orfeu negro - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > orfeu negro

orfeu negro

France, Italie, Brésil - 1959 - 1h45
sorti en France le 12 juin 1959
Palme d'or Cannes 1959 - Oscar du meilleur film étranger 1960
accessible aux enfants à partir de 12 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Marcel Camus

scénario : Jacques Viot, Marcel Camus
d'après l'oeuvre de : Vinícius de Moraes (Orfeu da Conceição)
direction de la photographie : Jean Bourgoin
musique ou chansons : Antônio Carlos Jobim, Luiz Bonfá
avec : Marpessa Dawn (Eurydice), Breno Mello (Orfeo), Marcel Camus (Ernesto), Fausto Guerzoni (Fausto), Lourdes de Oliveira (Mira), Léa Garcia (Serafina), Adhemar da Silva (la mort), Alexandro Constantino (Hermes), Waldemar De Souza (Chico), Jorge Dos Santos (Benedito), Aurino Cassiano (Zeca)
séances : semaine du mercredi 13 avril 2016
mercredi 13 jeudi 14 vendredi 15 samedi 16 dimanche 17 lundi 18 mardi 19
16:15*
18:30*
séance spéciale :
* Festival Play it again (2ème édition) organisé en partenariat avec l’Adfp (Association des distributeurs de films de patrimoine) - tarif unique 3,50 €

synopsis

Orfeo est conducteur de tramway à Rio et Eurydice est une jeune campagnarde. Elle est issue de la communauté noire brésilienne, comme lui. Menacée par un inconnu, elle s'est réfugiée chez sa cousine Sérafina. Ils se rencontrent à Rio la veille du carnaval. Pour éviter la jalousie de Mira, la fiancée d'Orfeo, Serafina prête son déguisement à Eurydice... (le film revisite le mythe d'Orphée et d'Eurydice en le transposant de Thrace à Rio de Janeiro pendant le carnaval)

notes de production

Pour sélectionner les acteurs sur les deux rôles titres, Marcel Camus, présent plusieurs mois avant le tournage à Rio de Janeiro, fait appel aux candidatures par le journal O Globo, indiquant chercher pour Orfeo un garçon noir de 27 ans environ, mesurant entre 1 m 75 et 1 m 80 et pour Eurydice une jeune noire de 20 ans environ. Il invite les candidats à se présenter à l’Alliance française de Rio, ou à envoyer leur photo sans retouches et prises de préférence par un photographe amateur. L’appel à candidature passionne les journaux brésiliens qui le reprennent dans leurs colonnes, et une foule de jeunes gens se présentent. Mais finalement, Marcel Camus trouve l’acteur Breno Mello, pour le rôle principal masculin, au Fluminense football club où il est footballeur. Et il retient pour le rôle principal féminin une danseuse nord-américaine, Marpessa Dawn. Autre particularité, l’interprète de la Mort est Adhemar Ferreira da Silva, athlète brésilien spécialisé dans la discipline du triple saut, à l’époque champion olympique et champion du monde.

Orfeu negro est une transposition moderne du mythe grec d’Orphée et d’Eurydice (1), dont l’action se déroule pendant le célèbre carnaval de Rio (2), au Brésil.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Orph%C3%A9e
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Carnaval_de_Rio

Le film est une adaptation d’une pièce de théâtre de Vinícius de Moraes, Orfeu da Conceição, présentée pour la première fois en 1956. Conceição est une colline de Rio où s’installa une des premières favelas (3).
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Favela

Jean-Paul Delfino raconte la naissance de la pièce de théâtre, une anecdote obtenue de la dernière épouse de Vinícius de Moraes : je (Vinicius) me trouvais alors à Niteroi, dans la maison de mon cousin, l’architecte Carlos Leào. Et, un jour, à l’aube, alors que j’étais en train de penser à une histoire de la mythologie grecque, le mythe d’Orphée, (...) j’ai commencé à entendre d’un morne voisin, o morro do Galvào, une batucada ». Il eut alors l’idée de transposer les amours d’Orphée et d’Eurydice dans les favelas (3). La pièce fut écrite dès 1942, mais, faute de temps et de financement, elle ne fut pas montée.
En 1955, alors qu’il était à Paris, comme attaché culturel à l’ambassade du Brésil, il rencontra Sacha Gordine, à la recherche de scénario pour un film sur le Brésil. Vinícius lui présenta son projet de pièce puis ils allèrent ensemble au Brésil et là, alors que le projet du film se concrétisait, Vinícius trouva les financements nécessaires et monta la pièce dont la musique fut composée par Tom Jobim. La pièce a donc été créée le 25 septembre 1956, au Théâtre municipal de Rio, dans un décor d’Oscar Niemeyer (4), concomitamment au projet du film qui lui, a été tourné, avec l’arrivée de Marcel Camus, pendant l’automne 1958.
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Oscar_Niemeyer

Orfeu negro a été réalisé en 1959, en pleine vague novo (5), un courant qui représente l’âge d’or du cinéma brésilien. Dans les années 50, le cinéaste Nelson Pereira Dos Santos est l’initiateur de ce mouvement dont les thèmes abordent les graves problèmes nationaux, qu’ils se déroulent en milieu rural ou urbain. On lui doit notamment Vidas secas (6). D’autres metteurs en scènes brésiliens s’engouffrent alors dans la brèche ouverte par Nelson Pereira Dos Santos, comme Anselmo Duarte (La Parole donnée (7) ou Glauber Rocha (Le Dieu noir et le diable blond (8)), deux films lauréats d’une Palme d’or cannoise.
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Cinema_Novo
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9cheresse_%28film,_1963%29
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Parole_donn%C3%A9e
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Dieu_noir_et_le_Diable_blond

Le film marque les esprits, en France, en Europe et aux Usa. Il révèle dans le monde entier un style musical, la bossa nova (9) (terminologie encore inconnue en dehors du Brésil), et établit définitivement la notoriété de la ville de Rio. Pour autant, même si la Palme d’or est accueillie sur le moment comme une victoire nationale, il reçoit un accueil plus mitigé sur place, au Brésil, certains cariocas, le considérant avant tout comme une création française privilégiant une musique n’émanant pas du Rio profond, et proposant un regard quelquefois ironique sur la société contrastée de la ville. Et pourtant l’un des plus grands symboles de cette musique carioca, Cartola, et sa femme Zica apparaissent dans le film (Marcel Camus fréquentait la baraque du couple). La distribution exclusivement noire semble également inadéquate aux Brésiliens pour représenter à l’écran une ville métissée.
La bande-annonce comprend des extraits sonores du film ainsi que des compositions originales, dont les plus fameuses s’intitulent O nosso amor et Manha de carnaval.
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Bossa_nova

Certaines scènes, parmi les plus célèbres (favelas), ont été tournées sur le Morro da Babilonia, au-dessus de Leme (entre Copacabana (10) et Urca (11)). Marcel Camus a filmé le carnaval de Rio (2) de 1958 mais n’en a retenu finalement que quelques images et échos sonores, préférant reconstituer les scènes de carnaval.
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Copacabana
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Urca

Sur une célèbre photo des cinéastes de la Nouvelle vague (12), prise sur les marches du palais de Cannes, Marcel Camus figure auprès de François Truffaut (13), François Reichenbach (14), Claude Chabrol (15), Jacques Doniol-Valcroze (16), Jean-Luc Godard (17), Roger Vadim (18), Jean-Daniel Pollet (19), Jacques Rozier (20), Jacques Baratier (21), Jean Valère (22), Édouard Molinaro (23) et Robert Hossein (24). François Truffaut inclut Orfeu negro dans les films fondateurs de ce mouvement, même si Jean-Luc Godard fustige cette œuvre (25).
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvelle_Vague
(13) http://www.citebd.org/spip.php?film1411
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Reichenbach
(15) http://www.citebd.org/spip.php?film292
(16) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Doniol-Valcroze
(17) http://www.citebd.org/spip.php?film1030
(18) https://fr.wikipedia.org/wiki/Roger_Vadim
(19) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Daniel_Pollet
(20) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Rozier
(21) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Baratier
(22) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Val%C3%A8re
(23) https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89douard_Molinaro
(24) https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Hossein
(25) http://velvetscreens.com/regarder/cinema-orfeu-negro

Cette œuvre cinématographique suscite l’enthousiasme quasi-unanime de la critique européenne, bien que présentée le 12 mai 1959 au festival de Cannes (26) en portugais sans aucun sous-titrage. Le choix d’acteurs noirs inconnus du grand public est une nouveauté et est considéré comme un choix courageux par une intelligentsia anticolonialiste. L’exotisme de la baie de Rio de Janeiro et du carnaval de cette même ville, les mélodies et rythmes brésiliens, les images sensuelles enchantent le public. Il remporte la récompense suprême de ce festival, la Palme, devant des films de François Truffaut, d’Alain Resnais (27), de Richard Fleischer (28) ou de Luis Buñuel (29) : à ce film aimable, brillant, bruyant, qui joint aux légendes éternelles les sortilèges d’un exotisme de bon aloi, on peut certes préférer l’authentique simplicité des Quatre cent coups (30) ou la mystérieuse gravité d’Hiroshima, mon amour (31). Le jury n’en a pas moins eu raison de récompenser un film dont les indiscutables qualités s’accordent avec les goûts du grand public.
(26) https://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_de_Cannes_1959
(27) https://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Resnais
(28) http://www.citebd.org/spip.php?film1554
(29) http://www.citebd.org/spip.php?film269
(30) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Quatre_Cents_Coups
(31) https://fr.wikipedia.org/wiki/Hiroshima_mon_amour

Le film est diffusé ensuite dans les salles européennes, asiatiques et américaines. Aux Usa, Black Orpheus obtient l’Oscar du meilleur film étranger en 1960, et, l’année suivante, le Golden globe award (32). La distribution exclusivement noire est jugée audacieuse. Le président étatsunien Barack Obama (33) cite quelquefois ce film comme une œuvre ayant donné la force à sa mère, dans un contexte raciste, d’épouser un Noir, par sa représentation chaleureuse de la communauté noire brésilienne et la promesse d’une autre vie.
(32) https://fr.wikipedia.org/wiki/Golden_Globes
(33) https://fr.wikipedia.org/wiki/Barack_Obama

Le réalisateur Marcel Camus est réputé pour ses œuvres très lyriques, dont les plus connues sont Mort en fraude (34), Orfeu negro et Vivre la nuit (35). Professeur de peinture et de sculpture, il se lance dans le septième art en officiant notamment comme assistant de Jacques Becker (36). Après sa période lyrique, Marcel Camus change radicalement de registre en 1970 avec la comédie Le Mur de l’Atlantique (37) portée par Bourvil. Il termine alors sa carrière en signant plusieurs téléfilms.
(34) https://fr.wikipedia.org/wiki/Mort_en_fraude_%28film%29
(35) https://fr.wikipedia.org/wiki/Vivre_la_nuit
(36) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Becker
(37) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Mur_de_l’Atlantique

Marcel Camus
Né le 21 avril 1912 à Chappes (Ardennes), et décédé le 13 janvier 1982 à Paris.
Son premier film, Mort en fraude, qui met en cause la politique française en Indochine, est interdit par la censure...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marcel_Camus

Jacques Viot
Né le 20 novembre 1898 à Nantes où il est décédé le 29 janvier 1973.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Viot

Vinícius de Moraes
Né Marcus Vinícius da Cruz de Melo Moraes le 19 octobre 1913 à Rio de Janeiro où il est décédé le 9 juillet 1980.
Personnalité très dynamique qui a encouragé de nombreux artistes à s’engager dans la chanson populaire de qualité...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Vin%C3%ADcius_de_Moraes

Jean Bourgoin
voir fiche du film Mon oncle
http://www.citebd.org/spip.php?film215

Antônio Carlos Jobim
Né Antônio Carlos Brasileiro de Almeida Jobim le 25 janvier 1927 à Tijuca et décédé le 8 décembre 1994 à New York.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ant%C3%B4nio_Carlos_Jobim

Luiz Bonfá
Né le 17 octobre 1922 à Rio de Janeiro où il est décédé le 12 janvier 2001.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Luiz_Bonf%C3%A1

Marpessa Dawn
Née le 3 janvier 1934 à Pittsburgh, décédée le 25 août 2008 à Paris.
Marpessa Dawn est restée en France, espérant y prolonger sa carrière artistique en bénéficiant de la notoriété acquise...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marpessa_Dawn

Breno Mello
http://www.imdb.com/name/nm0578039/

Fausto Guerzoni
http://www.imdb.com/name/nm0346358/

Lourdes de Oliveira
http://www.imdb.com/name/nm0210695/

Léa Garcia
Née Léa Lucas Garcia de Aguiar le 11 mars 1933 à Rio de Janeiro.
https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9a_Garcia

Adhemar da Silva
Né Adhemar Ferreira da Silva le 29 septembre 1927 à São Paulo où il est décédé le 12 janvier 2001.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Adhemar_da_Silva

Waldemar De Souza
http://www.imdb.com/name/nm0211830/

Jorge Dos Santos
http://www.imdb.com/name/nm0234332/

Aurino Cassiano
http://www.imdb.com/name/nm0143972/

extrait(s) de presse

Critikat - "Orfeu "negro" rivalisait lors du festival cannois avec des films restés cultes aujourd’hui : "Les 400 Coups" (François Truffaut), "Certains l’aiment chaud" (Billy Wilder), "La Mort aux trousses" (Alfred Hitchcock), ou encore "À bout de souffle" (Jean-Luc Godard). Quels sont donc les éléments cinématographiques qui lui valurent un tel succès ?
àVoir-àLire - Récompensé en son temps, adoré par un large public, même si le Brésil y voyait un regard étranger et superficiel, Orfeu Negro est à la fois la seule réussite reconnue d’un cinéaste à la carrière erratique et un mélange étonnant de diverses influences avouées ou pas...
Télérama - En revoyant "Orfeu negro", on s'aperçoit que le réalisateur a su jouer des contrastes de Rio, ville à deux vitesses où les quartiers modernes côtoient les ruelles insalubres des favelas...
Dvd classik - « Le Brésil vu de Billancourt », ainsi Jean-Luc Godard résumait-il lapidairement "Orfeu negro" à sa sortie...
Word press - Marcel Camus nous présente sa propre interprétation du mythe d’Orphée, tout en lui apportant modernité et originalité... Il contribue ainsi grâce à son oeuvre au renouveau du mythe et parvient à le rendre d’actualité. Un ancien mythe datant de l’Antiquité devient un mythe moderne du XXe siècle.
La Plume et l'image - Ce film se regarde, aujourd'hui, avec le même plaisir. On se laisse gagner par l'ambiance du Carnaval, le charme de l'histoire, la musique, les danses, les costumes et l'interprétation émouvante des deux héros qui prêtent à ces amants éternels une séduisante modernité.
Ecran large - Loin d'être documentaire, le cinéaste affiche ici une volonté de montrer le Brésil, pays du soleil, tel qu'on l'imagine et non tel qu'il est. Même les favelas ont quelque chose d'enchanteur...
La médiathèque - "Orfeu negro" c’est le charme exotique, c’est le corps et la voix qu’on donnerait au Brésil s’il fallait le représenter en deux temps trois mouvements...