert_(acteur_am%C3%A9ricain)

Frank DeKova
Né le 17 mars 1910 à New York, décédé le 15 octobre 1981 à Sepulveda (Californie).
http://www.imdb.com/name/nm0215308/

Lance Fuller
Né le 6 décembre 1928 à Somerset (Kentucky), décédé le 22 décembre 2001 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Lance_Fuller

Elisha Cook Jr.
voir fiche du film Rosemary’s baby
http://www.citebd.org/spip.php?film1471

Dabbs Greer
Né le 2 avril 1917 à Fairview (Missouri), décédé le 28 avril 2007 à Pasadena.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Dabbs_Greer

Betsy Jones-Moreland
Née le 1er avril 1930 à New York, décédée le 1er mai 2006 à El Monte (Californie).
http://www.imdb.com/name/nm0429506/

Helen Westcott
Née le 1er janvier 1928 à Los Angeles, décédée le 17 mars 1998 à Edmonds.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Helen_Westcott

Donald Elson
Né le 31 mars 1923 à Chicago.
http://www.imdb.com/name/nm0255703/

Robert O. Cornthwaite
Né le 28 avril 1917 à St. Helens (Oregon), décédé le 20 juillet 2006 à Woodland hills (Californie).
http://www.imdb.com/name/nm0180452/

Michael McGreevey
Né le 7 février 1948 à Phoenix.
http://www.imdb.com/name/nm0569951/

Arthur Space
Né Charles Arthur Space le 12 octobre 1908 à New Brunswick (New Jersey), décédé le 13 janvier 1983 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Arthur_Space

Paul Wexler
Né le 23 mai 1929 à Portland (Oregon), décédé le 21 novembre 1979 à Los Angeles.
http://www.imdb.com/name/nm0923320/

Jack Woody
http://www.imdb.com/name/nm0941032/

William Schallert
Né le 6 juillet 1922 à Los Angeles.
http://www.imdb.com/name/nm0769974/

extrait(s) de presse

Charlie hebdo - Par sa tension, son dépouillement visuel extrême, (...) et son ambiguïté constante - la difficulté de cerner des personnages constitue l'un des aspects les plus passionnant du film.
Ecran large - Un western qui n'en est pas un, prétexte à un huis clos agoraphobe très noir au sein de décors somptueux et parties intégrantes de l'intrigue anxiogène à souhait. Bref un petit bijou à (re)découvrir d'urgence.
Critikat - Récit complexe, judicieusement éloigné de tout manichéisme, "La Chevauchée des bannis", pourtant le dernier western de son auteur, témoigne de son savoir-faire et de ses louables ambitions narratives.
Télérama - Parmi le carré d'as de borgnes hollywoodiens (Fritz Lang, John Ford, Raoul Walsh), André De Toth est le moins illustre. Il a longtemps été considéré comme un tâcheron de série B. A tort. Pour preuve, "La Chevauchée des bannis", ce surprenant western du Wyoming, rigoureux dans son climat comme dans sa mise en scène : la neige permanente lui donne un cachet immédiat...
Dvd classik - Le dépouillement et le modernisme de la mise en scène, la rigueur de l’écriture, la perfection de l’interprétation, l’étrangeté des situations font bien de cette sombre et insolite "Chevauchée des bannis" un western très important.
Le Monde - A l’origine des "8 salopards" de Quentin Tarantino, il y a, entre autres références cinéphiles, "La Chevauchée des bannis"...
àVoir-àLire - " La Chevauchée des bannis" brise un à un tous les codes du western et se réapproprie entièrement le genre pour le sublimer...
Citizen poulpe - "La Chevauchée des bannis" d’André De Toth est un western intelligent et nuancé, servi par les compositions inspirées de Robert Ryan et Burl Ives...