la taverne de la jamaïque - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > la taverne de la jamaïque

la taverne de la jamaïque

ciné répertoire
Jamaica inn
Gb - 1939 - 1h48
film - version originale sous-titrée en français
de

Alfred Hitchcock

scénario : Sidney Gilliat, Joan Harrison
d'après l'oeuvre de : Daphne du Maurier
direction de la photographie : Harry Stradling Sr., Bernard Knowles
musique ou chansons : Eric Fenby
avec : Charles Laughton (sir Humphrey Pengallan), Maureen O'Hara (Mary Yellard), Robert Newton (James « Jem » Trehearne), Emlyn Williams (Harry, le colporteur), Leslie Banks (Joss Merlyn), Marie Ney (Patience Merlyn), Horace Hodges (Chadwick), Hay Petrie (Sam), Frederick Piper (Davis), Wylie Watson (Salvation Watkins), Morland Graham (Sydney, avocat en affaires maritimes), Edwin Greenwood (Dandy), Mervyn Johns (Thomas), Stephen Haggard (le garçon), Herbert Lomas (locataire), Clare Greet (Mme Marney, locataire), William Devlin (locataire), Jeanne de Casalis (amie de Sir Humphrey), Mabel Terry-Lewis (amie de Sir Humphrey), A. Bromley Davenport (ami de Sir Humphey), George Curzon (ami de Sir Humphrey), Basil Radford (ami de Sir Humphrey), Robert Adair (capitaine Murray), John Longden (capitaine Johnson), Aubrey Mather (cocher)
séances : semaine du mercredi 13 avril 2016
mercredi 13 jeudi 14 vendredi 15 samedi 16 dimanche 17 lundi 18 mardi 19
18:30*
séance spéciale :
* ciné mardi dans le cadre du Festival Play it again (2ème édition) - film couplé avec "Le Crime était presque parfait" (projection 3D) - tarif préférentiel 2 films = 7 € - soirée animée avec Hidden circle - le Festival Play it again est organisé en partenariat avec l’Adfp (Association des distributeurs de films de patrimoine).

synopsis

En ce début du XIXe siècle, la Taverne de la Jamaïque a une très mauvaise réputation. Ses clients ont la fâcheuse habitude de cacher la lumière du phare par temps de tempête et, ainsi, de faire échouer les navires sur les récifs, particulièrement nombreux à cet endroit de la côte de Cornouailles. Sir Humphrey, le juge de paix local, dirige le groupe et l'informe du passage des navires. N'ayant plus de famille en Irlande, Mary Yellard rejoint sa tante Patience, mariée à Joss, l'aubergiste de la Taverne de la Jamaïque. Elle découvre la bande de naufrageurs qui occupe les lieux. Jem Trehearne, un nouveau membre, est pendu après une brève dispute. Mary parvient à le délivrer et tous deux s'échappent de cet endroit sinistre. Où iront-ils se réfugier ?

notes de production

Le titre du film (La Taverne de la Jamaïque) diffère de celui du roman (L’Auberge de la Jamaïque) (1) en raison sans doute des libertés sensibles prises par les scénaristes avec la trame romanesque.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Auberge_de_la_Jama%C3%AFque

On ne peut pas mettre en scène un film avec Charles Laughton. Le mieux qu’on peut espérer, c’est servir d’arbitre.
Alfred Hitchcock

Dans la filmographie d’Alfred Hitchcock, La Taverne de la Jamaïque a tout du film de transition. Réalisé après Jeune et innocent (2) et Une Femme disparaît (3), deux des œuvres quintessentielles de sa période anglaise, le film est une adaptation d’un roman de Daphné du Maurier, que Hitchcock adaptera de nouveau pour son premier film américain, Rebecca (4), l’année suivante. D’ailleurs, Hitchcock n’a pas encore donné le premier tour de manivelle de cette production britannique (de la compagnie Mayflower, fondée par Erich Pommer (5) et Charles Laughton) qu’il a déjà signé depuis plus d’un mois son contrat d’exclusivité avec David O. Selznick (6). Pas vraiment rattachable à sa période anglaise, pas encore assimilable à sa période américaine, La Taverne de la Jamaïque est un film atypique dans sa filmographie. Un film de l’entre-deux, pas franchement réussi mais pas complètement raté, qui porte son empreinte autant qu’il semble ne pas totalement lui appartenir...
http://www.dvdclassik.com/critique/la-taverne-de-la-jamaique-hitchcock
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeune_et_Innocent
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Une_femme_dispara%C3%AEt
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Rebecca_(film,_1940)
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Erich_Pommer
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/David_O._Selznick

Vers la fin des années 1930, le réalisateur commence à jouir d’une certaine réputation auprès du public américain ; il est alors, en Grande-Bretagne, au sommet de son art. C’est ainsi que David O. Selznick lui propose de venir travailler à Hollywood. Hitchcock accepte et, à partir de ce moment, c’est aux Usa qu’il tournera quasiment tous ses films. Le 14 juillet 1938, il signe un contrat de 40 000 $ par film. En 1939, il tourne - provisoirement - un dernier film en Grande-Bretagne, La Taverne de la Jamaïque, un mélodrame historique. Le 6 mars 1939, lui et sa famille arrivent à New York et s’installent à Los Angeles...
http://www.mediathequebron.fr/recherche/viewnotice/tri/1/id_catalogue/48/id_module/9/code_rebond/F7/clef/LATAVERNEDELAJAMAIQUEDVD--HITCHCOCKA--UNIVERSAL-2010-4/id/128321/page/9/id_notice/38649293/type_doc/4

Au départ, le rôle prévu pour Charles Laughton était celui d’un pasteur immoral : la crainte de la censure fut la raison essentielle de ce changement. Un premier scénario fut écrit par Clemence Dane (7), auteur de pièces réputées, avant d’être remanié par deux autres scénaristes (voir générique) et d’être agrémenté de dialogues additionnels écrits par J. B. Priestley (8) à la demande de Charles Laughton qui désirait que son rôle soit étoffé. Maureen O’Hara était alors totalement inconnue. Le film remporta un gros succès.
Images et loisirs
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Clemence_Dane
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Boynton_Priestley

Avec Waltzes from Vienna (9) et Under capricorn (10), Jamaica inn fait partie des films en costumes de Hitchcock : œuvres méconnues, bien que l’éloignement dans le temps ait permis au cinéaste de se livrer à certaines de ses obsessions thématiques. Ici, l’amour fou prend les teintes violemment contrastées des gravures de Gustave Doré (11).
Hitchcock trouve un visible plaisir à jeter la débutante Maureen O’Hara dans un groupe de pillards déchaînés et à soumettre la farouche vierge aux caprices adorateurs de Charles Laughton, grandiose génie du mal. Ce couple impossible devient l’emblème de la relation sado-masochiste qui a lié Hitchcock et certaines de ses actrices (12). La ressemblance physique entre Laughton et Hitchcock le souligne : comme le juge de paix veut faire de Mary sa chose tout en exaltant sa beauté, le metteur en scène impose à son interprète de dures épreuves physiques destinées à faire ressortir encore plus ses qualités plastiques et forme avec elle un couple ambigu maître-esclave...
Bruno Villien in Hitchcock (éditions Colona)
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Chant_du_Danube
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Amants_du_Capricorne
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Gustave_Dor%C3%A9
(12) Depuis sa plus tendre enfance, Hitch s’était fait une raison : il serait tout, sauf un séducteur. Son apparence physique de bonhomme jovial ne reflétait pas exactement la silhouette idéale d’un homme qui attire les femmes. Et pourtant, par le biais de son talent, il parvint à faire vivre sur l’écran (pour notre plus grand bonheur à nous aussi) la femme telle qu’il la concevait (a).
L’héroïne hitchcockienne se doit d’être belle, blonde, et d’afficher une certaine froideur qui n’est souvent d’ailleurs qu’une fragile apparence. Un certain nombre d’actrices ont reflété à l’écran l’idéal féminin selon Hitchcock : Madeleine Carroll, Joan Fontaine, Carole Lombard, Priscilla Lane, Ann Todd, Marlene Dietrich, Anne Baxter, Grace Kelly, Vera Miles, Kim Novak, Eva Marie-Saint, Janet Leigh, Tippi Hedren. A cette liste impressionnante faillit s’ajouter le nom de Catherine Deneuve qui avait été pressentie pour Nuit brève (The Short night) qui ne verra pas le jour suite au décès du Maître.
Si Hitchcock fut marqué par son éducation religieuse, cela ne l’empêcha nullement de tourner certaines séquences qui firent frémir dans les chaumières en leur époque : la tenue quelque peu légère de Anny Ondra dans Chantage (1929), le baiser le plus long de l’histoire du cinéma entre Cary Grant et Ingrid Bergman dans Les Enchaînés (1946), le baiser non moins passionné entre Cary Grant (encore lui) et Eva Marie-Saint dans La Mort aux trousses (1959), et celui entre Gregory Peck et Ann Todd dans Le Procès Paradine (1947) ; la séquence quelque peu torride (à un soutien-gorge près) au début de Psychose (1960) entre John Gavin et Janet Leigh ; le viol de Barbara Leigh-Hunt dand Frenzy (1972).
S’il eut de nombreuses maîtresses - par écran interprosé - Hitch resta fidèle en fait aux deux seules femmes de sa vie : Alma Reville qu’il avait épousée en 1926 et sa fille Patricia. Alma, qui fut non seulement une épouse mais une collaboratrice sur un certain nombre de ses films, est décédée le 6 juillet 1982. Patricia eut l’occasion de tourner deux fois sous la direction de son père, dans L’Inconnu du nord-express (1951) et dans Psychose.
(a) Hitchcock avait une idée très précise de la femme telle qu’il la concevait : (...) le sexe ne doit pas s’afficher. Une fille anglaise, avec son air d’institutrice, est capable de monter dans un taxi avec vous et, à votre grande surprise, de vous arracher votre braguette.
Gilles Marchal in Alfred Hitchcock/Angoulême (sept. 1984)

Jamaica inn était une entreprise totalement absurde. Si l’on examine l’histoire racontée, on s’aperçoit qu’il s’agit d’un whodunit (13)...
Il se passe toutes sortes d’horreurs dans cette fameuse taverne qui abrite des pilleurs d’épaves, des naufrageurs. Ces gens bénéficient d’une impunité totale et ils sont même informés régulièrement des passages de navires dans la région. Pourquoi ? Parce que, à la tête de tout ce brigandage, se trouve un homme respectable qui tire les ficelles, et cet homme n’est autre que le juge de paix.
Voilà pourquoi ce film était une entreprise irraisonnée, le juge de paix ne devait apparaître qu’à la fin de l’aventure car, très prudemment, il se tenait à l’écart de tout et il n’avait aucune raison de se montrer dans la taverne. C’était donc absurde de tourner ce film avec Charles Laughton dans le rôle du juge et, lorsque je m’en suis aperçu, j’ai été réellement désespéré. Finalement j’ai tourné le film mais je n’en ai jamais été content malgré le succès commercial inespéré...

Alfred Hitchcock in Hitchcock/Truffaut
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/Whodunit

autres adaptations de Daphne du Maurier au cinéma
1940
Rebecca d’Alfred Hitchcock
https://fr.wikipedia.org/wiki/Rebecca_(film,_1940)
1944
L’Aventure vient de la mer de Mitchell Leisen
https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27aventure_vient_de_la_mer
1952
Ma cousine Rachel de Henry Koster
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ma_cousine_Rachel_(film)
1959
Le Bouc émissaire de Robert Hamer
https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Bouc_%C3%A9missaire_(film)
1963
Les Oiseaux d’Alfred Hitchcock
https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Oiseaux_(film)
1973
Ne vous retournez pas de Nicolas Roeg
http://www.citebd.org/spip.php?film1231
1977
Une Seconde d’éternité (tv) de Gérard Chouchan
1989
Utharam de V. K. Pavithran
2013
Le Général du roi (tv) de Nina Companeez
https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_G%C3%A9n%C3%A9ral_du_Roi

Alfred Hitchcock
Né Alfred Joseph Hitchcock le 13 août 1899 à Leytonstone et décédé le 29 avril 1980 à Los Angeles.
Plus grand cinéaste britannique, Hitchcock a fait davantage qu’aucun autre réalisateur pour façonner le cinéma moderne, lequel sans lui serait tout à fait différent...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Alfred_Hitchcock

Sidney Gilliat
Né le 15 février 1908 à Stockport et décédé le 31 mai 1994 dans le Wiltshire.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sidney_Gilliat

Joan Harrison
Née le 26 juin 1907 à Guildford, décédée le 14 août 1994 à Londres.
Secrétaire et assistante perpétuelle d’Alfred Hitchcock...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Joan_Harrison_(sc%C3%A9nariste)

Daphne du Maurier
voir fiche du film Ne vous retournez pas
http://www.citebd.org/spip.php?film1231

Harry Stradling sr.
Né le 1er septembre 1901 à Newark, décédé le 14 février 1970 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Harry_Stradling_Sr.

Bernard Knowles
Né le 20 février 1900 à Manchester, décédé le 12 février 1975 à Taplow.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Knowles

Eric Fenby
Né le 22 avril 1906 à Scarborough, où il est décédé le 18 février 1997.
http://www.imdb.com/name/nm0271711/

Charles Laughton
voir fiche du film La Nuit du chasseur
http://www.citebd.org/spip.php?film1012

Maureen O’Hara
Née Maureen FitzSimons à Dublin le 17 août 1920 et décédée le 24 octobre 2015 à Boise (Idaho).
Un journaliste écrira : photographiée en technicolor, Maureen O’Hara est plus éblouissante qu’un coucher de soleil...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Maureen_O%27Hara

Robert Newton
Né à Shaftesbury le 1er juin 1905, décédé à Beverly Hills le 25 mars 1956.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Newton

Emlyn Williams
Né le 26 novembre 1905 à Mostyn, décédé le 25 septembre 1987 à Londres.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Emlyn_Williams

Leslie Banks
Né le 9 juin 1890 à Derby, décédé le 21 avril 1952 à Londres.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Leslie_Banks

Marie Ney
http://www.imdb.com/name/nm0628638/

Horace Hodges
http://www.imdb.com/name/nm0388166/

Hay Petrie
voir fiche du film Le Voleur de Bagdad
http://www.citebd.org/spip.php?film1629

Frederick Piper
Né le 23 septembre 1902 à Londres, décédé le 22 septembre 1979 à Berkshire.
http://www.imdb.com/name/nm0684891/

Wylie Watson
http://www.imdb.com/name/nm0914931/

Morland Graham
http://www.imdb.com/name/nm0334234/

Edwin Greenwood
http://www.imdb.com/name/nm0339326/

Mervyn Johns
Né le 18 février 1899 à Pembroke (Gb), décédé le 6 septembre 1992 à Norwood (Gb).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mervyn_Johns

Stephen Haggard
http://www.imdb.com/name/nm0353594/

Herbert Lomas
http://www.imdb.com/name/nm0518239/

Clare Greet
http://www.imdb.com/name/nm0339504/

William Devlin
http://www.imdb.com/name/nm0222831/

Jeanne de Casalis
http://www.imdb.com/name/nm0207843/

Mabel Terry-Lewis
http://www.imdb.com/name/nm0856102/

A. Bromley Davenport
http://www.imdb.com/name/nm0202559/

George Curzon
http://www.imdb.com/name/nm0193633/

Basil Radford
Né le 25 juin 1897 à Chester (Gb), décédé le 20 octobre 1952 à Londres.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Basil_Radford

Robert Adair
http://www.imdb.com/name/nm0010468/

John Longden
Né à Calcutta le 11 novembre 1900, décédé à Londres le 26 mai 1971.
https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Longden

Aubrey Mather
https://fr.wikipedia.org/wiki/Aubrey_Mather

extrait(s) de presse

Chronique du cinéphile - Pas un grand film donc, mais une satisfaisante petite leçon de savoir faire du Maître du Suspense.
Télérama - Esthétiquement, Hitchcock s'est souvenu de ses années d'apprentissage auprès de Murnau en Allemagne et plus d'une fois on pense à "L'Aurore"...
Dvd classik - On attribue à Hitchcock une assertion affirmant, en substance, que la qualité d’un film reposait en grande partie sur la réussite de son méchant... Pengallan n’est probablement pas la plus effrayante des figures du Mal qui parsème la filmographie d’Alfred Hitchcock, mais c’est indéniablement l’une des plus étranges...
Arte - Sans compter parmi les chefs-d’œuvre de Hitchcock, "La Taverne de la Jamaïque" est un superbe film d’aventures. C’est déjà très bien.
Strange movies - (...) d'un point de vue purement plastique, "La Taverne de la Jamaïque" est une franche réussite...
Vodkaster - La composition de Laughton y est grandiose et Maureen O'hara y est magnifique...
Les Echos - Maureen O'Hara, dont c'est la première apparition à l'écran, est sublime.
Nova planet - C’est très Hitchcock, un peu pervers, la fragile créature contre les monstres : elle sera attachée et bâillonnée façon SM, battue mais désirée…