johnny s’en va-t-en guerre - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > johnny s’en va-t-en guerre

johnny s’en va-t-en guerre

ciné répertoire
Johnny got his gun
Usa - 1971 - 1h51
grand prix spécial du jury et prix Fipresci (prix de la critique internationale) Cannes 1971
interdit aux moins de 12 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Dalton Trumbo

scénario : Dalton Trumbo
d'après l'oeuvre de : Dalton Trumbo
direction de la photographie : Jules Brenner
musique ou chansons : Jerry Fielding
avec : Timothy Bottoms (Joe Bonham), Kathy Fields (petite amie de Joe), Marsha Hunt (mère de Joe), Jason Robards (père de Joe), Donald Sutherland (Jésus Christ), Eduard Franz (colonel, puis général, Tillery), Donald Barry (Jody Simmons), Peter Brocco (le vieux prélat), David Soul (un soldat, avec les lunettes, pendant la partie de cartes, au début du film), Mike Lee (Bill Harper), Joseph Kaufman (Rudy), Gigi Vorgan (Catherine à 13 ans), Craig Bovia (little Guy), Byron Morrow (brigadier général), William Mims (l'homme), Peter Virgo (intendant), Ed Gilbert (prêtre), Bruce Watson (technicien), Eric Christmas (capitaine Timlor), Milton Barnes (lecteur), Ben Hammer (docteur), Wayne Heffley (capitaine), Maurice Dallimore (colonel anglais), Lynn Hanratty (Elisabeth à 6 ans), Kerry MacLane (Joe à 10 ans), Anthony Geary (Redhead), Charles McGraw (Mike Burkeman), Sandy Brown Wyeth (Lucky), Kendell Clarke (officier de l'hôpital), Judy Howard Chaikin (fille de la boulangerie), Dalton Trumbo (orateur), Robert Easton (troisième docteur), Larry Fleischman (Russ), Ernestine Johnson (fermière), Marge Redmond (première infirmière), Jodean Lawrence (deuxième infirmière), Alice Nunn (troisième infirmière), Diane Varsi (quatrième infirmière), Jeffrey Walker (cinquième homme)
séances : semaine du mercredi 20 avril 2016
mercredi 20 jeudi 21 vendredi 22 samedi 23 dimanche 24 lundi 25 mardi 26
18:30*
séance spéciale :
* ciné mardi : Dalton Trumbo, le prête-nom (1) - film couplé avec "Dalton Trumbo" (avant-première) - tarif préférentiel 2 films = 7 € - soirée animée avec Hidden circle

synopsis

Joe Bonham est un jeune étatsunien plein d'enthousiasme qui décide de s'engager pour aller combattre sur le front pendant la Première Guerre mondiale. Au cours d'une mission de reconnaissance, il est gravement blessé par un obus et perd la parole, la vue, l'ouïe et l'odorat. On lui ampute ensuite les quatre membres alors qu'on croit qu'il n'est plus conscient. Allongé sur son lit d'hôpital, il se remémore son passé et essaie de deviner le monde qui l'entoure à l'aide de la seule possibilité qui lui reste : la sensibilité de sa peau. Une infirmière particulièrement dévouée l'aide à retrouver un lien avec le monde extérieur. Lorsque le personnel médical comprend que son âme et son être sont intacts sous ce corps en apparence décédé, ils doivent prendre une décision médicale selon les valeurs et les croyances de l'époque...

notes de production

Le livre (1) fut publié pour la première fois le 3 septembre 1939, soit deux jours après le début de la Seconde Guerre mondiale, et devint célèbre par son caractère ouvertement antimilitariste. Il montrait la violence et l’absurdité de la guerre dans un contexte où l’Amérique rechignait fortement à s’impliquer dans le conflit. Après l’épuisement des exemplaires en librairie, sa réédition ne survint qu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1945.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Johnny_s%27en_va-t-en_guerre_(roman)

Lorsque le roman de Dalton Trumbo sort en 1939, il fait écho à la seconde guerre mondiale (2). De même, lorsque le film sort en 1971, il fait écho à la guerre du Vietnam (3). A l’image de Mash (4) (sur la guerre de Corée) (5) et Soldat bleu (6) (sur le génocide indien), Johnny s’en va en guerre (sur la première guerre mondiale) fait partie de ces films qui dénonce indirectement cette guerre qui s’enlise.
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Seconde_Guerre_mondiale
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_du_Vi%C3%AAt_Nam
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/MASH_(film)
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_de_Cor%C3%A9e
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Soldat_bleu

N’ayant jamais réalisé de films, Dalton Trumbo pense confier l’adaptation de son roman à son ami Luis Buñuel (7). Il évoque également la participation de Salvator Dali (8). Mais, ceux-ci refusent de réaliser le film qui, selon eux, appartient uniquement à son auteur. Toutefois, Buñuel apportera sa contribution en collaborant à certains plans. Il a notamment écrit les scènes avec "Jésus Christ".
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Luis_Bu%C3%B1uel
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Salvador_Dal%C3%AD

Présenté à Cannes en 1971 (9) en compétition officielle, Johnny s’en va en guerre a remporté le Prix de la critique international et le Grand Prix du Jury.
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_de_Cannes_1971

Le film a inspiré de nombreux artistes. Le clip de la chanson One (10) du groupe de hard-rock Metallica reprend des extraits du film Johnny s’en va-t-en guerre. La chanson est également inspirée du film. Il en est de même pour les paroles de Johnny got his gun du groupe français Little Nemo et celles du titre Johnny s’en va-t-en guerre du groupe punk français Les Sales majestés.
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/One_(chanson_de_Metallica)
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Little_Nemo_(groupe)
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Sales_Majest%C3%A9s

Johnny s’en va-t-en guerre est la seule et unique réalisation de Dalton Trumbo. L’écrivain a cependant scénarisé de nombreux films, souvent sous un prête-nom (13).
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Pr%C3%AAte-nom

Le titre original Johnny got his gun est vraisemblablement conçu comme une réponse à la chanson propagandiste Over there, de Henry Burr and the Peerless quartet, diffusée en 1917 dans le but d’encourager l’engagement des citoyens américains lors du premier conflit mondial. Les premières paroles en sont Johnny get your gun, get your gun, get your gun.

Trumbo alterne le noir et blanc pour la réalité (l’hôpital et les tranchées), et la couleurs pour le rêve (les souvenirs de Joe et ses rêves).

Alors que les Usa étaient en pleine guerre du Viêt Nam, la sortie du film et sa reconnaissance au festival de Cannes eurent une résonance avec l’actualité. Les divers mouvements pacifistes et antimilitaristes des années 1970 firent de Johnny s’en va-t-en guerre une œuvre majeure dans laquelle il convient de voir l’un des plus violents réquisitoires contre l’absurdité de toutes les guerres.

(...) Dalton Trumbo ne s’attaque pas seulement à la folie militaire et au cynisme de la science, mais également à l’hypocrisie de la religion, ce qui le rapproche de son grand ami Luis Bunuel dont on reconnaît d’ailleurs la griffe grâce à son sens de la caricature féroce. Les deux hommes avaient d’ailleurs collaboré ensemble sur le projet en 1964, mais le producteur mexicain était tombé en faillite. Après avoir essuyé plusieurs refus des grands studios qui ne trouvaient pas le projet bankable (14), Trumbo rencontre à un dîner un producteur indépendant, Simon Lazarus, qui décide de prendre le risque de le financer... Luis Bunuel avouera d’ailleurs son admiration pour Johnny got his gun en disant avoir retrouvé la puissance du roman, tout son côté dévastateur, avec des moments d’une très grande émotion...
http://www.dvdclassik.com/critique/johnny-s-en-va-t-en-guerre-trumbo
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/Bankable

Dalton Trumbo
Né le 9 décembre 1905 à Montrose (Colorado) et décédé le 10 septembre 1976 à Los Angeles.
Inscrit sur la liste noire de Hollywood, il lui est interdit de travailler dans le cinéma.
Il en sort officiellement lorsque Kirk Douglas pour Spartacus, demande que Dalton Trumbo soit crédité sous son vrai nom au générique. Otto Preminger fait alors rétroactivement la même chose avec le film Exodus sorti la même année...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Dalton_Trumbo

Jules Brenner
http://www.imdb.com/name/nm0107486/

Jerry Fielding
voir fiche du film Les Chiens de paille
http://www.citebd.org/spip.php?film724

Timothy Bottoms
Né le 30 août 1951 à Santa Barbara.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Timothy_Bottoms

Kathy Fields
http://www.imdb.com/name/nm0276293/

Marsha Hunt
Née Marcia Virginia Hunt le 17 octobre 1917 à Chicago.
Victime également du maccarthysme, elle s’orientera par la suite vers la télévision...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marsha_Hunt

Jason Robards
Né Jason Nelson Robards Jr. le 26 juillet 1922 à Chicago et décédé le 26 décembre 2000 à Bridgeport (Connecticut).
Il restera Ben Bradlee face à Dustin Hoffman et Robert Redford dans Les Hommes du président...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jason_Robards

Donald Sutherland
voir fiche du film Ne vous retournez pas
http://www.citebd.org/spip.php?film1231

Eduard Franz
Né Eduard Franz Schmidt le 31 octobre 1902 à Milwaukee (Wisconsin), décédé le 10 février 1983 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Eduard_Franz

Donald Barry
Né Donald Michael Barry DeAcosta le 11 janvier 1912 à Houston, décédé le 17 juillet 1980 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Donald_Barry

Peter Brocco
Né le 16 janvier 1903 à Reading (Pennsylvanie), décédé le 20 décembre 1992 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Peter_Brocco

David Soul
Né David Richard Solberg le 28 août 1943 à Chicago.
Connu mondialement pour son rôle de Hutch dans la série tv Starsky et Hutch...
https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Soul

Joseph Kaufman
http://www.imdb.com/name/nm0442322/

Gigi Vorgan
http://www.imdb.com/name/nm0903443/

Craig Bovia
http://www.imdb.com/name/nm0100618/

Byron Morrow
http://www.imdb.com/name/nm0607465/

William Mims
http://www.imdb.com/name/nm0590831/

Peter Virgo
http://www.imdb.com/name/nm0899363/

Ed Gilbert
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ed_Gilbert

Bruce Watson
http://www.imdb.com/name/nm0914531/

Eric Christmas
https://fr.wikipedia.org/wiki/Eric_Christmas

Ben Hammer
http://www.imdb.com/name/nm0358432/

Wayne Heffley
http://www.imdb.com/name/nm0373593/

Maurice Dallimore
http://www.imdb.com/name/nm0198090/

Kerry MacLane
http://www.imdb.com/name/nm0533694/

Anthony Geary
http://www.imdb.com/name/nm0311270/

Charles McGraw
https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_McGraw

Sandy Brown Wyeth
http://www.imdb.com/name/nm0943671/

Robert Easton
https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Easton_(acteur)

Larry Fleischman
http://www.imdb.com/name/nm0281523/

Marge Redmond
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marge_Redmond

Jodean Lawrence
http://www.imdb.com/name/nm0492828/

Alice Nunn
http://www.imdb.com/name/nm0638053/

Diane Varsi
https://fr.wikipedia.org/wiki/Diane_Varsi

Jeffrey Walker
http://www.imdb.com/name/nm0907834/

extrait(s) de presse

Critikat - "Johnny got his gun", il faut en convenir, c’est avant tout un symbole fort, iconique même, des horreurs que la guerre peut causer à un corps humain...
Télérama - Entre férocité et compassion, ce film a la puissance des chefs-d'oeuvre.
Dvd classik - Le caractère universel et intemporel de l’œuvre conserve encore toute sa force.
àVoir-àLire - Hymne pacifiste bouleversant, l’unique réalisation de Dalton Trumbo est un film coup de poing qui ne laissera aucun spectateur indemne
Sens critique - "Johnny s'en va-t-en guerre" est un véritable chef d'oeuvre, intemporel, inoubliable, magnifique.
Celluloidz - Fritz Lang disait que ce n’est pas la mort qui effraie les gens mais la souffrance. "Johnny s’en va-t-en guerre" en est une illustration puissante.
Arte - (...) Trumbo signe un pamphlet antimilitariste et pacifiste – mais aussi un plaidoyer pour la mort assistée – rendu bouleversant par le sort atroce de son personnage principal, que le spectateur accompagne dans son calvaire grâce à une voix-off...
Ciné club de Caen - Trumbo reprend le procédé de son ami Otto Preminger dans "Bonjour tristesse" (1958) où le présent, terne, est en noir et blanc et les souvenirs, plus sensuels, en couleur.